Les constitutions passent, les hommes restent

 Le quotidien d’Oran, papier non publié, 16-06-2005

 

Abdelaziz Belkhadem a défini la nouvelle feuille, dans laquelle la nouvelle constitution risque de précéder l’amnistie générale.

 

Par Abed Charef

 

Abdelaziz Belkhadem a franchi un palier supplémentaire dans son accession aux grands centres de pouvoir. Il fait désormais des cercles qui associés aux grandes opérations politiques engageant l’avenir du pays, après avoir s’être contenté d’en exécuter certains volets. C’était un juste retour de choses pour un homme qui a connu un itinéraire en dents de scie, arrivé à l’antichambre du pouvoir avant d’en être brutalement éjecté.

Le chef du FLN devait en effet assumer la présidence de la république, à titre intérimaire, après la démission de Chadli Bendjedid en 1992. Mais la combinaison politique retenue alors, avec la création du HCE, l’en a empêché. Pendant quelques années, il a fait de l’opposition, aux côtés de Abdelhamid Mehri, avant de se rendre compte que le temps allait vite, et que cette voie, qui permettait peut-être de se donner bonne conscience, ne pouvait guère le ramener au pouvoir.

Il est alors revenu par la petite porte. Celle du FLN. Discrètement, il a fait ses preuves d’homme du sérail, avant d’être admis dans ce monde restreint où se fait la véritable décision. Contraint de passer une longue période de probation, il a soutenu Abdelaziz Bouteflika, se contentant de petits rôles, avant de se voir confier la mission de déboulonner Ali Benflis, qui avait suivi un itinéraire largement similaire. Son succès dans la liquidation de Benflis a constitué pour lui un dernier test. Il avait montré son savoir-faire, et pouvait désormais être accepté dans le saint des saints.

Mais ce n’est pas sa nomination comme ministre d’état qui lui donne son nouveau statut. Sa nouvelle position se révèle plutôt dans ce qu’il dit, et dans sa manière de le faire. Comme cette interview qu’il a donnée cette semaine, et dans laquelle il annonce en filigrane que Abdelaziz Bouteflika est virtuellement partant pour un troisième mandat.

Le patron du FLN ne le formule évidemment pas de cette manière. Les mots sont pesés, les formules bien choisies, et l’emballage est acceptable. C’est la constitution actuelle qui est sa principale cible visible. Il lui colle de nombreux maux : une répartition des pouvoirs vague, des compétences aux contours mal définies, un poste de premier ministre qui n’au guère de consistance, avec, comme résultat final, un système bâtard, qui allie les inconvénients des systèmes présidentiel et parlementaire, sans offrir les avantages d’aucun d’entre eux.

Abdelaziz Belkhadem s’étale longuement sur cette situation. Le FLN est majoritaire l’Assemblée Nationale, mais le chef du gouvernement n’est pas issu de ses rangs, alors que la logique d’un régime parlementaire aurait mécaniquement conduit le chef du FLN au poste de premier ministre. Par extension, il impute de nombreux dysfonctionnements à la constitution qui devient, de fait, la principale source des problèmes du pays.

Ceci pour l’argumentaire, que le FLN va largement reprendre dans les prochains mois. Mais il probable que personne n’avancera la véritable raison qui pousse à changer la constitution, qui est pourtant très simple : le texte adopté sous Liamine Zeroual limite le nombre de mandats présidentiels à deux, comme aux Etats-Unis, et il est nécessaire de changer ce volet pour permettre à Abdelaziz Bouteflika de briguer un troisième mandat.

C’est un acte purement symbolique, mais il est nécessaire. Et il faut faire vite. Car il sera malaisé de changer ce volet de la constitution à la veille des élections, comme cela s’est fait en Tunisie ou au Liban. L’Algérie ne peut pas faire les choses de manière aussi vulgaire. Elle organisera un grand débat, de multiples talents de constitutionnalistes se révèleront, des joutes oratoires opposeront les partisans du oui et du non à la télévision, des spécialistes s’exprimeront dans les colonnes de la presse, et le pays connaîtra une crise aigue de juridisme.

Dans la foulée, les masses populaires appelleront Abdelaziz Bouteflika à se sacrifier pour un troisième mandat, d’autant plus qu’il aura, entre-temps, entamé la grande œuvre de la réconciliation nationale qu’il aura à parachever. Il aura, accessoirement, à garantir qu’aucune juridiction ne prononce l’illégalité de l’amnistie générale décrétée dans l’intervalle, car il faut se prémunir contre toute mauvaise surprise. Après tout, un juge malhabile peut toujours décider que l’amnistie n’est pas conforme à la constitution, comme cela vient de se passer en Argentine.

C’est cette feuille de route que semble tracer Abdelaziz Belkhadem, en annonçant ce grand chantier qu’est la révision de la constitution. Si ses propos se vérifient, la révision de la constitution aura lieu avant le référendum sur l’amnistie, car il est difficile d’envisager deux référendums en six mois. D’autant plus que le climat n’est, semble-t-il, pas encore mûr pour faire adopter l’amnistie générale. Il faudra plus de temps pour y arriver. Peut-être même faudra-t-il un mandat supplémentaire.

Ce sont donc de nouvelles priorités et de nouvelles échéances qui s’imposent au pays. Mais il ne s’agit pas de nouveau cap. Car en fait de nouveau cap, il y en a un qui s’impose de lui-même : il ne s’agit pas changer la constitution, mais simplement de l’appliquer et de la respecter. Avec toutes ses imperfections.

L’Algérie a si souvent vécu en marge de la constitution qu’elle n’en a, en réalité, testé aucune. C’est simplement une toile de fond qui sert à légitimer les décisions du pouvoir. On la change quand elle ne convient pas, et on la viole quand c’est nécessaire. Et, cette fois-ci, elle risque d’acquérir une nouvelle fonction : de servir d’alibi pour maintenir un statu quo complet. L’Algérie ajoutera ainsi un nouveau paradoxe à son terrible bilan : c’est le pays où les constitutions passent, et où les hommes restent.

العيب في الراعي أم في الغنم؟

الشروق- 16/06/205

عابد شارف

 

قال عبدالعزيز بوتفليقة منذ زمن طويل أن الدستور الجزائري لا يصلح، وأنه ينوي تغييره لما تسمح له الظروف. وثنا عليه عبدالعزيز بلخادم هذا الأسبوع حيث وقال أن الدستور الجزائري لا يصلح، ويجب تغييره من أجل تحديد صلاحيات كل هيئة بصفة أدق. وبين تصريحهما، تكلم الكثير من المحترفين الذين اكتشفوا أنهم  فقهاء في علم الدساتير، وانتقدوا نقاط الضعف التي يحملها القانون الأساسي للبلاد وأسهبوا في الموضوع.

لكن بين هذا وذاك، يبقى فرق أساسي. فالبعض يتكلم ويعرف ما يقول، والبعض الآخر يتكلم لأنه سمع المقربين من الرئيس يتكلمون فاعتبر أنه من الضروري أن يتكلم هو الآخر ويعلن عن تأييده للرئيس وفكره ومشاريعه حتى يضمن لنفسه أن يبقى في قائمة فائري المرحلة السياسية القادمة.

فالأمين العام لجبهة التحرير الوطني تكلم هذه المرة من منصب وزير دولة، بل تجاوز المنصب ليفتح الباب أمام مراجعة الدستور. وحدد موعد العملية قائلا أنها ستتم في بداية السنة المقبلة. وراح عبدالعزيز بلخادم يحلل الدستور الحالي ويشرح عجز السلطة والحكومة وأحزاب الأغلبية بعيوب الدستور. فلما سئل عن عدم تعيين رئيس الحكومة من صفوف جبهة التحرير رغم أن حزبه فاز بالأغلبية في البرلمان، قال أن ذلك يعود إلى الدستور. وأضاف أن منصب رئيس الحكومة يتميز بغموض في الصلاحيات التي يمارس ولا بد من توضيحها.

وما قاله عبدالعزيز بلخادم يثير الانتباه في ثلاث نقاط أساسية. أولها أنه عضو منذ مدة طويلة في حكومة تسير شؤون البلاد انطلاقا من الدستور الذي لا يعجبه. إضافة إلى ذلك فإنه مارس مهام رئيس المجلس الشعبي الوطني في إطار دستور 1989 الذي لا يختلف عن الدستور الحالي فيما يخص منصب رئيس الحكومة. وطيلة هذه المدة لم يشكو بلخادم من ضعف الدستور أو اختلال التوازن بين مؤسساته.

أما النقطة الثانية والتي لم يتكلم عنها أحد، ومن المحتمل ألا تأخذ قسطا كبيرا في النقاش و"الهدرة" التي ستثيرها مراجعة الدستور، فهي تتعلق بالهدف الأساسي والرئيسي من مراجعة الدستور، وهو فتح المجال للرئيس عبدالعزيز أمام عهدة ثالثة. فالدستور الذي جاء به اليمين زروال يحدد ممارسة الرئاسة بعهدتين فقط، وهي نقطة يجب الفصل فيها بسرعة حتى يتمكن عبدالعزيز بوتفليقة من البقاء في الحكم بعد سنة 2009 ويتحول يتحول بقاؤه في الرئاسة إلى مطلب شعبي تنادي به الجماهير، خاصة إذا كان رئيس الجمهورية قد حقق المصالحة الوطنية والعفو الشامل قبل ذلك.

وقبل بوتفليقة، توصل عدد من الرؤساء العرب إلى نفس النتيجة، منهم زين العابدين بن علي وإلياس هراوي. ولا يوجد في الجزائر مانع عن ذلك خاصة إن تمكن الرئيس أن يواصل المشوار ينفس تصرف الماضي، فهو يضمن المناعة للكثير من أهل السلطة ويسمح لكل ذي حق أن يأخذ حقه من الغنيمة ويمكن أن يقنع كل الأوساط الفاعلة أن أسعار البترول سترتفع أكثر فأكثر وأن حجم الغنيمة ستضاعف ولا حاجة للفتنة بين من وضعوا أنفسهم في مواقع القرار التي تسمح لهم بالمشاركة في اقتسام الغنيمة.

وبقاء بوتفليقة في السلطة يعيد قضية أخرى، وهي النقطة الثالثة التي تثير الاهتمام في مراجعة الدستور: متى احترمت الجزائر دستورها وقوانينها حتى يقول أحدهم، أيا كان، أن الدستور أصبح يشكل عائقا لتسيير البلاد؟ ويكفي أن نذكر بعدد من المحطات لندرك ما قيمة الدستور والقوانين في البلاد. فاختيار بوتفليقة سنة 1999 تم خارج الدستور، ولم تكن العملية الانتخابية إلا ديكورا لتجميل العروس.

ولما استولى علي بن فليس على جبهة التحرير، قيل أنه احترم القانون الأساسي للحزب ونظم المؤتمرات بصفة شرعية، خاصة أنه كان رئيسا للحكومة. ولما تقرر في مكان ما أنه يجب طرد علي بن فليس من السلطة، اكتشف نفس علماء القانون أن مؤتمرات بن فليس كانت غير قانونية وأن الرجل لا يصلح لا لرئاسة الحكومة ولا لرئاسة الجمهورية. ولما قررت السلطة أن تمنع أحزابا من الوجود، فإنها لم تبالي بالحق الدستوري في الممارسة السياسية ووضعت قانون الأحزاب جانبا وتعاملت مع الساسة بمنطق ميزان القوى. ولم يأت القانون إلا كغطاء نهائي لقرار سياسي وجد من يعطيه الشرعية.

وبنفس المنطق، لما قررت السلطة منع أحمد طالب الإبراهيمي ومحفوظ نحناح من الترشح للرئاسيات، استعملن طرقا لا علاقة لها بالقانون، وإلا كيف يترشح نحناح مرة سنة 1995 ثم يسحب منه هذا الحق خلال الاقتراع الذي يليه. وقد ظهر في القاموس السياسي الجزائري مصطلح جديد للكلام عن الانتخابات، حيث أصبحت الصحافة تتكلم عن "الاستحقاقات" بدل الانتخابات. ولعل هذا المصطلح ينطبق أكثر على الواقع الجزائري لأن الجزائريون لا "يستحقون" كلهم أن يرشحوا، مع الإشارة أن كلمة "يستحق" تأخذ هنا معناها باللغة العامية، أي أنهم "ما يستهلوش" أن يترشحوا أو يفوزوا بالانتخابات.

وفي هذه المحطة، لا يمكن أن نتجاهل الواقع الجزائري الذي يتميز أساسا بغياب قواعد لتسيير البلاد. ولما نتكلم عن القواعد، فإن الدستور لا يشكل إلا جانبا منها. فالقواعد تشمل الدستور والقانون كما تشمل ما هو أهم من ذلك: احترام هذه القواعد. مما يدفع إلى التذكيلا بهذه الملاحظة التي صدرت عن مسئول سابق، حيث أجاب عن سؤال حول تغيير الدستور: احترموا الدستور الحالي وطبقوه بعيوبه، وعندها سنرى هل أن العيب فيكم أم في الدستور، ونتأكد هل أن العيب في الراعي أم في الغنم. ونضيف إلى هذه الملاحظة: هل العيب في الدستور أم في أناس سافروا في أقطار العالم وحاولوا أن ينقلوا كل شيء من هذه البلدان باستثناء القيم والقواعد التي سمحت للبلدان القوية والغنية أن تصبح غنية وقوية؟

ع.ش

Les mouhafedhs ont de l’avenir

Abdelaziz Bouteflika expose sa vision de l’histoire. C’est une histoire qu’il veut projeter dans l’avenir.

 

Par Abed Charef

Dans un discours très élaboré, prononcé cette semaine à Genève, le président Abdelaziz Bouteflika a livré ce qui apparaît comme sa doctrine politique et celle du pouvoir de manière générale. Et, pour une fois, le discours est limpide, ne laissant place à aucune équivoque ni possibilité d’interprétation.

Cette doctrine est fondée sur une lecture de l’histoire de l’Algérie indépendante, partagée en deux volets. D’une part, une période où l’état tout puissant régentait la vie des gens, et, d’autre part, celle où la rue, la plèbe, a essayé de contester ce pouvoir, d’y participer ou d’en prendre possession.

Dès l’indépendance de l’Algérie, l’Etat a pris en charge les aspirations des gens, assurant le gîte et le couvert, et a demandé –ou imposé- en contrepartie la paix sociale. C’est un marché comme un autre : le pain et l’école, contre les libertés et les Droits de l’Homme. Sous cet angle, le système du parti unique n’était donc pas despotique, ni autoritaire. Tout le monde bénéficiait, même de manière inégale, des bienfaits de cette politique, selon le chef de l’état.

On ne pourrait trouver meilleure définition du populisme politique. De même, Abdelaziz Bouteflika affirme que les deux premières décennies de l’indépendance ont vu le pays vivre un « consensus » qui a « volé en éclats » en octobre 1988. là aussi, il est difficile d’évoquer un consensus quand on sait que les chefs d’état qui ont dirigé le pays pendant cette période ont été installés par l’armée des frontières, pour le cas de Ahmed Ben Bella, par un coup d’état des plus classiques, pour Houari Boumediène, et par l’armée, gardienne du temple, pour Chadli Bendjedid.

Abdelaziz Bouteflika ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur l’armée, qu’il qualifie d’ « acteur fondamental de l’état ». C’est à elle que revient le mérite d’avoir remis le pays dans la « bonne voie » à partir de 1992, après la parenthèse démocratique qui a marqué la période 1989-1991. Depuis, c’est le rétablissement du système qui a assuré le bonheur du pays, celui qui assurait le bien être social, celui que Noureddine Boukrouh, en d’autres temps, qualifiait de « socialisme de la mamelle ».

Dans cette longue période de bonheur, il y a cependant eu un petit accident, celui d’Octobre 1988, auquel Abdelaziz Bouteflika réfute le qualificatif de « révolution démocratique ». La contestation née d’octobre ne portait pas sur le système lui-même, mais sur son fonctionnement, selon le chef de l’état. Conclusion évidente de cette démarche : il était inutile de tenter de changer de système, mais simplement d’en corriger les imperfections.

Dans ce type de système, il n’y a pas de place à la citoyenneté. Les mots utilisés par le chef de l’état sont très significatifs, même s’ils concernent une frange de la population, qui a, selon lui, « intériorisé la nécessité de la soumission à la république et à l’Etat ». Sans revenir sur la confusion entre le pouvoir et l’Etat, entre l’ordre établi et la république, le choix des concepts est frappant. Il dénote une option pour une politique autoritaire qui n’admet pas de contestation de fond, même si elle tolère, autorise ou entretient une contestation de forme, selon la conjoncture.

C’est un choix adopté par nombre de pays du Tiers-Monde au lendemain de leur indépendance, il y a un demi-siècle. C’est un choix entretenu par un certain nombre de mythes, mais aussi de manipulations. C’est enfin un choix qui a montré ses limites et confirmé ses échecs. Il a aussi prouvé qu’il est devenu le principal handicap des pays qui l’ont adopté. Même en étant très généreux, c’est un choix qui était pouvait être viable tant que les institutions étaient encore en mesure d’imposer un minimum d’égalités.

Nombre de dirigeants formés à la vie politique durant la première moitié du vingtième siècle l’ont adopté. De Nasser à Houari Boumediene, en passant par Tito et Fidel Castro, c’est un choix qui a réussi à calmer les luttes politiques et sociales, ou à les réprimer, en brandissant certains mythes, comme le nationalisme. Il a écrasé l’individu au nom de la collectivité. Il ne reconnaît pas l’existence du citoyen, qui doit se plier à la communauté. En ce sens, «un seul héros, le peuple », a été un des plus beaux slogans de l’Algérie indépendante, mais aussi un des plus démagogiques, en ce sens qu’il rendait hommage au formidable effort collectif que fut la guerre de libération, tout en niant l’apport des individus dans ce terrible combat.

Mais plus que tout, ce système, que le président Bouteflika veut restaurer, est devenu un monstre qui détruit tout sur son passage. Il écrase les hommes et les institutions, bloque l’économie, nie la citoyenneté, détruit les liens sociaux, et fait peu de cas des Droits de l’Homme et des Libertés. C’est un système qui vit pour lui-même, sans se préoccuper de ses rapports à la société. Même quand il parle, il parle pour lui-même. Un discours d’un ministre, ou d’un haut responsable, est d’abord destiné aux autres cercles du pouvoir, non aux Algériens.

C’est ce système que Bouteflika déploie d’efforts pour le reconstituer. Y compris en y apportant quelques changements secondaires, comme la préservation d’une opposition qui s’oppose d’abord à l’opposition, et d’une presse qui a toute liberté de s’humilier.

Il est de tradition de souhaiter bonne chance à un homme qui entreprend une tâche de cette envergure, et de lui dire « Allah Iaounek » (Que Dieu vous aide ». Cette fois-ci, pourtant, on ne peut adresser ces vœux au président Bouteflika. Pas seulement en raison du désaccord sur son projet, mais pour une autre raison plus évidente : il est impossible de réussir ce projet, comme il est impossible construire l’avenir sur le modèle du passé, ou d’obtenir la paix sociale en remplaçant le mouhafedh du FLN par celui du RND.

Vive l’Amérique !

Les Etats-Unis apprécient la nouvelle Algérie. Et le disent.

 

Par Abed Charef

 

La lune de miel se poursuit entre l’Algérie et les Etats-Unis. Un grand amour que rien ne semble devoir infléchir. Ni les images insupportables véhiculées par El-Djazira, ni le drame palestinien, ni les contentieux politiques et psychologiques hérités d’autres périodes.

« Nous partageons la même vision politique et économique », a ainsi déclaré l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, qui affiche fièrement les chiffres du commerce entre les deux pays. Les Etats-Unis sont devenus le premier partenaire commercial de l’Algérie, avec 8,5 milliards de dollars. Ils achètent près du tiers du pétrole algérien.

Une si belle amitié ne pouvait que s’étendre à des domaines délicats, dont on parle très peu en Algérie, comme la coopération militaire. Mais c’est déjà fait. Un haut responsable de l’OTAN, qui reste largement dominée par les Américains, était attendu en visite à Alger, et des manœuvres communes seront organisées dans le désert, même si elles sont noyées dans une vaste plan de coopération incluant d’autres pays du Sahel. El les marines, à leur tour, font une petite escapade à Alger, avec l’escale d’un navire de guerre américain.

Il y a, certes, quelques petites ombres dans ce tableau. L’Algérie ne vend que du pétrole à un pays qui cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement. La coopération militaire vise à permettre aux Américains de compléter leur dispositif antiterroriste qu’ils veulent étendre au monde entier. Le rôle de l’Algérie se limitera à une fonction d’appoint pour contrôler le Sahel.

Mais il ne s’agit là que de détails secondaires. Car l’essentiel est dans cette déclaration de l’ambassadeur des Etats-Unis, déjà citée : les deux pays ont la même vision politique. Il s’agit juste de savoir laquelle.

Les Etats-Unis mettent en place un gigantesque dispositif destiné à les protéger contre tout acte malveillant. C’est un résultat logique du 11 septembre. Ce dispositif s’étend chez eux, mais aussi chez nous. Ils nous invitent donc à bien surveiller nos territoires et nos frontières. Et si nous en sommes incapables, ils viennent chez nous pour faire le boulot, pour surveiller ces immenses zones désertiques supposées constituer des zones de passage pour les terroristes et, accessoirement, surveiller ces champs de pétrole où les entreprises américains sont très présentes. Leurs satellites et leurs moyens de détection se déploient au-dessus du territoire algérien, et les institutions algériennes sont invitées à coopérer à ce dispositif.

Les Etats-Unis ont aussi un autre souci, celui de l’approvisionnement en pétrole. Il y en a dans le Sahara algérien, et même les plus hauts responsables américains, issus du lobby pétrolier du Texas, possèdent des entreprises qui opèrent entre In Amenas et Adrar, dit-on.

Les Américains aiment l’accès facile au pétrole. L’Algérie aussi. Elle a décidé de faire voter une nouvelle loi sur les hydrocarbures pour aller dans le même sens. Mais l’ambassadeur américain est rassurant. Cette loi, dit-il, est d’abord à l’avantage de l’Algérie. Comment ne pas le croire ?

Ceci, c’est la politique américaine. Depuis peu, elle est devenue celle de l’Algérie également. Est-elle bonne pour nous ? La question n’est pas là. Elle se trouve dans ce choix que fait l’Algérie pour faire des concessions aux Américains en copier leur démarche. Le choix de l’Algérie ne concerne que le volet négatif de la politique américaine, celui du pillage des ressources et de la consolidation de l’hégémonie américaine.

Car il y a d’autres aspects dans le système américain qui sont très performants que l’Algérie refuse désespérément de copier. On en citera trois, qui font l’admiration du monde entier : les libertés individuelles, le système électif et la décentralisation du pouvoir. Aux Etats-Unis, les droits de la personne sont sacrés. Ils constituent la véritable religion qui unit tous les Américains. En Algérie, il est difficile de trouver un qualificatif pour parler des droits du citoyen.

Le système électif « made in américain » est lui aussi admirable, malgré ses défauts, ses erreurs et le poids considérable de l’argent. Le système électif « made in RND » est tout aussi admirable, même si le mot « admirable » prend ici un autre sens.

Enfin, le système américain est le plus décentralisé du monde. Les élus locaux détiennent des pouvoirs immenses, ce qui permet une souplesse exceptionnelle dans la gestion de la cité. Mais l’Algérie a choisi d’aller dans une autre direction, celle de la concentration de tous les pouvoirs entre les mains de la bureaucratie. Et comme si cela n’était pas suffisant, le ministère de l’intérieur envisage de faire voter un nouveau code des collectivités locales qui enlève aux élus le peu de pouvoir qui leur restent, pour les transférer aux walis, alors que la tendance dans le monde entier est au transfert du pouvoir vers les élus.

A ces trois éléments, il faudrait en ajouter un autre. Autant les Etats-Unis vantent les valeurs démocratiques et les respectent chez eux, autant ils les méprisent vis-à-vis de l’étranger. Particulièrement envers le monde arabe. A l’inverse, plus l’Algérie chante les louanges de la démocratie aux étrangers, plus elle en bafoue les règles dans le pays.

Ces quatre points suffisent apparemment pour contredire les propos de l’ambassadeur américain, selon lesquels l’Algérie et les Etats-Unis partagent les mêmes visions politique et économique. Mais comme l’ambassadeur d’un aussi grand pays ne peut se tromper, il faudrait chercher une autre signification à sa déclaration.

On peut oser celle-ci : les deux pays travaillent ensemble pour le bien-être du peuple américain.