تساؤلات خطيرة حول قانون المحروقات

 

عابد شارف

 

نشر السيد حسين مالطي، نائب المدير العام السابق لشركة سوناطراك، تحليلا مطولا حول القانون الجديد للمحروقات يوجه من خلاله تهمة خطيرة للسلطة الجزائرية، حيث يشير صاحب التحليل إلى أن النص الجديد للمحروقات يخدم المصالح الأمريكية بالدرجة الأولى في حين يضر بالمصالح الجزائرية. ويختلف هذا النص عن التصريحات السابقة التي تكتفي بالتنديد بل بالتهريج، ليتطرق إلى صلب الموضوع، ويشرح معطيات القضية نقطة بعد نقطة، ويقدم الحجة تلو الأخرى. وفي غياب نقاش حقيقي حول القضية، يظهر تحليل نائب المدير العام لشركة سوناطراك كأحسن نص ينشر لحد الآن، رغم أن الاطلاع عليه يبقى مقتصرا على الدوائر المختصة.

ويتطرق حسين مالطي إلى ثلاث نقاط أساسية يشرح في أولها الخطة الأمريكية لتوسيع سيطرتها على حقول النفط في العالم، ثم إلى التنازلات المجانية التي تقدمها الجزائر من خلال هذا القانون، وثالثا إلى التكامل بين المطالب الأمريكية والتنازلات الجزائرية.

ويؤكد أن أمريكا اعتبرت منذ اعتلى جورج بوش على السلطة، ومعه اللوبيات الأمريكية المرتبطة بالنفط، أنه من الضروري على الولايات المتحدة أن تفرض الوصول إلى آبار النفط بكل الوسائل. وحسب الوكالة الدولية للطاقة، فإن 35 بالمائة من مخزون النفط في العالم مازال احتكارا للشركات الوطنية، بينما يبقى التعامل محدودا مع 22 بالمائة من المصادر النفطية العالمية. وتعتبر واشنطن بذلك أن 57 بالمائة من مخزون النفط العالمي خارج عن دائرة تحكمها، مما يفرض عليها العمل لفتح هذه القلاع. بما أن الـ10 بالمائة التي تسيطر عليها كلية والـ33 بالمائة التي تسيطر عليها جزئيا لم تعد كافية لضمان التزويد الأمريكي بصفة استراتيجية.

وقد حددت واشنطن سياسية تسمح للشركات الأمريكية أن تصل إلى هذا المخزون المحرم عليها وتتحكم في جزء منه، خاصة بعد أن اتضح أن السباق نحو النفط سيعرف تنافسا حادا مع ظهور الصين والهند والبرازيل كمستهلكين جدد يضغطون على السوق العالمية.

ورغم أنها لن تستثني أية طريقة، بما فيها غزو البلدان التي ترفض فتح آبار النفط للشركات الأمريكية مثلما يحدث في العراق، حسب السيد حسين مالطي، اختارت واشنطن طرقا أخرى من أهمها الضغط على البلدان المنتجة لتفتح حقول نفطها. وجاءت الدهشة لما ظهرت الجزائر كأول بلد يقوم بمثل هذا الإجراء بينما كان من المنتظر أن تأتي التسهيلات بالدرجة الأولى من البلدان المعروفة بعلاقتها القوية مع أمريكا. ومع المصادقة على القانون الجديد فتحت الجزائر ثغرة في صفوف منظمة البلدان المصدرة للنفط (أوبك)، مع العلم أن أكبر المنتجين مثل السعودية لم تغير طريقة تعاملها مع أمريكا في ميدان النفط، حيث تمنح كثيرا من التسهيلات لكن التحكم في الموارد والمخزون يبقى بين أيديها.

ويتساءل السيد حسين مالطي ماذا تجني الجزائر من خلال القانون الجديد. فالطريقة المتعامل بها لحد الآن تضمن لسوناطراك إما كل عائدات النفط في الحقول التي تستغلها لوحدها، إما أنها تقتسم المدخول في الآبار التي اكتشفتها وتستغلها شركات أخرى. أما الصيغة التي جاء بها القانون الجديد، فإنها لن تعطي للجزائر إلا نسبة قد تبلغ خمسة (5) بالمائة فقط من مداخيل النفط. فما الذي يبرر مثل هذا القرار الغريب؟

ويقول قائل أن قدرات الجزائر الحالية لا تسمح بالقيام بكل الأعمال من بحث وتنقيب وغيرها، وأنه لا بد من رفع عمليات التنقيب والإنتاج حتى تبقى البلاد منافسا حقيقيا في سوق النفط العالمية. لكن الواقع يؤكد عكس ذلك لأن الجزائر تمكنت في ظل القانون القديم من رفع صادراتها من 750 ألف برميل يوميا إلى 1.5 برميل يوميا في أقل من عشر سنوات، وهو تطور يؤكد أن طريقة العمل كانت ناجعة.

ومن جهة أخرى، يلاحظ أغلبية المحللين أن الجزائر تكسب اليوم مخزونا من العملة الصعبة تجاوز خمسين مليار دولار، لكنها لا تملك المؤسسات والهياكل الضرورية لتحويله إلى ثروة وتقدم اجتماعي. فما الذي يدفع البلاد إلى السعي وراء أموال أخرى في حين أنها لا تعرف ما العمل بتلك الأموال الموجودة في "الصندوق"؟

وقد أعرب العديد من المحللين تخوفهم من هذا الوضع حيث أن كثرة المال في البلاد يؤدي حتما إلى ارتفاع التبذير وتوسيع دائرة الرشوة وسوء التسيير. وبوادر هذه الظواهر متوفرة، ولعل حكامنا لا يبالون بالبعض منها. ونذكر مثلا إعلان السلطات أنها تنوي بناء مليون مسكن، وهو مشروع لا يمكن أن تحققه إطلاقا، لتعرف السوق ارتفاعا كبيرا في كل مواد البناء والعقار والأراضي المخصصة للبناء. وبذلك يكون المشروع قد عرف ارتفاعا في تكاليفه بنسبة 50 بالمائة قبل انطلاقة، حسب أحد المختصين.

ونعود إلى قانون المحروقات لنتساءل مع السيد حسين مالطي لماذا هذا القانون الجديد بما أن القانون القديم برهن على فعاليته، وبما أن الجزائر ليست بحاجة ماسة اليوم إلى مداخيل إضافية؟ أليس من الأفضل أن تترك البلاد للأجيال القادمة هذا المخزون من النفط خاصة وأن ما تم لحد الآن من أعمال تنموية لم يغير الاقتصاد الوطني؟

وإذا كانت المبررات الداخلية غائبة لفهم الدوافع التي أدت إلى المصادقة على قانون المحروقات الجديد، فلا بد من البحث عن مبررات خارجية. وهي التي جاءت على لسان الرئيس عبدالعزيز بوتفليقة الذي قال في 24 فيفري الماضي، عيد العمال وذكرى تأميم المحروقات، أن هذا القانون مفروض على الجزائر. وقال قبل ذلك في مقال نشره في جريدة "واشنطن طايمز" في 22 نوفمبر 2002 أن الجزائر ستعمل لضمان الأمن الذي تبحث عنه أمريكا في مجال التزويد بالنفط.

وقبل شهرين قال السفير الأمريكي أن الجزائر والولايات المتحدة "تتقاسمان نظرة سياسية واقتصادية مشتركة". وبما نحن نرى يوميا ما هي السياسة الأمريكية في فلسطين والعراق وغيرها، وندرك أنها لم تتغير، قلا بد من الاعتقاد أن سياسية الجزائر هي التي تغيرت لتخدم مصالح الشعب الأمريكي العظيم.

ع.ش

Flegme britannique et ghourour algérien

 

L’Algérie cultive l’art de donner des leçons. En tout. Y compris là où elle a échoué, mais sans tirer les leçons de ses propres échecs

 

Par Abed Charef

 

M. Kim Howells est un homme d’une très grande courtoisie. Faisant preuve d’une grande politesse, il n’hésite pas à multiplier les flatteries pour faire plaisir à ses interlocuteurs. Pendant son séjour à Alger, le très british ministre d’état chargé des Affaires étrangères a dit aux Algériens tout ce qu’ils avaient envie d’entendre : ils étaient les meilleurs, les plus beaux, leur expérience dans la lutte antiterroriste était inégalable, leur combat contre le terrorisme a été magnifique, et ils devenaient incontournables dans la grande croisade déclenchée contre ce fléau depuis les attentats du 11 septembre.

«Nous avons une grande admiration pour ce qui est du dispositif et l’expérience algérienne en matière de lutte antiterroriste», a-t-il dit, ajoutant que l’expérience algérienne fera école ». Il a aussi souligné « l’intérêt accordé par la communauté internationale à l’expérience algérienne ».

C’était suffisant pour faire rougir de plaisir nombre d’Algériens. On les voit déjà bomber le torse, se frotter la moustache, convaincus plus que jamais qu’ils sont le nombril du monde. On voit encore le patron de la police, Ali Tounsi, conforté dans ses sentences prononcées au lendemain des attentats de Londres : les Anglais avaient encore beaucoup à apprendre de l’Algérie sur ce terrain, avait-il affirmé.

Du coup, les Algériens, tous métiers confondus, se sont mis à donner des leçons. Ils ont rappelé au responsable britannique la légèreté avec laquelle son pays a traité ce dossier, et la tolérance excessive, qui frise la complicité, dont bénéficient les militants islamistes dans le « Londonistan ». Très humble, le ministre britannique a écouté sans sourciller les reproches des uns et les leçons assénées par les autres.

Mais ceci ne concerne que le volet apparent  de la visite du responsable anglais. L’autre face, quant à elle, est très différente. Car Kim Howells est chargé de la sécurité de son pays. C’est-à-dire qu’il est un grand « moukhabarati », brassant des informations du MI 5, de la CIA et des principaux services de sécurité européens. Il a fallu qu’il fasse le déplacement d’Alger pour se retrouver contraint d’écouter les litanies de reproches formulés par des gens dont il considèrerait la plupart, en temps normal, comme des amateurs.

Car si Londres a subi un attentat terroriste, Alger en a subi des milliers. Et si l’Angleterre déplore 56 morts, victimes d’attentats attribués à une organisation islamiste, l’Algérie en déplore 200.000. En outre, Londres abrite des centaines de leaders islamistes, parmi les plus virulents au monde. Certains sont d’ailleurs recherchés dans leurs pays d’origine ou dans d’autres pays, où ils ont été condamnés à de lourdes peines de prison. Mais Londres a su gérer cette présence encombrante, en encadrant les uns, probablement en manipulant d’autres, le tout dans le cadre de la préservation des intérêts britanniques et dans le respect de la liberté des citoyens de Sa Majesté. Et quand les attentats de Londres ont eu lieu, ils n’ont guère influé sur le cours des choses, malgré leur impact médiatique. La bourse de Londres, valeur suprême du pays, n’a pas bougé !

En fait, les attentats de Londres ont eu de l’impact parce que le pays jouit d’une grande sécurité au plan interne. Après tout, l’Irak enregistre autant de morts chaque jour que la Grande Bretagne en dix ans. C’est la loi du nombre. Plus il y a de victimes, moins on en parle. Ce qui donne ce sentiment qu’une vie occidentale vaut plus que dix vies dans le monde arabe.

Pourquoi ce sentiment ? C’est là que se situe la vraie question. Et Kim Howells en donné une explication, évidente, en parlant de la liberté de mouvement des islamistes dans son pays. Londres « n’a à aucun moment soutenu le terrorisme. Il s’agit plutôt de démocratie et de liberté de culte», a-t-il dit, ajoutant que la Grande-Bretagne «ne peut pas chasser des islamistes sans l’accord des tribunaux anglais».

Des tribunaux indépendants, évidemment. Dans ces contrées, c’est une règle au-dessus de tout. Malgré les penchants fascisants de certains hommes politiques européens, le droit reste une norme incontournable. Et quand des dérives se produisent, il y a suffisamment de contre-pouvoirs et de recours pour rétablir la justice. C’est parce que ces pays respectent les Droits de leurs citoyens qu’ils sont devenus riches, prospères et qu’il y fait bon vivre. Car malgré les attentats de Londres, la violence terroriste fait moins de morts en Europe pendant une année qu’en une seule semaine, voire en une journée, dans le monde arabe.

Kim Howells a attendu son retour à Londres pour le rappeler aux Algériens. L’Algérie, malgré le langage diplomatique, reste une contrée risquée, et les britanniques sont toujours invités à l’éviter, selon l’évaluation du ministère britannique des Affaires étrangères.

Le responsable britannique a fait preuve de délicatesse en évitant d’en parler à Alger. C’est, modestement, la leçon qui aurait du être retenue de la visite de Kim Howells. Mais au lieu de cela, on a eu droit à une confirmation : si le flegme reste une qualité britannique, la prétention est, quant à elle, bien algérienne. Le mot « prétention » ne convient d’ailleurs pas pour décrire  l’attitude algérienne. Il faut chercher dans le vocabulaire arabe pour exprimer exactement ce qui caractérise l’Algérie : el-ghourour.

ABC

أسلحة الدمار الذاتية

Le cercle infernal du mensonge

L’Algérie, marché attractif pour l’investissement étranger : un mensonge dont les auteurs ont fini par se convaincre.

Abed Charef

 

Mentir est un art, dit-on. Cela peut être une vocation. On un métier. Mais en Algérie, ce n’est plus le fait de mentir qui pose problème. On est, en fait, face à un phénomène de type nouveau : on a tellement menti qu’on a fini par croire à ses propres mensonges. De hauts responsables vous regardent droit dans les yeux et vous énoncent des faits, des chiffres, des projets ou des réalisations que le simple bon sens suffit à réfuter. Et pourtant, ces gens là y croient. Ou font semblant d’y croire. Et n’hésitent pas bâtir des choix politiques et économiques engageant l’avenir de tout un pays sur ces mensonges. Que se passe-t-il dans la tête de ces gens pour s’engager dans des chemins aussi dangereux ? Comment ont-ils fini par croire à leur propre propagande ? Comment peut-on assumer des responsabilités d’une telle importance sans s’arrêter un moment, se poser des questions sur ce qu’on fait, sur la portée de ses propres actes, sans jamais remettre en cause des certitudes qui sont, à l’évidence, des contrevérités, et qui ont déjà mené vers autant de déboires ? Dans le domaine économique, on parle depuis une décennie de l’investissement étranger et du partenariat comme détonateurs, sinon moteurs de la relance économique. Premier mensonge : aucun pays au monde n’a bâti son économie sur l’effort ou l’argent des autres. Depuis une décennie, on parle également de l’attrait du marché algérien, des opportunités d’affaires qui s’offrent, et de ces investisseurs qui se bousculeraient pour prendre d’assaut le marché algérien. Autant de mensonges que les quelques avis lucides émis ça et là n’ont pas suffi à démystifier. Il n’est même pas nécessaire de consulter un économiste indépendant pour s’en rendre compte. Le simple bon sens le montre suffisamment. Supposons, en effet, cher lecteur, que vous êtes un Allemand, ou un suédois (hachak), que vous avec des liquidités disponibles, ou encore que vous voulez étendre le champ de votre activité. Auriez-vous, honnêtement, envie d’installer une usine à El-Bayadh, Oued Zenati, Aïn-Defla ou Boghni ? Qu’est-ce qui motiverait un tel choix ? Un économiste nous explique comment une entreprise ou un groupe décide de s’installer dans tel pays plutôt que dans tel autre. Leur démarche se base sur des éléments concrets, faciles à mesurer. Il suffit de les additionner pour comparer l’attrait d’un marché par rapport aux autres. Une entreprise qui veut s’installer en Algérie évalue les bénéfices qu’elle va réaliser. A l’heure actuelle, rien n’indique qu’elle gagnera plus en choisissant l’Algérie plutôt que la Chine ou la Tunisie. Elle évalue également les délais de réalisation de son projet, qui sont parmi les plus longs en Algérie, en raison des bureaucraties et des lenteurs administratives. Créer l’entreprise, trouver un terrain pour l’implanter, importer et dédouaner les équipements, les installer constituent un interminable saut d’obstacles, qui a fini par avoir raison de nombre d’entreprises. Il en est de même des délais de rapatriement des bénéfices potentiels. Ce qui constitue ailleurs un simple virement bancaire représente en Algérie une somme incroyable de dérogations, d’autorisations et de formalités. Quand ce ne sont pas des blocages délibérés destinés à faire pression sur le partenaire pour en obtenir un pot-de-vin. Le coût et la qualité de la main d’œuvre peuvent être des éléments motivants quand on les compare à l’Europe. Mais comparés à d’autres pays du sud ils ne sont pas compétitifs. Deux autres éléments entrent également en jeu : la sécurité du personnel, et la qualité de vie pour les responsables de l’entreprise mère qui doivent s’installer dans le pays d’accueil. Il est inutile de dire que l’Algérie se classe parmi les tous derniers pays au monde dans ce domaine. Avec la crainte des faux barrages et des attentats, les coupures d’électricité, le manque d’eau et l’aridité des samedis soir, comment convaincre un ingénieur suédois de s’installer à Hassi Bahbah, ou même à Alger ? Le responsable d’une entreprise espagnole évalue le coût de la sécurité entre dix et vingt pour cent du projet. Les villas fortifiées louées au prix le plus élevé, les gardes du corps, les systèmes de sécurité à installer et à faire fonctionner sont autant d’éléments qui provoquent une hausse des coûts. Ils sont prohibitifs, et découragent bien des partenaires potentiels. Il reste un autre point, une sorte d’hameçon, qui traîne devant les entreprises étrangères. Le marché algérien est porteur, il est la clé du marché maghrébin, et le pays dispose de réserves financières gigantesques qu’il suffit d’allonger le bras pour en prendre possession. Mais l’Algérie a elle-même détruit cet argument, car ce marché a d’ores et déjà été livré à ces entreprises. Pourquoi un constructeur automobile s’installerait en Algérie, avec toutes les incertitudes, alors que le marché est totalement ouvert, et que ce sont les institutions monétaires algériennes qui financent l’achat de véhicules ? Pourquoi Renault irait s’associer avec la SNVI, ou Fiat s’installer à Tiaret, avec tous les déboires en perspective, alors que les banques algériennes financent l’achat des Logan fabriquées en Roumanie et, bientôt, au Maroc ? Assurées d’écouler leurs produits en Algérie, les entreprises étrangères n’ont aucun intérêt à y installer des usines qui risquent de concurrencer celles qui tournent déjà dans le pays d’origine. Rien, décidément, ne fait de l’Algérie un pays attractif pour l’investissement. Et, s’il faut ajouter un autre élément, on peut citer le peu de valeur que le pays accorde à la loi. Dans les pays qui ont réussi, c’est le respect des règles, en premier la loi, qui rassure l’investisseur. Qui peut assurer aujourd’hui que la réglementation sur le rapatriement des bénéfices ne va pas changer dans six mois, ou dans un mois ? Qui peut assurer que la loi sera respectée, même sans être changée ? Ce n’est pas un tableau noir qui est dressé ici, mais un simple alignement de faits et de constats, qui démentent totalement le discours en vigueur sur l’investissement étranger. Et pourtant, les responsables algériens, à force d’écouter leur propre discours, ont fini par y croire, et de s’auto intoxiquer. Quand ils font leur bilan, et constant leur échec, ils estiment qu’ils n’ont pas fait suffisamment de concessions. Alors, ils prennent de nouvelles décisions qui découragent davantage l’investissement, et facilitent l’importation de produits finis. C’est le cercle infernal. Aucun indice à l’horizon ne laisse entrevoir un brin de lucidité pour y mettre fin.

Règlements de comptes entre le dessert et la sieste

Règlements ce comptes avec la France, avec le colonialisme et le révisionnisme. Ou comment éviter un effort de réflexion sur l’indépendance.

Par Abed Charef

Le thermomètre a failli exploser. Il ne s’agit pourtant pas de météo, ni de la vague de chaleur qui a déferlé sur le pays. Il s’agit d’une curieuse maladie qui enflamme l’Algérie à intervalles réguliers, particulièrement à l’approche des dates symboliques ou lorsque le pays connaît des difficultés politiques. C’est la fièvre nationaliste, qui a littéralement enflammé le pays depuis un mois. Les apparatchiks de tous bords se sont crus obligés de se mettre au garde-à-vous, pour entonner un retentissant « mine djibalina », menaçant la France des foudres de l’enfer. Dans un bel élan d’unanimisme, et malgré un retard de quelques mois, les porte-parole officieux et officiels du pouvoir ont scandé le même refrain. Ceux qui avaient ramené Jacques Chirac à Alger, lui organisant un bain de foule pour fêter la communion avec la jeunesse algérienne, ont brusquement redécouvert que le France n’avait peut-être pas changé autant que ce qui était souhaité. Ceux qui s’apprêtaient à signer un Traité d’amitié avec Paris se sont tendus compte que la fameuse « refondation » des relations algéro-françaises n’était pas près d’aboutir. Ils n’ont pas jugé nécessaire d’expliquer aux Algériens ce qui n’a pas marché, mais ils se sont lâchés, déversant contre la France coloniale des critiques d’une rare violence. Les Etats-Unis ont Ben Laden pour justifier tous leurs excès, l’Algérie a la France pour servir d’exutoire. Même si, cette fois-ci, la cause était juste, avec cette abjection que constitue la loi française du 23 février 2005 glorifiant la colonisation. Mais la France a le droit, après tout, de sublimer ce qui apparaît, aux yeux des Algériens, comme un crime contre l’humanité. La France a son histoire, l’Algérie a la sienne. Il ne peut pas y avoir une même vision de cette histoire. L’assassin et sa victime ne peuvent pas se présenter la main dans la main devant le tribunal de l’histoire. Mais le révisionnisme n’a pas commencé le 23 février 2005. Il était là depuis des années. Il se manifestait dans ces commentaires sur la fraternisation ratée avec les pieds-noirs, dans ces regrets à peine voilés de voir l’Algérie perdre l’héritage français, et dans cette volonté de mettre sur un pied d’égalité la violence coloniale et la résistance. Que de larmes versées pour ce pauvre Enrico Macias, empêché de revenir dans son pays natal ! Il ne s’agit pas d’être dans l’air du temps, mais dire que les gens du sud ont eux aussi le droit de regarder l’histoire sel ;on leur propre vision. Et de réaffirmer que l’humanité a connu deux grands crimes contre l’humanité restés impunis : l’esclavage et la colonisation. Les victimes sont trop faibles pour exiger des réparations ou pour demander des excuses. Elles se contenteront d’une simple reconnaissance de ces crimes, et de garanties qu’ils ne se reproduiront pas. Mais ces crimes sont en train de se reproduire sous nos yeux. Au nom de la sécurité du monde riche. Et c’est la civilisation occidentale, la plus brillante de l’histoire de l’humanité dans ses volets scientifique et technique, qui s’apprête à commettre le prochain crime. Voilà en effet des pays riches, puissants, qui ont imposé la circulation de tout ce qui existe, biens, marchandises, services, information, mais qui refusent la libre circulation des êtres humains. Un paysan du Ghana, un employé chinois, un ouvrier des champs pétrolifères algériens, a le droit, et même l’obligation d’envoyer ses produits sur tous les marchés du monde, mais lui-même n’a pas droit de se rendre dans ces pays auxquels il exporte sa marchandise. Un consommateur algérien a le droit d’acheter une voiture française, un ordinateur américain, un appareil électroménager fabriqué en Angleterre, mais il n’a pas le droit de visiter ces pays. Pour la première fois dans l’histoire, l’Homme a décidé d’offrir plus de liberté aux objets qu’aux êtres humains. Pire, plusieurs grands pays européens viennent de conclure un accord pour ramener chez eux, à bords de charters, les immigrés clandestins, en les ramassant dans différentes capitales à travers des navettes. Exactement comme un maquignon ramasse le bétail chez différents éleveurs des hauts Plateaux ou de la steppe. La mondialisation concerne ainsi les produits, l’argent, mais pas les êtres humains. Même la drogue ne fait l’objet de mesures aussi strictes. Dans ce monde qui se dessine, l’indépendance, dont l’anniversaire a été fêté cette semaine en Algérie, acquiert forcément un contenu nouveau. Le drapeau et l’hymne national ne suffisent plus. Ils sont même devenus l’arbre symbolique qui cache la forêt de la dépendance. Il y a plusieurs années déjà, un économiste affirmait que l’indépendance d’un pays se mesure désormais à la valeur de sa monnaie. Un homme politique soulignait que la souveraineté d’un pays se mesure à sa capacité à influer sur les autres. Inversement, sa perte de souveraineté se mesure à sa dépendance envers l’extérieur, selon les influences qu’il subit. Abdelhamid Mehri a déclaré que l’objectif de la guerre de libération tel que défini par la proclamation du 1er novembre 1954 était de restaurer l’état algérien démocratique et social. Une partie a été réalisée, avec la restauration de l’état, mais le volet démocratique reste à accomplir, a-t-il dit, soulignant que l’indépendance n’est pas une situation statique, mais qu’elle se renforce ou faiblit selon la conjoncture. Un autre homme politique déclarait que la libération du pays sans la libération de la société et des citoyens signifiait clairement que l’indépendance n’était pas achevée. L’indépendance acquiert ainsi un contenu nouveau. Il faut le définir, et ensuite tenter de le réaliser. Il faut organiser le débat sur la question, mettre en place les institutions nécessaires pour concrétiser et préserver cette indépendance, et se convaincre qu’elle constitue un point de départ vers la liberté du citoyen et non une fin en soi. C’est là une tâche complexe, fatigante, qui nécessite du temps et de l’énergie, alors qu’il est tellement plus facile de prononcer un discours anti-français , entre le dessert et la sieste! abc

Abou Djerra, l’atomiste et le sorcier

 

Etats-Unis, France, Iran : le nucléaire fait bouger le monde. Il pousse l’Algérie vers le caniveau.

 

Par Abed Charef

 

 

Les Etats-Unis n’auront pas besoin d’envahir l’Algérie pour la forcer à arrêter son programme nucléaire. Ils n’auront pas besoin non plus de l’envahir pour rechercher ou éliminer les armes de destruction massive. Les Algériens le font eux-mêmes. Sans pression ni injonction. Simplement par bêtise, par déchéance des institutions, par aveuglement.

Il n’est donc pas nécessaire de recourir à des enquêteurs ou des commissaires de l’ONU pour connaître l’état d’avancement de la recherche algérienne dans le domaine du nucléaire. Tout s’étale dans la presse, à la une des journaux. Il suffit de lire les déclarations et les mises au point publiées dans la presse pour connaître la formation et l’itinéraire de ceux qui sont supposés s’occuper de ce secteur dans le pays. On connaît les universités qu’ils ont fréquenté, sur quelle thème de recherche ils ont travaillé, et à quel échelon de la fonction ils sont classés.

Naguère, ce type d’information était considéré comme ultra secret. Les grandes puissances ont payé des fortunes et envoyé leurs meilleurs espions pour collecter des informations qu’on retrouve, aujourd’hui, dans des tabloïd de deuxième catégorie. Est-ce une manière, pour l’Algérie, d’affirmer qu’elle n’a rien à cacher ? Qu’elle a décidé d’abandonner ce domaine, proclamé interdit pour les pays arabes et musulmans ?

Il n’en est rien. La vérité est encore plus amère. Les réponses se trouvent à un niveau beaucoup plus bas. Et comme pour beaucoup d’autres domaines, les solutions aux grandes questions qui se posent au pays ne se retrouvent pas dans les grandes analyses, mais dans les égouts. Et quand un chercheur algérien spécialiste du nucléaire fait la « une » des journaux, il ne le fait pour avoir vendu ou dévoilé des secrets, ni pour avoir permis une percée significative dans sa recherche, encore moins parce qu’il est devenu un danger pour les grandes puissances du fait du savoir qu’il a accumulé. Quand ce chercheur fait la une des journaux, c’est parce qu’il a été sanctionné par son supérieur pour des absences ! et quand deux « nucléaristes » algériens s’affrontent, il ne le font pas à coups d’atomes ou de formules mathématiques, mais par des insultes qui n’ont aucun lien avec le statut supposé des scientifiques de ce niveau.

Cette descente aux enfers ne déroule alors que le nucléaire est pourtant au cœur de l’actualité internationale, comme le montrent des faits majeurs survenus cette semaine. D’abord en Iran, où l’enjeu nucléaire a constitué un élément clé de la dernière présidentielle. C’est d’ailleurs sur ce thème que le nouveau président iranien est attendu. Il a été ferme, et les Etats-Unis ont tout de suite répliqué par le président George Bush lui-même, pour affirmer qu’il exclu de permettre à l’Iran une maîtrise totale des technologies nucléaires.

C’est peut-être l’émergence de cette nouvelle donnée iranienne qui a peut-être poussé les Etats-Unis à changer d’attitude envers l’Irak. Washington a en effet reconnu avoir engagé des négociations avec les « insurgés » irakiens, ce qui ouvre la voie d’une solution. Si les Etats-Unis se trouvent contraints de s’en prendre à l’Iran, ils ne pourront le faire tout étant englués dans les marais irakiens. Ils seront peut-être même contraints d’accélérer la recherche d’une solution en Irak, en multipliant les concessions, en vue d’affronter l’Iran dans les meilleures conditions.

Autre fait majeur dans le domaine du nucléaire, les principaux pays occidentaux viennent de s’engager dans un projet faramineux, étalé sur un demi-siècle, pour poursuivre la recherche dans ce domaine. Paris a considéré le simple choix de la France pour y implanter ce projet, Iter, comme une victoire politique majeure.

Pourquoi tant d’empressement autour du nucléaire ? La France, comme toutes les grandes puissances, a une très grande maîtrise du nucléaire. En quoi un centre de recherche peut-il être aussi déterminant pour son avenir ? L’Iran possède la seconde réserve d’hydrocarbures dans le monde. Pourquoi insiste-t-il autant pour maîtriser le nucléaire, en insistant sur son utilisation civile et pacifique ?

Tout simplement parce que le nucléaire constitue en fait un moteur pour la recherche dans de très nombreux domaines. Ensuite, pour l’Iran, parce que l’énergie nucléaire ne coûte pas cher, et qu’il est absurde pour un grand pays pétrolier de continuer à produire chez lui de l’énergie à partir des hydrocarbures, alors qu’il peut vendre ces hydrocarbures pour des prix très élevés et produire une énergie domestique à moindre coût.

On se limitera à ces deux considérations, qu’on peut trouver dans n’importe quelle revue spécialisée. Sauf en Algérie. Mais à dire vrai, l’Algérie n’a pas besoin du nucléaire. Elle a déjà le RND. Elle n’a d’ailleurs pas besoin de la science : n’a-t-elle pas promu au rang de ministre d’état un éminent chercheur, Abou Djerra Soltani, qui a écrit un livre sur la sorcellerie ?

حرارة الصيف وحرارة الوطنية

 عاد الاستقلال، وغابت الحرية… احتفلت البلاد بذكرى الاستقلال، لكنها لا نبالي بالحريات الفردية والجماعية…

 عابد شارف

أهي نتيجة لحرارة الصيف؟ أم هل أنها حمى وطنية أصابت البلاد مع اقتراب بعض المواعيد التي تحمل رموزا كبيرة؟ لا نملك الجواب لحد الساعة. لكن من الواضح أنه مع ارتفاع درجة الحرارة، ارتفعت لهجة الخطاب الرسمي وغير الرسمي تجاه فرنسا ليبلغ ذروته مع الاحتفال بعيد الاستقلال. فبعد سلسلة من التصريحات التي كان يراد منها أن تعطي درسا في التاريخ لفرنسا، جاء دور الرئيس عبدالعزيز بوتفليقة الذي وعد المستعمر السابق أنه سيشربه "المرار" قبل أن يتكلم ممثل المجاهدين ليعطي وعدا أنه مستعد لمواجهة جديدة. وسألنا عددا من الأطباء ليفسروا لنا سبب هذه الحمى الوطنية التي أصابت الأوساط الرسمية، فلم حجة مقنعة. وقال أعضاء من جبهة التحرير الوطني أن هذه التصريحات جاءت بعد قانون 23 فيفري الذي صادق عليه البرلمان الفرنسي لتمجيد الاستعمار. وإذا كان هذا القانون فعلا غير لائق من الناحية الأخلاقية، وإذا وافقنا الرئيس عبدالعزيز بوتفليقة هذه المرة للقول أن الاستعمار يشكل بالنسبة للجزائري جريمة في حق الإنسانية، فإن المصادقة على القانون الفرنسي تمت قبل أربعة أشهر، بينما لم تظهر الحمى إلا في الشهر الماضي… ويمكن كذلك أن نذكر أن نفس الأحزاب والشخصيات التي شنت حرب الحمى وطنية هذه السنة هي نفسها التي جاءت بالرئيس الفرنسي جاك شيراك ونظمت له لقاء شعبيا مع الشباب الجزائري مثلما قيل وقتها، وهي نفسها التي كانت تحضر لميدان لمعاهدة صداقة مع فرنسا، وهي المعاهدة التي كان من المفروض أن يتم الاتفاق عليها قبل نهاية السنة. ومن المفروض أن نعرف لماذا وقع هذا التغيير. هل أخطأت الجزائر في تقديرها لتغيير الذهنيات في فرنسا قبل أن تكتشف اليوم أن فرنسا مازالت البلد المستعمر؟ أم أن فرنسا أخطأت لما أعربت عن نيتها في إمضاء هذه الاتفاقية وعادت اليوم لتعتبر أن الجزائر لم ترق بعد إلى رتبة الدول التي يمكن التحالف معها؟ والحقيقة… الحقيقة أن كل هذه المواضيع سهلة المنال، ومن السهل الكلام عنها والجدال حولها في المقاهي والمكاتب وفي الصالونات. وهي مواضيع تشبه "الكاوكاو" لأنها خفيفة وممتعة، لكنها تسقط الشهية لما يتعلق الأمر بالمرور إلى الأكل الحقيقي أو إلا المواضيع السياسية الأساسية. وبالفعل فإن قضية العلاقات مع فرنسا منعت الجزائريين أن يتساءلوا في هذا الموعد العظيم عما فعلوا باستقلالهم، وما تحقق من أحلامهم، وماذا سيترك أولائك الذين حققوا الاستقلال للأجيال القادمة. فالاستقلال جاء بأغلى ثمن ممكن، حيث كلف البلاد حوالي عشرة بالمائة من سكانها. ولما خرجت الجزائر من الحرب، ارتكبت أول خطأ حيث اعتبرت أن الاستقلال هدف بحد ذاته، وأن التاريخ انتهى بعودة البلاد إلى الحرية. واتضح فيما بعد أن المجهود الحقيقي كان من المفروض أن يبدأ بعد الاستقلال لأن الأمور أصبحت أكثر تعقيدا. فكام من السهل مثلا الخيار بين الحرية والاستعمار أثناء حرب التحرير، كلن الخيار بين الأنظم السياسية بعد الاستقلال كان أصعب بكثير. وذكر عبدالحميد مهري أن الاستقلال يزيد وينقص، أي أن حرية المناورة بالنسبة للمجتمع الجزائري تكبر وتضعف حسب الظروف، وأن البلاد إما أن تزيد قدرتها على التأثير على محيطها، إما أن تتأثر هي بالمحيط إذا كانت ضعيفة. ولعل أكبر عامل للقوة بالنسبة للبلاد هو توازنها وانسجامها. وقال أحد السياسيين منذ سنوات أن تحرير البلاد من المحتلين دون تحرير العباد وتمكينهم من ممارسة حقوقهم وحرياتهم ومواطنتهم يؤدي حتما إلى الاعتقاد أن الاستقلال ليس كاملا. وفعلا ما معنى الاستقلال إذا كانت فئة كاملة من المواطنين تعيش اليأس والحقرة؟ ويتسع مجال التساؤلات حول معنى ومحتوى الاستقلال إلى مواضيع أخرى أصبحت البلاد عاجزة عن الجواب عنها، بل أنها لم تبلغ حتى درجة النضج لطرحها بصفة علمية معقولة في إطار نقاش وطني يسمح للمواطن أن يعرف ما هو منتظر منه. فمثلا ما معنى الاستقلال في عالم اليوم في الميدان الاقتصادي ونحن نعرف أن الاتفاقيات الدولية التي أمظتها الجزائر ستقضي على معظم القواعد المهودة لحد الآن؟ وما معنى الاستقلال اليوم لما أصبحت المخابرات الجزائرية والأمريكية تتعاون في محاربة عدو مشترك ونحن نعرف أن فلسطين مازالت محتلة وأن الجنود الأمريكيين موجودون في النجف وكربلاء؟ وهل من المعقول أن استقلال الجزائر يؤدي إلى غلق الحدود مع البلاد المغاربية الأخرى التي كانت القاعدة الحصينة للثوار الجزائريين؟ وقد جاء في بيان أول نوفمبر أن الهدف من حرب التحرير هو استعادة الدولة الجزائرية الديمقراطية. فهل يمكن أن نقول اليوم أن البلاد بمؤسساتها الحالية من سلطة تنفيذية وبرلمان وعدالة قد بلغت ما كان منتظرا؟ وإذا كان الجواب سهلا هنا كذلك، فإن سؤالا آخر يبقى مطروحا والجواب عنه أصعب: ما العمل حتى تتحقق الأحلام التي كان يفكر فيها أولائك الذين ضحوا من أجل استقلال البلاد؟ ما العمل لتصبح الجزائر منسجمة متوازنة، حنينة العيش، لا تدفع أبناءها إلى الازدحام أثناء زيارة جاك شيراك للمطالبة بتأشيرة الدخول إلى أوربا؟ هذا سؤال موجه لمن تذكروا الوطنية في الأسابيع القليلة الماضية، بعد أن راهنوا على الاستثمار الفرنسي لدفع الاقتصاد الوطني… إنها أسئلة مطروحة منذ سنوات طويلة… ع.ش