Bab Ezzouar, la honte

Bab Ezzouar, c’est la plus grande université du pays. Celle où, paraît-il, on continue à dispoenser un minimum de savoir.
Dans la cité U mitoyenne, on parle pas de science. Mais de racisme. Un racisme à fleur de peau, qui surgit régulièrement, et brutalement. Cette fois-ci, des étudiants ont saccagé les chambres d’étudiants africains (pas de nationalité, mais simplment africains) et brûlé leurs affaires.
Le racisme en Algérie? Connaix pas. Sauf dans ces pogroms où des étudiants s’attaquent à des "Africains". Ou à Oran, où une chasse aux noirs a été déclnchée il y a dix huit mois.
Racisme aussi dans la manière qu’a eu la presse de traiter cette affaire. Certains articles étaient franchement racistes. Mais ne n’est pas nouveau: de nombreux journalistes se plaignent, dans des reportages, de la présence d’Africains, ces clandestins qui passent par l’Algérie pour tenter l’aventure européenne. Les Africains sont des trafiquants, des élinquants, ils vendent de l’alccol et de la drogue, et sont coupables de véhiculer le SIDA. Non, ce n’est pas l’extrême droite française qui utilise ces termes, mais des journaux algériens très modernes.
Honteux. Immonde.
Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s