L’économie au pays de Saad et Djaaboub

Pénurie de lait, de pomme de terre,
d’argent… mais plus que tout, l’Algérie souffre d’une grave pénurie d’idées.

Par Abed Charef

L’été, la rentrée sociale et le Ramadhan.
L’Algérie va vivre, en deux mois,  trois
moments révélateurs de sa mauvaise gestion et de sa non gouvernance. Cela ne
signifie nullement que le pays est bien géré le reste de l’année, bien au
contraire, mais confirme que le système de gestion du pays est désormais
incapable de répondre autrement qu’en essayant d’éteindre le feu, avec  le recours systématique à des solutions
ruineuses, parfois pires que le mal auquel  elles sont supposées répondre.

Deux exemples montrent comment des
solutions partielles, fragmentaires, prises dans l’urgence et la précipitation,
sans concertation ni réflexion, vont causer un grave préjudice à l’économie du
pays, alors que l’objectif affiché est de résoudre une crise conjoncturelle. Le
premier concerne la pénurie, désormais chronique, d’argent dans les agences
postales et autres centres de paiement. Dans un premier temps, responsables de
la poste et de la banque centrale se sont rejetés la responsabilité, chacun
essayant de sauver sa peau et son poste. Mais cela n’a évidemment pas résolu le
problème.

La banque centrale est cependant
tenue par certaines règles. Elle doit notamment assurer la disponibilité de l’argent,
d’une part, et, d’autre part, éviter des surliquidités, qui traduiraient une
forte inflation. La tension actuelle traduit en fait une forte hausse des prix
et une inflation largement supérieure aux chiffres farfelus avancés par les
responsables du pays. En langage simple, il faut plus d’argent pour acheter les
mêmes produits, alors que la masse monétaire en circulation devrait rester
stable.

La solution préconisée par les responsables
des centres de distribution est inadéquate. Ils demandent à la banque centrale
de leur fournir plus d’argent, ce qui produirait automatiquement une
dévalorisation de la monnaie. La poste s’est ensuite lancée dans une grande
opération de lancement de cartes de retrait. Cela aura un premier effet, celui
d’éviter l’encombrement des bureaux de poste. Mais cela ne règlera pas pour
autant le problème, car les distributeurs automatiques seront saturés à leur
tour, et ne pourront répondre à la demande. D’ici là, les clients risquent de
perdre confiance dans la carte bancaire, ce qui constituerait un coup très grave
pour l’avenir du système financier.

La solution consisterait alors à
généraliser le paiement par chèque et par carte bancaire. Il est en effet
inutile de distribuer des cartes bancaires et des chéquiers à des particuliers si
leur usage se limite au retrait d’argent. Par contre, le paiement par carte bancaire
accélérera le fonctionnement du circuit, allègera les procédures, diminuera
fortement la demande de liquidités et augmentera la sécurité de l’argent. Rappeler
ces évidentes donne l’impression qu’on redécouvre le fil à couper le beurre,
mais en Algérie, cela semble nécessaire…

Une telle action nécessite une
action coordonnée de tous les partenaires : banques, poste, entreprises, commerçants,
etc. Elle impose aussi un développement gigantesque du système de communication
nécessaire pour prendre en charge les transactions électroniques, un allègement
des procédures pour l’obtention de cartes de paiement ainsi qu’une campagne d’information
auprès des citoyens. Mais plus que tout, ceci demande une action coordonnée de
la part de tous les acteurs, car il suffirait qu’un seul élément de la chaîne
soit défaillant pour que tout l’édifice s’écroule. Ainsi, la poste s’est-elle
lancée dans une opération visant à distribuer plusieurs millions de cartes. Mais
si l’épicier du coin ne dispose pas du terminal nécessaire pour le paiement, l’usage
de la carte se limitera au retrait d’argent, ce qui n’a aucun effet sur la
pénurie actuelle de liquidités.

Le second exemple qui confirme la
non gouvernance du pays est celui de la pomme de terre, déjà largement évoqué. Sur
ce terrain le gouvernement a fait le choix le plus ruineux pour l’économie du
pays. Il a décidé de supprimé les taxes pour la pomme de terre de consommation.

Il est évident qu’il est de la
responsabilité des pouvoirs publics de préserver la paix sociale. Toutefois, l’option
choisie ne fait que différer le problème, et risque de l’aggraver à moyen
terme, pour plusieurs raisons. La promesse de faire baisser les prix risque de
ne pas être tenue, d’abord parce qu’il est difficile d’importer un demi million
de tonnes de pomme de terre en un mois, ensuite parce qu’une telle annonce d’importation
massive va provoquer une flambée des prix sur le marché international, et
alourdit inutilement la facture des importations.

D’autre part, le recours massif à l’importation
constitue, à l’évidence, un signal puissant adressé aux producteurs, leur
signifiant qu’on peut se passer d’eux. Il signifie également que le pays n’a ni
les moyens, ni l’intention, ni le savoir-faire nécessaires pour s’attaquer aux
vrais problèmes, ceux des terres agricoles, des infrastructures d’irrigation,
de la recherche et de la production de la semence.

Par ailleurs, la question du prix
de la pomme de terre date d’il y a un an. Le ministre du commerce d’alors avait
promis une baisse du prix pour le Ramadhan. On sait ce qu’il en fut. Il y eut
ensuite une polémique entre les ministres du commerce et de l’agriculture, qui
se rejetaient mutuellement la responsabilité de la flambée des prix. Les deux
hommes sont toujours là, mais entretemps, nombre de produits, comme le lait,
ont connu de graves crises. Peut-il en être autrement dans un pays qui confie
son agriculture et son commerce à Saad et Djaaboub ?

البطاطا في بلاد سعد وجعبوب

عابد شارف

وأخيرا، جاء القرار
الثوري الذي ينقذ الاقتصاد الجزائري، ويعيد للمواطن كرامته، وللفقير عزته،
وللمستهلك قدرته الشرائية. إنه القرار الرشيد الذي لم يفكر فيه لا خبراء صندوق
النقد الدولي وعلماء الهند والصين، بل أنه قرار ينبع من إبداع جزائري، ومن
"تمخميخ" يفوق قدرة الجنرال تواتي وعبقرية بلعيد عبد السلام. وأخيرا
فإنه القرار الذي يصفق له المواطن البسيط وصاحب الدخل الضعيف، كما يعترف بجديته كل
حزب يتكفل بالفئات المحرومة.

هذا القرار الثوري هو
ذالك المتعلق بإلغاء كل الرسوم على البطاطا المستوردة ابتداء من 20 أوت وحتى
نوفمبر المقيل، وقد تم الإعلان عنه رسميا بعد أن اقترحته الحكومة على الرئيس عبد
العزيز بوتفليقة الذي أمضى أمرا رئاسيا لهذه الغاية. وحتى تؤكد الحكومة عزمها على
حماية المواطن المسكين، فإن العديد من أعضائها وموظفيها قالوا أنهم سيعملون بكل ما
يملكون من قوة وإبداع من أجل تكسير أسعار البطاطا في السوق الجزائرية…

ولا نعرف هل أن الحكومة
ستكتفي بهذا الحد، أم أنها ستذهب إلى أبعد من ذلك. والكل يعرف مثلا أن هناك أزمة
حادة في سوق الحليب، وأن الحكومة قررت أن تعطي المنتجين مساعدات مالية لتجنب
ارتفاع الأسعار. ثم إن هناك مواد أخرى تعرف توترا شديدا، مثل مواد البناء، والماء،
وغيرها. وإذا واصلت الحكومة في هذا المنهج، فإنها ستتوصل يوما ما إلى مساعدة كل من
يستهلك مادة ما حتى تبرهن عن حسن نيتها في مساعدة الجزائريين…

وقبل أن تلجأ الحكومة
إلى هذا القرار الثوري، فإنها قامت بحرب شرسة ضد أعداء الوطن الذين يريدون تجويع
الشعب الجزائري، ويتلاعبون بالسوق، ويكدسون البطاطا بكميات هائلة في غرف للتبريد
بهدف بيعها بأثمان عالية. وتم حجز كميات هائلة بلغت 200 قنطار بمدينة الرمشي في
ولاية تلمسان، في إطار حرب ضروس ضد المضاربين…

وفي نهاية المطاف، فقد
استطاعت الحكومة أن تبرهن عن فشلها التام، وعن عجزها الشامل، وتؤكد أنها غير قادرة
عن التفكير في أية إستراتيجية اقتصادية أو تنموية، بل أنها أصبحت تتصرف بطريقة
تؤدي حتما إلى تخريب الاقتصاد، حيث أنها إذا أرادت أن تعالج مشكلا فإنها تختار
حلولا تفرز عدة مشاكل، أي أنها تتعامل مع الداء بداء أخطر. ويتضح ذلك من خلال
النقاط الآتية:

  1. لقد صادقت
    الحكومة على قانون للمالية ثم على قانون مكمل للمالية، وهي النصوص التي تحدد
    مبلغ كل الضرائب. ولم تتطرق الحكومة إلى البطاطا لأنها لم تكن تنتظر أزمة في
    سوق هذه المادة، مما يؤكد عجزها على قراءة الحياة الاقتصادية.

  2. إن حل مشكل
    الأسعار بطريقة إلغاء الرسوم يؤدي مختلف المتعاملين إلى المطالبة بنفس الامتيازات،
    مما يؤدي بدوره إلى تحطيم فكرة الضرائب التي تبقى إحدى الركائز الأساسية
    للاقتصاد والتضامن الوطنيين.

  3. إن الجزائر بحاجة
    إلى توسيع شبكة الضرائب إلى كل القطاعات لا إلى إعفاء بعض المتعاملين منها.

  4. إن اللجوء إلى إلغاء
    الرسوم يعني تشجيعا للاستيراد وحربا ضد الإنتاج المحلي، كما أنه يشكل دعما
    مباشرا للمنتج الأوربي على حساب المنتج الجزائري.

  5. إن القرار الذي
    تم اتخاذه لإلغاء الرسوم يشمل البطاطا الموجهة للمستهلك لا تلك الموجهة
    للإنتاج. وبذلك فإن هذا القرار سيؤثر على الإنتاج سلبا، حيث أن أسعار البذور
    ستبقى مرتفعة، وأن الفلاحين سيترددون قبل زرع مساحات إضافية بسبب حرب الدولة
    ضدهم، مما سيؤدي إلى انخفاض في الإنتاج في الفصل المقبل، وبالتالي إلى ارتفاع
    في الأسعار في السنة القادمة. وستتواصل الحلقة إلى ما لا نهاية.

  6. إن القرارات التي
    اتخذتها الحكومة لن يكون لها أثر يذكر على الأسعار لأن سياسة الحكومة ستؤدي
    إلى ندرة البطاطا في السوق بصفة دائمة. إضافة إلى ذلك فإن كل الخبراء يعتبرون
    أنه من المستحيل استيراد نصف مليون طن من البطاطا و20 ألف طن من اللحوم في
    فترة قصيرة جدا.

  7. إن اللجوء إلى
    الاستيراد بهذه الطريقة سيؤدي حتما إلى ارتفاع الأسعار في السوق الدولية، مما
    سيؤدي إلى ارتفاع فاتورة الاستيراد من جهة، وإلى ارتفاع البطاطا المستوردة من
    جهة أخرى.

  8. أخيرا، فإن هذه
    الطريقة في مواجهة المشاكل تؤكد أن السلطة الجزائرية تكتفي بلعب دور رجال
    الإطفاء، لكنها لا تفكر أبدا في طريقة تسمح بدفع الاقتصاد الوطني ورفع
    الإنتاج. فهي تحاول الحد من آثار الكارثة لكنها عاجزة عن التنبؤ بها واتخاذ
    القرارت الضرورية لنتجنبها. وهذا شيء طبيعي في بلاد اختارت سعد وجعبوب لتسيير
    فلاحتها وتجارتها.

ع.ش

Pétrole contre pomme de terre

La pomme de terre est aussi chère que le pétrole. Mais elle est renouvelable. Le pétrole non.

 

Par Abed Charef

 

La lourde sanction de la bureaucratie est tombée. Un fellah, qui avait stocké vingt tonnes de pomme de terre dans une chambre froide à Remchi, dans la wilaya de Tlemcen, a été pris en flagrant délit de spéculation. La direction du commerce de la wilaya a donc décidé de saisir la marchandise et de porter l’affaire en justice. C’est à peine si le communiqué annonçant la saisie n’accuse pas le fellah en question d’être à l’origine de la hausse du prix de la pomme de terre.

C’est donc une grande victoire de la bureaucratie. Et de la bêtise aussi. Car dans tous les pays du monde, la construction d’une chambre froide répond à un objectif évident, celui d’acheter des produits durant la période où ils sont abondants et à bas prix, pour les revendre en saison creuse, lorsque les prix remontent. Le fellah ou le commerçant qui investit dans ce domaine affiche donc son intention dès le premier jour. L’accuser de spéculation relève d’une analyse primaire, sans fondement économique, avec pour seul but de blanchir une bureaucratie incapable de promouvoir la production, et qui se réfugie dans la sanction bête et méchante, un domaine dans lequel elle excelle car elle n’a de comptes à rendre à personne.

Ceci est valable pour la pomme de terre comme pour le lait, les céréales et les autres produits de large consommation, dont les prix connaissent une hausse importante sur le marché international. Pour tous ces produits, il y avait deux attitudes possibles, mais antagoniques. La première a pour objectif de sauver le ministre ou le directeur en poste. Elle consiste à faire un discours creux, à menacer les spéculateurs, annoncer des importations massives, à promettre que les prix n’augmenteront pas, même si c’est faux, et à demander l’application de mesures aussi illégales qu’absurdes, comme la suppression des taxes pour la pomme de terre importée.

La seconde démarche est celle qui devrait pousser les pouvoirs publics à explorer les moyens devant permettre d’augmenter la production dans les prochaines années, quitte à traverser une période d’impopularité. C’est le bons sens, mais le bon sens semble avoir déserté l’Algérie, d’autant plus qu’il nécessite une véritable réflexion, suivie d’une démarche basée non sur le souci de plaire au chef,  mais sur la nécessité d’aboutir à des résultats pour le pays.

Pour la pomme de terre, la démarche est non seulement possible, mais nécessaire. A l’heure actuelle, le pays peut produire pour satisfaire ses besoins. Mais l’objectif à atteindre est de doubler la production, pour répondre à la poussée démographique, d’un coté, et, d’un autre côté, remplacer les céréales par la pomme de terre comme aliment de base des Algériens.

Parvenir à un tel objectif nécessite une action sur plusieurs fronts : augmenter les surfaces cultivées, étendre et améliorer l’irrigation, trouver de nouvelles terres, parvenir à une meilleure maîtrise des techniques, et notamment le renouvellement des semences. C’est donc un immense effort qui s’impose, pour la construction de nouvelles infrastructures d’irrigation, la mise en valeur ou la conquête de nouvelles terres, et l’injection d’investissements massifs, ainsi que la construction de structures de stockages pour conserver la pomme de terre et spéculer, oui spéculer, car il ne sert à rien de produire massivement de la pomme de terre si elle doit pourrir en été.

Au bout du compte, les pouvoirs publics avaient intérêt à manipuler les prix de la pomme de terre pour les pousser vers le haut, en vue de favoriser une augmentation de la production. Mais non seulement ils en étaient incapables, mais quand la conjoncture leur offert cette occasion, ils ont décidé de ne pas la saisir, et même de la combattre. Ils préfèrent importer, subventionnant ainsi les producteurs européens, plutôt que de subventionner les producteurs algériens en leur fournissant les infrastructures de base nécessaires à l’extension de la production.

Pourtant, le marché international offre un exemple édifiant sur la manipulation des prix, destinée à réguler des marchés pour préserver les intérêts du pays à long terme. Ainsi, le prix du pétrole a triplé en quelques années. Pourtant, tous les analystes sont d’accord sur plusieurs points : la production est suffisante, il n’y a pas de risque de pénurie à court et moyen termes, aucune crise majeure n’est attendue dans l’immédiat.

Pourquoi donc cette hausse ? Simplement parce que les pays riches, Etats-Unis en tête, ont besoin d’un prix du pétrole élevé pour relancer l’exploration, et favoriser également la recherche et la construction dans le domaine du nucléaire. Un  prix du pétrole élevé permet de contrer les lobbies écologistes, de justifier les investissements lourds qu’impose le nucléaire, et de relancer une recherche coûteuse. Qu’importe les difficultés conjoncturelles si elles sont nécessaires pour préserver les intérêts du pays sur le long terme.

Encore faudrait-il que cette affirmation puisse avoir cours en Algérie.

  

Ficelles et marionnettes

Et si Belaid Abdessalam et le général Touati ni adversaires ni ennemis, mais deux hommes complémentaires ? Lecture.

 

Par Abed Charef

 

Il y a des matches difficiles à arbitrer. Celui que se livrent, en ces journées de canicule, Belaïd Abdessalam et le général Mohamed Touati en fait partie, tant il est malaisé de rester neutre dans une confrontation où la seule décision raisonnable semble être de sanctionner les deux protagonistes d’un carton rouge et de les renvoyer dans leur douar d’origine, en leur signifiant clairement qu’ils sont définitivement exclus du jeu. Car à lire les reproches que les deux hommes s’échangent et le type d’argument qu’ils présentent pour se défendre, on a de la peine à croire qu’ils ont eu en charge la direction des affaires du pays dans un moment crucial.

Dans ce combat faussé, Belaïd Abdessalam semble, à priori, plus faible. Arrogant, imbu de sa personne, adoptant le ton de celui qui détient la vérité, il ne semble même pas se rendre compte de la faiblesse de ses arguments. Racontant comment il est devenu chef du gouvernement, durant l’été 1992, il donne aussi, malgré lui, une idée sur le fonctionnement du pouvoir.

Il a rencontré le président du HCE d’alors, Ali Kafi, et celui qui apparaissait come l’homme fort du pays, Khaled Nezzar. Il leur fait un exposé sur sa manière de voir la gestion du pays. A l’issue de l’entrevue, ils lui proposent le gouvernement, et il accepte. Aussi simplement. Il n’y a ni délibération, ni concertation, ni consultation. Et cela se passe au moment où l’Algérie est en train de basculer vers le terrorisme, deux semaines après l’assassinat d’un chef de l’état, Mohamed Boudiaf.

La démarche révèle une partie de la manière dont Belaïd Abdessalm conçoit le pouvoir. La légitimité est un concept dont il ne soucie guère. Nommé par l’armée, il a une légitimité au-dessus de tout. Quant aux choix économiques et politiques, il est persuadé qu’il détient la vérité. Il brandit un nationalisme épidermique qui lui suffit à justifier tous les errements.

Ses échecs ne peuvent donc être que le résultat de mauvais choix. Il les imputent aux autres. Il a ainsi passé une décennie, celles des années  1980, à accuser le président Chadli Bendjedid et ses gouvernements successifs. Il a passé la décennie suivante à accuser le général Touati.

Toutefois, le déballage de Belaïd Abdesalam reste cette fois-ci sélectif. Dans la version de son livre mise sur le net, il omet de parler de l’intervention du général Touati au profit d’un puissant industriel, qui avait bénéficié d’un dégrèvement fiscal d’une vingtaine de milliards. Il ne parle pas non plus des trois puissants hommes d’affaires qui monopolisaient 80 pour cent des crédits en devises sous le gouvernement de son prédécesseur. Pourquoi ces silences, alors que Belaïd Abdessalam en avait abondamment parlé dans des déclarations antérieures ?

A l’inverse, le général Touati apparaît comme un homme souple, sachant manier les mots et les concepts. C’est un « mokh », paraît-il. Un homme qui prend Belaïd Abdessalam de haut, presque avec mépris. Un expert qui manipule aussi biens les questions sécuritaires que le contrôle des changes.

Belaïd Abdessalam a laissé l’Algérie en cessation de paiement larvée, obligeant la Banque d’Algérie à recourir à la pratique périlleuse des « suspens », rapporte le général Touati. Et dans la foulée, il explique en quoi consiste cette technique : différer les arriérés de paiement pour disposer d’un minimum de fonds et éviter de se déclarer en faillite.

La leçon d’économie achevée, le général Touati a beau jeu de tirer sur un cadavre politique, un cadavre certes velléitaire, mais un cadavre tout de même. Et cela révèle toute l’habileté du général Touati comme celle du vrai pouvoir algérien : concentrer toute l’attention sur les erreurs, grossières, du pouvoir apparent pour éviter de donner son propre bilan. S’il est aisé de charger Abdessalam de tous les maux, on n’a pas connaissance d’une opposition du général Touati à sa nomination à la tête du gouvernement, alors que Abdessalam a au moins mérite, celui de n’avoir jamais caché ses préférences pour une économique bureaucratique centralisée « djahilienne » et un autoritarisme sans limites.

 

Le général Touati confirme ainsi où se trouve le vrai pouvoir. Il révèle comment, lui et Khaled Nezzar, un homme qui n’est pas particulièrement connu pour la finesse de ses analyses économiques, ni politiques d’ailleurs, il révèle comment ils ont poussé Belaïd Abdessalam vers la sortie, pour le remplacer par Rédha Malek et aller à une décision capitale, celle du rééchelonnement de la dette extérieure.

C’est peut-être là l’un des rares points d’intérêt de cette polémique entre Belaid Abdessalam et le général Touati : montrer comment fonctionne le pouvoir, avec quelle légèreté sont prises certaines décisions qui engagent l’avenir du pays, et comment des subalternes sont chargés d’annoncer des décisions prises ailleurs alors que ceux qui décident réellement sont dans l’ombre, et n’ont de comptes à rendre à personne.

Belaïd Abdessalam fait partie de ceux qui font des discours, ont l’illusion de gouverner et se lancent dans des pamphlets qu’ils confondent avec le débat politique. Le général Touati fait partie de ceux qui décident, poussent vers des choix dont l’impact est très grave pour le pays, mais restent dans l’impunité. C’est la principale différence entre les deux hommes. Pour le reste, ils sont parfaitement complémentaires. Ils sont même indispensables les uns aux autres. Car celui qui tire les ficelles ne peut vivre que s’il y a une marionnette au bout de la ficelle.

  

ثرثرة في حر الصيف

عابد شارف

غاب النقاش السياسي في الجدال الذي نشب بين الوزير الأول الأسبق بلعيد عبد السلام والجنرال محمد تواتي. ولم تؤد كتابات وتصريحات الطرفين إلى ظهور حقائق جديدة كانت مخفية على الأخصائيين. عكس ذلك، فإن بلعيد عبد السلام يبدو وكأنه تراجع عن بعض التصريحات التي امتنع أن يكررها هذه المرة، مثل تلك المتعلقة بتدخلات الجنرال تواتي لصالح أحد رجال الأعمال الأقوياء لإعفائه عن الضرائب، أو تلك المتعلقة باحتكار القروض بالعملة الصعبة من طرف ثلاثة أشخاص خلال عهدة الحكومة التي سبقته.

لكن السيد بلعيد عبد السلام ركز كل نيرانه على شخص الجنرال تواتي. ومثلما يجب الاعتراف للوزير الأول الأسبق أنه يبقى متمسكا بالخطأ، ويدافع عنه بكل قواه، يجب كذلك ملاحظة أنه يبقى متمسكا بطريقة بالية في التعامل مع السياسة، حيث لا يعيد النظر في مساره ولا في قراراته، بل أنه يحمل الآخرين مسئولية أخطائه. وقد قضى الرجل عشرية كاملة خلال الثمانينات وهو يواجه أصابع الاتهام للرئيس الشادلي بن جديد وحكوماته المتتالية، قبل يوجه غضبه للجنرال تواتي خلال العشرية ما بعد مغادرته الحكومة.

وأبدى بلعيد عبد السلام أنه ثابت في أفكاره ولو أدت إلى الهلاك. فهو لا يقبل الرأي المعاكس لما يكون في السلطة، قبل أن يكتشف قيمة النقاش لما يجد نفسه في الهامش. إنه لا يرى رأيا غير رأيه، ولا يجد الصواب إلا في أخطائه.

وحقيقة الأمر أن الجنرال تواتي، رغم التهمة الخطيرة التي تم توجيهها إليه، إلا أنه وجد ميدانيا سهلا ليجر بلعيد عبد السلام في الأوحال ويأخذ ثأره. وقد اختار الجواب بكبرياء، وأعطى درسا في الاقتصاد، وتعامل مع بلعيد عبد السلام باحتقار. لكن الجنرال تواتي بدوره لم يخرج سالما من القضية، لأن الجدال الذي فرض نفسه في الشارع أعطى الجزائريين فكرة عم طريقة عمل السلطة، وعن انهيار هؤلاء الذين كان المواطن يعتبرهم سياسيين وأهل سلطة.

ولما يقول الجنرال تواتي أن بلعيد عبد السلام كلن فاشلا، فإنه لا يأتي بجديد، ولو أن الوزير الأول الأسبق يحتفظ بكمشة من الأنصار الذين يرفضون هذا الرأي. لكن لا يعرف عن الجنرال تواتي أنه عارض فكرة تعيين عبد السلام على رأس الحكومة، رغم أن هذا الأخير كان يبوح بأفكاره الاقتصادية الجاهلية منذ سنوات طويلة.

ويعتبر الجنرال تواتي نفسه "خشخاشا" من الناحية الفكرية، وأكد أنه كان يعتبر إعادة جدولة الديون الخارجية أحسن وسيلة للخروج من الأزمة الاقتصادية، وتمكن في الأخير أن يفرضها على البلاد لمن لا أحد يحمله الدمار الاقتصادي الذي أدت إليه العملية. ويجب التذكير هنا بنقطتين، أولهما أن الحزب الذي كان يدافع آنذاك عن إعادة الجدولة هو الأرسيدي الذي يعتبر الجنرال تواتي مقربا منه. وثانيهما أن رضا مالك الذي استولى على الحكومة بعد بلعيد عبد السلام تبنى قرار جدولة الديون قبل أن يعترف أنه لم يكن يعرف ما معناها. ولعل هذا أهم ما جاء به الرجلان: إنهما يعطيان المواطن فكرة عن طريقة تسيير البلاد، وغياب المؤسسات، ونرجسية العباد وتسلطهم، وإلى أية درجة يصل احتقارهم للمواطن. أما الباقي، فإنه مجرد ثرثرة في حر الصيف.

ويتضح من ذلك أن قرار إعادة الجدولة لم يكن قرار رضا مالك، إنما كان قرار أشخاص أو مجموعات أخرى، فرضت هذا الخيار على البلاد، لكنها لا تتحمل مسئوليته السياسية. ويقول الجنرال تواتي صراحة أنه كان من أنصار هذا القرار، وسانده في ذلك الجنرال خالد نزار، رغم أنه لم يسبق للجزائريين أن يعلموا عن الجنرال نزار أنه كان فقيها في الاقتصاد ولا في أشياء أخرى.

وتوحي كتابات بلعيد عبد السلام أكد أنه من ذلك الصنف الذي يحب السلطة، ويريد الوصول إليها أو البقاء فيها لأنه مقتنع أن رأيه مقدس، كما أنه ينتمي إلى ذلك الصنف الذي يكثر الخطاب، ويحلم بالبقاء في واجهة السلطة، ويعتبر أن شتم أعدائه يشكل نقاشا سياسيا وأن الثرثرة تشكل برنامجا. أما الجنرال تواتي، فإنه ينتمي إلى تلك الفئة التي تتخذ قرارات ذات نتائج كبرى وخطيرة على البلاد دون أن يتحملوا مسئوليتها، لأنهم يعملون في الظل، ولأنهم يجدون رجالا يقومون بتكبيقها من أمثال بلعيد عبد السلام. وإذا كان أمثال عبد السلام أكثر عددا وظهورا على الساحة، وأكثر فلكلورا في تصرفهم، فإن الفئة الأخرى أكثر سلطة وأخطر على البلاد ومؤسساتها.

ع.ش