Une « roukia » n’est pas un choix politique

Le monde bouge. L’Algérie attend. Mais elle ne sait même pas ce qu’elle attend.

Par Abed Charef                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

A moins d’une année de la fin du second mandant du président Abdelaziz Bouteflika, le pays semble partager entre deux options : celle d’un troisième mandat, qui n’a plus la côté depuis quelques semaines, et celle d’un « aménagement » du mandat actuel du chef de l’état, pour le prolonger de deux années supplémentaires, tout en créant un poste de vice-président. Depuis que les partisans du troisième mandat ont été invités à mettre en sourdine leur « exigence » de voir le chef de l’état réviser la constitution pour poursuivre l’œuvre de redressement du pays, il semble que c’est la deuxième option qui ait la côte. On se contenterait alors d’ « aménager » la constitution, en attendant que les hypothèques, nombreuses, soient levées.

Ce choix aurait l’avantage de ne pas trop bousculer les équilibres internes du pouvoir. Il préserve le statu quo en vigueur depuis des années, ce qui rassure le pouvoir. Car ce que celui-ci redoute le plus, c’est le changement. Consciemment ou non, le pouvoir sent qu’il peut tout contrôler, à condition que rien ne bouge, que rien n’évolue. A l’inverse, il sait qu’un changement dans l’un de ses compartiments peut l’entraîner dans un mouvement incontrôlable, et qu’il aura beaucoup de difficultés pour reprendre les choses en mains.

Mais prolonger le mandat du chef de l’état deux années supplémentaires comporte de nombreux handicaps, juridiques, politiques et moraux, détaillés par M. Mohamed Nabi samedi dernier dans « Le Quotidien d’Oran ». A tous ces obstacles, il faudra en ajouter un autre : une telle décision mettrait le pays en hibernation, à l’image de ce qu’offrait l’Union Soviétique de la fin des années soixante dix et du début des années quatre vingt.

Ce n’est pas seulement l’état de santé du chef de l’état, sujet délicat à aborder sur le moral, qui pose problème. C’est le fonctionnement du pays dans son ensemble qui est en cause, car l’ensemble de la machine est paralysée. Il suffit d’évoquer la situation du pays ces dernières années pour s’en rendre compte.

Du reste, même un système aussi performant que celui des Etats-Unis connaît une période de flottement durant la deuxième moitié du président en exercice. En Algérie, en temps normal, le système politique ne permet pas de prendre des décisions. Il interdit le débat, et impose une gestion au coup par coup, sans cap ni projet politique. Quand, à un système pareil, se greffe une échéance politique importante, tout se fige. Toutes les décisions sont reportées. Tout le monde sait qua dans ces situations d’attente, les règles non écrites priment la loi. On passe du statu quo à la glaciation.

Depuis trois ans, le pays a plongé dans cette situation. Les responsables du pays ne prennent aucune initiative. Ils gèrent les affaires courantes, dans l’attente de savoir dans quel sens soufflera le vent. Ils font face aux crises et émeutes en ayant recours aux seules méthodes qu’ils connaissent : subventionner et réprimer. D’autres, non initiés, font des va-et-vient incessants. Ils annoncent une décision et font le contraire. Ils privatisent le CPA et se ravisent, en font de même pour Algérie Télécom, et mènent campagne pour réviser la constitution pour se faire discrets quelques semaines plus tard. Cela a abouti à une situation cocasse : des ambassadeurs étrangers se sont publiquement plaints de ce que le pays n’offre aucune visibilité ! Qu’en est-il alors des Algériens, entrepreneurs ou dirigeants d’entreprises publics ?

Mais pendant que l’Algérie attend, le monde autour de nous bouge. Et avance. Avant que l’Algérie n’émette un point de vue sur le projet d’Union pour la méditerranée, les rôles avaient été distribués. Lassés, les partenaires potentiels s’en vont ailleurs. Renault s’installe au Maroc, et même la Libye, gérée par un système primaire, tente de supplanter l’Algérie sur certains dossiers.

Dans de telles conditions, opter pour un troisième mandat est un choix qui comporte de nombreux handicaps, mais cela permettra au moins de faire illusion. La composition d’un nouveau gouvernement, l’agitation autour de son programme, le dispositif à mettre en place pour tout organiser constitueront autant de d’opportunités pour faire semblant d’avoir une vie politique.

Par contre, prolonger le mandat actuel de M. Bouteflika de deux années signifie clairement que la léthargie actuelle va se transformer en coma. L’indécision sera, de fait, établie en règle de gestion. Les choix, qui pourraient être faits l’année prochaine, avec les présidentielles, seront reportés de deux ans, qu’il s’agisse de maintenir le chef de l’état au pouvoir ou de lui trouver un remplaçant. Et c’est tout le pays qui en sera paralysé pour de longues années encore. Et rien ne dit qu’il pourra se relever après un coma prolongé. A moins d’un miracle, qui consisterait non en une « roukia » de Bouguerra Soltani, mais qui pousserait les dirigeants du pays à prendre la mesure de l’état du pays et à prendre les décisions politiques qui s’imposent pour faire basculer le pays dans le monde moderne et dans la modernité.

Poster un commentaire

1 commentaire

  1. ARGOTHEME

     /  20 juin 2008

    Bonjour.
    Un ami vous conseille cet article Sur le même sujet de la 3ème mi-temps convoitée par le nain.
    Cordialement.

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s