Ministres, imams et harraga

Les ministres algériens sont
précieux. Si précieux qu’on ne veut pas en perdre un seul. On les garde en
bloc.

Par Abed Charef

On ne change pas une équipe qui
gagne. Pour le président Abdelaziz Bouteflika, le gouvernement en place avant
les élections présidentielles du 9 avril a si parfaitement rempli sa mission
qu’il ne fallait surtout pas y toucher. C’est une équipe qui frise la
perfection, dans sa composition comme dans son organisation. Elle est aussi d’une
efficacité redoutable. La conserver, sans 
en briser l’harmonie ni altérer les équilibres, est un acte patriotique.

Le bilan de cette équipe
gouvernementale est en effet impressionnant. Elle a si bien géré les affaires
du pays que les Algériens ont massivement adhéré à sa politique. Preuve en a
été donnée le 9 avril, lorsque 75 pour cent des Algériens, bravant la pluie et
les difficultés, se sont rendus aux urnes pour participer aux élections
présidentielles, montrant ainsi leur passion pour la vie politique. Entre deux
élections, le chiffre de la participation a doublé, ce qui montre la très forte
adhésion à la politique suivie par les dirigeants algériens sous M. Bouteflika,
et particulièrement depuis le retour de M. Ouyahia au gouvernement.

Et sur les trois quarts des
Algériens qui ont voté le 9 avril, 90 pour cent ont littéralement plébiscité le
président Abdelaziz Bouteflika. Cela montre que le programme du chef de l’état
était bon, que ses choix ont été judicieux aussi bien dans les domaines
politique et économique que dans le domaine des hommes appelés à mettre en
œuvre son programme. Ceci a naturellement débouché sur des résultats qui ont dépassé
toutes les espérances. Dès lors, il n’était plus question de changer ni le chef
de l’état, ni les ministres qui ont été à la hauteur.

Il suffit de rappeler que le
gouvernement a réalisé plus d’un million de logements, selon les propos du
ministre de l’habitat. Dans le domaine de l’emploi, l’Algérie compte un taux de
chômage nettement moins élevés que celui de l’Espagne, selon M. Djamel Ould
Abbas. Les institutions fonctionnent bien. Elles fonctionnent si  bien qu’il est désormais possible de fixer
les résultats d’une élection à l’avance.

A côté d’un bilan aussi solide,
il était naturel d’enregistrer quelques points noirs, qui restent toutefois
sans signification particulière. Malgré l’exploitation politicienne que veulent
en faire certains esprits chagrins, ces difficultés ne peuvent altérer la
marche triomphale du pays vers le progrès. Le phénomène des
« harraga », par exemple, que certains veulent mettre en évidence, n’est
qu’un épiphénomène sans impact sur le bilan du gouvernement. Celui-ci le traite
avec le dédain qu’il mérite. Pour le gouvernement, les « harraga » relèvent
tantôt de la délinquance, qu’il faut combattre, tantôt du manque de
patriotisme, selon les propos d’un ministre. A défaut de trouver des parades à
ce phénomène, on multiplie les explications d’un comportement jugé irrationnel.
Comment quitter un si beau pays, où sévit une bureaucratie si efficace, et où
les services publics fonctionnent si bien ?

Depuis cette semaine, une
nouvelle explication de la « harga » a été lancée sur le marché. Elle
est l’œuvre d’un célèbre prédicateur, un de ceux qui sont invités par le
ministère des affaires religieuses pour dialoguer avec les terroristes et gérer
l’islamise politique dans le pays. A en croire la presse, Oujdi Ghenim, un des
plus célèbres de ces maîtres de la pensée islamique, a déclaré que les
« harraga » manquent de foi et de conscience. Comment iraient-ils
ainsi à l’aventure s’ils avaient la foi et s’ils étaient conscients de leurs
actes, se demande le vénérable idéologue.

Ces cheikhs, intronisés comme
interlocuteurs des groupes armés, sont devenus très influents. Leurs prêches
attirent des foules impressionnantes, ce qui rappelle la fin des années 1980. Le
recours à ces imams médiatiques constitue apparemment un choix délibéré des
autorités algériennes, qui les ont appelés à la rescousse, pour tenter de
convaincre les membres des derniers groupes armés. Personne en Algérie n’ayant
la crédibilité nécessaire pour s’adresser aux terroristes, les dirigeants
algériens ont ramené certains de ceux qui les avaient poussés à prendre le
maquis, pour les inciter cette fois-ci à faire le chemin inverse.

C’est du moins ce que révèle une
lettre rendue publique la semaine dernière par un ancien dirigeant de l’AIS,
apparemment un proche de Madani Mezrag. Dans cette lettre, le dirigeant de
l’AIS accuse un des plus célèbres prédicateurs de la télé-religion, Iouadh
El-Qarni, d’avoir incité les jeunes à rejoindre le Jihad contre le pouvoir
algérien dans les années 1990, avant de retourner sa veste aujourd’hui et de
mener une campagne pour inviter les terroristes à accepter l’offre de
réconciliation !

C’est à ces prédicateurs que les
dirigeants du pays ont livré la rue. Après avoir interdit toute possibilité de
structurer le pays de manière moderne, avec des partis crédibles, des
associations libres et des syndicats représentatifs, le pouvoir laissé la seule
mosquée comme alternative. Mais comme personne en Algérie n’est en mesure de
prendre en charge cette mosquée, ce sont des chouyoukh importés du
Proche-Orient qui sont invités à remplir le vide. Qui sont ces chouyoukh ?
Pour qui travaillent-ils ? On n’en sait rien. Les ministres algériens non
plus. Mais ne pas savoir qui manipule la rue algérienne et les mosquées ne
semble pas gêner le bilan d’une équipe qui gagne.

Publicités

سلاح الجزائر السحري

عابد شارف

بعد سنوات طويلة
من التضحية والعطاء، وبعد مدة من العمل المتواصل من أجل نصرة الجزائر، قرر السيد
بوقرة سلطاني أن ينسحب من الحكومة ليترك المجال لجيل جديد من الشخصيات التي ستتحمل
مسئولية بناء مرحلة جديدة من تاريخ الجزائر. وفي سابقة غير معروفة في التقاليد
السياسية للبلاد، أبدع السيد بوقرة سلطاني، حيث سبق الأحداث، وطلب من رئيس الحكومة
ألا يكلفه بمهام أخرى عند تشكيل الحكومة الجديدة، حتى يسمح له بالتكفل ببعض
القضايا الحزبية والشخصية التي كان قد أهملها في الماضي.

ولم يجد السيد
أحمد أويحيى من مخرج إلا الاستجابة لهذا الطلب، لأنه لا يمكن له أن يحمل السيد
سلطاني أعباء جديدة بعد كل الذي قدمه قي خدمة البلاد. خاصة وأن السيد أويحيى شارك
السيد سلطاني في الحكومة مدة طويلة، وهو يعرف جيدا مدى التضحيات التي قدمها رئيس
"حمس" وعزمه على رفع كل التحديات.

وكان السيد بوقرة
سلطاني قد ساهم بقوة في إعادة انتخاب الرئيس عبد العزيز بوتفليقة، حيث أنه نشط
مهرجانات كبرى وشارك بجدية مع قادة حزبه في إثراء النقاش السياسي الذي دار قبل
الانتخابات. وكان دوره فعالا، إن لم يكن أساسيا، في تطبيق برنامج رئيس الجمهورية
خلال العهدة الماضية، وهو البرنامج الذي تم تطبيقه بحكمة من طرف وزراء منضبطين
وذوي كفاءة كبرى، مما سمح بالوصول إلى نتائج عظيمة جعلت من إعادة انتخاب السيد
بوتفليقة مجرد عملية شكلية.

وقد استطاعت
الحكومة التي كان يشارك فيها السيد بوقرة سلطاني أن تبني أكثر من مليون سكن، حسب
ما قاله وزير القطاع. أما في مجال التوظيف، فإن الجزائر قطعت شوطا أساسيا حيث
انضمت إلى البلدان التي لا تتجاوز فيها البطالة نسبة عشرة في المائة، مما يشير
مثلا إلى أن الجزائر تجاوزت إسبانيا في هذا الميدان. وفي الميدان الاقتصادي بصفة
عامة، فإن الجزائر برهنت بفضل حنكة السيد بوقرة وباقي الوزراء أن اقتصادها قوي إلى
درجة لا يتصورها أحد، حيث أن الاقتصاد الجزائري لم يتأثر بالأزمة الحالية التي
كادت تقضي على الاقتصاد الأمريكي…

وبما أن الحكومة
توصلت إلى هذه النتائج العظمى، فإن الشعب الجزائري كان متحمسا للمشاركة في الحياة
السياسية، وهذا ما يفسر نسبة المشاركة العالية جدا في الانتخابات الرئاسية التي
بلغت خمسة وسبعين في المائة. واعتبارا لهذه النتائج دائما، كان من الطبيعي أن يبايع
الشعب الجزائري من جديد السيد يوتفليقة، كما كان لا بد للسيد بوتفليقة أن يحافظ
على هذه الحكومة التي حققت كل هذه الإنجازات العظمى.

ورغم كل هذا،
يبقى بعض الحساد يحاولون استغلال ظواهر ثانوية وتأويل مواقف لا أهمية لها، لينالوا
من الجزائر وسمعتها. وتشكل ظاهرة "الحراقة" مثلا موضوعا من أهم المواضيع
التي يستغلها هؤلاء ليشككوا في انتصارات الجزائر، رغم أن ظاهرة
"الحراقة" لا تشكل إلا ظاهرة من ظواهر الإجرام. وقد قامت الحكومة بسن
قانون جديد لتلسط أقصى العقوبات على هؤلاء. وبما أن "الحراقة" يريدون
مغادرة البلاد مهما كان الثمن، فإن كل السلطات والمؤسسات ستعمل من أجل بقائهم قي
الجزائر مهما كان الثمن…

لكن القانون لم
يكن كافيا، فقام أحد الوزراء قائلا: إن "الحراقة" قوم تنقصهم الوطنية…
إن الذي يبقى متكئ على الحائط ليل نهار، دون عمل ولا مسكن ودون أفق، سيبقى ناقصا
في ميدان الوطنية إذا حاول أن يبحث لنفسه عن فضاء آخر يمكن له أن يلتقي صديقته دون
حرج، ويفعل ما يشاء في نهاية الأسبوع، دون أن يخشى كلام الجيران أو المراقبة في
الطرقات…

وبعد التحريم
القانوني والوطني، جاء دور التحريم الديني، وتدخل رجال الدين ليقولوا ما يقولون في
"الحرقة". وآخرهم وجدي غنيم، الذي اعتبر أن "الحراقة" أناس
ينقصهم الإيمان. وقال الشيخ الموقر أن سبب "الحرقة" قي رأيه "ضعف
الإيمان وقلة الوعي"… هذا كلام رجال الدين الذين جندهم وزير الشئون الديني،
السيد غلام الله، لمحاربة بعض الظواهر السلبية التي تعرفها الجزائر…

لكن لا يجب أن
نقلق. إن هؤلاء "الشيوخ" الذين كانوا يفتون بالأمس بضرورة الجهاد في
الجزائر، ليعودوا اليوم ليفتوا ببطلان الجهاد، بعد أن انهارت الجزائر، إن هؤلاء
الشيوخ سينقذون الجزائر، خاصة بعد أن قررت السلطة منع الأحزاب والنقابات المستقلة،
وسلمت لهم الشارع الجزائري… سينقذ الجزائر هؤلاء الذين يفتون بالجهاد صباحا ويحرمونه
مساء، حسبما جاء في تصريح لأحد أعضاء المجموعات المسلحة…

وإذا لم يكن عمل
الشيوخ المستوردين كافيا لإنقاذ الجزائر، فلا حرج… في ذلك اليوم، ستستعمل
الجزائر سلاحها السحري: يومها، سيعود السيد بوقرة سلطاني للحكومة للتضحية من جديد،
سيعود إلى الحكومة لينقذ البلاد…

عنف عادي لاستقبال عهدة عادية

عابد شارف

بينما كان السيد عبد العزيز بوتفليقة يؤدي القسم الدستوري لتولي منصب رئاسة
الجمهورية لعهدة ثالثة، اندلعت أعمال عنف في الذريعان، بولاية الطارف، للاحتجاج ضد
البطالة والبؤس. وكانت الاحتجاجات عنيفة حيث لم يتردد المتظاهرون على اقتحام مركز
الشرطة لهذه المدينة الموجودة بالقرب من عنابة.

وفي نفس اليوم، في بريان ، بولاية غرداية، أعلن أعيان من ممثلي الإباضيين
(المزاب) أنهم قرروا وضع حد للاتصالات التي كانت تجرى من أجل إعادة الهدوء إلى هذه
المدينة التي تعرف اضطرابات متكررة منذ أشهر عديدة. وأكد هذا التصريح أن المساعي
البيروقراطية والأمنية التي كانت تجرى لحد الآن لم تفلح، وأنها لم تمس عمق المجتمع
الذي يتألم. وسقطت معها كل التصريحات التي أدلى بها المبعوثون الخاصون والوزراء
وكل من جعل نفسه وصيا على مدينة بريان.

وبينما كانت بريان تتهيأ من جديد للغليان والمآسي، قام سكان قرية بوكرام
بغلق مقر البلدية، وذلك بعد خلاف حول مصير قطعة أرض. وتوجد بلدية بوكرام بالقرب من
الأخضرية بولاية البويرة، وهي من ذلك النوع من القرى التي لا تنتظر شيء من الإدارة
المحلية، ولا يصلها من الإدارة إلا ما لا يحمد عقباه.

ولعل البعض يتساءل: ما معنى هذه العودة القوية للعنف في الوقت الذي كان
السيد بوتفليقة يؤدي اليمين الدستورية لتوليه الحكم لعهدة ثالثة؟ هل هناك أيادي
خفية وقوى أجنبية تحرك الشارع الجزائري لفرض عدم الاستقرار وعرقلة المسيرة المضفرة
للشعب الجزائري نحو الأمن والاستقرار؟ أم هل أن هناك هدنة غير معلنة تم الاتفاق
عليها بمناسبة الانتخابات؟ أم هل أن هذا العنف ليس إلا نتيجة عجز بعض المسئولين
المحليين مما أدى المواطنين إلى ردود فعل عنيفة للاحتجاج ضد سوء التسيير؟

ولا شك أن هناك خبراء وأخصائيون يتبادلون تحاليل معقدة في صالونات الجزائر
وفي المخابر السياسية. ولا شك أن السفارات الأجنبية تجتهد لمعرفة هوية الجنرال
الذي يحرك الشارع، وأية جماعة تعمل لعرقلة الرئيس عبد العزيز بوتفليقة. وسنشاهد في
الأيام القادمة في قنوات التلفزيون الكبرى خبراء يشرحون لنا كيف أن هناك أطراف في
السلطة تريد مواجهة رئيس الجمهورية لأنه يكون قد تجاوز الخطوط الحمراء…

كل هذه التحاليل واردة… لكن الحقيقة أبسط من ذلك. إن الحقيقة مخيفة لأنها
بسيطة. والحقيقة أنه لا توجد مؤامرة ضد الرئيس، ولا محاولة لاقتسام السلطة بين
رئيس الجمهورية والجيش، كما أنه لا يوجد نزاع يكون قد أدى إلى مواجهة جديدة في
صفوف السلطة. والحقيقة أنه لا يوجد حزب ولا نقابة ولا قمة سياسية قادرة على تحريك
الشارع وفرض عدم الاستقرار. والحقيقة في آخر المطاف أن ما يحدث من أعمال عنف ما هو
إلا صورة من صور انهيار المؤسسات وتراجع القانون في البلاد.

ولا يكفي أن نقول أن العنف ليس من تقاليدنا، وأنه بعيد عن قيمنا، وأن ديننا
دين تسامح… إن العنف أصبح من أبرز الظواهر في المجتمع الجزائري، وتحول إلى عنف
عادي، يتعامل معه الناس وكأنه شيء طبيعي. إن العنف أصبح مقبولا، ومعترفا به، مثلما
أصبحت الرشوة ظاهرة طبيعية في المعاملات الاقتصادية.

وقد تغيرت العمليات الاحتجاجية من حيث الهدف والمضمون. فهي لا تعبر عن
مطالب فقط، بل تحولت إلى تعبير عن البؤس والغضب، في خليط من المطالب
و"النيف" والمروءة. وغالبا ما يعترف المشاركون في عمليات الاحتجاج أنهم
لا ينتظرون الكثير من قطع الطريق، وتكسير المنشآت العمومية. وقال لنا أحد
المشاركين في عملية احتجاج قبل أشهر في متيجة: إذا نجحنا الله يبارك. وإذا فشلنا
خلي تخلى…"

وفي أغلب الأحوال، فإن الأعمال العشوائية هذه تهدف إلى جلب اهتمام
المسئولين، حيث أن قطع الطريق يفرض على الوالي أن ينتقل إلى عين المكان، للتحاور مع
المحتجين واقتراح بعض الحلول. لكن مع ممر الأيام، أصبحت السلطات المركزية لا تبالي
بهذه الظاهرة، وأصبح المسئول المحلي يتعامل مع المتظاهرين باستهزاء، مما يزيد
غضبهم ويرفع مستوى البؤس. فهؤلاء يحتاجون إلى من يحترمهم ويكلمهم بطريقة مقبولة
ويحاورهم بجد، أكثر مما يحتاجون إلى أموال ووعود. إنهم يحتاجون إلى من يقنعهم أنهم
مواطنون، ويتعامل معهم على هذا الأساس.

وفي هذا الميدان بالذات، فإن العهدة الثالثة لم تأت بجديد يذكر، ولا توجد
مؤشرات توحي أن الوضع سيتغير في المستقبل القريب. فالعهدة الثالثة ستكون مثل سابقاتها…

présidentielles 2009: Le jour d’après

Après le vote, retour à l’émeute. L’élection du 9 avril n’a pas
changé grand-chose en Algérie.

Par
Abed Charef

Au
moment où M. Abdelaziz Bouteflika prêtait serment, dimanche dernier, pour
entamer son troisième mandat à la présidence de la République, des émeutes
éclataient à Dréan, dans la wilaya de Tarf, pour protester contre le chômage et
la malvie. Le siège de la sûreté de daïra a été saccagé dans cette ville située
à la périphérie de Annaba.

A
Berriane, des notables mozabites annonçaient, le même jour, qu’ils mettaient
fin au dialogue engagé pour rétablir la sérénité dans cette ville meurtrie.
Leur déclaration confirme que toutes les médiations engagées jusque-là ne
relèvent que de replâtrages, sans impact réel sur le tissu social. Les assurances
données par les bureaucrates locaux et les envoyés spéciaux venus d’Alger pour
apporter la sérénité ont volé en éclats.

Même
agitation à Boukram, où le siège de l’APC
 a été fermé par des habitants, mécontents
d’une décision relative à un choix de terrain. Boukram se trouve près de
Lakhdharia, dans la wilaya de Bouira. C’est l’un des villages dont les
habitants n’attendent visiblement rien de l’administration, et qui seraient
heureux de ne pas la subir.

Ce
brutal retour de la protestation de rue, le jour même où M. Bouteflika prêtait
serment, relève-t-il d’une action concertée, avec un complot ourdi par quelque
officine suspecte? Est-ce la fin d’une trêve implicite observée à
l’occasion des élections présidentielles du 9 avril ? Est-ce une opération
déclenchée par un quelque parti d’opposition, opération destinée à déstabiliser
le pays au moment où le chef de l’état entamait son nouveau mandat, pour bien
lui signifier que les cinq prochaines années ne seront pas de tout repos ?
Ou bien s’agit-il d’une simple accumulation de maladresses de la part de trois
responsables locaux, en trois endroits différents, qui ont abouti à cette
agitation ?

Dans
les salons d’Alger, dans les laboratoires et même dans les cabinets noirs, des
spécialistes tentent des analyses sophistiquées pour trouver des réponses complexes.
Dans les chancelleries, des experts et des barbouzes se demandent qui manipule
qui, au profit de qui, et quel clan tirera profit de ces tentatives d’affaiblir
le chef de l’état. Des spécialistes de l’Algérie interviendront sous peu dans
les grandes chaînes de télévision, style Al-Jazeera ou France 24, pour tenter
de déterminer si le président a encore réussi à avancer ses pions à la faveur
de cette agitation ou, au contraire, si c’est l’armée qui en tiré profit pour
mieux imposer ses hommes.

Mais
la réponse risque d’être beaucoup plus terrible, car beaucoup plus terre à
terre. Elle est terriblement banale : il n’y a ni complot ourdi, ni
opération concertée, ni main de l’étranger. Il n’y a
  même plus de parti d’opposition capable de
mener des opérations aussi compliquées. Il n’y a que l’Algérie ordinaire,
banale, qui se meurt dans des soubresauts interminables. Il n’y a que cette
Algérie installée dans une violence quotidienne, une violence à laquelle est
s’est tellement habituée qu’elle ne s’en rend même plus compte.

La
violence s’est banalisée, pour devenir une norme, comme la corruption ou le
trafic électoral. Elle est admise, acceptée, même quand elle prend l’allure
d’une jacquerie destructrice. La protestation de rue est devenue un simple
rituel à travers lequel des franges de la société essaient de montrer qu’elles
existent, dans un dernier baroud d’honneur. « Si ça marche, tant mieux, si
ça ne marche pas, que tout s’écroule (khalli tekhla) », nous disait
récemment un participant à une protestation dans la Mitidja.

Les
protestataires eux-mêmes ne sont pas forcément convaincus de l’efficacité de
leur démarche. Parfois, ils ont de sérieux doutes. Mais ils sentent bien qu’ils
sont contraints d’en passer par là, dans un mélange confus de nif, de
revendications, de redjla et de désespoir. Leur objectif est plus d’attirer
l’attention que de régler des problèmes. Ils demandent plus de considération
que d’argent. Mais à qui le demandent-ils ? En face, ils ont un monstre
administratif avec lequel ils ont divorcé depuis longtemps.

Cette
indifférence a achevé de compliquer la tâche. Il y a quelque temps,
« couper la route » provoquait inévitablement une cascade de
réactions. Derrière les forces de sécurité chargées de rétablir la liberté de
circuler, arrivaient des responsables locaux apeurés, des médiateurs mandatés
pour négocier, et des opportunistes tentés de trouver une brèche pour
s’introduire. Quand la presse s’emparait de l’affaire, ce qui constitue la
hantise des walis, c’est le jackpot, car les autorités locales sont contraintes
de négocier, ou de faire semblant. Mais on avait une certitude : une
émeute suscitait la curiosité.

 Aujourd’hui, les choses ont changé. Une émeute
n’intéresse personne. On peut détruire sa ville, sans qu’’un responsable ne se
déplace. Un ancien député a recensé plus de quinze émeutes dans sa wilaya durant
un seul mandat, sans que le wali ne soit relevé. Aucun ministre ne s’est
déplacé pour s’enquérir des causes de ces émeutes à répétition, malgré les
lourdes peines d’emprisonnement prononcées après chacune d’entre elles. Même
les correspondants de presse sont fatigués par ces émeutiers qui les placent
entre la nécessité d’en rendre compte et l’impératif de ne pas déplaire au
wali.

Au
final, l’émeute a changé de nature. Elle ne constitue pas un acte d’opposition
au président Bouteflika, ni une volonté de le déstabiliser. C’est simplement,
pour une certaine Algérie, une manière de se convaincre qu’elle existe encore.

Conférence de Genève sur le racisme: Ahmadinejad tombe dans le piège

Mahmoud Ahmadinejad n’est pas
le meilleur porte-parole quand on parle de Droits de l’Homme. Même quand il
joue de la modération.

Par Abed Charef

L’opération a été menée de main
de maître. Le pauvre président iranien Mahmoud Ahmadijenad n’y a vu que du feu.
Lui qui avait l’intention d’être la vedette de la conférence de l’ONU sur le
racisme, à Genève, s’est retrouvé attaqué de toutes parts, traîné dans la boue,
pour être accusé d’avoir causé l’échec de la conférence.

Pourtant, le président iranien
avait préparé un discours relativement modéré pour cette conférence. Il a
accusé les Alliés de la seconde guerre mondiale d’avoir « eu recours à
l’agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte
de la souffrance juive".  Pour lui,
les occidentaux " ont envoyé des migrants d’Europe, des Etats-Unis et du
monde de l’Holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée ».
Il a demandé que « des efforts soient faits pour mettre un terme aux abus
des sionistes et de leurs partisans".

Il n’a pas utilisé les formules
radicales traditionnelles, ni demandé qu’Israël soit rayé de la carte. Il n’a
pas appelé au jihad, ni à une guerre des civilisations pour détruire un pays
colonisateur et expansionniste. Il a simplement énoncé ce qui, aux yeux des
Arabes et des Musulmans, apparaît comme une vérité historique incontestable.

Cette modération n’a pas payé.
Elle a même été noyée sous l’effet d’une opération très bien orchestrée,
visiblement montée de longue date avec beaucoup d’acteurs et complices.
Personne n’aura retenu que le président iranien a été modéré dans ses propos.
Il était condamnable et condamné avant même qu’il ne s’exprime.

Des militants d’une organisation
juive (ou sioniste, on ne sait quel est le terme admis) avaient été admis dans
la salle alors qu’ils avaient pour objectif de perturber le discours du
président iranien. Ils ont réussi à faire monter la tension, une tension déjà
élevée, à cause du refus d’un certain nombre de pays occidentaux de participer
à la conférence, et de la décision d’autres pays de la quitter si M.
Ahmadinejad commettait quelque « dérapage ».

A la première phrase évoquant
Israël, les représentants des pays occidentaux ont quitté la salle. Sans même
analyser ce que venait de dire le chef de l’état iranien. Mais les jeux étaient
faits. Le méchant avait été désigné à l’avance, le bon ne pouvait que gagner.

Aussitôt après, c’était le
déchaînement. Nicolas Sarkozy a estimé que les propos du président iranien constituaient
un "appel intolérable à la haine raciste", et appelé l’Union
européenne à faire preuve d’une "extrême fermeté". Son ministre des
Affaires étrangères, Bernard Kouchner,
y a trouvé une occasion pour appeler à poursuivre la confrontation dans le
style de l’ancien président américain George Bush. "Face à des attitudes
comme celle que vient d’adopter le président iranien, aucun compromis n’est
possible", a-t-il affirmé celui qui se présentait naguère comme un
humaniste et un homme de gauche. La Grande-Bretagne a "condamné sans
réserve" les propos "insultants et incendiaires du président
iranien", pendant que l’ambassadeur adjoint des Etats-Unis à l’ONU, Alejandro Wolff,
jugeait les propos du président iranien "honteux",
"exécrables" et "haineux".

Pendant ce temps,
que se passait-il en Palestine ? Deux évènements, suffisamment
médiatiques, confirmaient sur le terrain ce côté raciste et intolérant
d’Israël. D’une part, le militant français d’extrême gauche Olivier Besancenot,
chef du Nouveau Parti  Anticapitaliste,
était refoulé à l’entrée de la bande de Ghaza par l’armée israélienne. Il
voulait s’y rendre pour "témoigner de sa solidarité avec la population
palestinienne et avec ceux qui, en Israël, s’opposent à la politique criminelle
de leur Etat"
.

D’autre part,
l’envoyé spécial américain pour le Proche-Orient George Mitchell annonçait, à
l’issue d’une rencontre avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou,
qu’Israël allait demander aux Arabes de reconnaître le caractère juif de l’état
d’Israël avant toute négociation. Plus tard, Netanyahou avait démenti cette
information, mais il était évident que son objectif était de rectifier ce qui
était considéré comme une démarche maladroite à la veille de la conférence sur
le racisme.

Au final,
Ahmedinedjad a été applaudi par les siens, et sifflé par les occidentaux. Sa
mésaventure confirme  le fait de dire des
vérités historiques ne signifie pas qu’on a raison. Ensuite, défendre une cause
sans savoir sur quel terrain on se trouve peut avoir l’effet inverse. Ainsi, la
conférence de Genève a mis Israël en position d’accusateur alors qu’il était en
position d’accusé. L’intervention du chef de l’état iranien a même fait oublier
Ghaza et ses horreurs, la colonisation de la Palestine, le racisme de fait
exercé contre les palestiniens, et la négation de leurs droits.

Enfin, les
défenseurs de la Palestine se retrouvent dans la gêne, comme pour Omar
El-Bachir, Robert Mugabe et d’autres. Défendre ces dirigeants lorsqu’ils ont
raison peut apparaître comme de la complicité, ou au moins comme de la
complaisance. Ne pas soutenir ces alliés encombrants est encore plus gênant.
Car on peut trouver meilleur porte-parole que le président iranien quand il
s’agit d’évoquer les Droits de l’Homme. Mais la rue arabe est musulmane ne fait
pas dans la nuance. Entre Bernard Kouchner et Ahmadijenad, son choix est fait.

Jour de vote en Algérie.

Vendredi 10 avril 2009. Une occasion pour faire le point, ou pour dessiner un projet.

Par Abed Charef

Le 10 avril au matin, l’Algérie se réveillera dans un drôle d’état. Alors que tout est fait, côté officiel, pour les convaincre que le pays sera autrement plus heureux au lendemain de l’élection présidentielle du 9 avril, les Algériens découvriront, sans surprise, qu’ils ont à faire au même président, au même gouvernement, à la même bureaucratie et au même bonheur hypothétique. Le prix de la pomme de terre variera peu, les mêmes barrages routiers transformeront tout déplacement en aventure infernale, et les mêmes ministres continueront d’effectuer leurs inutiles visites d’inspection et de travail.

Le ministre du commerce continuera de dire que l’augmentation du prix de la pomme de terre ne relève pas de son département, et le ministre de la santé veillera personnellement à ce que tous les hauts responsables tombés malades soient prix en charge, avec diligence, dans les hôpitaux français, pour échapper aux établissements médicaux algériens. Le RND sera toujours aussi cynique et Bouguerra Soltani a peu de chances de devenir plus sympathique.

Que gagnera l’Algérie dans cette opération que constitue l’élection présidentielle? Selon les partisans de M. Abdelaziz Bouteflika, celui-ci sera maintenu au pouvoir pour poursuivre son programme économique et social, et approfondir la réconciliation nationale. Son maintien est une garantie de stabilité, affirment ses partisans. Et lui-même, dans un discours non dénué de contradictions, continue d’affirmer son intention d’aller de l’avant pour concrétiser son programme, tout en reconnaissant que ce qui a été fait n’est guère probant.

Le million de logements promis par M. Bouteflika et les centaines de milliers d’emplois ne sont, à l’évidence, que des chiffres alignés sans conviction par les membres du gouvernement. Personne ne croira que le chômage en Algérie serait inférieur à ce qu’il est en Espagne ! De même, affirmer qu’un million de logements ont été réalisés en cinq ans signifie que le parc immobilier algérien a augmenté de vingt pour cent durant cette période!

Mais qu’importe. Ce ne sont que des chiffres. Et ce n’est pas sur ce terrain que sera établi le bilan de M. Bouteflika. Ni sur tout ce qui s’écrit à propos d’un pays disposant de beaucoup d’argent mais dont les habitants sont pauvres. Il s’agit là de données économiques et sociales qui peuvent être corrigées avec le temps.

Par contre, là où l’action de M. Bouteflika sera jugé, c’est dans le domaine institutionnel, dans la construction de l’état. Sa responsabilité est particulièrement importante pour plusieurs raisons. M Bouteflika appartient à une génération à qui a incombé la lourde tâche de restaurer l’état algérien. De plus, il a fait partie d’un groupe dont le rôle a été déterminant dans la création du système politique algérien. Enfin, il a été un proche de Houari Boumediene et, à ce titre, il était le mieux à même de mesurer combien l’échec de Boumediene était évident sur un point précis, celui de l’édification d’institutions qui survivent aux hommes. Trente ans après la disparition de Houari Boumediene, les institutions ont été écrasées par les hommes.

L’itinéraire du président Bouteflika était donc suffisamment marqué pour lui indiquer dans quels domaines l’Algérie a été défaillante. Cette défaillance concerne d’abord la mise en place d’un système politique inadéquat, qui empêche l’institutionnalisation du pouvoir, et consacre la force comme principal instrument de régulation des rapports sociaux. Le résultat est là, un demi-siècle après l’indépendance : ce ne sont pas des institutions et des lois qui gouvernent le pays, mais des hommes, des groupes, des lobbies, des intérêts, agissant le plus souvent dans l’ombre.

Le système politique actuel, dont l’ébauche a été dessinée pendant la guerre de libération, pour être mis en place au lendemain de l’indépendance, plaçait l’armée et les services de sécurité au centre du pouvoir. Selon le moment et la conjoncture, ces centres de pouvoir tentent de tout gérer, de la diplomatie au commerce des médicaments, en passant par l’agriculture  et la distribution de logements. Parfois, ils délèguent une partie des tâches de gestion courantes à des réseaux de clientèles.

Ce pouvoir, de type KGB, offre un modèle de gestion « primaire ». Il a fait faillite. Il a largement eu le temps de prouver son échec. Au départ, c’était un instrument de libération du pays, puis de construction d’un état. Il est devenu ensuite un instrument de répression, puis un frein à l’évolution du pays, avant de se transformer en un obstacle, le plus important, à la transformation et à la modernisation de l’Algérie.

Ce constat dépasse les hommes, leurs intérêts, leurs égoïsmes et leurs ambitions. Il ne s’agit pas de s’en prendre à M. Bouteflika ou de critiquer M. Zerhouni. Il va bien au-delà. Un pays a besoin d’un état moderne, capable de le protéger. Un état dans lequel l’ensemble des citoyens se retrouvent, et seraient prêts à se battre pour le préserver, non à le fuir. Un état fonctionnant selon des règles connues de tous, respectées de tous, en premier lieu par les plus puissants et les plus riches. Autant de règles qui font défaut dans le système actuel.

L’Algérie a donc besoin de changer de système politique. C’était la priorité de M. Bouteflika dès son premier mandat. Dix ans après son accession au pouvoir, force sera de constater que, vendredi 10 avril 2009, l’Algérie aura moins d’état, moins d’institutions.