Equipe nationale : un modèle de réussite ?

Rabah Saadane a réussi là où Ahmed Ouyahia patine. Est-ce suffisant pour inciter le premier ministre à adopter le modèle de l’équipe nationale ?

Diplomatie de supporters

 

Par Abed Charef

Une question piège : M. Ahmed Ouyahia est-il un fan de l’équipe nationale de football ? Est-il fier de des résultats réalisés par l’équipe de Rabah Saadane? Pour M. Ouyahia, qui veut incarner le nationalisme autoritaire, avec une pointe de nostalgie pour les temps où personne ne bougeait dans les rangs, il ne saurait évidemment être question d’une réponse négative. On est même un peu surpris de ne pas l’avoir vu à Khartoum…

Le piège est précisément dans ce type de réponse : si M. Ouyahia admire l’équipe nationale de football, pourquoi ne s’inspirerait-il pas de son modèle pour gouverner l’Algérie ? S’il est fier du résultat, pourquoi rejetterait-il les méthodes auxquelles a eu recours l’équipe nationale de football pour réussir ? De manière plus générale, on pourrait élargir la question et la poser en ces termes : le modèle qui a fait le succès de l’équipe nationale pourrait-il être transposé à l’économie algérienne ?

Le modèle de l’équipe national mérite qu’on s’y arrête. Y compris dans ses aspects les plus durs. Avec, en premier lieu cette évidence : le succès de l’équipe nationale est le fait de joueurs formés en Europe, évoluant dans des championnats européens. Le choix de ces joueurs de la part de Rabah Saadane constitue une reconnaissance de fait d’une situation terrible pour l’Algérie : le système de compétition algérien ne produit plus de footballeurs de haut niveau. Il est dans la même situation que l’économie, qui ne produit pas d’entreprises compétitives, ou l’université, qui ne produit plus de cadres de haut niveau.

L’admettre est un premier acte courageux. Encore faut-il en tirer les conséquences. Rabah Saadane l’a fait. Il a accepté de sous-traiter la formation et la gestion de l’élite sportive algérienne par les clubs européens. Pour l’heure, il s’est cependant limité à faire appel à ceux qui sont déjà compétitifs, parce que formés dans des systèmes de compétition européens. Il lui reste à franchir le pas, et opérer comme le font les Camerounais et les Nigérians : détecter les jeunes espoirs algériens, et s’organiser de manière à les placer systématiquement dans de grandes écoles européennes de football où ils pourront progresser.

Ceci serait-il possible dans le domaine de la formation des autres élites ? Non. Pour une raison simple : les footballeurs qui réussissent en Europe le doivent à leur talent. Si l’Algérie devait aujourd’hui envoyer des étudiants en formation dans les grandes universités occidentales, priorité serait donné non au talent, mais à l’argent et à l’appartenance à la nomenklatura.

D’autre part, un footballeur professionnel n’est pas appelé à vivre en Algérie, où il se rend occasionnellement. Il choisit le plus souvent de faire sa vie en Europe, où la vie est plus facile. Un chercheur de haut niveau agirait de même. Il ferait sa vie en Europe, car il trouverait les conditions de s’épanouir, sur le plan professionnel comme dans la vie. Qui accepterait un salaire de soixante mille dinars pour enseigner au centre universitaire de Khemis-Miliana, et envoyer ses enfants dans une école publique en grève depuis trois semaines, et ce après un doctorat obtenu aux Etats-Unis ?

En économie, on retrouve le même schéma. Pour construire une autoroute, on n’est pas allé par quatre chemins : tout a été confié à des entreprises étrangères. Mais ce n’est pas l’incapacité des entreprises algériennes à prendre en charge ces chantiers qui inquiète le plus. C’est plutôt le fait qu’elles se sont installées dans une rente de situation qui ne les oblige même plus à faire d’effort, ou, plus grave encore, le fait qu’elles travaillent dans un système où la compétition est faussée par la corruption, l’argent non déclaré et la tricherie. Exactement comme dans le championnat de football.

Etudier la situation de l’équipe nationale serait un excellent exercice pour M. Ouyahia. Au moins pour regarder la réalité en face : un pays peut-il tout sous-traiter, tout importer, comme le choix en avait été fait depuis des années ? Peut-il sous-traiter les joueurs de l’équipe nationale et la construction d’une route ? Peut-il donner aux footballeurs des primes dignes des grands pays européens et refuser au professeur d’université le moyen d’échapper aux soucis premiers de la vie quotidienne ?

M. Ouyahia ne peut toutefois s’inspirer du modèle de l’équipe nationale. Il a un handicap majeur qui l’en empêche : c’est son rapport à la rue, au peuple, aux petites gens, à cette masse que les régimes autoritaires n’admettent que comme un bloc manipulable, au service du pouvoir. Pour réussir, Rabah Saadane a fait appel à l’appui de la rue, qui a montré une disponibilité exceptionnelle. Mais Saadane sait qu’il y a un prix à payer quand on demande l’appui du peuple. On ne peut pas le trahir, car la sanction est très dure. Ceux qui portent Saadane aux nues aujourd’hui s’étaient attaqués à sa famille par le passé, lorsqu’ils ils avaient estimé que l’entraineur n’avait pas été à la hauteur.

M. Ouyahia, lui, ne semble pas encore prêt à se soumettre à la sanction du peuple. Même s’il a raison quand il pense qu’il n’appartient aux supporters de l’équipe nationale de définir la politique étrangère de l’Algérie.

Publicités

الفريق الوطني نموذجا

تأهل الفريق الوطني بطريقته الخاصة… وتثير طريقته نوعا من الحيرة إذا أريد استعمالها في ميادين أخرى…

عابد شارف

هل يمكن للمنتخب الوطني أن يشكل نموذجا للنجاح؟ هل يمكن، أو هل يجب على المسئولين في المجالات السياسية والاقتصادية والاجتماعية، هل يجب عليهم اللجوء إلى طريقة تسيير الفريق الوطني لكرة القدم؟ وهل يمكن أن نطبق نفس النموذج على المؤسسة الاقتصادية والحزب والجامعة؟

إن نجاح السيد رابح سعدان ولاعبيه جاء نتيجة لعوامل عديدة، وخيارات فرضتها ظروف قاسية، أولها أن مدرب الفريق الوطني لجأ إلى لاعبين تم تكوينهم في البطولات الأوربية في أغلبيتهم الساحقة. ويكفي ذلك للاعتراف أن البطولة الوطنية وأسلوب المنافسة القائم في الجزائر أصبحا عاجزين عن توفير اللاعبين أصحاب المستوى العالي للفريق الوطني. ولا تختلف البطولة الوطنية في فشلها عن المؤسسة الاقتصادية أو الجامعة، فهذه الأخيرة مثلا أصبحت بدورها عاجزة عن تكوين الإطارات ذوي الكفاءات العالية التي تحتاجها الإدارة والمؤسسة الاقتصادية.

ويشكل الاعتراف بهذا الواقع خطوة أولى إيجابية نحو حل المشكلة. واعترف السيد سعدان بذلك، مما سمح له أن يبادر باستعمال جماعي للاعبين الذين تم تكوينهم في الخارج. وذهب إلى أبعد من ذلك لما قرر في عدة مناسبات أن ينظم تجمعات الفريق الوطني في الخارج، ليقترب من هؤلاء اللاعبين. ومازال على السيد سعدان أن يتخذ القرارات الموالية حتى تكتمل خطته: إما أن يدفع المؤسسات المعنية بإعادة نظر شاملة في تنظيم البطولة الوطنية لإنتاج لاعبين من مستوى عالي، إما قبول الوضع الحالي كحتمية تاريخية، والتعامل معه بجدية. وفي هذه الحالة، عليه بالعمل مثلا على تحويل كل اللاعبين الشباب البارزين إلى البطولات الأوربية، حتى يواصلوا تكوينهم ويبلغوا المستوى العالمي. وهذا ما تقوم به بلدان كثيرة مثل الكامرون ونيجيريا وغيرها.

هل يمكن تطبيق هذا النموذج على النخبة الاقتصادية؟ الجواب بسيط: لا يمكن تحويل هذا النموذج إلى الميادين الاقتصادية والعلمية، لأن الذين نجحوا في كرة القدم توصلوا إلى ذلك بفضل عرقهم وتعبهم، بعد أن كانوا يتوفرون على قدرات هائلة. ومن يضمن أن الإدارة الجزائرية في الوقت الحالي ستبعث أحسن الطلبة للتكوين؟

ومن جهة أخرى، فإن وضع لاعب كرة القدم يختلف عن وضع الباحث أو الطالب، حيث أن لاعب كرة القدم المحترف في أوربا يزور الجزائر في فرص قليلة يكون فيها عزيزا مكرما، بينما الباحث والعالم والطالب يعاني خلال وجوده في الجزائر، ويبقى الباحث والعالم الذي لا ينتسب للأرندي ولا يعرف سيادة الوالي، يبقى يعاني في حياته اليومية. ويفضل بطبيعة الحال البقاء في البلدان الغنية التي تجنبه متاعب الحياة. وكيف يمكن لأستاذ جامعي تم تكوينه في أوربا، كيف يمكنه أن يعود ليدرس في المركز الجامعي بخميس مليانة أو أم البواقي، في مدن لا تعرف السينما والمكتبات وأماكن المرح، مدن لا تعرف الحرية؟

ونجد نفس الصورة في الاقتصاد. ولما أرادت الجزائر أن تبني الطريق السيار، كلفت مؤسسات أجنبية بالمشروع، من أوله إلى آخره. وظهر أن المؤسسات الجزائرية عاجزة عن التكفل بالمشاريع الكبيرة، بل اتضح أن هناك قضية أخطر، وهي أن المؤسسات الجزائرية أصبحت تتصرف مثل فرق كرة القدم، فهي لا تدخل المنافسة بطريقة شفافة، بل تكتفي بالرشوة والمحسوبية لتحصل على المشاريع وتضمن أرباحا دون مقابل، مثل رئيس النادي الذي "يبيع" مقابلة في كرة القدم…

ويتضح كذلك من تجربة السنوات الماضية أن النجاح النسبي للفريق الوطني كان يشبه تطور الاقتصاد الجزائري، وكانت الحكومات المتتالية تقول أن النمو في الجزائر يفوق خمسة بالمائة، وأن مستوى المعيشة تحسن، ونسي الجميع أن ذلك لم يتم بفضل عمل أو إنتاج وطني، إنما كان نتيجة لفتح الحدود وتدفق السلع من كل بلدان العالم. وبعد مدة، لاحظت الحكومة أن حجم الواردات وصل إلى مستوى أصبح يشكل خطرا على توازنات البلاد، وأن الاستيراد يقتل الإنتاج الوطني. أليس ذلك ما يحدث في ميدان كرة القدم؟

وتبقى نقطة أخيرة تمنع الاقتصاد الجزائري من اللجوء إلى الطريقة التي سمحت للفريق الوطني بالنجاح، وهي المساندة الشعبية. وكان للشارع الجزائري دور أساسي في مسار الفريق الوطني، لأن مساندة الشارع كانت قوية، بل مطلقة… لكن لهذه المساندة مقابل، وإذا خسر الفريق، فإن السيد رابح سعدان يدفع الثمن غاليا، مثلما وقع له في الماضي لما أقدم "أنصار" الفريق الوطني على الاعتداء على عائلته.

أما السلطة الجزائرية، فإنها ليست مستعدة بعد لتحكيم الشعب…

Après match

J’aime Farid El-Atrache, j’adore Oum Kalsoum, et Abdelhalim Hafedh a bercé mon adolescence. J’ai eu l’immense plaisir de voir Adel Imam sur scène, et je n’ai jamais su si, dans ses romans, Nadjib Mahfoudh décrivait l’Egypte ou l’Algérie. J’ai été secoué par « L ‘Oiseau » de Youcef Chahine, et les mélodies de Cheïkh Imam m’ont longtemps accompagné.

J’ai lu avec fascination les écrits de Abderrazek, premier penseur égyptien moderne, comme j’ai lu avec passion l’histoire et les contradictions qui ont fait le mythe et la chute de Nasser. J’ai entendu des militants algériens de la première me parler de leur exil en Egypte, et comment ils y ont trouvé les appuis pour contribuer à transformer le FLN en mythe avant même de bâtir un état.

Je suis encore admiratif devant le culot de Aboutrika et son but dédié à Ghaza. C’est le même esprit dont parlait feu George Habache quand il parlait de l’Egypte, un pays avec qui les relations étaient pourtant très difficiles. Je me souviens encore de ce jour où, jeune journaliste, je prenais un café avec Geroge Habache et, quelques minutes plus tard, avec Nour Charif, venu assister à un conseil national palestinien : le second parlait d’engagement et de militantisme, le premier parlait philosophie et poésie !

Je peux encore parler de ces écrivains égyptiens qui ont refusé la déchéance, de ces hommes libres qui ont refusé de devenir les amis du prince pour éviter la cour de la honte, des militants qui refusent de se laisser aller à l’hystérie, et d’autres égyptiens encore, ces hommes qui donnent l’impression de vouloir ressembler à l’image que donnent d’eux les feuilletons.

Mais est-ce nécessaire ? J’aime l’Egypte, et ce n’est pas un régime autoritaire, ni un prince pressé de monter sur le trône, ni des poètes de cour, qui me feront changer d’avis. L’Egypte, ce n’est pas une puissance financière qui réussit à corrompre nombre de médias, ni des stars d’une télé de pacotille, ni des écrivains qui courbent l’échine à l’approche du chef ou du vice-roi.

L’Egypte, c’est bien plus, c’est bien plus grand. C’est un peuple qui sourit à la vie qu’il porte pourtant sur les épaules. C’est du talent, de la bonté, c’est de la générosité comme on ne peut en trouver qu’en Algérie ! C’est le pauvre qui partage le bout de pain, le malade qui réconforte le bien portant en lui racontant une noukta.

Les excès d’un match de football ne changeront pas cela. Même si des manipulations outrancières ont fait oublier à de stupides responsables égyptiens un devoir essentiel, celui d’assurer la sécurité et la dignité de leurs invités. Le chauvinisme qui en a résulté est choquant. Inacceptable. Intolérable. Y compris de la part de mes amis, ceux qui affirment à longueur d’année que la solidarité, la fraternité, l’amitié et les grandes valeurs de l’Humanité doivent demeurer primordiales.

Oui, j’aime l’équipe nationale de football.

Et j’aime l’Egypte, malgré les matches du Caire et de Khartoum.

Abed Charef

 

Algérie Egypte: des pays si proches

l’Algérie et l’Egypte se ressemblent comme des frères…

Par Abed Charef

Les Egyptiens sont-ils nos frères ? Oui, devrait-on répondre, sans hésiter. Ils nous ressemblent tellement qu’ils sont parfois notre simple reflet dans un miroir. Entre l’Algérie et l’Egypte, en effet, il y a une différence de forme, de degré, mais pas de différence de fond. Car si les deux pays affichent certaines dissemblances dans leur manière de se présenter au monde, le fonctionnement des deux pays, de leur économie et de leurs systèmes politiques est largement similaire. Y compris dans les crises, dans la manière de les affronter, et dans ce penchant à vivre dans l’illusion, en refusant de faire face au réel.

Certes, l’Egypte est plus pauvre, avec une population plus importante, et davantage de contraintes. Les problèmes y sont plus aigus, et les perspectives sociales pour de larges catégories sont plus sombres. Pour l’Egypte d’en bas, la vie est difficile, parfois pénible, quand elle n’est pas insupportable.

L’Algérie, de son côté, dispose à priori d’une certaine aisance financière, grâce à laquelle elle assure plus de subventions. Elle réussit, par le biais de dépenses gigantesques, à maintenir certaines catégories de la population au-dessus du seuil de la famine. Mais ceci ne fait pas illusion. Car s’il y avait un indice du bonheur, rien ne prouve que le résultat serait en faveur de l’Algérie. Le calcul du taux de suicide pour 1.000 habitants risque d’ailleurs d’être favorable à l’Egypte.

En outre, les deux pays affichent la même fragilité et la même dépendance. L’Algérie dépend des hydrocarbures, l’Egypte dépend du Nil. Pour quelques décennies encore, les hydrocarbures  offrent un avantage à l’Algérie, qui dispose d’un moyen pour décoller, mais elle n’y est pas arrivée jusque-là. L’Egypte, elle, est une création du au Nil. Elle a survécu grâce à lui, mais des incertitudes planent sur l’avenir.

Sur un plan statistique, on trouve des convergences étonnantes. Les deux pays ont vu leur population multipliée par quatre en un demi-siècle, et alignent une espérance de vie équivalente, un peu au-dessus de soixante dix ans. Le PIB national a été presque équivalent pour les deux pays, même si celui de l’Egypte est plus stable, l’Algérie étant dépendante des fluctuations des prix des hydrocarbures. Les deux pays ont aussi connu la même évolution démographique : une explosion entre les années soixante et quatre vingt, suivi d’une chute importante de la fécondité, qui rapproche les deux pays des normes des pays développés, avec une fécondité supérieure à deux pour l’Egypte, légèrement inférieure pour l’Algérie.

C’est cependant sur le terrain politique que les convergences sont les plus frappantes. L’Algérie et l’Egypte ont tous les deux vécu, dans la même période historique, des révolutions populaires, qui ont débouché sur des succès politiques, économiques et sociaux importants, avant de glisser lentement vers l’impasse. C’est une période où les pouvoirs autoritaires bénéficiaient d’une popularité réelle, mais factice, car elle n’était pas appuyée sur un fonctionnement institutionnel.

Tous deux ont alors hérité de pouvoirs aux ressemblances frappantes. On y trouve en effet un système politique autoritaire, avec un multipartisme formel, dans lequel les partis ne jouent qu’un rôle de figuration. Ils constituent en fait une simple clientèle du pouvoir. Le vrai pouvoir, lui, se retrouve en réalité ailleurs, loin, très loin des partis.

Même dans le domaine de la corruption, les deux pays semblent avoir décidé de se rapprocher. Certes, le mot backchich vient d’Egypte, mais l’Algérie s’est largement appropriée le concept, pour en faire un de ses moteurs de fonctionnement. Dans le baromètre de Transparency International, ils sont très proches, si proches qu’ils sont tous les deux à la 111ème place !

Face à la crise dans laquelle ils se sont enlisés, les deux pays ont recours au même procédé : vivre dans la fiction. Tous deux affichent des ambitions démesurées, prônent des démarches qui ont prouvé leur échec, et persistent dans des voies sans issues. Et quand la crise se fait pressante, ils brandissent un passé glorieux, une histoire millénaire et glorieuse.

Une telle ressemblance devait forcer amener les deux pays à envisager un match de football dans la même logique. A la veille d’un match qui devait les opposer, la question qui s’est imposée pour les deux pays ne concernait pas les choix sportifs à faire gagner le match, mais la meilleure manière d’en tirer le meilleur profit sur le plan politique. Et comme la crise est plus aigue en Egypte, Le Caire y a mis les plus gros moyens.

Djamel Moubarak joue sa qualification

Match de foot ou compétition politique majeure ? La rencontre Algérie-Egypte peu hisser Djamel Moubarak au pouvoir comme peut saborder la grève du CNES.

Par Abed Charef

Ce n’est plus de la fièvre. C’est de l’hystérie. Le match-Egypte-Algérie de samedi 14 novembre 2009, comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde qui se jouera en 2010 en Afrique du Sud, a largement dépassé le strict plan du football, pour devenir un enjeu de premier plan pour les deux pays. Au-delà de la qualification en coupe du monde qui se profile pour l’une des deux équipes, ce sont en effet les conséquences politiques et sociales de ce match qui font trembler les dirigeants des deux pays.

« Pour l’Egypte, l’enjeu est très simple », nous dit un sociologue : « si l’équipe égyptienne se qualifie, Djamel Moubarak va succéder en douceur à son père ». « Cela ne signifie pas pour autant qu’*une élimination de l’Egypte signifiera que Djamel Moubarak sera écarté du pouvoir. Mais ce sera plus dur », dit-il.

« Par contre, une élimination constituera une catastrophe nationale ». Elle ramènera les Egyptiens à une dure réalité, celle des difficultés de la vie quotidienne, de la tension sociale, de la crise politique et de la question de la succession qui se poste avec acuité », ajoute-t-il.

Ceci explique peut-être ce sentiment d’hystérie qui s’est emparé des « officieux » égyptiens, ces dignitaires dont la voix porte fort, alors qu’ils n’ont pas de poste officiel dans la hiérarchie du pouvoir. Présentateurs de télévision, éditorialistes et présidents d’association se sont en effet laissés aller à des propos violents, primaires, n’ayant d’égal que ce qui a été proféré par leurs alter-égo algériens. Le débordement était dès lors inévitable. Il s’est produit quarante huit heures avant le match.

Mais si l’enjeu est important pour l’Egypte, il ne l’est pas moins pour la partie algérienne. Ce qui explique une attitude similaire, simplement aggravée, côté égyptien, par l’absence de perspectives, qui oblige à investir davantage dans le nationalisme primaire, chauvin, et finalement destructif. Mais la gestion de ce match a obéi à la même logique dans les deux pays.

Dans un premier temps, la montée de la tension a été sui vie d’un œil bienveillant par les autorités des deux pays. Jusqu’à ce que l’alarme soit tirée. Le ton est monté plus rapidement que ce qui était attendu, et il était devenu évident, depuis plusieurs semaines, que de graves dérapages étaient à craindre des deux côtés. Ceci a d’ailleurs poussé des officiels algériens et égyptiens à tenter d’y mettre y un frein, en appelant au calme. Ministres, ambassadeurs, hauts responsables ont alors commencé à rappeler les « liens de fraternité entre les deux peuples ».

Trop tard. La rue continuait de s’enflammer. Les tentatives de calmer le jeu ne pouvaient plus avoir d’effet. La rue était désormais chauffée à blanc par la rumeur et par l’Internet, l’une alimentant l’autre. La rumeur sur des drapeaux brulés commençait à peine à circuler, pendant que des vidéos mises en ligne montraient de jeunes gens, même pas masqués, en train de brûler les drapeaux. Ceci couronnait plusieurs semaines de chants, de dessins et de poèmes supposés galvaniser les uns et humilier les autres.

Il y a aussi une question de prestige sur laquelle il faut trancher. Même si les dirigeants ne l’avouent pas. Il y a des matches comme ça, qui restent dans l’histoire parce que leur enjeu est extra-sportif. Comme le match RFA-RDA il y a près de trois décennies, ou Iran-Etats-Unis durant le mondial 1998, ou encore Argentine-Angleterre en 1986, peu après la guerre des Malouines.

Il est pourtant difficile d’affirmer que des dirigeants algériens ou égyptiens ont sciemment orchestré tout cela. Par contre, certains faits sont troublants. Certains journaux, les plus hystériques, ont brusquement changé de cap pour rappeler que « ce n’est qu’un match de football », après avoir mené une campagne haineuse contre « l’ennemi ». Comme si un tempo était donné quelque part.

Ceci dit, l’enjeu politique ne concerne pas la seule Egypte. Les enjeux sont importants pour la partie algérienne. Car en plus d’une immense joie que procurerait une qualification en coupe du monde, une joie méritée pour une société constamment sous pression depuis bientôt deux décennies, une qualification en coupe du monde assurerait aux autorités algériennes une année de paix sociale. Les grèves en cours, comme celle de l’éducation, et celles à venir, avec une grève de deux semaines à l’université annoncée pour le début le la semaine, risquent de perdre leur impact.

Le scénario de récupération de la victoire est lui aussi bien rôdé, avec messages aux joueurs dès al fin du match, accueil populaire à Alger et défilé dans les grandes artères d’Alger. Rabah Saadane sera fortement sollicité pour intégrer le RND ou le FLN. Le pays entrera ensuite dans une sorte d’hibernation jusqu’à la coupe du monde, l’été prochain, en oubliant qu’il n’a pas de championnat national de football, tant il est faussé par la triche et la corruption, que les joueurs de l’équipe nationale sont des produits d’autres systèmes de compétition, et que le pays n’a attiré que 100 millions de dollars d’investissements hors hydrocarbures durant le premier trimestre 2009, soit à peine le double de ce qu’aurait détournée Amine Abderrahmane !
un dirigeant européen a déclaré qu’une victoire en coupe du monde, c’est un pour cent croissance. En Algérie, une qualification en coupe du monde, c’est un vrai bonheur, un peu de croissance peut-être, mais un formidable bol d’oxygène pour des jeunes qui sont preneurs de toute alternative à la harga. C’est rare qu’elle en trouve. Rien que pour cela, la qualification serait la bienvenue.

الأخلاق للفقراء والثروة للأغنياء

عن العادات والتقاليد (3)

الأخلاق للفقراء والثروة للأغنياء

يختلف محتوى الفكر المحافظ من فئة إلى أخرى، فبينما يهتم الفقير بالحفاظ على أخلاقه، يحافظ الغني على ثروته، بمساعدة الفقير…

عابد شارف

يمكن تصنيف التيارات السياسية والفكرية التي تتبنى التمسك بالعادات والتقاليد في ثلاثة مجموعات كبرى، رغم اختلاف تسمياتها والمجهود الذي تبذله لتقدم برامج ترضي المواطنين. ويبقى هذا التصنيف مقبولا رغم أن هذه التيارات تحاول بالدرجة الأولى أن تطمئن المواطن، تمدح سلوكه باستعمال خطاب شعبوي يعجبه، وتقول أنها أحزاب محافظة أو أصيلة، وهي كلمات ترضي الشعب لأنها توحي له أن العالم بخير، وأن التمسك بماض خيالي أو مثالي يشكل أحسن وسيلة للوصول إلى السعادة والحفاظ عليها.

ويؤكد الصنف الأول من التيارات المحافظة أن الأفكار السائدة في مجتمع ما هي الأفضل والأحسن، وأنها صنعت أمجاد الماضي وستضمن انتصار هذا البلد إلى الأبد. ويدفع هذا الخطاب إلى رفض الأجانب، و محاربة الآخرين، لأن الأجنبي هو الشر، سواء كان الأجنبي يختلف من ناحية الأصل أو العرق أو الدين. وعرف التاريخ كثيرا من هذه التيارات التي نشرت الحروب والمآسي بصفة واسعة.

ويمثل الصنف الثاني تيارات منغلقة على نفسها، خائفة من التقدم والعلم وكل ما هو جديد. وتعتبر هذه التيارات أن التقدم انحراف، وأن اللجوء إلى وسائل جديدة لتسيير شؤون البلاد لا يتماشى مع العادات والتقاليد الأصلية والأصيلة. ومن هذا المنطلق فإن التعددية السياسية تشكل بدعة يرفضها كل الذين يعتقدون أنهم وصلوا إلى المجتمع المثالي ومن واجبهم وضع حد لمسيرة التاريخ.

أما الصنف الثالث، وهو الأفضل رغم أخطائه، فإنه يطالب الحفاظ على بعض القيم التقليدية، مثل التضامن والأخوة ورفض الظلم ونشر الخير، وهي القيم التي يعتبرها من مميزات هذا المجتمع فقط مع أنها أفكار منتشرة في كل المجتمعات بدرجات مختلفة. ويعتبر أنصار هذا التيار، خطأ، أن التركيبة التقليدية للمجتمع تشكل الوسيلة الوحيدة للحفاظ على تلك القيم، مع أن التجربة أثبتت العكس، حيث أننا نجد مثلا أفكارا مثل التضامن ومساعدة الضعفاء منتشرة في المجتمعات الأكثر تقدما، وقد استطاعت هذه المجتمعات أن تفرض التضامن عن طريق القانون، مثل الحق في التقاعد والضمان الاجتماعي، كما أنها أفرزت تنظيمات عديدة جدا تقوم بالعمل الخيري الذي يعطي كل فرد الفرصة للمشاركة في المجهود الخيري الجماعي. والحقيقة أن هذا التيار يخلط بين القيم الإنسانية المتعارف عليها، فيعتبرها منحصرة على مجتمعه لأنه يجهل القيم الموجودة في المجتمعات الأخرى.

ويبقى الفكر المحافظ نسبيا، حيث أنه يريد البقاء على وضع معين في مرحلة تاريخية معينة. والتيار المحافظ في الجزائر في النصف الأول من القرن الماضي كان يرفض الأفكار التي جاءت بها الحركة الوطنية وحتى الأفكار التي جاءت بها جمعية العلماء، واضطرت هذه الأخيرة إلى أن تحارب بالدرجة الأولى العادات القديمة السائدة في المجتمع الجزائري التقليدي. وبعد الاستقلال كان التيار المحافظ يرى أنه من الضروري المحافظة على اللباس التقليدي للنساء سواء تعلق الأمر بـ "الحايك" أو "الملابة" أو غيرها. أما اليوم، فإن التيارات التي يمكن اعتبارها محافظة تريد البقاء على الحجاب وتجادل حول ضرورة النقاب، مع أن الحجاب ظاهرة جديدة في الجزائر…

ومهما كانت النقاط التي تركز عليها التيارات المحافظة، فإنها تتغير من فترة إلى أخرى. ومن المعروف أن أول ملك للمملكة العربية السعودية اضطر أن يواجه تيارا كان يعتبر أنه لا يمكن أبدا قبول الهاتف والتلفزيون لأنها حسب اعتقادهم تمس بالمقومات الأساسية للشعب العربي المسلم… ومرت الأيام والسنون، واستطاع الملك عبد الله أن يفرض بناء جامعة علمية مختلطة، يدرس فيها أساتذة من كل الجنسيات، في بلد مازال يمنع على المرأة أن تسوق السيارة… وقد حاولت تيارات "محافظة" أن تحارب بناء هذه الجامعة، لكن الملك عبد الله الذي تجاوز الثمانين سنة، لم يقبل أن يحاورهم… وفي نفس الوقت تطالب بعض التيارات في الجزائر بإلغاء الاختلاط في المدارس…

هذه الأمثلة تبين أن الفكر المحافظ يبقى دائما نسبيا. ويظهر ذلك جليا في بعض المجتمعات الغربية حيث يعبر الفكر المحاقظ عن مصالح اقتصادية لا أكثر ولا أقل. وبريطانيا أحسن مثل لذلك، مع وجود حزب محافظ قوي.لكن بريطانيا التي تحكمها ملكة، وتدعي الحفاظ على تقاليد عريقة، والدفاع عن نظام اقتصادي يحمي مصالح أهل الثروة، بريطانيا هذه عاشت تقلبات لا مثيل لها في الحياة اليومية، ولم يبق المجتمع البريطاني في الهامش لحظة واحدة في ميدان تغيير الممارسات والسلوك اليومي. وقد أنجبت بريطانيا مجموعة "البيتلس" Beatles التي أحدثت ثورة موسيقية وثقافية، وواكبت بريطانيا كل التغييرات التي حدثت في الغرب في ميدان العلاقات الشخصية، وحتى في الممارسات الجنسية، بل كانت سباقة في الكثير من الميادين رغم ادعائها أنها بلد المحافظين…

هذا ما يؤكد أن الفكر المحافظ يهدف عند الفقراء على رفض ممارسات جديدة أغلبها متعلق بالعائلة والجنس، بينما يهدف عند الأغنياء على تكريس وضع اقتصادي قائم، وهو الوضع الذي يعمل لصالح الفئات المجموعات التي تتحكم في الاقتصاد والبورصة. وهل يوجد تيار "منحل أخلاقيا" مثل التيار المحافظ في بريطانيا؟