عن محي الدين عامر: تواضع كلمة الحق

عرفته صادقا، أمينا، وفيا.  كان محي الدين عامر صادقا في كتاباته لما تعرفت عليه في جريدة "المساء" نهاية الثمانينات. كان يقوم بعمل صحفي يذكر فيه الوقائع كما هي، لا كما كانت تريدها حكومة الحزب الواحد أو السلطة القائمة. وكان أمينا لأنه كان يعتر أن المواطنين الذي يلتقيهم، خاصة منهم الضعفاء والبؤساء، كان يعتبر أن ما يقولون له أمانة يجب عليه أن يبلغها للقارئ. وكان وفيا لأنه لم ينس الوسط الاجتماعي المتواضع الذي عاش فبه، فكان يقوم بتحقيقات في قرى وأماكن لم يزرها صحافي من قبل ولم يسمع بوجودها أي مسئول.

وفتحت هذه الصفات بابا كبيرا للصداقة التي ربطتنا في فترة أساسية من حياتنا، تلك الفترة التي كنا نحلم بالحرية، ونؤمن بالدور النبيل للصحافة، ونعتز بكبرياء الجزائر. وقضينا عهدا نتقاسم أحلاما كنا نمجد فيها الصداقة والتضامن والشعر وجميل الكلام، ونتحدث كثيرا عن ميولنا المشترك تجاه الفقراء والضعفاء. وكانت تجمعنا فكرة وهي قول الحق واحترام النزاهة والإنصاف في العمل الصحفي.

وأشهد اليوم أن محي الدين عامر كان أحيانا يحن إلى جريدته أكثر مما يحن إلى أولاده، ويفكر في الافتتاحية أكثر مما يفكر في زاد بيته. وإني أشهد أنه لم يتردد في استعمال مال أبنائه لتسديد بعض مصاريف الجريدة، كما أنه لم يبخل جهدا رغم أنه أكبرنا سنا يوم كنا نبني ما كنا نعتبره أكبر حلم في حياتنا.

وأذكر أني كنت أمام لغز دائم، لم أجد له حلا إلى اليوم. :كنت ألقاه، هو والمرحوم عمر ورتيلان، كنت ألقاه في الجريدة في أية لحظة وكل ساعة. وقد سبق لي أن انتقلت، لسبب أو آخر، إلى مقر الجريدة على الساعة الثالثة صباحا أو الخامسة صباحا أو بعد الظهر، فأجدهما في مقر الجريدة، يبحثان عن الخلل الذي يجب ترقيعه، أو الخطأ الذي يجب تصحيحه. وكنت أغادر الجريدة في وقت متأخر، وأتركه في مقر العمل، وأعود باكرا، فإذا به وصل قبلي، قادما من مدينة العفرون… ومازلت أسأل إلى اليوم: كيف كان يفعل، هو وعمر ورتبلان؟

ولم أشهد للسيد محي الدين عامر أبدا أنه رفع صوته، أو أنه خرج عن قواعد الأخلاق واللياقة. وكان الحياء من سماته الأساسية، حتى تحول تواضعه إلى "حشمة"، فرفض أن يكون نجما في الصحافة، إلا أنه كان يقوم بالعمل القاعدي الذي لا يمكن لأية مؤسسة أن تقوم دونه.

ولم يخلو محي الدين عامر من التناقض الذي يسكن كل صحافي، فقد كان من جهة يؤمن أنه يمكن للصحافي أن يؤثر على الأحداث، وأن يغير مجراها، لكنه كان في نفس الوقت، بفضل تكوينه في علم الاجتماع، يعرف أن الظواهر الاجتماعية تفرض منطقا آخر. فكان يؤمن أن دور الصحافي يتمثل في دفع المجتمع إلى أعلى، لكنه كان يعرف أن المرحلة التاريخية التي نعيش تجذب الجزائر إلى الأسفل. وكان يقول أن تلك مرحلة وستنتهي، فكان يتلقى الأخبار السارة بابتسامة، ويتلقى الفاجعة بصبر أهل البادية. وكان يتألم في صمت لا مثيل له لما كانت الجزائر تحترق، فيحاول أن يغطي ألمه بكلام استهزاء، فتخرج منه الكلمات في غير محلها، فيعود إلى صمته…

وأذكر أننا كنا نلتقي لمدة ساعات طويلة، لا نتكلم إلا القليل، لكننا نعرف أننا نتقاسم نفس الشعور ونفس الأفكار. وأدركت يومها أني عرفت صحفيا، فأصبح صديقا، ثم أخا، سأواصل معه الحديث عن قيمة قول الحق يوم نلتقي في دار الحق.

Publicités

S’organiser à Alger pour négocier à Bruxelles

L’accord d’association avec l’Union européenne a mené à l’impasse. Comment
corriger le tir sans risquer d’aller à un accord encore plus dangereux?

Par
Abed Charef

L’aveu
est cruel. A la veille de la visite d’une délégation européenne à Alger, de
hauts responsables algériens reconnaissent que l’accord d’association avec
l’Union européenne a été mal préparé, mal négocié, mal appliqué, et qu’il a eu
des effets désastreux sur l’économie algérienne. L’Algérie n’a guère tiré
profit de cet accord, alors que l’Union européenne a réussi à préserver et même
à améliorer ses parts dans le marché algérien.

Les
erreurs commises par l’Algérie lors de cette négociation sont largement
étalées. L’accord n’est pas venu au bon moment, le pays n’y était pas préparé.
Son contenu dessert l’économie algérienne, et pousse le partenaire à en
profiter. Le démantèlement tarifaire qu’il introduit détruit le peu
d’entreprises algériennes, et empêche toute émergence d’une industrie viable.
Conçu dans une logique commerciale, il pousse l’économie algérienne à
consolider sa nature d’ « import-import », sans aucune
perspective d’aller vers une économie de production.

Y
a-t-il, à travers ces aveux, une volonté de mettre le président de la
république en accusation ? Ceux qui mettent en avant l’échec de l’accord
d’association affirment que le dossier a été négocié dans la précipitation, à
cause de directives émanant de la présidence de la république. Le chef de l’état
s’y était impliqué en personne, car il avait alors des priorités politiques,
liées au second mandat, qui lui dictaient d’aller vite.

Faut-il
voir dans le déterrement de ce dossier une volonté de régler des comptes ?
Dans ce cas, le chef de l’état ne serait pas la seule cible. Le déballage a
révélé une guéguerre entre le ministère des affaires étrangères et celui du
commerce. Au commerce, on accuse les affaires étrangères d’avoir manqué
d’orientations, et d’avoir exercé des pressions pour conclure cet accord dans
la précipitation.

L’accusation
est grave. Elle laisse supposer que l’accord d‘association a été signé non pour
servir l’économie algérienne, mais pour permettre au chef de l’état de réaliser
des objectifs de politique interne. Le préjudice subi par le pays est lourd. Mais
le mal est fait. Y a-t-il moyen d’y remédier ?

Des
revues périodiques sont organisées pour évaluer l’accord d’association. Mais là
encore, la partie algérienne admet que cela ne sert à rien, car seule la partie
européenne y expose ses points de vue et ses objectifs, alors que la partie
algérienne manque, encore et toujours, de directives. « Orientations
politiques inexistantes, pas de chef de file, problème central de direction» :
les défaillances enregistrées lors des négociations sur l’accord d’association
sont toujours là (1).

En
fait, les acteurs politiques présents lors de la négociation sont les mêmes qui
dirigent aujourd’hui le pays. Ils disposent des mêmes instruments obsolètes
pour négocier, et se trouvent totalement dépourvus lorsqu’il s’agit de passer à
l’action : un ancien ministre RND, pourtant proche de M. Ahmed Ouyahia, a
déclaré depuis plusieurs années que l’administration algérienne n’était pas
outillée pour tirer profit de l’accord avec l’Union européenne.

Le
président Abdelaziz Bouteflika, les chefs du FLN et du RND au gouvernement,
l’alliance présidentielle comme coalition gouvernementale : le pays n’a
pas changé d’un pouce par rapport à la période de négociation de l’accord. Les
mêmes causes produisant les mêmes effets, on risque de repartir pour une
nouvelle décennie d’échec dans ces relations avec l’Europe. Avec des
circonstances aggravantes : les importations algériennes ont doublé de
volume en deux ans, alors que les exportations restent désespérément limitées
aux hydrocarbures.

La
gestion de l’accord d’association avec l’Union européenne pose en réalité le
problème des grands choix dans lesquels le pays est amené à s’engager. Et ces
choix imposent forcément un certain nombre de préalables qu’il faut réunir
avant de s’engager dans des aventures qui vont marquer l’avenir du pays sur
plusieurs décennies.

Ce
type de décision nécessite une préparation interne d’abord. Une large
concertation est nécessaire pour aboutir à un consensus national, en vue de
donner à la décision une assise solide. En parallèle, doivent être définies les
priorités du pays pour les deux ou trois prochaines décennies dans le domaine économique,
industriel et énergétique, en vue de cerner au mieux ce qu’un accord de ce
genre- union européenne ou, demain, union du Maghreb, Union africaine,  Zone arabe de libre échange-, peut apporter
au pays et comment l’Algérie peut s’y insérer. Ce n’est qu’à ce moment là que
les négociations peuvent commencer.

Une
fois les préalables politiques et économiques définis, le reste relève du
domaine technique. Autrement, on aboutit forcément à cette situation absurde où
un accord supposé booster l’économie nationale finit par provoquer la mort des
rares entreprises viables, la condamnation de pas entiers de l’agriculture, et
la transformation définitive de l’économie nationale en une simple activité d’importation.

شراكة تؤدي إلى الهلكة

أدى اتفاق الشراكة
بين الجزائر والاتحاد الأوربي إلى فشل واضح… ولكن ما العمل حتى لا يتم تصحيح
الخطأ لخطأ أكبر؟

عابد شارف

لماذا أدى اتفاق
الشراكة مع الاتحاد الأوربي إلى تراجع الاقتصاد الوطني بدل أن يؤدي إلى الانتعاش
الذي كان منتظرا؟ جاءت هذه النتيجة لأن تحضير المفاوضات حول اتفاق الشراكة كان فاشلا،
ولأن المفاوضات نفسها لم تتم بالطريقة المطلوبة في هذه الظروف، ولأن تطبيق القرار
تم بطريقة عشوائية، فلم تستطع المؤسسات الجزائرية من استغلاله بينما استطاعت
الشركات الأوربية أن تفرض نفسها في السوق الجزائرية.

وقد جاءت هذه
الاعترافات على لسان مسئولين سامين، قالوا أن الجزائر لم تكن جاهزة للتفاوض ولا
لتطبيق اتفاق مع الاتحاد الأوربي. وجاء مضمون الاتفاق في غير صالح المؤسسات الجزائرية
في ذلك الوقت بالذات لأنها كانت في وضع لا يسمح لها بدخول المنافسة في ظروف مقبولة.
وقد أدت مراجعة الضرائب الجمركية مثلا إلى انخفاض أسعار السلع الأوربية، مما أدى
بدوره إلى ارتفاع هائل للواردات.ونتج عن ذلك تحطيم ما تبقى من المؤسسات الصناعية
الجزائرية. وتكرست النزعة السائدة في الاقتصاد الجزائري حيث تطغى عليه عمليات
الاستيراد، حيث تضاعفت الواردات في سنتين بين 2007 و2009 لتبلغ أربعين مليار
دولار…

وانكشفت العورة إلى
حد غريب. فقد قال مسئولون عن الملف الأوربي أن المكلفين بالمفاوضات تلقوا تعليمات
للتوصل إلى اتفاق في ظرف قصير جدا، وأضافوا أنهم كانوا يتفاوضون دون أن يحددوا إستراتيجية،
ودون تعليمات سياسية باستثناء ضرورة الوصول إلى اتفاق في أقرب الآجال. وكانت
المفاوضات تجري دون أن يكون فريق المفاوضين الجزائريين منظما ومهيكلا، إلى درجة
أنه لم يكن للمفاوضين مسئول يتمتع بصلاحيات واضحة… وحتى اليوم، مع صدور هذه
الأخبار في الصحافة، نلاحظ أن وزارة التجارة مازالت تتهم وزارة الشئون الخارجية
بالتقصير في تحضير المفاوضات، وكأننا نتكلم عن خلاف بين أصحاب حوانيت لا بين
مؤسستان دولة أو بين وزراء ينتمون إلى نفس الحكومة.

وقد تأكد اليوم أن اتفاق
الشراكة مع الاتحاد الأوربي قد أدى إلى نتائج خطيرة بالنسبة للاقتصاد الوطني، مما
يدفع إلى التساؤل: هل يمكن تصحيح الخطأ وترقيع ما يمكن ترقيعه؟ نظريا، هذه
الإمكانية مطروحة، خاصة وأن الطرفين ينظمان لقاءات دورية لتقييم الاتفاق. لكن يقول
أحد الخبراء المكلفين بالملف إن الوفد الجزائري يبقى في وضعه السابق، لا يعرف
الانسجام، كما أنه ينتظر التوجيهات السياسية.

ومن المعروف أن نفس
الأسباب تؤدي إلى نفي النتائج. وعند إمضاء اتفاق الشركة، كانت السلطة التنفيذية في
الجزائر تتكون من نفس المشاركين، مع السيد عبد العزيز بوتفليقة في الرئاسة، وقادة
الأفالان والأرندي في الحكومة، وحضور حماس في التحالف الرئاسي. وهذا ما لا يدفع
إلى التفاؤل في عملية مراجعة الاتفاق، لأن هؤلاء فشلوا في المفاوضات الأولى،
فلماذا سينجحون هذه المرة؟

والحقيقة أن ملف اتفاق
الشراكة مع الاتحاد الأوربي يطرح من جديد قضية المشاريع والقضايا الكبرى المطروحة
في الأجندة السياسية للبلاد. إن الفصل في مثل هذه الملفات لا يتم من طرف حكومة لوحدها،
ولا يتم بأية طريقة كانت، ولا يمكن أن يتكفل به الخبراء لوحدهم لأنهم لا يكسبون
الشرعية الضرورية لذلك. إن هذه القضايا تحدد مستقبل البلاد لعشرات السنين، وتفرض
ضبط العملية بطريقة جدية لتوفير أحسن الشروط من أجل نجاحها.

ونحن نتكلم اليوم عن
اتفاق الشراكة مع الاتحاد الأوربي، وسنتكلم غدا عن إقامة فضاء اقتصادي مشترك في
المغرب العربي، أو الاندماج الاقتصادي على الصعيد الإفريقي أو في المنطقة العربية
للتبادل الحر. كل هذه القضايا تفرض على أية حكومة أو سلطة أن تقوم بعملية تشاور
كبرى، مع تنظيم نقاش وطني تشارك فيه كل القوى السياسية، من أجل تحديد الرهانات،
والحصول على أكبر إجماع وطني ممكن، حتى لا يتم التراجع عن القرار بمجرد تغيير وزير
أو حكومة أو رئيس.

وبالتوازي مع عملية
التشاور، من المفروض أن يتم تحديد أولويات البلاد للعشريات القادمة، حتى تعرف
البلاد أي اتجاه يجب اتخاذه. وعندها يمكن الخوض في المفاوضات بطريقة جدية منسجمة
مع ترتيب الأولويات والأدوار وتحديد الأهداف. وقد تأسف الكثير مثلا لما رأوا أن
بلدان المغرب العربي دخلت في مفاوضات مع أوربا بصفة منعزلة ودون تشاور بينها.

ويقال أن الجزائر
تعلمت طرق وشروط التفاوض منذ معاهدات إيفيان، وأنها تعلمت كيف تحضر الميدان لكل
المفاوضات، وأنها قامت بتكوين رجال مختصين يشهد لهم العالم في تقنيات التفاوض. كل
هذا صحيح، لكنه لا يؤدي إلى أية نتيجة إذا لم تكن المفاوضات ترتكز على سياسة قوية وأهداف
واضحة وخطة مضبوطة. وأكثر من هذا، يجب أن يكون المتفاوض يتمتع بشرعية قوية لا يطعن
فيها أحد. وهذا ما ينقض الحكومات المتتالية التي تكفلت باتفاق الشراكة مع الاتحاد
الأوربي، مما دفع الجزائر إلى إبرام اتفاق يقضي على اقتصادها ويضر بمؤسساتها ولا
يأتي بفائدة على الأمد الطويل حيث أن النتيجة النهائية كانت فتح الحدود أمام المنتوج
الأوربي لا أكثر ولا أقل.

 

Coupe d’Afrique des Nations : ce qu’on n’a pas aimé

La coupe d’Afrique des Nations est
terminée. Pour l’équipe nationale algérienne, elle a surtout valu par un match,
celui contre la Côte d’Ivoire, et par son volet extra-sportif. Cette équipe a
en effet réussi à donner aux Algériens de la joie, beaucoup d’émotions, réussissant
même à devenir un symbole auquel une bonne partie du pays s’est identifiée. Ce
volet a été bien résumé par K. Selim dans le Quotidien d’Oran de dimanche 31
janvier.

Dans un pays où l’opinion est
particulièrement versatile, réunir une sorte de consensus national pendant un
mois, malgré les déboires, relève de l’exploit. L’équipe nationale de football
y est arrivé, comme en a témoigné la ferveur qui l’a accompagnée, et la
profonde émotion qui s’est emparée de la rue après l’élimination. Quel que soit
l’avenir de cette équipe, elle aura marqué son équipe, au moins autant que
celle de 1982.

Mais pour cette équipe comme pour coupe
d’Afrique des Nations, de manière générale, il y a eu de nombreux ratés, des
défaillances graves et des erreurs évidentes. Résumé en dix points des points
noirs de cette CAN, avant une coupe du monde qui s’annonce beaucoup plus
relevée, et qui se déroule pour la première fois sur le sol africain.

  1. A part les
    gardiens de but, l’équipe nationale ne compte aucun titulaire produit par
    le championnat national. Ceci montre le décalage entre le football
    algérien et celui de niveau international. Pour preuve de cette
    déconnexion entre championnat national et équipe nationale, trois journées
    de championnat ont été organisées pendant la coupe d’Afrique, sans que
    cela ne soulève de protestation en raison de l’absence de joueurs.
  2. L’équipe
    nationale s’est montrée d’une inconstance exceptionnelle. Inexistante face
    au Malawi, fébrile contre l’Egypte, sereine contre le Mali, très bonne
    contre la Côte d’Ivoire. Son entraineur, Rabah Saadane, a montré la même
    inconsistance : lucide, rationnel par moments, se laissant emporter
    par la vague d’enthousiasme à d’autres.
  3. Le gardien de
    but de l’équipe nationale Faouzi Chaouchi a effectué un seul arrêt de
    grande classe en cinq matches (contre la Cote d’Ivoire). C’est nettement
    insuffisant pour en faire un héros de cette Coupe d’Afrique des Nations,
    d’autant plus qu’il porte une responsabilité sur un ou deux buts contre le
    Malawi.
  4. La presse
    algérienne s’est « égyptianisée ». A part un moment de doute, au
    début de la compétition, elle a soutenu son équipe de manière unanime, à
    l’égyptienne. Y compris quand des défaillances graves ont été relevées.
  5. Cette manière
    de soutenir aveuglement l’équipe nationale lui permet de tenir le coup
    dans les moments difficiles, mais risque d’occulter les faits. Ainsi en
    est-il du bilan de l’équipe, qui a joué six matches, en gagné deux, perdu
    trois, pour un match nul. Avec neuf buts encaissés et quatre marqués.
  6. La CAN a donné
    lieu à une utilisation abusive, parfois illégale, de l’emblème national.
    Des entreprises ont découvert l’amour de l’Algérie, et on utilisé le
    drapeau à des fins publicitaires dans des formes interdites par la loi.
  7. Sur de
    nombreuses chaines de télévision, notamment Al-Jazzera Sports, Nessma et
    les chaines hystériques d’Egypte, on insistait sur le fait qu’une équipe
    « arabe » devait remporter la coupe d’Afrique des Nations. A tel
    point qu’à un moment donné, on avait le sentiment que la compétition
    n’opposait plus des équipes nationales, mais des arabes à des non
    arabes. Le racisme n’était pas loin.
  8. Le racisme
    n’était pas loin du tout, et certains commentaires étaient franchement
    désobligeants à la suite de décisions anachroniques de l’arbitre béninois
    Coffi Kodjia, chargé de diriger le match le plus délicat de la
    compétition, Algérie-Egypte. La compétition avait d’ailleurs démarré sous
    de mauvais auspices, avec  des
    débordements de chauvinisme rarement égalés. Les commentateurs égyptiens
    ont montré un talent exceptionnel dans ce domaine. Visiblement, personne
    ne pourra jamais les battre.
  9. La sanction
    prise contre le Togo était absurde. Interdire à ce pays de participer aux
    deux prochaines éditions de la coupe d’Afrique des Nations pour s’être
    retiré de celle de 2010 est un non sens. Invoquer les interférences
    gouvernementales pour justifier cette décision est valable en situation
    normale. Mais avancer de tels arguments devient stupide quand l’équipe se
    fait mitrailler, et que la délégation togolaise déplore deux morts et des
    blessés.
  10. Les critiques
    contre la CAF, même justifiées, manquent de sincérité. Elles donnent
    l’impression de servir d’alibi pour justifier certains échecs. Car ces
    critiques sont connues, et entendues après chaque compétition. Mais elles
    n’ont jamais donné lieu à un vrai travail de réflexion pour entamer une
    véritable action, concertée avec d’autres pays, pour y remédier.

 

Les Etats-Unis face au drame de Haïti (I): L’empire choisit la séduction

A Haïti, l’humanitaire et le
stratégique se côtoient. Et quand les Etats-Unis apportent une aide massive à
ce pays meurtri, ils investissent aussi pour leur propre sécurité.

Par Abed Charef

Les Etats-Unis ont littéralement
pris possession de Haïti, au lendemain du terrible tremblement de terre qui a ravagé
ce pays, l’un des plus pauvres au monde. Dans un formidable déploiement de
puissance, dix mille soldats américains se sont déployés dans et autour de l’île,
avec leurs avions, leurs hélicoptères, leurs véhicules, leur logistique et
leurs gadgets.

Malgré la gêne que cette
accaparation de l’île a suscitée, peu de voix se sont élevées pour critiquer la
démarche américaine. Pour une raison très simple : le drame a
suscité une telle émotion, dans un pays si dépourvu de tout moyen
d’intervention, que la logistique américaine paraissait la seule en mesure
d’assurer une certaine efficacité.

Le séisme a en effet provoqué près
de 150.000 morts, probablement plus, et littéralement rasé une partie d’un pays
totalement démuni : les Haïtiens n’étaient même pas en mesure de ramasser
et d’enterrer leurs morts. Les cadavres jonchaient les rues, plusieurs jours
après le drame, et les force de l’ONU, qui ont enregistré près de 70 victimes
dans leurs rangs, semblaient elles aussi très dépourvues face à l’ampleur des
dégâts. D’autant plus que l’Etat haïtien, déjà faible, semblait sur le point de
s’écrouler. Ce qui faisait craindre le pire, avec notamment de premières scènes
de pillage, ainsi que le règne de bandes plus ou moins organisées, qui
risquaient d’étendre leur influence, et peut-être même de prendre le contrôle
du pays.

Le déploiement américain a ainsi
provoqué des sentiments ambigus. Bien que personne ne pouvait l’avouer
publiquement, la plupart des pays du monde ont accueilli avec soulagement
l’engagement américain. D’une part parce que le drame avait suscité une vraie
émotion au sein des opinions publiques. D’autre part, parce que tout e monde se
rendait compte que l’ampleur du drame était telle que seule une hyperpuissance
serait en mesure d’en atténuer l’impact. Enfin, raison moins avouable, beaucoup
pouvaient se sentir dispensés d’intervenir, du moment que les Américains
avaient décidé de s’occuper de ce dossier.

Barak Obama a parfaitement utilisé
cette attente internationale. Il a répondu présent, dans une opération de
charme, certes coûteuse, mais très bénéfique, à la fois pour l’image et pour
l’intérêt des Etats-Unis. En termes d’image, les soldats américains déployés à Haïti
vont occuper le terrain pour faciliter le travail humanitaire et de
construction, mais ils vont aussi attirer les caméras, pour faire oublier ce
que font d’autres soldats américains ailleurs, en Irak et en Afghanistan par exemple.
Les images de télévision montrant des GI distribuant des rations de vivres à
des enfants, ou soignant des blessés à bord d’hôpitaux de campagne, méritent bien
le prix de cet énorme déploiement.

Mais l’intervention américaine n’était
pas dictée par des seuls impératifs humanitaires. Certes, on peut faire preuve
de complaisance, et croire sur parole certains propagandistes, selon lesquels
les Etats-Unis veulent donner à Haïti une chance de décoller après ce séisme.
On peut même admettre que l’Amérique a été saisie d’une vraie émotion, et que
Barak Obama a délibérément fait ce choix de la solidarité avec un pays pauvre.
Mais ceci ne peut occulter la réalité politique.

En se déployant massivement à
Haïti, les Etats-Unis visaient plusieurs objectifs. D’abord, frapper un grand
coup, et frapper en même temps les esprits, en rappelant que seuls les
Etats-Unis restent capables de mener des actions d’une certaine envergure. Ensuite,
les Américains ont clairement signifié à tout le monde qu’ils restent maîtres dans
leur pré-carré. Ils s’en occupent, y compris dans les drames. La symbolique est
forte, et elle porte : pour une fois, les Etats-Unis ne s’occupent pas
d’un petit voisin pour l’envahir ou y organiser un coup d’état, mais pour
l’aider.

Mais la principale crainte américaine
concernant Haïti est de voir l’Etat haïtien s’écrouler, et rejoindre la liste
inquiétante des états en faillite (failed state). Les experts américains de la
sécurité estiment en effet que l’effondrement éventuel de l’Etat en Haïti constituerait
une menace très grave pour les Etats-Unis. Que Haïti devienne un repaire de
bandes criminelles, de trafiquants de drogue ou un sanctuaire d’organisations
politiques radicales ou « terroristes », paraît inacceptable pour les
Etats-Unis.

C’est la nécessite de contrer cette
menace qui explique l’ampleur de l’engagement américain. En ce sens, l’action des
Etats-Unis à Haïti est un investissement pour la sécurité américaine sur le
long terme. Avec peut-être aussi une volonté d’expérimenter de nouvelles méthodes
de domination, basées sur l’humanitaire et la séduction, méthodes qui pourraient
se révéler plus payantes que la force brutale.

Haïti offre un terrain idéal pour
cette expérimentation. Et si l’expérience réussit, elle sera élargie à d’autres
contrées, pour faire face à cette hantise américaine : l’existence de
vastes territoires non contrôlés, favorables à l’émergence de menaces non
étatiques. Ces espaces hors contrôle sont devenus la première préoccupation
américaine en matière de sécurité. Les méthodes utilisées jusque-là pour les
gérer ont échoué, ce qui laisse entrevoir une nouvelle démarche ont échoué.
Haïti en sera le premier laboratoire.

 

 Les Etats-Unis face au drame de Haïti (II et fin) : La hantise de l’état défaillant

Le 11 septembre a bouleversé la démarche américaine dans le domaine de la sécurité, et a progressivement fait émerger une nouvelle hantise : les Etats défaillants (state failed). Il s’agit d’un certain nombre de pays, essentiellement en Afrique et en Asie, où l’Etat central n’arrive plus à exercer les attributs traditionnels de l’état. Le résultat est, aux yeux des Américains, particulièrement inquiétant: de vastes contrées échappent au pouvoir central, et risquent de devenir une source d’instabilité majeure.

L’exemple type en est la Somalie, qui réunit un cocktail explosif. C’est un pays où l’Etat a pratiquement disparu. Au large de la Somalie est apparue une piraterie se nourrissant de rançons et menaçant un des plus grands nœuds de navigation au monde, par où transite près de la moitié des approvisionnements en hydrocarbures des pays occidentaux. La Somalie est aussi un pays où une expérience américaine antérieure de restaurer l’ordre par la force a échoué. C’est enfin une région où sont apparus des groupes radicaux menaçant de faire allégeance à la nébuleuse « Al-Qaïda », et d’offrir un nouveau sanctuaire à cette intrigante internationale du terrorisme.

Face à la Somalie, de l’autre côté de la Mer Rouge, le Yémen est lui aussi perçu avec inquiétude par les Etats-Unis. La tentative d’attentat menée par un ressortissant nigérian passé par le Yémen, la nuit de Noël 2009, à bord d’un avion assurant la liaison Amsterdam-Detroit, n’a fait qu’aggraver cette inquiétude. Le Yémen présente aux yeux des Occidentaux les premiers signes d’un état défaillant : présence de groupes armés incontrôlés, agitation régionaliste, tribale, religieuse, politique, troubles inspirés de l’étranger, etc.

Pour les Etats-Unis, le Yémen présente une triple menace. Il est frontalier avec le premier producteur mondial de pétrole ; il contrôle un point de passage essentiel pour le commerce international,  notamment les hydrocarbures, à travers le Golfe d’Aden ; il abrite des groupes armés, chiites, salafistes, fondamentalistes, taupes de toutes obédiences et autres instruments de déstabilisation, que la littérature américaine considère comme hostiles.

Dans le prolongement du Yémen, se trouve cette vaste zone qui va de la Somalie à la Mauritanie, et qu’une abondante littérature présente comme le refuge potentiel de groupes terroristes qui voudraient s’installer dans le Sahel. L’instabilité qui y règne (Darfour, Tchad, Mali, etc.) offre un terrain propice aux ingérences étrangères, qui veulent absolument se greffer sur ce terrain.

Autre modèle redouté par les Américains, l’Afghanistan et le Pakistan constituent un point de fixation majeur, avec des Etats faibles ou menacés de disparition. Dans ces deux pays, les Etats-Unis sont d’ailleurs partie prenante de conflits militaires sans fin. Ils ont tenté différentes méthodes pour imposer une paix qui leur soit favorable, mais toutes ont échoué.

En Somalie, l’opération « Restore Hope » s’est terminée en débandade. Au Pakistan, de nouveaux chefs militaires américains tentent d’engager de nouvelles expériences. En Afghanistan, l’échec est si patent que les Etats-Unis, non seulement sont prêts à trouver un accord avec les Talibans, mais ils poussent le président  Hamid Karzaï dans cette direction. Le chef des forces américaines au Moyen-Orient, le général David Petraus, vient encore de le réaffirmer publiquement.

Ces échecs semblent inciter fortement les Etats-Unis à s’y prendre autrement avec ce qui constitue à leurs yeux une menace de l’après 11 septembre. Au lieu d’envahir des pays, de détruire leurs institutions pour tenter d’y greffer des systèmes inefficaces, ils veulent créer une demande en sécurité, et se présenter comme les sauveurs.

La première expérience est déjà engagée à Haïti, là où les Américaines avaient agi autrement par le passé pour imposer un président qui leur était favorable. En apportant une aide massive et en contribuant à rétablir l’ordre, les Américains veulent se donner cette fois-ci les meilleures cartes pour réussir.

Le Yémen risque d’être le second terrain d’expérimentation de la nouvelle démarche américaine. Ce pays est sous pression, et a besoin d’importants soutiens pour préserver son unité et sa sécurité. Arabie Saoudite et Iran interviennent déjà, publiquement ou en sous-main, dans ce pays qui présente une forte demande d’assistance sécuritaire. Et s’ils y débarquent, les Etats-Unis ne le feront pas comme occupants, selon le modèle irakien, mais comme des sauveurs venus apporter aide financière et alimentaire, et assister les autorités locales dans les tâches de maintien de l’ordre.

C’est une méthode différente de celle de George Bush. Elle ne s’appuie pas uniquement sur la force brutale, mais sur la persuasion et la coopération. Elle vise à convaincre les pays « hôtes » à devenir demandeurs de l’aide américaine et à gagner la sympathie des populations locales. Après tout, le plan Marshall et le soutien aux dragons du sud-est asiatique ont donné de meilleurs résultats que la « baie des cochons » et les bombardements du Vietnam.

Mais tout en préparant cette expérience, les Etats-Unis n’abandonnent pas pour autant la bonne vieille canonnière. Américains et leurs alliés de l’OTAN de manière générale, se préparent à des alternatives musclées pour faire face aux risques que présentent les Etats en faillite. Stéphane Abrial, général français qui a exercé un commandement à l’OTAN, le dit de manière explicite (1). « Les Etats faibles ou faillis sont plus nombreux, tout comme les zones dans lesquelles les pays de l’Alliance sont menacés. Cela pourrait amener l’OTAN à imposer des actions dissuasives, mettre l’accent sur une projection rapide de forces pour s’assurer de ressources vitales ». C’est dit en termes feutrés, mais le fond est limpide : si un état se révèle défaillant, et qu’il est utilisé comme sanctuaire pour menacer la sécurité des approvisionnements en énergie par exemple, l’OTAN enverrait des troupes pour y pallier. Autrement dit, l’establishement américain veut bien laisser à Barak Obama la possibilité d’utiliser la séduction et la persuasion, mais à la moindre défaillance, les généraux reprennent la main pour s’en prendre aux « états défaillants » qui remplacent « l’axe du mal » et les « états voyous » dans la littérature américaine de la sécurité.

 

  1. Le Monde du 18 décembre 2009.

 


أمريكا في هايتي: مساعدات إنسانية واحتلال أنيق

دخلت الواليات المتحدة بقوة إلى هايتي، في تجربة جديدة للسيطرة على
بلدان ضعيفة بطرق سلمية وبمساندة دولية.

عابد شارف

قررت الولايات المتحدة نشر أكثر من عشرة آلاف جندي في هايتي وفي
المياه المحيطة بها، كما تقدمت أمريكا بمساعدات ضخمة لصالح هذا البلد بعد المأساة
التي أصابته جراء زلزال 12 جانفي الماضي. وأقدمت أمريكا بطائراتها وبواخرها
ومعداتها المدنية والعسكرية، دون أن يثير ذلك ردود فعل تذكر مثلما كان يحدث في
السابق عندما يتحرك الجيش الأمريكي.

وقد واجه العالم القرار الأمريكي الذي أدى إلى استيلاء مقنع على هايتي
بشعور متناقض. فمن جهة انزعج البعض بسبب الطريقة التي استعملها الأمريكيون للاستيلاء
على المطار والميناء واستعمالهم لصالح الجيش والمعدات الأمريكية بالدرجة الأولى،
لكن أغلبية بلدان العالم تلقت ذلك بارتياح محتشم، وكان الكل يقول أن تكفل أمريكا
بهايتي يجنبهم القيام بواجبهم الإنساني.

أما أمريكا، فإنها شنت عملية كبرى لتصحيح صورتها في عدد من البلدان
وعند الرأي العالم الأجنبي بصفة عامة. ولا شك أن أمريكا تريد أن تغير صورة الجندي
الأمريكي في العراق وفي أفغانستان بصورة أخرى للجندي الأمريكي الذي يوزع المواد
الغذائية ويداوي أطفال هايتي ويعيد النظام ويضمن الاستقرار في بلد كان يعاني منذ
عشرات السنين من انعدام الأمن.

وقد شجعت الموجة الكبرى من التعاطف التي اجتاحت العالم أمام الصورة
الواردة من هايتي، شجعت الأمريكيين على الاندفاع بقوة في هذا البلد الفقير. وقد
خلف زلزال 12 جانفي أكثر من 150 ألف قتيل، مما يجعل منه إحدى أكبر الكوارث
الطبيعية في بداية هذا القرن. إضافة إلى ذلك، فإن هايتي من أفقر البلدان في
العالم، ولم يكن قادرا حتى على دفن موتاه. وأمام حجم الكارثة، اقتنع الكثير أن
مساعدة هذا البلد لا يمكن أن يتم إلى عن طريقة تدخل ضخم من قوة هائلة، ولا توجد
إلا الولايات المتحدة للقيام بهذا العمل.

لكن دخول أمريكا إلى هايتي لا يقتصر على دوافع إنسانية فقط، بل أن
الدوافع السياسية والأمنية كانت موجودة بقوة إن لم تكن أساسية في القرار الأمريكي.
وانتشار المارينز في المياه الحيطة بهايتي يهدف بالدرجة الأولى إلى منع هجرة
جماعية نحو أمريكا عن طريق البحر.

إضافة إلى ذلك، فإن الولايات المتحدة تريد أن تقول للعالم كله أن
بلدان أمريكا تبقى من دائرتها الخاصة، ولا يحق لأحد أن يتدخل فيها. ويتوجه الخطاب
بصفة خاصة إلى كوبا المسكينة التي توجد بالقرب من هايتي لكنها لا تكسب قوة التدخل
الأمريكية، وإلى فنزويلا التي أكثرت الكلام، وفرنسا التي أبدت عواطف كبيرة وعملا
صغيرا.

ومن جهة أخرى، فإن الولايات المتحدة تخشى إلى حد بعد انهيار الدولة في
هايتي، مما يجعل من هذا البلد "دولة فاشلة"، أي دولة غير قادرة على
القيام بالمهام التقليدية للدولة من حفظ الأمن وتنظيم الإدارة وغيرها، وهو الوضع
الخطير جدا في نظر أمريكا لأنه يفتح المجال أمام كل المغامرات. ومن الاحتمالات
الواردة عند انهيار الدولة، تخشى أمريكا استيلاء عصابات إجرامية أو إرهابية على
هايتي مثلا لتجعل منه مركزا لنشاطات دولية واسعة.

واختارت أمريكا هذه المرة أن تستعمل وسائل سلمية، بطلب علني أو ضمني
من العالم، لتبسط يدها على هايتي. ولن تكلفها هذه الطريقة الكثير، عكس الطريقة
التقليدية التي كان يستعملها الرئيس الأسبق جورج بوش. وإذا نجحت هذه التجربة
الجديدة فلا شك أن الولايات المتحدة ستحاول توسيعها إلى بلدان أخرى، ولعل أول مرشح
لذلك هو اليمن الذي يعاني من اضطرابات متكررة دون أن تتوفر لديه الإمكانيات
المالية والمعدات لمواجهتها. وستكتفي أمريكا بانتظار اللحظة التي يجد فيها اليمن
نفسه في حالة تفرض عليه أن يطلب يد المساعدة، تحت ضغط الأحداث. وستظهر أمريكا أنها
جاءت لإنقاذ بلد من الانفجار، لا لاحتلاله.

هذه هي الخطة، وهذا هو المشروع… أما عن تطبيقها ميدانيا واحتمال
نجاحها، فذاك أمر آخر…

Football et télévision : Une bataille sans l’Algérie

 L’Algérie est
qualifiée pour la CAN et la coupe du monde. Mais elle est éliminée de toute
compétition médiatique.

 

Par Abed Charef

Deux offensives
d’envergure ont été lancées à l’occasion de la coupe d’Afrique des Nations de
football qui se tient en Angola jusqu’à la fin du mois de janvier. Mais ces
attaques ne sont ni militaires ni sportives. Il s’agit de plans de campagne
lancés par la chaîne qatarie « Al-Jazeera Sports » et son homologue
« Nessma TV », en vue de s’installer dans le paysage médiatique maghrébin
et arabe.

« Al-Jazeera
Sports » a mené les choses en grand, dans le cadre d’une campagne très
élaborée. La chaîne vise tout simplement à se placer en situation de
quasi-monopole pour la diffusion du football dans la sphère arabophone,
supplantant le bouquet « ART » du milliardaire et prince saoudien
Cheikh Salah.

L’offensive
d’Al-Jazeera Sports a commencé depuis qu’il était apparu que le marché arabe ne
pouvait supporter deux concurrents dans le domaine de la télévision sportive. Le
même phénomène avait été observé pour l’espace francophone,  où Canal Satellite a fini par racheter le
bouquet TPS.

Al-Jazeera a alors négocié,
et fini par acquérir au prix fort, près de trois milliards de dollars, les droits
détenus par ART. Si on y ajoute les droits pour les prochaines compétitions
internationales (coupe d’Europe, Champion’s League, coupe du monde),
l’investissement d’Al-Jazeera paraît gigantesque. Risqué, affirme même un
spécialiste, qui estime que le marché arabe risque de ne pas être rentable avec
l’explosion des droits de télévision. Selon lui, le marché arabe compte 30 à 40
millions de foyers, dont une bonne partie, en Afrique du Nord, de l’Egypte au
Maroc, en passant par le Soudan et l’Algérie, ne peut pas acquérir les cartes
Al-Jazeera.

Mais la chaîne qatarie
n’en a guère tenu compte. Elle a poursuivi son offensive à l’occasion de la
coupe d’Afrique, en travaillant sur deux volets. D’une part, tout le personnel
d’Al-Jazeera a publié affiché son soutien aux arabes équipes qualifiées. Prônant
une arabité sans faille, tout intervenant sur la chaîne devient supporter de
l’équipe arabe présente sur le terrain, au risque de créer un malaise : le
chauvinisme a fait son apparition de manière ostentatoire.

D’autre part, la
chaine a recruté des commentateurs de chaque pays arabe qualifié, et les a
chargés de suivre leur équipe nationale. Ceci a permis de créer un phénomène
d’identification. Pour les téléspectateurs algériens par exemple, Hafidh
Derradji sur Al-Jazeera Sports, c’est l’ENTV avec des moyens techniques plus
performants. Il reste juste à savoir comment Al-Jazeera Sports va gérer un
éventuel match Algérie-Egypte en demi-finales.

Al-Jazeera Sports a
également décidé d’offrir une fleur au public arabophone, pour le séduire et le
fidéliser. La chaîne a choisi de  diffuser en clair tous les matches des
équipes arabes engagées en coupe d’Afrique. Les matches des équipes africaines
non arabes restent, quant à eux payants, alors qu’à priori, les spectateurs du
sud du Sahara sont encore plus pauvres que ceux d’Afrique du nord.

Quant à « Nessma
TV », qui émet à partir de Tunis, malgré des objectifs plus modestes, elle
a lancé une campagne très séduisante. A « Nessma », on est supporter
des équipes maghrébines d’abord, arabes ensuite. Et, pour dire les choses
clairement, on y préfère la Tunisie et l’Algérie d’abord, l’Egypte ensuite.
Dans le fameux conflit à propos du match du Caire, « Nessma » avait
pris fait et cause pour l’Algérie.

Ce choix n’est
évidemment pas gratuit. Nessma, propriété du groupe tunisien Karaoui, associé à
un autre investisseur tunisien et à l’une des sociétés du premier ministre
italien Silvio Berlusconi,  vise un
public maghrébin jeune, à cheval sur les deux langues, arabe et français, conformément
à cette vision qui veut que les Maghrébins ont une langue bien à eux, modelée
par le temps, grâce à un mélange « francarabe ».

Nessma n’a pas lésiné
sur les moyens. Une soirée foot est organisée depuis le début de la
compétition, avec des plateaux très séduisants, incluant footballeurs de renom
et entraineurs chevronnés, mais aussi des comédiens, des chanteurs et des experts.
A l’exception de quelques débordements chauvins et des longueurs sur certains
thèmes, les soirées Nessma, destinées à un public amateur de football, sont
très réussies.

Par ailleurs, ces
campagnes de séduction se poursuivront jusqu’à la coupe du monde, car l’enjeu
politique, médiatique et financier est énorme. L’Algérie, seul pays arabe
qualifié à la phase finale de la coupe du monde, sera au centre de cette
bataille. Son équipe nationale est devenue le produit le plus demandé par les
publicitaires dans cette région du monde.

Mais les télévisions algériennes
seront absentes de ces batailles où son image est en jeu. Les trois chaines
algériennes continuent de diffuser les mêmes images vieillies, dans un décor de
théâtre de troisième catégorie. Elles n’ont pas encore assimilé les nouveaux
concepts des émissions de télé, et ne veulent apparemment pas changer. La bonne
volonté affichée par les animateurs n’y peut rien : une télévision, c’est
beaucoup d’imagination, du talent, de l’argent, et un environnement adéquat.

Cette gestion des
trois « uniques » chaines algériennes est devenue un handicap pour le
football algérien. Car dans le monde entier, la télévision est devenue la
première source de financement du football. Les groupes arabes ne s’y sont pas
trompés, eux qui achètent les droits pour toutes les compétitions. En restant
pauvre, l’ENTV oblige, d’une certaine manière, le football algérien à rester
pauvre, et l’empêche ainsi de progresser.

Si au moins l’ENTV se
décidait à garder sa pauvreté pour elle !

Le soldat Khelil en péril

Sonatrach est dans la tourmente. Manipulation ? Peut-être.
Mais le scandale, lui, est bien réel.

Par
Abed Charef

M.
Tayeb Louh peut avoir raison. La succession de grèves, à Rouiba, à El-Hadjar,
et ailleurs, peut parfaitement être le résultat de manipulations politiques et
de jeux d’appareils. L’agitation qui secoue d’autres villes et hameaux du pays,
y compris à Bouhdoud, lieu dit des contreforts du Zaccar, dans la wilaya de
Aïn-Defla, peut elle aussi être le résultat de luttes de clans au sein du
pouvoir.

Dans
la même logique, la grève qui secoue El-Hadjar peut être contre-productive,
comme l’affirment de hauts responsables algériens. Car au moment où se joue une
bataille décisive pour gérer l’excédent de production d’acier, bataille qui
déterminera qui survivra dans le monde de la sidérurgie de demain, il peut être
malvenu d’ajouter des difficultés à une entreprise déjà déstabilisée par des
accidents de parcours.

Quant
à M. Chakib Khelil, ministre de l’énergie, il a parfaitement raison : les
personnes inculpées dans l’affaire Sonatrach doivent bénéficier de la
présomption d’innocence. Pour l’heure, ces dirigeants sont des prévenus, et ils
ont la possibilité de prouver leur innocence, d’être blanchis de reprendre
honorablement leur activité.

De
même, le ministre de l’énergie a raison quand il affirme que cette nouvelle
affaire de corruption peut nuire à Sonatrach, porter atteinte à son image et à
sa crédibilité. La première entreprise du pays, qui a assuré les deux tiers du
PIB en 2008 et 98 pour cent exportations, risque d’être déstabilisée à un
moment où se dessinent les grands enjeux de demain dans le domaine des
hydrocarbures.

Un
autre haut responsable, au fait de l’affaire Sonatrach, affirme, de son côté
que derrière cette affaire de corruption, c’est en fait M. Chakib Khelil qui
est visé. Dans une sombre affaire de lutte d’influence, de clans et de
groupes, les uns motivés par l’argent, d’autres par le pouvoir, mais tous
agissant dans l’ombre, on se trouverait dans une bataille à multiples facettes,
qui se cristalliserait autour de la personne de M. Khelil. C’est sa tête qui
serait donc demandée, tout le reste n’étant qu’un décor destiné à organiser la
mise à mort d’un homme venu dans le sillage de M. Bouteflika, un homme qui lui
doit tout, et dont le départ signifierait une défaite pour le chef de l’état.

Tout
ceci a été dit à propos de la montée de la tension perceptible dans le pays
depuis quelques semaines. Tout ceci peut être vrai. Les ministres peuvent avoir
raison, y compris quand ils disent des choses qui apparaissent totalement
farfelues. Comme par exemple M. Khelil, quand il dit ne pas être au courant de
ce qui s’est passé à Sonatrach.

Mais
même si tout ceci était vrai, cela n’altère en rien cette autre réalité :
l’affaire Sonatrach est une catastrophe nationale. Elle a atteint un degré
d’extrême gravité, et constitue une menace pour la sécurité du pays. Tout comme
elle révèle les dysfonctionnements criminels d’une institution dont dépend la
survie économique du pays.

Voilà
en effet une entreprise dirigée dans l’opacité la plus totale, et dont quatre
principaux dirigeants sur cinq sont impliqués dans des affaires, disons de
pots-de-vin, pour simplifier. C’est l’entreprise algérienne la plus connue dans
le monde, la plus riche, celle dont l’évolution influe sur le marché du pétrole
et sur les bourses du monde entier. Voilà donc que cette entreprise fait
l’objet d’une enquête menée par les services spéciaux du pays, enquête qui
aboutit à la mise en accusation d’un certain nombre de personnes, dont les
principaux dirigeants, mais le ministre de l’énergie affirme qu’il n’est au
courant de rien, alors qu’il contrôle le secteur depuis près d’une décennie!

M.
Khelil était pris entre deux choix. Il pouvait être accusé d’incompétence, s’il
s’avérait qu’il n’avait pas eu vent des malversations présumées dont seraient
coupables des responsables de Sonatrach. Il pouvait aussi être accusé de
malhonnêteté, s’il était prouvé qu’il savait ce qui se passait, d’autant plus
que lui-même avait, d’une manière ou d’une autre, choisi l’encadrement de
l’entreprise.

Au
final, il a choisi l’accusation d’incompétence, ce qui constitue, à ses yeux,
un moindre mal. Ceci n’est pas anodin. Le ministre des affaires étrangères,
Mourad Medelci, avait lui aussi, en d’autres temps, plaidé l’incompétence, en
reconnaissant qu’il n’avait pas fait preuve d’intelligence dans l’affaire
Khalifa. Une incompétence qui avait coûté à l’Algérie deux à cinq milliards de
dollars.

Celle
de M. Khelil coûte aujourd’hui à l’Algérie la réputation de la principale
entreprise du pays, dont le sérieux et la crédibilité sont gravement mises en
cause. De là à dire que peu de gens vont se mobiliser pour sauver le soldat
Khelil, il y a un pas que la plupart des analystes franchissent aisément. Même
si d’autres cas sont là pour illustrer la capacité du système algérien à gérer
ce type de situation : les accusations contre le secrétaire général du
ministère des travaux publics n’ont pas suffi pour inquiéter son ministre.

Tout
ceci pose pourtant le problème de manière biaisée. Car aujourd’hui, il ne
s’agit pas seulement de se demander s’il faut sacrifier le soldat ou non. Il
s’agit de savoir s’il faut sauver ce système qui a généré un scandale dans
chaque ministère.

كرة القدم والتلفزيون

الجزائر تقصي نفسها
من المنافسة

عابد شارف

تزامن انطلاق منافسات
كأس إفريقيا للأمم في كرة القدم مع مبادرات جديدة في ميدان التلفزيون، وأبرزها
تنبع من "الجزيرة الرياضية" ومن قناة "نسمة" التي تبث من
تونس. وتعمل القناتان في نفس الاتجاه، وهو كسب جمهور بمناسبة كأس إفريقيا وكأس
العالم، ومحاولة الاحتفاظ به وبثقته على المدى المتوسط والبعيد.

ويتميز مشروع "الجزيرة
الرياضية" بحجمه بطابعه الشامل للاستيلاء على أكبر ما يمكن من سوق التلفزيون
الرياضي الناطق باللغة العربية. ويشمل المشروع جوانب متعددة تتعلق بالقضايا المالية
والتقنية وحتى بالمنشطين الذين يشرفون على أهم الحصص الرياضية، مما يسمح للجزيرة
أن تبسط نفوذها بصفة نهائية على سوق التلفزيون الرياضي على حساب المنافس
"أرت"
Art.

وكان قد اتضح منذ
سنوات أن سوق التلفزيون الرياضي باللغة العربية لا يتسع لأكثر من متعامل واحد.
وكانت مجموعة "أرت" التابعة للسعودي الشيخ صالح، وهو من العائلة الملكية
السعودية، كانت قد تمكنت من فرض نفسها في مرحلة أولى. لكن الظهور القوي للجزيرة
بمختلف فروعها أدى إلى تغيير الوضع، مما دفع الطرفين إلى التفاوض والتوصل إلى
اتفاق تم بموجبه بيع كل حقوق "أرت" إلى الجزيرة مقابل ثلاثة مليار
دولار.

ويأتي هذا الاستثمار
الضخم متزامنا مع المبالغ التي تم دفعها للحصول على حقوق المنافسات الأخرى مثل كأس
العالم وبطولة أوربا للأمم وبطولة الأندية الأوربية وغيرها، مما جعل استثمارات
الجزيرة تصل مبالغ خيالية يجب استعمال كل الوسائل للتمكن من تحويلها إلى فوائد. وغامرت
"الجزيرة الرياضية" في هذا الاتجاه رغم أن الكثير من المحللين يشكون في
إمكانية الحصول على أرباح في إطار السوق العربية التي تبقى محدودة الإمكانيات. ويقول
أحد الخبراء أن السوق العربية غير كافية، حيث أنها تتكون من حوالي 200 مليون نسمة أغلبهم
عاجزون على شراء بطاقات الجزيرة، خاصة في أكثر البلدان سكانا مثل مصر وبلدان
المغرب العربي، مع العلم أن هذه المنطقة تشمل ما يقارب ثلثي العالم الناطق
بالعربية.

ومن جهة أخرى، حددت "الجزيرة"
خطة من نقطتين لمغازلة الجمهور العربي بمناسبة كأس إفريقيا للأمم. وقد لجأت القناة
إلى تشغيل منشط رياضي من كل بلد عربي مؤهل لكأس إفريقيا، على أن يعلق هذا المنشط
على مقابلات بلاده. ومن يشاهد مقابلة بلاده على "الجزيرة الرياضية"
يعتقد أنه يشاهد إحدى قنوات بلاده لأن "الجزيرة" استطاعت في نفس الوقت أن
تشغل أشهر المنشطين في كل بلد تقريبا. إضافة إلى ذلك فقد قررت "الجزيرة"
بث مقابلات الفرق العربية مجانيا لشراء قلوب الجمهور العربي، لكنها لم تتخذ نفس
القرار بالنسبة للفرق غير العربية، مع العلم أن الجمهور الرياضي في تلك البلدان الإفريقية
فقير جدا.

وقررت "الجزيرة"
بمعلقيها ومنشطيها وإطاراتها أن تساند البلدان العربية على حساب البلدان الإفريقية
الأخرى، وهي خطة تجارية مبنية على عامل عاطفي يمكن أن يأتي بثماره. لكن هذا الموقف
يبقى مزعجا نوعا ما لأنه يشبه معاداة غير مبررة تجاه الفرق الإفريقية، إن لم نقل
أنه موقف شوفيني. ويبقى أن نعرف كيف ستتعامل قناة الجزيرة مع مقابلة محتملة بين
الجزائر ومصر في الدور الثاني، خاصة أن عددا من المتعاملين المصريين اتهموا
"الجزيرة" بالانحياز للجزائر في الخلاف القائم بعد مقابلتي القاهرة
والخرطوم.

أما تلفزيون
"نسمة"، فإنه اتبع خطة مماثلة رغم أن أهدافه تختلف في التفاصيل. ونذكر
أن تلفزيون "نسمة" ملكية للأخوين "قروي"، بالاشتراك مع رجل
أعمال تونسي آخر وإحدى شركات الوزير الأول الإيطالي سيلفيو برلسكوني. وتريد
"نسمة" أن تخاطب جمهورا من المغرب العربي شاب نوعا ما، يتكلم ذلك الخليط
من العربية والفرنسية الذي يسود الشارع في بلدان المغرب العربي.

واختارت
"نسمة" صراحة أن تساند فرق المغرب العربي، أي تونس والمغرب، والبلدان
العربية، أي مصر، رغم ميولها الواضح للجزائر في قضية الخرطوم. وغيرت
"نسمة" برامجها بصفة جذرية بمناسبة كأس إفريقيا، حيث خصصت كل سهراتها إلى
هذه المنافسة. ويجب أن نعترف أن قائمة المدعوين لسهرات "نسمة" تشد
الانتباه سواء من جانب العدد أو بالنسبة لهوية ونوعية الشخصيات المدعوة، من لاعبين
ومدربين وفنانين وخبراء.

ويتضح من الحصص التي
يمكن متابعتها كل مساء أن "الجزيرة الرياضية" و"نسمة" وضعتا خطة
مماثلة بمناسبة كأس العالم، وذاك أمر مشروع من كل تلفزيونات العالم في ظل التنافس
الذي يسود هذا الميدان. أما النقطة السوداء، فإنها تتعلق طبعا بالغياب التام
للجزائر في هذه المنافسة التلفزيونية، وذلك رغم أن الجزائر شاركت بصفة مقبولة لحد
الآن في كأس إفريقيا، وأنها البلد العربي الوحيد المؤهل لنهائيات لكأس العالم.

وقد صممت الجزائر
على البقاء بعيدا من هذا السوق بقنواتها الثلاث، تلك القنوات التي تواصل بث نفس
الصور القديمة وتنظيم نفس الحصص بنفس طرق التقديم والتنشيط التي تعود إلى القرن
الماضي. وإذا عرفنا حجم المبالغ المتداولة في التلفزيون والتقنيات المرتبطة به مثل
الأنترنات، فإننا ندرك أن تقدم الفريق الوطني يشكل معجزة لا يمكن أن تدوم. والكل
يعرف أن التلفزيون أصبح أكبر ممول لكرة القدم إلا في الجزائر التي لم تدرك أن عهد
القناة اليتيمة انتهى.

La haine, éternel discours politique

L’Italie souffre. En plus des
ratonnades contre les nègres, elle est obligée de subir le sourire jaune de
Silvio Berlusconi.

 Par Abed Charef

Silvio Berlusconi est revenu cette
semaine. Sourire figé et blagues éculées répétées devant les caméras, le chef
du gouvernement italien a fait sa première apparition publique depuis
l’agression dont il a été victime il y a un mois. Il était resté très discret
depuis qu’il avait été violemment frappé au visage à l’aide d’une statuette.
Quant on est Silvio Berlusconi, quant on se fait surnommer El Cavaliere, quand
on continue à avoir des aventures avec des filles de moins de vingt ans alors
qu’on a dépassé les soixante dix ans, on ne s’affiche pas avec une cicatrice
sur la joue ou un pansement au menton. Cela gâcherait le spectacle, clé de la
réussite du chef du gouvernement italien.

Argent, pouvoir, et puissance peuvent
remédier à beaucoup de tares. M. Berlusconi le sait, et n’hésite pas à en
abuser. Cela lui permet de faire face à des juges trop curieux, de remédier aux
effets des agressions, et même de combattre certains effets de l’âge. Tout est
mis en œuvre pour permettre à M. Berlusconi d’afficher son sourire jaune.

Les victimes de M. Berlusconi ne
peuvent en dire autant. Depuis des années, son discours, à la limite de la
xénophobie, et son alliance avec un parti d’extrême droite d’obédience
mussolinienne, ont créé un climat de tension et de violence en Italie. Il ne
restait plus qu’à attendre l’étincelle qui mettrait le feu. La crise
économique, avec ses conséquences inévitables sur l’augmentation du chômage et l’extension
de la paupérisation, en a donné le prétexte.

Ce fut alors le déversement de
haine et de violence. Comme souvent dans ce type de situation, ou cherche un
bouc émissaire. C’est l’autre, l’étranger, l’arabe, le noir, le musulman, qui
est coupable. Pour ce cas précis, le bouc émissaire était tout indiqué :
il s’agit des clandestins africains transitant par l’Italie pour tenter de
s’installer dans le paradis européen. Avant de continuer leur chemin vers le
nord, ils survivent en Italie, exerçant les petits boulots qu’un bon italien ne
saurait accepter.

Ces clandestins, survivant tout au
bas au bas de l’échelle sociale, étaient tout indiqués pour permettre aux
petits blancs de déverser leur haine. L’Italie a alors subi ce qu’il y a de
pire chez l’être humain : la haine raciste, qui s’exprime par des
ratonnades. Plus de soixante dix clandestins africains ont été blessés, dans une
chasse au nègre comme au bon vieux du temps du Ku Klux Klan.

M. Silvio Berlusconi n’a pas appelé
à chasser les noirs. Il va même probablement condamner ces actes racistes. Mais
cela ne change rien au fond du problème : sa responsabilité dans ce qui
s’est passé reste entière. Son discours xénophobe, son alliance avec des partis
assumant leur haine de l’étranger, ont préparé le terrain au crime. Mais M.
Berlusconi, habile homme politique comme on dit, va tirer profit du crime: plus
on parlera de racisme et de ratonnades, moins on parlera de son bilan et de ses
innombrables procès.

Un discours similaire s’est
développé en France, avec le fameux débat sur l’identité nationale. Dans
l’anonymat de la foule et de l’internet, les langues se sont déliées. La
« droite décomplexée » que représente M. Nicolas Sarkozy s’est
laissée entrainée vers des thèmes et des formulations de plus en plus délicats.
Jusqu’à ce que la barrière soit franchie. Les droites décomplexées promettent
de supprimer alors tous les tabous. Et il sera alors possible de dire : le
racisme existe, autant l’exprimer et l’assumer.

Cette libération du discours de la
haine ne se limite pas aux pays européens ou à l’accident. Au sud aussi, le
phénomène existe. On l’a vu avec l’Egypte : un pays, avec ses médias, ses
institutions et ses leaders d’opinion, a décidé d’imputer tous ses problèmes à
l’autre, l’Algérien, l’ancien frère. Cela a donné lieu à une campagne aveugle,
qui a gravement porté atteinte à des relations qu’on croyait solides.

Quel a été l’impact de ce
comportement égyptien ? Qui peut affirmer, aujourd’hui, avec certitude,
que le mitraillage du bus de l’équipe du Togo n’a pas été, d’une manière ou
d’une autre, « suggéré » par l’agression contre celui de l’équipe
d’Algérie au Caire ? Au Cabinda, province angolaise où devait se dérouler
un match de football comptant pour la coupe des Nations, des terroristes s’en sont
pris à une équipe de football, tuant deux personnes. L’impact médiatique de
l’attaque contre le bus algérien au Caire  n’a-t-il pas dicté leur geste aux
terroristes angolais?

Haine, intolérance, racisme,
chauvinisme. Tout montre que ces comportements sont partagés entre pauvres et
riches, populations du nord et celles du sud. Avec quelques nuances qu’il faut
souligner : d‘abord, ce sont toujours les plus pauvres qui paient le prix
le plus élevé. Ensuite, dans les pays du sud, un acte raciste est un crime,
rapidement dénoncé par les intellectuels du nord. Mais quand cet acte raciste a
lieu dans un pays du nord, et qu’il est pris en charge par des hommes de
pouvoir comme Silvio Berlusconi ou Eric Besson, cela s’appelle de la politique.