Football et télévision : Une bataille sans l’Algérie

 L’Algérie est
qualifiée pour la CAN et la coupe du monde. Mais elle est éliminée de toute
compétition médiatique.

 

Par Abed Charef

Deux offensives
d’envergure ont été lancées à l’occasion de la coupe d’Afrique des Nations de
football qui se tient en Angola jusqu’à la fin du mois de janvier. Mais ces
attaques ne sont ni militaires ni sportives. Il s’agit de plans de campagne
lancés par la chaîne qatarie « Al-Jazeera Sports » et son homologue
« Nessma TV », en vue de s’installer dans le paysage médiatique maghrébin
et arabe.

« Al-Jazeera
Sports » a mené les choses en grand, dans le cadre d’une campagne très
élaborée. La chaîne vise tout simplement à se placer en situation de
quasi-monopole pour la diffusion du football dans la sphère arabophone,
supplantant le bouquet « ART » du milliardaire et prince saoudien
Cheikh Salah.

L’offensive
d’Al-Jazeera Sports a commencé depuis qu’il était apparu que le marché arabe ne
pouvait supporter deux concurrents dans le domaine de la télévision sportive. Le
même phénomène avait été observé pour l’espace francophone,  où Canal Satellite a fini par racheter le
bouquet TPS.

Al-Jazeera a alors négocié,
et fini par acquérir au prix fort, près de trois milliards de dollars, les droits
détenus par ART. Si on y ajoute les droits pour les prochaines compétitions
internationales (coupe d’Europe, Champion’s League, coupe du monde),
l’investissement d’Al-Jazeera paraît gigantesque. Risqué, affirme même un
spécialiste, qui estime que le marché arabe risque de ne pas être rentable avec
l’explosion des droits de télévision. Selon lui, le marché arabe compte 30 à 40
millions de foyers, dont une bonne partie, en Afrique du Nord, de l’Egypte au
Maroc, en passant par le Soudan et l’Algérie, ne peut pas acquérir les cartes
Al-Jazeera.

Mais la chaîne qatarie
n’en a guère tenu compte. Elle a poursuivi son offensive à l’occasion de la
coupe d’Afrique, en travaillant sur deux volets. D’une part, tout le personnel
d’Al-Jazeera a publié affiché son soutien aux arabes équipes qualifiées. Prônant
une arabité sans faille, tout intervenant sur la chaîne devient supporter de
l’équipe arabe présente sur le terrain, au risque de créer un malaise : le
chauvinisme a fait son apparition de manière ostentatoire.

D’autre part, la
chaine a recruté des commentateurs de chaque pays arabe qualifié, et les a
chargés de suivre leur équipe nationale. Ceci a permis de créer un phénomène
d’identification. Pour les téléspectateurs algériens par exemple, Hafidh
Derradji sur Al-Jazeera Sports, c’est l’ENTV avec des moyens techniques plus
performants. Il reste juste à savoir comment Al-Jazeera Sports va gérer un
éventuel match Algérie-Egypte en demi-finales.

Al-Jazeera Sports a
également décidé d’offrir une fleur au public arabophone, pour le séduire et le
fidéliser. La chaîne a choisi de  diffuser en clair tous les matches des
équipes arabes engagées en coupe d’Afrique. Les matches des équipes africaines
non arabes restent, quant à eux payants, alors qu’à priori, les spectateurs du
sud du Sahara sont encore plus pauvres que ceux d’Afrique du nord.

Quant à « Nessma
TV », qui émet à partir de Tunis, malgré des objectifs plus modestes, elle
a lancé une campagne très séduisante. A « Nessma », on est supporter
des équipes maghrébines d’abord, arabes ensuite. Et, pour dire les choses
clairement, on y préfère la Tunisie et l’Algérie d’abord, l’Egypte ensuite.
Dans le fameux conflit à propos du match du Caire, « Nessma » avait
pris fait et cause pour l’Algérie.

Ce choix n’est
évidemment pas gratuit. Nessma, propriété du groupe tunisien Karaoui, associé à
un autre investisseur tunisien et à l’une des sociétés du premier ministre
italien Silvio Berlusconi,  vise un
public maghrébin jeune, à cheval sur les deux langues, arabe et français, conformément
à cette vision qui veut que les Maghrébins ont une langue bien à eux, modelée
par le temps, grâce à un mélange « francarabe ».

Nessma n’a pas lésiné
sur les moyens. Une soirée foot est organisée depuis le début de la
compétition, avec des plateaux très séduisants, incluant footballeurs de renom
et entraineurs chevronnés, mais aussi des comédiens, des chanteurs et des experts.
A l’exception de quelques débordements chauvins et des longueurs sur certains
thèmes, les soirées Nessma, destinées à un public amateur de football, sont
très réussies.

Par ailleurs, ces
campagnes de séduction se poursuivront jusqu’à la coupe du monde, car l’enjeu
politique, médiatique et financier est énorme. L’Algérie, seul pays arabe
qualifié à la phase finale de la coupe du monde, sera au centre de cette
bataille. Son équipe nationale est devenue le produit le plus demandé par les
publicitaires dans cette région du monde.

Mais les télévisions algériennes
seront absentes de ces batailles où son image est en jeu. Les trois chaines
algériennes continuent de diffuser les mêmes images vieillies, dans un décor de
théâtre de troisième catégorie. Elles n’ont pas encore assimilé les nouveaux
concepts des émissions de télé, et ne veulent apparemment pas changer. La bonne
volonté affichée par les animateurs n’y peut rien : une télévision, c’est
beaucoup d’imagination, du talent, de l’argent, et un environnement adéquat.

Cette gestion des
trois « uniques » chaines algériennes est devenue un handicap pour le
football algérien. Car dans le monde entier, la télévision est devenue la
première source de financement du football. Les groupes arabes ne s’y sont pas
trompés, eux qui achètent les droits pour toutes les compétitions. En restant
pauvre, l’ENTV oblige, d’une certaine manière, le football algérien à rester
pauvre, et l’empêche ainsi de progresser.

Si au moins l’ENTV se
décidait à garder sa pauvreté pour elle !

Article précédent
Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s