La fin du dogme sécuritaire

La mort de Ali Tounsi remet
en cause de nombreux dogmes. En premier lieu, le dogme sécuritaire.

Par Abed Charef

M. Ali Tounsi faisait partie
d’une catégorie de gens comme le temps n’en fait plus. Ce vétéran du MALG, qui
a passé l’essentiel de sa vie dans la sécurité, avait la conviction que la
puissance d’un pays ne se mesure pas au PIB, ni au nombre de médecins pour
mille habitants, ni par le pourcentage des personnes ayant accès à l’université.
Pour M. Tounsi, et pour nombre de personnes de sa génération et de sa formation,
comme M. Yazid Zerhouni et Daho Ould Kablia, la puissance d’un pays se mesure
au nombre de policiers pour 1.000 habitants, et par la capacité de ses services
de sécurité à tout contrôler, qu’il s’agisse des déplacements des habitants ou
de leurs conversations téléphoniques, du contenu des journaux ou des personnes
appelés à diriger le pays.

Les hommes répondant à ce profil
ont eu leur heure de gloire dans les années soixante et soixante dix.
S’appuyant sur un nationalisme érigé en dogme absolu, convaincus de détenir la
Vérité, certains de posséder la clé de l’accès au pouvoir, ils ont fait et
défait les présidents, et durablement façonné le sort de nombreux pays.

M. Tounsi en faisait partie.
Patron de la sécurité de l’armée dès le lendemain de l’indépendance, il a été
un des hommes de l’ombre qu’on appellera plus tard « les décideurs ».
Qu’importe le temps qui passe, les changements dans la société, les mutations
que subit le monde. Ces hommes sont faits pour durer, comme s‘ils défiaient le
temps. Et c’est ainsi qu’un  demi-siècle
après avoir été nommé responsable de la sécurité de l’armée, on pouvait encore
retrouver M. Tounsi à la tête de la police algérienne.

La mondialisation, la chute du
mur de Berlin, Octobre 1988, les nouveaux pays émergents, tout ceci est
secondaire pour ces hommes formés à l’école du MALG. Seul l’Etat, et ce qui, à
leurs yeux, peut le maintenir debout, a de la valeur. Ils ne se sont même pas
rendus compte qu’en Algérie, cet Etat s’était éloigné de la société, qu’il
s’était transformé en une organisation sourde, insensible aux aspirations de la
société, et que l’Etat est devenu, au bout du compte, le principal générateur
de corruption.

Ces jeunes hommes flamboyants,
qui faisaient la guerre dans les années cinquante et la révolution dans les
années soixante, se retrouvent aujourd’hui dans une position pathétiques, à
cause de leur incapacité à comprendre le monde qui les entoure. Une incapacité
qui, justement, les amène à se lancer dans des projets sans but, des batailles
sans objectif, des investissements inutiles et des rêves sans consistance.

M. Tounsi a passé les quatorze
dernières années de sa vie à « moderniser » la police, à l’équiper, à
l’entraîner, disent, fièrement, ses amis. Cela a concerné beaucoup d’argent et
de matériel. Avec cette conviction, primaire, qu’un policier peut assurer la
sécurité du pays quand il dispose d’un ordinateur, d’une matraque, qu’il circule
dans un véhicule neuf, et peut, de son bureau, surveiller la rue à l’aide de
caméras dont les citoyens ne connaissent pas l’existence. Grâce à ce
dispositif, M. Tounsi a cru opportun d’annoncer pour bientôt la sécurisation du
pays. Il ne sera pas là pour faire le bilan. Il a été tué par l’un des hommes à
qui il fait appel pour sécuriser le pays!

Le tout sécuritaire a empêché
toute réflexion différente. Il a même empêché de voir ce qui se passe dans les
pays épargnés par la violence. Un simple regard dans ces contrées aurait
pourtant suffi à nous révéler l’essentiel : une police forte est une
police qui s’appuie sur la loi, rien que la loi. Une police forte est au
service du pays et du citoyen, et non l’inverse.

L’échec n’est pas imputable au
seul Ali Tounsi. C’est tout un système, engagé dans une impasse, qui en porte
la responsabilité. C’est l’échec d’une démarche, d’une vision du monde et d’une
manière d’organiser la société. On pensait que cette vision allait disparaître
avec la chute de l’ex-Union Soviétique et la mort du KGB. On se trompait.

Certains dirigeants pensent en
effet que la chute de l’Union Soviétique n’est pas due à la fin biologique de
ces systèmes, mais au fait que les pouvoirs d’alors n’avaient pas fait preuve
de la fermeté nécessaire. Il faudrait donc davantage de fermeté pour assurer
l’ordre. Un engrenage infernal qui met les services de sécurité au cœur de la
vie politique, économique et sociale du pays, et les expose aux pires dérives.

Depuis plusieurs mois, les
services de sécurité étaient, à titre d’exemple, secoués par une succession
d’affaires mettant en péril la crédibilité de l’institution. Des cadres de la
police étaient impliqués dans des détournements, des trafics de documents, des
affaires de drogue, des truquages de concours, etc. Les rapports des services
de sécurité à la population se sont aussi sérieusement dégradés. A un point tel
que M. Tounsi lui-même avait fait état d’un « complot » contre la
police.

Qu’en a-t-on retenu ? Qu’il
faut encore plus de policiers, pour contrôler les citoyens, et pour contrôler  les policiers eux-mêmes. Et c’est ainsi que les
services de sécurité, qui devaient constituer une partie de la solution, sont
progressivement devenue une partie du problème. M. Tounsi, qui a fait toute sa
carrière dans la sécurité, l’a payé de sa vie. Sans se rendre compte que trop
de police tue la police.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s