Passeport biométrique : Derrière la barbe, le képi

Un front du refus s’est organisé pour défendre le khimar. Une opération très commode pour occulter tout le reste, en premier lieu les menaces contre les libertés.

 

Par Abed Charef

M. Yazid Zerhouni accumule les bourdes. C’est, du moins, l’image qu’il donne auprès du grand public. Malgré une expérience d’un demi-siècle dans l’exercice de responsabilités au plus haut niveau, le ministre de l’intérieur accumule en effet les décisions tordues et les déclarations qui apparaissent déplacées.

Provocation ou manque d’informations ? On ne le sait. Toujours est-il qu’à la suite de la mort de Massinissa Guermah, il avait eu des propos désobligeants sur le jeune homme, un lycéen qualifié de petit voyou. Les mots du ministre de l’intérieur n’avaient pas contribué à calmer la situation, c’est le moins qu’on puisse dire.

Au lendemain de la mort de M. Ali Tounsi, M Zerhouni était de nouveau intervenu pour empiéter, cette fois-ci, sur le travail des enquêteurs et de  la justice. La famille de M. Tounsi avait vivement réagi, critiquant violemment les propos de M. Zerhouni, et l’accusant de vouloir imposer une version des faits qui leur semblait contestable.

Dès lors, quand M Zerhouni  évoqué le passeport biométrique, en insistant sur un volet précis, la barbe et le khimar, la plupart des commentateurs avaient  conclu à une nouvelle maladresse. Rien n’obligeait en effet le ministre de l’intérieur à s’étaler aussi longuement, à la télévision, sur ces deux éléments. Il suffisait d’édicter une règlementation précise en la matière, et d’affirmer le caractère neutre de la décision, pour que les nouvelles mesures soient acceptées, comme cela se pratiquait depuis toujours.

M. Zerhouni a pris un chemin totalement différent. Il a agi comme s’il voulait provoquer les courants islamistes, qui ont à leur tour mobilisé leurs troupes et tenter d’embarquer cette large frange de l’Algérie traditionnelle et conservatrice dans une bataille absurde. Et M. Zerhouni a effectivement réussi à mobiliser contre lui des acteurs aussi divers que l’association des ouléma, les partis islamistes, des personnalités traditionnelles et des imams. Nombre de prêches de vendredi dernier ont été consacrés à cette question, et M. Zerhouni ne s’en est pas sorti indemne. Il est même menacé d’un « front populaire » qui voudrait se battre contre « l’interdiction du khimar et de la barbe » !

Une telle succession d’erreurs devrait mettre en difficulté n’importe quel responsable politique. En outre, elle ne colle pas avec le rôle et le profil de M. Zerhouni. L’homme a en effet passé l’essentiel de sa carrière comme numéro deux des services spéciaux, avant de devenir l’homme-clé du système de pouvoir de M. Abdelaziz Bouteflika. Il a donc été un élément central du dispositif en vigueur sous Houari Boumédiène, avant de reprendre une place encore plus importante depuis l’accès de M. Bouteflika au pouvoir. Un tel itinéraire ne peut s’expliquer sans certains atouts, utilisés à merveille par M. Zerhouni, pour qui seule l’efficacité compte. Il ne tient aucun compte de sa propre image dans l’opinion. Bien au contraire, son rôle consiste à tout manipuler, y compris sa propre image. La manipulation de l’opinion est donc un exercice dans lequel il excelle.

Vu sous cet angle, l’affaire du « khimar » prend une tournure totalement différente. Le khimar et la barbe auraient été délibérément mis en avant dans l’affaire du passeport et de la carte d’identité, pour occulter le reste, c’est-à-dire les atteintes graves à la liberté et à la vie privée induites par les informations requises pour l’établissement de ces documents.

M. Zerhouni est un homme d’ordre et de sécurité, adepte des fiches et des dossiers. Il n’est ni le premier ni le dernier à répondre à ce profil. Sa formation et sa carrière indiquent que sa seule hantise, c’est de tout contrôler, de ficher le maximum de gens. C’est son métier, qu’il pratique selon des méthodes dépassées, mais il le pratique toujours. Il sait également que les islamistes sont facilement manipulables sur des sujets stupides, comme il connaît leur capacité de mobilisation et de propagande. Il ne reste qu’à allumer un contre-feu vers lequel se précipiteraient aveuglément les islamistes, et lancer une opération permettant d’élaborer un vaste fichier dans lequel on trouverait tout : formation, carrière, itinéraire politique et social, famille et amis de tous les Algériens.

Jusque-là, le coup a parfaitement réussi. Les islamistes ont foncé dans le piège, lançant une bataille qu’ils croient de la même importance que celle de Badr. Ils se sont montrés, encore une fois, à la hauteur : ils ont occulté le débat sur les libertés comme ils ont réussi, naguère, à faire échouer un processus démocratique et à transformer la liberté en une menace contre la sécurité.

Seules quelques rares protestations ont été émises, comme par exemple celle de la Ligue Algérienne de défenses des Droits de l’Homme (LADDH). Celle-ci a estimé que « la procédure de « fichage » des Algériens par le ministère de l’intérieur n’est pas acceptable car elle porte atteinte à la vie privée, droit fondamental de chacun ». Elle a aussi relevé la gravité de la méthode utilisée : « confier la confection d’un fichier national approfondi à une société étrangère, de surplus privée, est une décision qui porte gravement atteinte à la souveraineté nationale », affirme la Ligue.

Ces protestations sont cependant à peines audibles, car le bruit de fond émane encore une fois d’organisations et partis islamistes. Ceux-ci ne sont pas particulièrement connus pour leur respect des libertés. Mais ils confirment, cette fois encore, que la barbe et le képi peuvent parfaitement faire bon ménage.

Publicités
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. moi

     /  12 avril 2010

    De tous les maux, les plus douloureux sont ceux que l\’on s\’est infligés à soi-même.et sommes entrain de le faire .les gens regardent vers l\’avenir et nous vers le passé lointain .

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s