Quand l’entreprisse s’accommode de la bureaucratie

Bureaucratie et entreprises ne peuvent, à priori, cohabiter. Pourtant, le cas algérien offre un contre-exemple qui réfute cette théorie.

Par Abed Charef

Ahmed Ouyahia et Rédha Hamiani peuvent-ils se parler ? Non, si l’on se fie à l’analyse que développe le sociologue Nadji Safir, et aux reproches récurrents adressés au gouvernement par le patronat. Oui, si l’on en juge par les rencontres qui regroupent régulièrement le chef du gouvernement et le patron du Forum des Chefs d’Entreprises, et qui débouchent immanquablement sur des accords garantissant toutes sortes de facilités au patronat. Comment expliquer ce paradoxe ?

Ce qui oppose les deux hommes est motivé par le rôle social que joue chacun des deux hommes, si on admet que l’un, Redha Hamiani, est le représentant des chefs d’entreprises, alors que l’autre, Ahmed Ouyahia, représente jusqu’à la caricature la bureaucratie autoritaire. Pour le sociologue Nadji Safir, ces deux acteurs sont antagoniques. La situation politique de l’Algérie, dit-il, est marquée par « par la domination d’une bureaucratie d’état, au sein de laquelle la tendance actuellement majoritaire veut absolument maintenir le contrôle qu’elle exerce sur la société ». Cette bureaucratie « ne veut pas se trouver contestée par l’irruption de nouveaux acteurs sociaux, dans le monopole du pouvoir qu’elle exerce sur la société », ajoute-t-il, car « qu’il s’agisse d’investisseurs privés nationaux ou d’investisseurs privés étrangers, dès lors qu’ils peuvent devenir des acteurs significatifs car socialement légitimes, ils deviennent pour elle un risque à gérer, voire une menace à éliminer ».

Cette bureaucratie veut donc coûte que coûte préserver son hégémonie. « Pour se protéger », elle mène une politique porté par un « discours nationaliste », mais « dont les conséquences directes seront de créer des conditions négatives pour les investisseurs privés nationaux et, surtout, étrangers ». Autrement dit, l’action engagée par la bureaucratie pour se préserver et préserver son pouvoir a pour conséquence d’empêcher les créateurs de richesse de s’épanouir, de devenir des acteurs sociaux et, en fin de compte, des acteurs politiques qui risquent de devenir des concurrents et, à terme, de contester son pouvoir. « C’est cet ensemble de logiques qui explique l’interminable surplace qu’effectue le pays depuis plusieurs années », affirme Nadji Safir.

Cette analyse accable évidemment M. Ouyahia, et donne un rôle flatteur à M. Hamiani. Celui-ci joue d’ailleurs parfaitement son rôle à fond, en alternant régulièrement requêtes et critiques à l’adresse du gouvernement. Cette semaine encore, M. Rédha Hamiani a lancé une nouvelle salve contre la politique gouvernementale, « trop axée », selon lui, « sur l’investissement public, sur la dépense publique ».

Il a plaidé pour une nouvelle donne, dans laquelle l’entreprise serait « au centre de la politique économique nationale ». Il a également demandé que « l’acte d’investir soit totalement libéré ». Sous-entendu : l’investissement subit des entraves, l’entreprise est délaissée, et il y aurait une préférence pour l’argent public au détriment de l’entreprise.

Le discours est élaboré mais Ahmed Ouyahia, le « nationaliste », défend évidemment ses terres. Il gère la rente des hydrocarbures, la distribue selon les rapports de force du moment, accepte toutes les concessions, comme d’effacer les dettes des entreprises privées ou d’augmenter les salaires, à la seule condition que son pouvoir ne soit pas contesté. C’est la seule limite qu’il se fixe, justifiant, jusqu’à la caricature, ce rôle qu’attribue Nadji Safir à la bureaucratie.

Patronat et bureaucratie trouvent cependant des terrains d’entente. Et malgré les différends, MM. Ouyahia et Hamiani ne vont jamais jusqu’à la rupture. Les deux adversaires réussissent même à devenir des partenaires, quand M. Ouyahia, dans un jeu très bien maitrisé, utilise la rente pour convaincre les patrons d’entreprises d’accepter son pouvoir.

En fait, ces deux partenaires ont besoin l’un de l’autre. M. Hamiani a besoin de M. Ouyahia quand il s’agit d’obtenir les facilités de toutes sortes. Un gouvernement assis sur une forte légitimité rejetterait certaines demandes exorbitantes du patronat. En outre, beaucoup d’entreprises privées vivent des transferts de l’état, soit sous forme de commandes, soit sous forme de simples jeux d’écriture. Et tant que le pétrole coule à flots, et qu’il est au-dessus de cent dollars, il y a, pour le patronat, plus à gagner en recherchant des transferts qu’en jouant à l’entrepreneur pur et dur.

M. Ouyahia sait aussi que les chefs d’entreprises sont encore trop dépendants de la bureaucratie pour s’attaquer à elle de front. Ceci est particulièrement valable pour les petites entreprises de l’intérieur du pays, où une décision du wali, par exemple, suffit à faire prospérer une entreprise ou à l’étouffer. Et quand l’entreprise prend de l’envergure, son patron intègre les cercles du pouvoir. Il fréquente ministres et walis, ce qui crée une complicité réelle entre patronat et bureaucratie. Un exemple ? M. Hamiani a été chef d’entreprise, puis ministre, puis de nouveau chef d’entreprise.

من سيقيم النواح على صاركوزي؟

يستعد نيكولا صاركوزي لمغادرة الرئاسة الفرنسية إن لم تحدث معجزة في فرنسا. ومن الواضح أن الفرنسيين من أصل مغاربي لن يبكوا على هزيمته…

عابد شارف

قدم الرئيس الفرنسي نيكولا صاركوزي الكثير لشخصيتين فرنسيتين من أصل مغاربي، رشيدة داتي وفضيلة عمارة. واختار صاركوي امرأتين ليضمهما لحكومته لما كان الجدال قائما حول وضع المرأة في العالم الإسلامي، وكلف إحداهما بوزارة أساسية في فرنسا، وهي وزارة العدل، قبل أن تصبح السيدة داتي رمزا من رموز سياسة صاركوزي تجاه الفرنسيين من أصل مغاربي.

وقبلهما، كان السيد عزوز بقاق قد دخل حكومة دومينيك دي فيلبان Dominique De Villepin، بينما سبق لرئيس الحكومة الأسبق ألان جيبي Alain Juppé أن عين السيد حملاوي مكاشرة في حكومته. والمعروف عن السيد مكاشرة أنه من أصل جزائري، وأنه كان ضابطا في الجيش الفرنسي خلال حرب التحرير، وأنه قضى فترة من الحرب على خط موريس ligne Morice بالحدود الشرقية في محاربة جيش التحرير الوطني، وأنه قدم أمام البرلمان الفرنسي القانون الذي يمجد الاستعمار…

ولم يتميز الوزراء الآخرون بسلوك أحسن من السيد مكاشرة. وقد كان السيد عزوز بقاق يبدو الأكثر رزانة لأنه باحث جامعي محترم، لكنه شارك في حكومة يمينية، ثم انتقل ليناضل في حزب من الوسط مع فرانصوا بايرو François Bayrou، قبل أن يعلن عشية الانتخابات الرئاسية في فرنسا أنه سيصوت لصالح مرشح اليسار فرانصوا هولاند. وأعلنت السيدة فضيلة عمارة عن نفس القرار، بينما بقيت رشيدة داتي وفية للرئيس صاركوزي، لكنها تصرفت مثل عجائز « الدار الكبيرة »، حيث خلقت مشاكل عديدة داخل الحزب الحاكم في فرنسا، ودخلت في مواجهة مع رئيس الحكومة فرانصوا فيون François Fillon.

لكن هذه الحكايات لا يمكن أن تخفي حقيقة واحدة: إن اليمين الفرنسي هو الذي فتح باب الحكومة للفرنسيين من اصل مغاربي، بينما لم يعين اليسار الفرنسي أي وزير من أصل مغاربي منذ 1981، رغم أن الجالية المغاربية برزت سياسيا واجتماعيا مع وصول اليسار إلى السلطة، ورغم أن هذه الجالية كانت كثيرا ما تصوت لصالح اليسار الفرنسي. ورغم زين الدين زيدان وما قدمه لصورة فرنسا، فإن اليمين هو الذي وضع المغاربة في الصف الأمامي.

لكن هل تكفي هذه الظاهرة لتحديد سياسة الجزائر والجزائريين تجاه الانتخابات الرئاسية الفرنسية؟ لا شك أن الجزائريين المقيمين بفرنسا لا يعطون لهذه النقطة أهمية كبرى. عكس ذلك، إنهم يذكرون أن نيكولا صاركوزي يستعمل خطابا قبيحا تجاههم، ويستعمل مصطلحات تجعل منهم المسؤولين الأساسيين عن الأزمة الفرنسية، كما أن صاركوي قاد الحملة التي أعطت الإسلام والمسلمين صورة سلبية. ويعتبر الكثير من المغاربة أن صاركوزي ساهم كثيرا في نجاح اليمين المتطرف بتنظيمه ما سماه نقاشا وطنيا حول « الهوية الوطنية »، وهو النقاش الذي تحول إلى منبر لاتهام الإسلام والمسلمين بكل العيوب.

والحقيقة أن الفرنسيين من أصل مغاربي والمغاربة المقيمين في فرنسا ينتظرون هزيمة صاركوي، ويعتبرونها انتصارا لهم ولكل المحرومين في فرنسا. وبالمقابل، يظهر فرانصوا هولاند وكأنه يمثل القيم اليسارية التقليدية التي تسودها الإنسانية والتضامن مع الضعفاء، خاصة وأن فرانصوا هولاند يجد مساندة من زعيم جبهة اليسار جان لوك ميلانشان Jean-Luc Mélenchon، الذي قاد حملته الانتخابية للتنديد باليمين المتطرف، وقال بصريح العبارة أن الغرب أخذ من العرب الطب والرياضيات، وهو اليوم بحاجة إلى العرب لبناء مستقبله.

هذا عن الشارع الجزائري. أما من جانب السلطة، فإن موقفها الرسمي هو ألا يكون لها رأي لأنها ستكون مضطرة على التعامل مع الفائز مهما كان اسمه. وكانت السلطة الجزائرية في الماضي لا ترفض التعامل مع اليمين، خاصة أن اليمين الفرنسي يتميز بخطاب معادي للتنظيمات الإسلامية الراديكالية والمجموعات المسلحة. لكن تجربة السنوات الأخيرة أكدت أن نيكولا صاركوزي رجل يتكلم كثيرا، ويعلن عن المشروع تلو المشروع، مثلما حدث مع اتحاد البحر الأبيض المتوسط، غير أنه لا يعمل على الأمد الطويل، ولا يعرف الرزانة، ولا يمكن لأحد أن يقوم رفقته بمشار طويل، بل أن صاركوزي كثيرا ما يأخذ الأفكار الإيجابية الجيدة فيقتلها بسبب سوء التعامل معها.

وقضى التدخل الفرنسي في ليبيا على ما تبقى من مصداقية صاركوزي لدى السلطات الجزائرية، حيث فرض الرجل قتل حاكم عربي، مما اعتبره معظم الحكام إهانة لهم. وأدى تصرف صاركوزي إلى انهيار ليبيا رغم تحذير الجزائر، ونتج عن المغامرة توزيع كميات هائلة من السلاح في الساحل الإفريقي، وتقسيم مالي، وسيطرة عدم الاستقرار على الحدود الجزائرية من كل الجهات، و في نهاية المطاف تهديد أمن واستقرار كل المنطقة. وكان الكثير ينتظر من وزير الخارجيته ألان جيبي Alain Juppé أن يعطي منحى آخر للسياسة الخارجية الفرنسية على طريق ديغول، لكن جيبي ظهر ضعيفا، وهزمه برنار هنري ليفي الذي فرض وجهة نظره على السياسة الخارجية الفرنسية في الأزمة الليبية. وأصبح جيبي يشبه برنار كوشنار، ذاك الوزير الذي يجتمع الشارع الجزائري والرسميون الجزائريون ليعتبروه رمزا للخيانة والخدعة، كما أنهم يريدون أن ينسوه مثلما يريدون أن ينسوا صاركوزي وعهدته الرئاسية.

Elections en France : les préférences discrètes de l’Algérie

François Hollande ou Nicolas Sarkozy ? L’Algérie a des préférences, mais elle se garde d’en parler publiquement.

Par Abed Charef

Deux femmes d’origine maghrébine, Rachida Dati et Fadhéla Amara, doivent beaucoup à Nicolas Sarkozy. Le président français, qui devrait quitter l’Elysée dans deux semaines, les avait nommées au sein de son gouvernement, choisissant délibérément deux femmes, comme par provocation. L’une d’elles, Rachid Dati, s’est vu confier un ministère « régalien », celui de la justice, avant de devenir une des icônes de l’ère Sarkozy.

Azzouz Begag avait, auparavant, fait partie d’un éphémère gouvernement Villepin, alors que Hamlaoui Mekachera avait fait partie du gouvernement Alain Juppé. Hamlaoui Mekachera, d’origine algérienne, avait participé à la guerre d’Algérie comme officier de l’armée française sur la fameuse ligne Morice ! En 2005, c’est encore lui qui, comme délégué aux anciens combattants, a parrainé la fameuse loi qui mettait en avant le rôle positif de la colonisation.

Les autres n’ont pas brillé par leur constance politique. Azzouz Begag, chercheur au CNRS, paraissait le plus solide. Il a débuté chiraquien, avant de militer chez le centriste François Bayrou pour, finalement appeler à votre François Hollande deux semaines avant l’élection. Fadhéla Amara a, elle aussi, appelé à voter pour Hollande, alors que Rachida Dati, restée fidèle à Sarkozy, a brillé par ses frasques, avant de montrer un talent certain pour créer les problèmes autour d’elle et au sein du parti de la droite française.

Mais malgré ces itinéraires, un fait demeure indéniable: c’est la droite française, et non la gauche, qui a donné de la visibilité à des ces personnalités d’origine maghrébines, même si leur poids réel dans la prise de décision reste minime, pour ne pas dire insignifiante. Depuis 1981, la gauche, quant à elle, n’a nommé aucun ministre d’origine maghrébine. Aucune personnalité n’a émergé ni avec Pierre Mauroy, ni avec Laurent Fabius, ni sous Lionel Jospin et Michel Rocard, en dépit du poids sociologique des beurs, et l’irruption de nouvelles générations au sein de la société française. Et Malgré Zidane ! Et c’est la droite, traditionnellement plus hostile à l’immigration, plus proche des thèses du Front National, qui a mis ces enfants d’immigrés sous les projecteurs.

Est-ce pour autant sous cet angle que devrait être définie et appréciée la position de l’Algérie et des Algériens envers les présidentielles françaises ? Pour les Algériens installés ou résidant en France, ce critère est balayé d’un revers de la main. C’est Nicolas Sarkozy qui, en tenant un discours à la limite de la xénophobie, a popularisé certaines thèses du Front National et les a banalisées. C’est également sous Sarkozy qu’a été organisé le fameux débat sur « l’identité nationale », et que les banlieues sont devenues synonymes de « racaille », à « nettoyer au karcher ».

La défaite prévisible de Nicolas Sarkozy est donc attendue comme une véritable délivrance par les Maghrébins de France, y compris ceux qui sont citoyens français. A contrario, François Hollande apparait porteur de valeurs de gauche, humanistes, privilégiant la solidarité et la cohésion à l’affrontement. De plus, François Hollande aura le soutien de Jean-Luc Mélenchon, qui a publiquement affirmé que les Arabes constituent une chance pour la France, ainsi que des courants d’extrême gauche traditionnellement proches des immigrés et des plus pauvres.

L’opinion des Algériens rejoint ainsi, pour une fois, celle de leur gouvernement concernant Nicolas Sarkozy, dont l’action chaotique a fortement incommodé les dirigeants algériens. Au départ, pourtant, l’Algérie officielle n’était pas particulièrement hostile à Sarkozy. Son ton ferme, son discours résolu, sa volonté affichée de combattre les groupes islamistes radicaux pouvaient même être accueillis avec une certaine satisfaction à Alger.

L’homme semblait aussi avoir un véritable intérêt pour la Méditerranée, comme le révélait son initiative pour bâtir une « Union pour la Méditerranée ». Mais il fallut très vite déchanter. L’homme était un velléitaire, spécialiste des effets d’annonce, amateur de shows médiatiques, mais il était difficile de bâtir avec lui une œuvre sur le long terme. Il était extrêmement versatile, peu fiable. Ce n’était même pas un gaulliste.

Ses initiatives en Libye ont fini de le brouiller avec l’Algérie. Il s’est engagé contre le colonel Kadhafi sans tenir compte des retombées de son action sur les pays de la région. Le résultat est, du point de vue de l’Algérie, terrible : la Libye s’est installée dans l’instabilité pour des années, peut-être des décennies ; le Mali est en lambeaux, et l’insécurité encercle désormais toutes les frontières de l’Algérie; le Sahel a été transformé en poudrière, et les armes en provenance de Libye y circulent librement.

Face à ce bilan calamiteux de Sarkozy, François Hollande offre-t-il une alternative aux yeux des dirigeants algériens ? Probablement. Il offre, en tous les cas, plus d’assurance, plus de pondération. Il est plus prévisible. Il offre également l’avantage de trainer les complexes historiques de la gauche française envers l’Algérie. Il sera donc moins critique, et plus sensible aux pressions.

De plus, on ne pourra même pas lui reprocher d’être pro-israélien, thème d’un conflit historique entre l’Algérie et la gauche française, ni d’avoir des sympathies pour les thèses marocaines dans le dossier du Sahara Occidental, car Sarkozy a fait pire : il est franchement hostile aux Palestiniens, et il ne connait pas le dossier sahraoui. Son ministre des affaires étrangères Alain Juppé, considéré comme un vrai gaulliste, était supposé donner de la consistance à l’action diplomatique de Sarkozy. Mais il a fait preuve d’une telle lâcheté, sur le dossier libyen par exemple, qu’il a fini par ressembler à son prédécesseur Bernard Kouchner, l’homme que l’Algérie adorait détester.ollaHHhhhhhhhh

Au bonheur des binationaux

On vote en Algérie. On vote en France. Parle-t-on, pour autant, de la même chose ?

Par Abed Charef

La France vote dimanche prochain. Elle se rendra de nouveau aux urnes début mai, pour le second tour décisif de l’élection présidentielle. Des élections législatives auront lieu dans la foulée pour, selon une formule très algérienne, parachever le processus électoral. Tout ceci devrait bouleverser le paysage politique français avant l’été.

Hasard du calendrier : moins d’une semaine après la défaite annoncée de Nicolas Sarkozy, l’Algérie se rendra aux urnes le 10 mai, pour des élections législatives contestées. Près d’un million d’Algériens auront, à cette occasion, la possibilité de vivre une expérience unique : participer simultanément aux élections en Algérie et en France. Ces binationaux peuvent voter des deux côtés de la Méditerranée : pour sanctionner ou confirmer Nicolas Sarkozy, au nord de la Méditerranée, et choisir entre Khaled Bounedjma et Chalabia Mahdjoubi, au sud de la Méditerranée.

Au moment de mettre son bulletin dans l’urne, ce citoyen, algérien ou français, sera totalement libre de son choix. Il subira peut-être des pressions avant de voter, il aura des doutes, mais dans l’isoloir, il aura un pouvoir inégalé. Presque absolu.

Pourtant, le même acte de voter n’aura pas le même sens, ni la même portée, quand il est accompli en Algérie ou en France. Il ne suscitera pas les mêmes passions, ni le même engouement. En France, il y a une conviction que le vote aidera à changer les choses. Peu importe que cela soit vrai ou faux. Ce sentiment est partagé par une bonne partie de l’électorat, qui pense que son vote aura de l’effet. Il donne à celui qui l’accomplit le sentiment qu’il participe à une décision majeure.

En Algérie, tout a été mis en œuvre pour que le vote reste sans conséquence sur la gestion des affaires du pays. A commencer par le rôle du parlement, qui a été dépouillé de tout pouvoir. A la suite des derniers amendements de la constitution, le parlement ne peut en effet ni censurer le gouvernement, ni refuser son programme, encore moins imposer une composition du gouvernement.

A ces restrictions constitutionnelles, s’ajoute l’héritage d’une pratique politique paralysante. Le parlement a pris l’habitude de se contenter de valider les choix du gouvernement, quels qu’ils soient. Y compris quand le gouvernement fait n’importe quoi, ou quand il renie ses propres choix. Car en Algérie, les décisions se prennent ailleurs qu’au parlement, elles se prennent dans d’autres institutions, ou en dehors des institutions. Ce qui relègue le parlement à un simple rôle fonctionnel, sans influence sur la vie politique.

Pour celui qui va voter en France, l’acte de voter constitue le couronnement d’une opération amorcée il y a des années, ponctuée de débats, de discussions, de meetings, de rencontres, de confrontations d’idées et de réflexion. Tout est mis en œuvre pour favoriser ces échanges : les médias cherchent la contradiction, les institutions incitent à la confrontation d’idées, la tradition politique pousse à la recherche des différences pour faire le meilleur choix. Au bout du compte, le citoyen sait à quoi s’en tenir.

A l’inverse, celui qui vote en Algérie a l’impression de se retrouver face à une pochette surprise. Il découvre des listes innombrables de candidats, sans contenu ni programme. Ce qui renforce cette conviction, très ancrée : les candidats aux législatives ne sont pas motivés par les choix politiques, ni par des idéaux ou des programmes. Ils sont mus par des ambitions beaucoup moins avouables : les uns cherchent à accéder aux indemnités de député, les autres veulent s’introduire dans les cercles de décision pour faire fructifier leurs affaires.

La préparation des candidatures révèle toute la différence. Là, des négociations, parfois difficiles, ont lieu entre organisations politiques pour parvenir à des accords susceptibles de faire gagner des voix et des sièges. Par contre, en Algérie, on est candidat dans les grands partis parce qu’on est bien introduit, ou bien parce qu’on a payé une dîme à qui de droit. A défaut, on court les petites formations politiques pour être tête de liste, sans tenir compte du programme du parti, de son histoire, de son implantation, de la qualité de ses dirigeants ou de leurs ambitions.

A ce stade, la politique perd toute sa noblesse. Militantisme, abnégation, convictions, fidélité, citoyenneté disparaissent pour laisser place à des concepts repoussoir : mensonge, roublardise, coups tordus, tromperie, trahison. Mais au nord de la Méditerranée, la politique est réhabilitée dans toute sa grandeur. Elle permet, à travers le vote, de changer les dirigeants du pays. Elle permet de « dégager » un homme aussi puissant que Nicolas Sarkozy, de manière pacifique, civilisée. Sans avoir à subir l’humiliation de Ben Ali et Moubarak, ni la tragédie libyenne, ni l’inconnue syrienne.

Faut-il être binational pour accéder à ce droit de faire de la politique ?

Au bonheur des binationaux

On vote en Algérie. On vote en France. Parle-t-on, pour autant, de la même chose ?

Par Abed Charef

La France vote dimanche prochain. Elle se rendra de nouveau aux urnes début mai, pour le second tour décisif de l’élection présidentielle. Des élections législatives auront lieu dans la foulée pour, selon une formule très algérienne, parachever le processus électoral. Tout ceci devrait bouleverser le paysage politique français avant l’été.

Hasard du calendrier : moins d’une semaine après la défaite annoncée de Nicolas Sarkozy, l’Algérie se rendra aux urnes le 10 mai, pour des élections législatives contestées. Près d’un million d’Algériens auront, à cette occasion, la possibilité de vivre une expérience unique : participer simultanément aux élections en Algérie et en France. Ces binationaux peuvent voter des deux côtés de la Méditerranée : pour sanctionner ou confirmer Nicolas Sarkozy, au nord de la Méditerranée, et choisir entre Khaled Bounedjma et Chalabia Mahdjoubi, au sud de la Méditerranée.

Au moment de mettre son bulletin dans l’urne, ce citoyen, algérien ou français, sera totalement libre de son choix. Il subira peut-être des pressions avant de voter, il aura des doutes, mais dans l’isoloir, il aura un pouvoir inégalé. Presque absolu.

Pourtant, le même acte de voter n’aura pas le même sens, ni la même portée, quand il est accompli en Algérie ou en France. Il ne suscitera pas les mêmes passions, ni le même engouement. En France, il y a une conviction que le vote aidera à changer les choses. Peu importe que cela soit vrai ou faux. Ce sentiment est partagé par une bonne partie de l’électorat, qui pense que son vote aura de l’effet. Il donne à celui qui l’accomplit le sentiment qu’il participe à une décision majeure.

En Algérie, tout a été mis en œuvre pour que le vote reste sans conséquence sur la gestion des affaires du pays. A commencer par le rôle du parlement, qui a été dépouillé de tout pouvoir. A la suite des derniers amendements de la constitution, le parlement ne peut en effet ni censurer le gouvernement, ni refuser son programme, encore moins imposer une composition du gouvernement.

A ces restrictions constitutionnelles, s’ajoute l’héritage d’une pratique politique paralysante. Le parlement a pris l’habitude de se contenter de valider les choix du gouvernement, quels qu’ils soient. Y compris quand le gouvernement fait n’importe quoi, ou quand il renie ses propres choix. Car en Algérie, les décisions se prennent ailleurs qu’au parlement, elles se prennent dans d’autres institutions, ou en dehors des institutions. Ce qui relègue le parlement à un simple rôle fonctionnel, sans influence sur la vie politique.

Pour celui qui va voter en France, l’acte de voter constitue le couronnement d’une opération amorcée il y a des années, ponctuée de débats, de discussions, de meetings, de rencontres, de confrontations d’idées et de réflexion. Tout est mis en œuvre pour favoriser ces échanges : les médias cherchent la contradiction, les institutions incitent à la confrontation d’idées, la tradition politique pousse à la recherche des différences pour faire le meilleur choix. Au bout du compte, le citoyen sait à quoi s’en tenir.

A l’inverse, celui qui vote en Algérie a l’impression de se retrouver face à une pochette surprise. Il découvre des listes innombrables de candidats, sans contenu ni programme. Ce qui renforce cette conviction, très ancrée : les candidats aux législatives ne sont pas motivés par les choix politiques, ni par des idéaux ou des programmes. Ils sont mus par des ambitions beaucoup moins avouables : les uns cherchent à accéder aux indemnités de député, les autres veulent s’introduire dans les cercles de décision pour faire fructifier leurs affaires.

La préparation des candidatures révèle toute la différence. Là, des négociations, parfois difficiles, ont lieu entre organisations politiques pour parvenir à des accords susceptibles de faire gagner des voix et des sièges. Par contre, en Algérie, on est candidat dans les grands partis parce qu’on est bien introduit, ou bien parce qu’on a payé une dîme à qui de droit. A défaut, on court les petites formations politiques pour être tête de liste, sans tenir compte du programme du parti, de son histoire, de son implantation, de la qualité de ses dirigeants ou de leurs ambitions.

A ce stade, la politique perd toute sa noblesse. Militantisme, abnégation, convictions, fidélité, citoyenneté disparaissent pour laisser place à des concepts repoussoir : mensonge, roublardise, coups tordus, tromperie, trahison. Mais au nord de la Méditerranée, la politique est réhabilitée dans toute sa grandeur. Elle permet, à travers le vote, de changer les dirigeants du pays. Elle permet de « dégager » un homme aussi puissant que Nicolas Sarkozy, de manière pacifique, civilisée. Sans avoir à subir l’humiliation de Ben Ali et Moubarak, ni la tragédie libyenne, ni l’inconnue syrienne.

Faut-il être binational pour accéder à ce droit de faire de la politique ?

صناديقهم خصبة وصناديقنا عقيمة

 

عابد شارف

تدخل كل من الجزائر وفرنسا مرحلة انتخابية في نفس الفترة، حيث تنتخب فرنسا رئيسها الجديد في 6 ماي المقبل، بينما تنتخب الجزائر نوابها في 10 ماي، أي بعد ذلك بأقل من أسبوع، مع الإشارة إلى أن فرنسا ستنظم انتخابات تشريعية مباشرة بعد الرئاسيات، لتشرع في تطبيق سياسية السلطة الجديدة ابتداء من الصيف القادم.

وسيعيش عدد من المواطنين الذين يحملون الجنسية المزدوجة، الجزائرية والفرنسية، تجربة نادرة بهذه المناسبة، إذ سيشاركون في الانتخابات في البلدين. ومن يوم لآخر، سيجد هؤلاء أنفسهم يساهمون في طرد نيكولا صاركوزي من السلطة، قبل أن يعودوا ليختاروا بين خالد بونجمة وشلبية محجوبي. وسيعرف يومها هؤلاء المحظوظون أن الانتخاب في هذا البلد وذاك لن يحمل نفس المعنى ولن يكون له نفس الأثر.

وفعلا، لما يضع ذلك المواطن ورقته في صندوق الاقتراع في فرنسا، فإنه سيكون مقتنعا أن خياره سيكون له أثر على الحياة السياسية والاقتصادية في البلاد، وأنه سيساهم في تغيير حياته وحياة الفرنسيين عامة. ويدرك أن وضع ورقة التصويت في صندوق الاقتراع لا تقتصر على عملية شكلية ينتهي أثرها عند خروجه من مركز التصويت، بل أنه شارك في صنع القرار السياسي للسنوات القادمة.

وقبل أن يشارك في التصويت، سيسمع ذلك الناخب خطاب كل طرف، ويمكنه أن يحضر المهرجانات، ويسمع التحاليل السياسية، وتنضج لديه فكرة واضحة عن برنامج هذا الحزب أو ذاك، ويعرف ماذا ينوي كل مرشح أن يفعل في الميادين التي تمس ذلك المواطن بصفة مباشرة. وحتى إن أخطأ، فإن العملية السياسية تسمح له أن يعود بعد سنوات ليصحح خطأ، وهو ما سيحدث في فرنسا بعد أقل من ثلاثة أسابيع. أما إذا كان الاختيار صائبا، مثلما يعتقد الأمريكيون فيما يتعلق باختيارهم الرئيس باراك أوباما، فيمكنهم تأكيد نفس الاختيار بعد عهدة تدوم أربع أو خمس سنوات.

أما في الجزائر، فإن القناعة السائدة هي أن تأدية نفس الواجب الانتخابي لن تؤدي إلى أية نتيجة سياسية، ولن يغير شيء غي البلاد، باستثناء تبديل أسماء عدد من الأشخاص الذين سيحصلون على مدخول مرتفع. ويؤدي سلوك معظم المرشحين ولهفهم وراء المناصب مع غياب تام للأفكار وللقناعات السياسية، يؤدي إلى الاعتقاد أن هدفهم الوحيد هو الوصول إلى ذلك المنصب مهما كان الثمن، للخصول على مدخول عالي أو لدخول عالم الامتيازات لما يتعلق الأمر بالفئة المعروقة بـ »أهل الشكارة ».

إضاقة إلى ذلك، فإن البرلمان الجزائري فقد كل صلاحياته، ولم تبق له أية سلطة، باستثناء الموافقة على قرارات السلطة الحقيقية، التي توجد في مؤسسات أخرى غير البرلمان، أو حتى خارج المؤسسات الرسمية. كما تثبت الحملة الانتخابية أن الذين رشحوا أنفسهم لن يفعلوا ذلك للدفاع عن مشروع سياسي أو عن قناعات، وأنهم لا يحملون لا فكرا ولا مشروعا.

ولا شيء يوحي أن التغيير ممكن بمناسبة الانتخابات في الجزائر. وكيف يمكن لأحزاب جديدة أن تحقق نتائج مقبولة وتتكلم عن التغيير بعد أن كانت المعارضة ممنوعة من الكلام لمدة عشر سنوات، بل كانت ممنوعة حتى من تشكيل أحزاب سياسية رغم أن الدستور والقانون يسمحان بذلك. ولما يشتد هذا الضغط على أي طرف سياسي، فإنه يفقد قدرته على التنظيم وقدرته على اقتراح أفكار جديدة، ويعجز في أخر المطاف إلى تقديم بديل سياسي. أما ما حدث في فرنسا منذ انتخاب نيكولا صاركوزي، فإن المعارضة كانت تتمتع بكل الحرية لتجتمع وتنظم نفسها وتناقش المشاريع السياسة والاقتصادية لتكون جاهزة يوم الحسم لتشكل بديلا للسلطة القائمة.

ولعل هذا ما يشكل الفرق الأساسي بين تصويت المواطن الذي يحمل جنسيتين في الجزائر وفي فرنسا. إن تصويته في فرنسا يعطيه فرصة للمشاركة في انتصار بديل سياسي للسلطة القادمة. أما تصويته في الجزائر، فإنه يشكل مساهمة في البقاء على وضع مسدود لا يرضى به أحد.

Alger-Athènes, le temps d’une crise

Le socialisme est passé de mode. Mais le capitalisme est un luxe que l’Algérie ne peut même pas s’offrir. Car le capitalisme a ses règles qui finissent tôt ou tard, par imposer des normes de fonctionnement. Ce que redoute l’Algérie, où la norme est une hérésie.

Par Abed Charef

Crise du capitalisme ? Non, c’est une crise due à l’absence de capitalisme. Un analyste grec vient de jeter un pavé dans la mare en réfutant les analyses traditionnelles de la crise que subit son pays. La Grèce, soutient-il, n’est pas entrée dans l’ère du capitalisme. Elle n’a pas connu la production industrielle, ni les grandes entreprises exploitant une main d’œuvre bon marché.

Son agriculture n’a pas évolué non plus. Elle est toujours dominée par de petits propriétaires, qui exploitent eux-mêmes, avec quelques ouvriers, leurs fermes. La Grèce est d’ailleurs le pays d’Europe qui le plus de propriétaires terriens, dit-il à l’appui de sa démonstration.

Ce décalage de la Grèce par rapport aux pays de l’Europe de l’ouest est le résultat d’une évolution historique qui a fait que la société grecque était plus proche de l’empire ottoman que de l’Europe. Les structures économiques ont peu évolué dans cette partie de l’est de l’Europe, restée en marge de l’expansion du capitalisme triomphant. Et quand la Grèce est entrée dans la modernité, il y a quelques décennies, elle n’avait pas les institutions en mesure d’accompagner et de gérer le changement.

Au bout du compte, quand la Grèce s’est débarrassée de la dictature des colonels, elle a été portée à bout de bras par l’Europe. Elle a alors pris un chemin semblable à celui de l’Espagne et du Portugal : la démocratie lui a ouvert les portes de l’Europe, et l’Europe a consolidé le processus démocratique. Certains secteurs de l’économie grecque ont alors rapidement évolué, en raison du contact soutenu avec les pays européens les plus avancés, et aussi pour répondre aux besoins de ces pays. L’exemple le plus évident est le tourisme, qui a transformé une partie du pays.

Par contre, l’autre Grèce est restée en l’état. La production industrielle a peu évolué, les structures sociales sont restées figées, le rapport au travail n’a pas changé. L’informel a conservé une large place dans l’économie, mais une législation de complaisance, comme celle qui concerne la marine marchande, a été maintenue en vigueur, créant une situation totalement archaïque : plus on gagne de l’argent, moins on paie d’impôts.

Mais c’est surtout la Grèce institutionnelle qui a failli. Tout le monde fournissait de faux bilans, et tout le monde fermait les yeux, faisant semblant de croire à des chiffres maquillés. Tant que l’Europe était prospère et fournissait les fonds, la Grèce en a tiré profit. Jusqu’à ce que la crise révèle l’immense supercherie. Mais ce n’est pas une crise du capitalisme en Grèce : c’est une crise politique et morale.

Cette analyse, proche de la caricature, formulée à propos de la Grèce, rappelle étrangement la réalité algérienne, où un ministre en poste, Hamid Temmar, qui n’a jamais brillé par sa rigueur, vient de mettre en doute les chiffres qui lui sont fournis sur l’emploi. Après avoir exercé les fonctions de ministre de manière parfaitement inutile pendant une décennie, M. Temmar a fini par avouer que lui aussi fonctionnait sur de bases qui étaient fausses.

Son aveu révèle que l’Algérie ne souffre pas non plus des méfaits du capitalisme, mais peut-être du non passage par le capitalisme. Car celui-ci a des règles, codifiées ou non. Qu’il s’agisse d’un capitalisme sauvage ou régulé, d’un capitalisme thatchérien ou scandinave, qu’il prenne en charge le volet social ou qu’il s’en désintéresse totalement, celui-ci a des tares, mais il comporte un volet positif : on sait à quoi s’en tenir.

Le capitalisme crée des marques. On serait bien en peine de trouver, en Algérie, une marque reconnue, à l’exception peut-être de Hamoud Boualem. Il fabrique des produits destinés à un public de consommateurs. Le « capitalisme » algérien en fabrique si peu. Son marché de l’automobile atteindra bientôt un demi-million de véhicules par an, plus que la Suisse et presque autant que la Belgique, mais il ne produit pas un seul véhicule. Pire : il n’arrive même pas à commercialiser les véhicules importés dans des conditions décentes.

Le capitalisme a, historiquement, créé de la concurrence entre firmes qui se battent sur les marchés. Celle qui échoue disparait. L’Algérie crée une concurrence entre produits étrangers. Véhicules allemands, français, japonais, coréens et chinois se livrent une concurrence à mort, alors que le capital algérien, absent de la compétition, n’arrive même à jouer le rôle d’arbitre.

Dans les pays de tradition capitaliste, la lutte a longtemps opposé travail et capital. C’est simplificateur, voire simpliste, mais c’est une grille qui a permis à des générations entières de trouver des repères, des lignes de démarcation pour s’engager politiquement et se battre. En Algérie, une grève chez Cevital est considérée comme une trahison, et le travailleur est souvent contraint de faire grève contre le syndicat maison avant d’engager de vraies batailles syndicales.

L’essentiel de l’activité du capital en Algérie ne consiste pas à créer des produis et des richesses, mais à transférer de l’argent public vers le privé. Sous une forme ou une autre. Détournements, corruption, marchés obtenus de manière déloyale, privatisations, mais aussi aides de toutes sortes, exemptions fiscales, effacement de dettes, prêts sans intérêt, suppressions de taxes, sont autant de pratiques publiquement revendiquées et obtenues par les organisations patronales. Comme si elles allaient de soi. L’ancien chef de gouvernement Belaïd Abdessalam a ainsi cité ce célèbre capitaine d’industrie qui a bénéficié d’une ligne de crédit en millions de dollars : non seulement il n’a pas remboursé le prêt, mais il n’a même pas daigné payer les impôts sur la transaction !

Ceci est la réalité de l’Algérie. Le discours de Louisa Hanoun n’y changera rien. Dans une telle conjoncture, brandir la menace du grand soir relève de l’absurde. Par contre, franchir un pas vers l’établissement de règles politiques et économiques constituerait une grande avancée. Même si cela peut apparaître dénué d’ambition.

Ahmed Ben Bella, un géant d’un autre temps

Par Abed Charef

Il a côtoyé les plus grands : Che Guevara, Nasser, Fidel Castro, Mao Tsé Toung et Tito. Il a détrôné Messali Hadj. Il a mis au pas les colonels qui ont dirigé d’une main de fer la révolution algérienne. Il a symbolisé l’Algérie en lutte, pour sa libération puis pour la libération d’autres contrées d’Afrique et du monde arabe. Il était devenu une icône du Tiers-Monde, un de ces symboles que les années et les misères de la vie n’arrivent à écorner.

C’est le côté flamboyant d’Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante, décédé mercredi à Alger à l’âge de 96 ans. Car la vie a aussi réservé à ce militant infatigable un côté dramatique : l’homme a passé un quart de siècle de sa vie en prison, et une dizaine d’années en exil. Il a connu la détresse, le désespoir, subi les pires des humiliations, mais il a souvent réussi à rebondir.

Né pendant la première guerre mondiale à Nedroma, près de Tlemcen, Ahmed Ben Bella a fait le coup de feu pendant la seconde guerre mondiale. Très grand, coléreux, n’hésitant pas à faire le coup de poing, doté d’un courage physique remarquable, il a participé au débarquement en Italie, attirant déjà les regards. Comme Mustapha Ben Boulaïd et d’autres dirigeants historiques de la révolution, il fait ses classes militaires dans ce conflit, ce qui l’a conduit, plus tard, à envisager plus facilement que les « intellectuels » du parti l’idée de lancer la lutte armée.

A la fin des années quarante, il se retrouve naturellement à la tête de l’OS, en compagnie, déjà, de Hocine Aït-Ahmed. Ils organisent l’attaque de la poste d’Oran, en 1950, pour financer la lutte armée. Mais l’OS est démantelée, et Ben Bella se retrouve en prison, comme nombre de cadres de l’organisation qui n’avaient pas basculé dans la clandestinité.

Ben Bella réussit à s’évader et s’installe en Egypte, qui connait alors, avec l’avènement des officiers libres, une grande effervescence. La préparation de la lutte armée en Algérie est organisée en coordination avec la délégation extérieure. Mourad Didouche, Mustapha ben Boulaïd, Krim Belkacem, Rabah Bitat, Larbi Ben M’Hidi et Mohamed Boudiaf forment le groupe de l’intérieur, alors que Ben Bella, Aït-Ahmed et Mohamed Khider sont les principaux dirigeants de l’extérieur.

Une fois la guerre de libération déclenchée, il faut la gérer. Ben Bella, qui prône un internationalisme teinté d’arabisme, se lie d’amitié avec Nasser, et devient la personnalité la plus en vue parmi les dirigeants du FLN. L’homme est courageux, il tient un discours enflammé et radical, il réussit à soulever l’enthousiasme des foules avec un discours populiste. Il devient l’interlocuteur des médias et s’impose, de fait, comme le dirigeant le plus charismatique.

Pourtant, Ahmed Ben Bella a une formation politique superficielle. C’est un homme d’action, pas un intellectuel. Ses initiatives sont souvent improductives. Mais le mythe grandit, et il est préservé lorsque l’armée française décidé de détourner l’avion marocain qui transportait les dirigeants de la révolution algérienne, en octobre 1956. Ben Bella reste en prison jusqu’à l’indépendance, mais lors de la proclamation du GPRA, en septembre 1958, il est désigné ministre d’Etat.

A l’approche de l’indépendance, l’armée des frontières, qui s’apprête à prendre le pouvoir, cherche un dirigeant historique pour la parrainer. Ahmed Ben Bella se révèle le plus conciliant. Houari Boumediène, puissant chef d’état-major de l’ALN, lui propose le deal. Il sera son ministre de la défense.

Ben Bella parait alors indétrônable. Il jouit d’une très grande popularité en Algérie, et d’un prestige international exceptionnel. Pourtant, le pays part à la dérive. L’euphorie de l’indépendance reconquise laisse place aux premiers doutes, alimentés par le comportement Ben Bella lui-même : il est autoritaire, cassant, et n’hésite pas à mettre en prison des dirigeants prestigieux, comme Boudiaf et Aït-Ahmed. La dérive s’accentue quand l’arbitraire s’installe et la torture devient une pratique courante.

Ben Bella est alors au sommet de son pouvoir. Il s’apprête à vivre une apothéose, une consécration : la tenue d’un sommet afro-asiatique à Alger. Il n’en aura pas le temps. Houari Boumediène le dépose, et le met en prison pour une longue période. Il ne retrouvera la liberté que sous Chadli Bendjedid, près de dix sept ans plus tard.

Beaucoup s’attendaient à ce que l’homme s’installe dans une paisible retraite, mais lui a un tempérament totalement différent. Il s’exile, crée un parti, le Mouvement Démocratique en Algérie (MDA), et se rapproche de Hocine Aït-Ahmed. Ils organisent une conférence de presse commune à Londres, ce qui apparait comme une sérieuse menace pour le pouvoir en place à Alger. La réaction est d’une extrême brutalité : Ali Mecili, ami d’Aït-Ahmed et principal artisan du rapprochement, est abattu de plusieurs balles dans la tête en avril 1987. Les partisans de Ben Bella sont jugés par la cour de sûreté de l’Etat et condamnés à de lourde peines de prison.

Mais pour Ben Bella, c’est déjà le déclin. Il fait partie de l’histoire, et il n’arrive visiblement pas à s’en rendre compte. Avec l’ouverture politique amorcée après les évènements d’octobre 1988, il organise son retour avec un imposant cérémonial, mais son retour est un flop. Son parti n’a aucune assise, et son discours ne passe plus. Les jeunes ont d’autres idoles, et ne connaissent plus Ben Bella.

Et puis, l’Algérie subit d’autres difficultés, et Ben Bella en est désigné comme responsable. L’école ? Il est accusé de l’avoir sinistré en ramenant des milliers d’enseignants égyptiens à l’indépendance, des enseignants qui seraient responsables de la propagation de l’islamisme. L’autoritarisme ? C’est encore lui. Un nouveau discours s’installe dans le pays : si l’Algérie va aussi mal, c’est qu’elle est mal partie. Et Ben Bella est le principal responsable de ce mauvais départ, selon ce discours primaire, qui ne tient pas compte de qu’était l’Algérie après sept ans et demi de guerre.

Ce qui donne cette image contrastée, relevée par un analyste : Ben Bella est une icône dans le Tiers-Monde, un des symboles les plus puissants du militantisme des années cinquante et soixante, mais dans son pays, son image a été fortement altérée.

Ce n’est pas le premier symbole que l’Algérie détruit.

 

Le monde opaque des rebellions au Mali

 

Petite lueur d’optimisme au Mali. Mais au moment où un processus très délicat est engagé, se posent les questions récurrentes : qui sont ces groupes rebelles qui ensanglantent le pays ?

 

Par Abed Charef

Il y a, dit-on, les bons et les méchants Azaweds. Les bons, ce sont les membres du Mouvement National de Libération de l’Azawed, le MNLA, dirigés par Mahmoud Ag Ghaly. C’est un mouvement laïc et démocratique, prônant un islam ouvert, modéré, teinté de soufisme, avec quelques relents de traditions d’Afrique. Il est très modéré. Si modéré que, face à la menace des milices qui ont pris Tombouctou, au nord du Mali, le MNLA a permis à une ressortissante française de se cacher, avant de la prendre en charge et de l’évacuer vers Bordj Badji Mokhtar, un millier de kilomètres plus au nord, en Algérie.

Le MNLA affirme se battre pour « les principes de la démocratie et de la laïcité ». Il mène un «combat libérateur », avec des « objectifs démocratiques, laïcs et révolutionnaires ». Il refuse les « criminels qui visent à instaurer un régime théocratique, en totale contradiction avec nos fondements culturels et civilisationnels ». A lire les commentaires flatteurs qui l’entourent, il apparait presque comme un bon vieux parti social-démocrate.

Les méchants, ce sont Ansar Eddine, une organisation de type taliban, nourrie au rigorisme du désert, et qui veut imposer un régime islamique strict sur tout bout de territoire qu’elle réussit à conquérir. Dirigée par Iyad Ag Ghaly, un militant engagé dans la contestation depuis les années 1990, devenu plus tard diplomate avant un mystérieux séjour au Qatar, Ansar Eddine a montré une capacité militaire redoutable pour doubler le MNLA et prendre le supplanter dans le nord du Mali qu’il venait de conquérir.

Chez Ansar Eddine, on se teint la barbe au henné, selon des vidéos disponibles sur Internet. Le chef est un imam, converti au salafisme lors d’un passage au Pakistan, ou pendant son séjour comme diplomate en Arabie saoudite, on ne sait plus. Sur les vidéos, le chef de l’organisation apparait plus souvent en train de mener la prière que dans un rôle politique. Il a même une tendance à imiter le comportement de Oussama Ben Laden.

Ses disciples ne parlent pas d’état, mais d’émirat ou de califat. Les vidéos disponibles sont formelles : ces groupes ne connaissent pas l’Etat national, ni les frontières. Ils vivent terrés dans le désert, mais ils ont une vision internationaliste des choses : le djihad, toujours le djihad, rien que le djihad jusqu’à ce que l’Islam triomphe dans le monde entier. Il y a évidemment un choix d’images qui force un peu le trait, pour montrer ces groupes sous une image caricaturale, mais dans ce genre d’organisations, ce sont les illuminés qui parlent le plus et qui imposent leur vision du monde.

L’organisation Ansar Eddine apparait ainsi comme extrême. Mais la carte politique du monde azawed offre encore plus radical. Oui, il y a encore plus méchant. Al-Qaïda au Maghreb islamique, dirigée par Mokhtar Belmokhtar, un ancien du GIA transféré vers le Sahel, a en effet choisi le nord du Mali comme base arrière. La déliquescence des institutions maliennes et l’avancée du MNLA et de Ansar Eddine ont offert à cette organisation, branche maghrébine d’Al-Qaïda, l’occasion d’organiser une apparition publique de ses chefs. C’est la seule fois qu’un tel évènement est signalé depuis la création de l’organisation, ce qui montre à quel point les chefs de la succursale d’Al-Qaïda se sentent en sécurité au Mali.

Avec un tel groupuscule, n’importe quel pays se sentirait en danger. Mais il y a pire. Comme ce « Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest » (Mujao), qui serait une dissidence d’Al-Qaïda. S’agit-il d’une dissidence née à la suite d’un conflit idéologique, d’un conflit sur le partage des zones d’influence, ou d’autres facteurs encore plus opaques ? Toujours est-il que le premier acte de ce mouvement a été d’enlever des ressortissants européens qui travaillaient dans les camps de réfugiés du Sahara Occidental, près de Tindouf. C’était une première, tant la région est traditionnellement verrouillée par l’armée algérienne et par le front Polisario.

Et dans ce cafouillage, survient la grande surprise : Boko Haram serait, à son tour, présente dans le nord du Mali. Des membres de cette secte seraient mêlés à l’enlèvement du consul d’Algérie et des employés consulaires à Gao. Ils seraient une centaine à se joindre à la grande offensive qui a conduit à la conquête du nord du Mali par des groupes rebelles.

Boko Haram, c’est cette organisation qui mène une guérilla sanglante dans le nord du Nigéria, entrainant peu à peu la région dans le cycle classique attentat-répression. Faut-il la comparer à Ansar Eddine, ou à la fameuse Armée du Seigneur, cette secte conduite par un autre illuminé, qui sème la terreur dans l’Ouganda et dans tout le centre de l’Afrique ?

Qu’importe. Ces nébuleuse dépasse largement ce que peut supporter le Mali. Une telle concentration de mouvements, aussi opaques les uns que les autres, ne peut que susciter des interrogations. Car derrière chaque mouvement, se profile, au loin, une ombre, qui finance, fournit la logistique, l’idéologie ou l’appui médiatique. Qui ? S’il est difficile de le dire, il est toujours possible de rappeler cette évidence : une responsabilité centrale incombe à ceux qui ont ouvert un supermarché pour les livraisons d’armes en Libye.

وسائل جديدة لسياسة الجزائر الجديدة في منطقة الساحل

عابد شارف

رفض « المجتمع الدولي » إقامة دولة أزاواد في شمال مالي، وقال: لا لتقسيم هذا البلد، لا لكل محاولة انفصالية، لا للطعن في الحدود التي ورثتها البلدان الإفريقية عند الاستقلال. وجاء رد « المجتمع الدولي » على الإعلان عن إقامة دولة أزاواد شمال مالي بعد استيلاء مجموعات مسلحة على هذه المنطقة، جاء الرد حاسما وحازما، لا يدع مجالا للشك ولا للمساومة. ولعل هذا الموقف يضع حدا لطموحات تلك المنظمات التي شنت هجوما خاطفا استولت من خلاله على شمال مالي قبل أن تعلن عن إقامة دولة أو إمارة أو خلافة في منطقة الساحل.

وكانت الحركة الوطنية لتحرير أزواد MNLA قد شنت سلسلة من العمليات العسكرية منتصف جانفي الماضي استطاعت من خلالها أن تسيطر على منطقة شاسعة في شمال البلاد لتعلن عن ميلاد دولة أزاواد. لكن ما أن أعلنت الحركة سيطرتها على أكبر مدن المنطقة، مثل كيدال وطمبوكتو وغاو، حتى جاءت وحدات « أنصار الدين »، فطردت تنظيم الأزاواد وأعلنت سيطرتها على المنطقة.

وتختلف « أنصار الدين » جذريا عن تنظيم أزاواد، حيث تعلن أنها حركة إسلامية، لا تهمها الدولة ولا الحدود، ولا تكتفي بمنطقة أزاواد، بل أنها تعمل من أجل إقامة إمارة إسلامية وتطبيق الشرع في كل المنطقة. وحسب الأخبار المتوفرة لحد الساعة، فإن « أنصار الدين » تنظيم يتعاون مع القاعدة ومع تنظيم آخر منشق عن القاعدة يسمي نفسه « حركة الوحدة والجهاد في غرب إفريقيا ». وتشير أخبار أخرى إلى دخول تنظيم آخر في اللعبة، وهو تنظيم « بوكو حرام » Boko Haram الذي ينشط عادة في نيجيريا حيث ينظم عمليات دموية بصفة منتظمة.

ولعل وجود هذه التنظيمات « الطالبانية » في شمال مالي هو الأمر الذي دفع كل البلدان المعنية، سواء بلدان المنطقة أو البلدان الكبرى، إلى اتخاذ موقف مشترك رافض لإقامة دولة أو إمارة في شمال البلاد. واشتركت في هذا الموقف بلدان لا تتفق عادة حول القضايا الأمنية، مثل فرنسا والجزائر والولايات المتحدة وموريتانيا وليبيا وغيرها. وذهبت فرنسا إلى أقصى حد في رفضها لتقسيم مالي، حيث جندت بلدان منظمة غرب إفريقيا CEDEAO لتعارض القرار، وأعلنت أنها مستعدة لتقديم المساعدة المادية الضرورية لنقل ألفين من جنود تلك البلدان إلى مالي لمساعدة السلطة في باماكو على الحفاظ على الوحدة الترابية للبلاد.

ووقفت بلدان المنطقة كرجل واحد لتعارض إنشاء دولة أزواد في شمال مالي لأن ذلك قد يشكل سابقة خطيرة، ويفتح الباب أمام تفكيك العديد من البلدان. والكل يعرف أن المؤسسات في تلك الدول تبقى ضعيفة، وأن إدارتها وجيوشها لن تصمد أمام تهديد قوي من الداخل تدعمه قوى خارجية. وباستثناء بعض الرموز مثل مصر ونيجيريا والمغرب والجزائر، لا توجد في المنطقة بلدان كثيرة قادرة على مواجهة عاصفة بحجم تلك التي اجتاحت الجزائر في التسعينات مثلا.

ومن جهة أخرى، فقد أوضحت التجربة الليبية حقيقة أخرى دفعت الكثير إلى الحذر: إن ضرب استقرار أي بلد من بلدان المنطقة سيكون له أثر على كل البدان الأخرى، لا على البلد المعني وحده. وقد أدى انهيار الدولة الليبية إلى زعزعة كل منطقة الساحل، كما أن تقسيم مالي قد يؤدي إلى تهديد سلسلة من البلدان مثل تشاد والنيجر وبوكينا فاصو وساحل العاج وموريتانيا. والجزائر نفسها تأثرت بأحداث مالي من زوايا: نزوح اللاجئين، وظهور بؤرة جديدة لعدم الاستقرار عند الحدود، واختطاف قنصل الجزائر في غاو وخمسة من مساعديه.

وفي الماضي، كانت الجزائر تحاول أن تدفع تنظيمات أزواد إلى الحوار مع السلطة المركزية في باماكو، وإقناع هذه الأخيرة إلى إدماج التوارق بطريقة أكبر في السلطة، إلى جانب العمل من أجل تحفيف الضغوط الخارجية على المنطقة. لكن الوضع تغير اليوم، مما يفرض على الجزائر أن تغير موقفها لتتبنى سياسة هجومية: يجب على الجزائر أن تصبح طرفا فاعلا وألا تكتفي بدور المتفرج مثلما كان الحال في ليبيا. ويجب أن تفرض الجزائر نفسها وتفرض مصالحها لتحافظ على أمن منطقة الجنوب، حتى ولو فرض عليها ذلك أن تدخل في مواجهة مع بعض الأطراف التي تريد تغيير خارطة المنطقة، مع العلم أن القاعدة في المغرب الإسلامي وأنصار الدين وبوكو حرام وغيرها من التنظيمات الغامضة ليست إلا حصان طروادة لكل أجهزة المخابرات التي تريد أن تفرض نفوذها ووسيلة لتمهيد الميدان لتدخل البلدان الكبرى.

ولعل ختام الكلام هو أن الجزائر أعلنت عن موقف يتمثل في رفض إقامة دولة جديدة في شمال مالي، ورفض الإرهاب، ورفض المساس بالحدود الموروثة عند الاستقلال، لكن على الحكومة أن تحدد اليوم سياسة وخطة لتحقيق هذه الأهداف، وأن تجند الوسائل الضرورية لذلك.