Elections en France : les préférences discrètes de l’Algérie

François Hollande ou Nicolas Sarkozy ? L’Algérie a des préférences, mais elle se garde d’en parler publiquement.

Par Abed Charef

Deux femmes d’origine maghrébine, Rachida Dati et Fadhéla Amara, doivent beaucoup à Nicolas Sarkozy. Le président français, qui devrait quitter l’Elysée dans deux semaines, les avait nommées au sein de son gouvernement, choisissant délibérément deux femmes, comme par provocation. L’une d’elles, Rachid Dati, s’est vu confier un ministère « régalien », celui de la justice, avant de devenir une des icônes de l’ère Sarkozy.

Azzouz Begag avait, auparavant, fait partie d’un éphémère gouvernement Villepin, alors que Hamlaoui Mekachera avait fait partie du gouvernement Alain Juppé. Hamlaoui Mekachera, d’origine algérienne, avait participé à la guerre d’Algérie comme officier de l’armée française sur la fameuse ligne Morice ! En 2005, c’est encore lui qui, comme délégué aux anciens combattants, a parrainé la fameuse loi qui mettait en avant le rôle positif de la colonisation.

Les autres n’ont pas brillé par leur constance politique. Azzouz Begag, chercheur au CNRS, paraissait le plus solide. Il a débuté chiraquien, avant de militer chez le centriste François Bayrou pour, finalement appeler à votre François Hollande deux semaines avant l’élection. Fadhéla Amara a, elle aussi, appelé à voter pour Hollande, alors que Rachida Dati, restée fidèle à Sarkozy, a brillé par ses frasques, avant de montrer un talent certain pour créer les problèmes autour d’elle et au sein du parti de la droite française.

Mais malgré ces itinéraires, un fait demeure indéniable: c’est la droite française, et non la gauche, qui a donné de la visibilité à des ces personnalités d’origine maghrébines, même si leur poids réel dans la prise de décision reste minime, pour ne pas dire insignifiante. Depuis 1981, la gauche, quant à elle, n’a nommé aucun ministre d’origine maghrébine. Aucune personnalité n’a émergé ni avec Pierre Mauroy, ni avec Laurent Fabius, ni sous Lionel Jospin et Michel Rocard, en dépit du poids sociologique des beurs, et l’irruption de nouvelles générations au sein de la société française. Et Malgré Zidane ! Et c’est la droite, traditionnellement plus hostile à l’immigration, plus proche des thèses du Front National, qui a mis ces enfants d’immigrés sous les projecteurs.

Est-ce pour autant sous cet angle que devrait être définie et appréciée la position de l’Algérie et des Algériens envers les présidentielles françaises ? Pour les Algériens installés ou résidant en France, ce critère est balayé d’un revers de la main. C’est Nicolas Sarkozy qui, en tenant un discours à la limite de la xénophobie, a popularisé certaines thèses du Front National et les a banalisées. C’est également sous Sarkozy qu’a été organisé le fameux débat sur « l’identité nationale », et que les banlieues sont devenues synonymes de « racaille », à « nettoyer au karcher ».

La défaite prévisible de Nicolas Sarkozy est donc attendue comme une véritable délivrance par les Maghrébins de France, y compris ceux qui sont citoyens français. A contrario, François Hollande apparait porteur de valeurs de gauche, humanistes, privilégiant la solidarité et la cohésion à l’affrontement. De plus, François Hollande aura le soutien de Jean-Luc Mélenchon, qui a publiquement affirmé que les Arabes constituent une chance pour la France, ainsi que des courants d’extrême gauche traditionnellement proches des immigrés et des plus pauvres.

L’opinion des Algériens rejoint ainsi, pour une fois, celle de leur gouvernement concernant Nicolas Sarkozy, dont l’action chaotique a fortement incommodé les dirigeants algériens. Au départ, pourtant, l’Algérie officielle n’était pas particulièrement hostile à Sarkozy. Son ton ferme, son discours résolu, sa volonté affichée de combattre les groupes islamistes radicaux pouvaient même être accueillis avec une certaine satisfaction à Alger.

L’homme semblait aussi avoir un véritable intérêt pour la Méditerranée, comme le révélait son initiative pour bâtir une « Union pour la Méditerranée ». Mais il fallut très vite déchanter. L’homme était un velléitaire, spécialiste des effets d’annonce, amateur de shows médiatiques, mais il était difficile de bâtir avec lui une œuvre sur le long terme. Il était extrêmement versatile, peu fiable. Ce n’était même pas un gaulliste.

Ses initiatives en Libye ont fini de le brouiller avec l’Algérie. Il s’est engagé contre le colonel Kadhafi sans tenir compte des retombées de son action sur les pays de la région. Le résultat est, du point de vue de l’Algérie, terrible : la Libye s’est installée dans l’instabilité pour des années, peut-être des décennies ; le Mali est en lambeaux, et l’insécurité encercle désormais toutes les frontières de l’Algérie; le Sahel a été transformé en poudrière, et les armes en provenance de Libye y circulent librement.

Face à ce bilan calamiteux de Sarkozy, François Hollande offre-t-il une alternative aux yeux des dirigeants algériens ? Probablement. Il offre, en tous les cas, plus d’assurance, plus de pondération. Il est plus prévisible. Il offre également l’avantage de trainer les complexes historiques de la gauche française envers l’Algérie. Il sera donc moins critique, et plus sensible aux pressions.

De plus, on ne pourra même pas lui reprocher d’être pro-israélien, thème d’un conflit historique entre l’Algérie et la gauche française, ni d’avoir des sympathies pour les thèses marocaines dans le dossier du Sahara Occidental, car Sarkozy a fait pire : il est franchement hostile aux Palestiniens, et il ne connait pas le dossier sahraoui. Son ministre des affaires étrangères Alain Juppé, considéré comme un vrai gaulliste, était supposé donner de la consistance à l’action diplomatique de Sarkozy. Mais il a fait preuve d’une telle lâcheté, sur le dossier libyen par exemple, qu’il a fini par ressembler à son prédécesseur Bernard Kouchner, l’homme que l’Algérie adorait détester.ollaHHhhhhhhhh

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. stambouli

     /  25 avril 2012

    Je ne pense pas que l’élection de Hollande a la tête de la Présidence Française soit une bonne chose pour l’Algérie, le Maghreb, l’Afrique et le monde Arabe et ne parlant pas de la Chine qui a montré ses préférences pour Sarkozi cette semaine. De tout temps l’Algérie ne s’est jamais entendu avec la Gauche car n’oubliant pas qu’elle était à l’origine de la guerre d’Algérie, le canal de Zuez en 56 et celle du Golf en 1991 et quelques autres coup tordu. La Droite au contraire a toujours eu une politique Arabe, celle de De Gaulle. Contrairement a ce que vous dites la Gauche est beaucoup plus pro Israélien que la Droite et il n’y a qu’à voir l’entourage d’Hollande pour avoir un aperçu et rappelez vous Jospin quand il s’est fait caillassé par les Palestiniens pour avoir traite Hamas de terroriste. Et ce même Jospin qui est resté 5 ans Premier Ministre n’a jamais mis les pieds en Algérie. Quand a Sarkozi, il a exigé un Etat Palestinien et a fait savoir a Netanyahu que les intérêts de la France passé avant celle d’Israël concernant la politique Arabe de la France, chose que ne fera jamais Hollande, il n’a pas l’envergure pour le faire et son équipe ne l’admettrait pas.D’ailleurs M Jean, D’Ormesson, l’ Académicien disait en parlant de Hollande , je cite : » » Il ne sera jamais Mitterrand mais un Guy Mollet, il aurait fait un bon Président de la III et la IV République mais jamais de la V . Il parle un bon français, il ne fait pas de faute de syntaxe et il aurait mieux fait de se faire élire à l’Académie » ».Quand a sa politique envers la communauté Beur, beaucoup vont déchanter après sa prise de fonction, rien ne changera pour eux. Ils seront cantonner toujours dans les Zep et les Banlieues, ils auront des miettes de l’aide sociale prélevée à la classe moyenne grâce à la hausse des impôts car les riches partiront vers des cieux plus cléments. Et sous son mandat la France sera ruinée et plus endettée. Avec la montée du FN, il se gardera de faire quoi que ce soit pour l’immigration et les Musulmans. Donc je ne pense pas que la Gauche soit une bonne chose pour la France et encore moins Hollande lui qui a coulé le PS durant les dix années a sa tête du Parti en tant que SG et se sont ses proches qui le disent.Et la relation avec l’Algérie ne sera pas meilleure, je la prédis même chaotique car la Gauche est plus regardante sur les droits de l’Homme que la Droite à cause de toutes les Associations défendant les libertés à travers le monde qui gravitent autour du PS et comme notre pays a un grand déficit de démocratie et de respect des droits de l’homme, il va y avoir des étincelles. L’avenir nous le dira

    Réponse
  2. slimkarim

     /  25 avril 2012

    Je pense que vous avez raison de situer le débat autour des enjeux de l’actualité internationale et cette analyse me parait logique
    dans la mesure ou sarkosy est considére comme un acteur principal dans le jeu des « révolutions ».Finalement beucoup de gens partage avec vous le meme point de vue concernant françois hollande, le préféré des algériens quant à une éventuelle succession le 06 mai à nicholas sarkosy.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s