كيف وجدت الجزائر نفسها مكتوفة الأيدي في الأزمات الجهوية؟

خرجت الجزائر من اللعبة السياسية عند اندلاع الأزمة الليبية ثم في أزمة مالي… من هي الأطراف التي وضعتها في موقع دفاعي ومنعتها مت التأثير على مجريات الأمور؟

 

عابد شارف

ما هي النقاط المشتركة في أزمة مالي وأزمة ليبيا؟ يمكن حصر هذا السؤال في نقطة أساسية، وهي أن الأزمة تدور بجانب الحدود الجزائرية، مع نتائج مباشرة على بلادنا، لكن الجزائر تجد نفسها مكتوفة الأيدي، لا تستطيع أن تتدخل ولا أن تقوم بدور كبير للدفاع عن مصالحها، فوجدت نفسها في وضع المتفرج الذي لا حول ولا قوة له.

في الأزمة الليبية، كان من المفروض أن تلعب الجزائر ومصر الدور الأساسي في فرض حل للأزمة، بحكم الجوار والجغرافيا، وبحكم أثر الأزمة الليبية على البلدين. وكان من الواضح أن انهيار الدولة الليبية وتقسيم سلاح الجيش الليبي على تنظيمات إرهابية وميليشيات مختلقة سيكون له الأثر المباشر على الجزائر وعلى البلدان المجاورة، وأن المتضرر الأول هو الجزائر.

لكن مباشرة عند اندلاع الأزمة الليبية، قامت أطراف قوية بتنظيم حملة كبرى ضد الجزائر، وقالت هذه الأطراف أن الجزائر تساند الحكم القائم في ليبيا، وأنها تعمل لبقاء معمر القذافي، وأنها تزوده بالمقاتلين والسلاح. وقالوا كذلك أن الجزائر وضعت طائراتها العسكرية في خدمة النظام الليبي، وأنها تنقل المرتزقة الذين يقاتلون في صفوف الوحدات النظامية التابعة للقذافي.

هذا الكلام قالته أطراف عربية وغربية، ورددته أطراف جزائرية كانت تعتقد مسكينة أنها تنصر الديمقراطية. لكن النتيجة الحقيقية لهذا الكلام كانت أنه فرض على الجزائر البقاء في وضع دفاعي، بل وضعها في سجن سياسي ودبلوماسي، ولم تستطع الجزائر أن تقوم بأية مبادرة، وبقيت تحت المراقبة الدولية من بداية الأزمة إلى نهايتها. وفي نفس الوقت، بقي المجال مفتوحا أمام أطراف أخرى كانت تعمل لتفرض حلولا تخدم مصالحها. هذا واقع… هذا ما حدث ميدانيا خلال الأزمة الليبية، ولا بد لكل من ساهم في عزل الجزائر والضغط عليها ومنعها من التأثير على الأزمة الليبية، خاصة من الجزائريين، لا بد له أن يراجع ما قام به، وما كانت نتيجة مواقفه وتصرفاته…

ولعل هذا أول درس استخلصته الأطراف الفاعلة في الأزمة المالية. وكانت أن أول مبادرة قام بها هؤلاء هي عزل الجزائر عن الأزمة حتى تبقى خارج اللعبة. وفعلا، وجدت الجزائر نفسها مكتوفة الأيدي منذ أن قامت مجموعة إرهابية باختطاف قنصل الجزائر وستة من مساعديه في مدينة غاو شمال مالي. ومنذ تلك اللحظة، وجدت الجزائر نفسها في مأزق، لا تستطيع أن تبادر ولا أن تتدخل ولا أن تقوم بعمل مؤثر على الأزمة دون أن تهدد حياة الرهائن.

هذا واقع لا يمكن تجاهله، وهو ما يعطي معنى آخر لعمل هذه المنظمات الإرهابية. ونلاحظ أن منظمة الوحدة والجهاد في غرب إفريقيا التي تبنت اختطاف القنصل والموظفين الجزائريين لا تتحرك إلا لضرب المصالح الجزائرية، حيث تبنت عملية اختطاف ثلاثة غربيين في مخيمات اللاجئين الصحراويين في تندوف، وعملية تفجير مقر الدرك الوطني في تامنراست.

ولا بد من التساؤل: كيف استطاعت هذه المنظمة أن تتوغل إلى مدينة غاو، وأن تقوم باختطاف موظفي القنصلية الجزائرية، بينما كانت منظمات أخرى، وهي منظمة « أنصار الدين » و »الحركة الوطنية لتحرير أوزواد »، كانتا تقتحمان المدينة؟ ألا يوجد تواطؤ وتفاهم بين هذه التنظيمات، لتستولي إحداها على المنطقة، وتقوم الأخرى بعملية الاختطاف لإخراج الجزائر من اللعبة؟

وتزيد الأزمة تعقيدا مع الغموض الذي يسود في العلاقات بين المنظمات المسلحة التي تتحكم في شمال مالي، حيث تختلط فيها العلاقات السياسية بالعلاقات العائلية والشخصية. ومن المعروف مثلا أن قائد حركة « أنصار الدين » تربطه علاقة عائلية مع قائد « الجبهة الوطنية لتحرير أزواد »، وهو ابن عمه. وقد فتحت « الجبهة الوطنية لتحرير أزواد » الطريق أمام حركة « أنصار الدين »، رغم أن الأولى تدعي أنها ديمقراطية عصرية وعلمانية بينما تتبنى حركة « أنصار الدين » فكرا إسلاميا تقليديا.

وقد أعلنت حركة « أنصار الدين » عن اتفاق مع « الجبهة الوطنية لتحرير أزواد » من أجل إقامة دولة إسلامية في شمال مالي. وحسب ما أعلنت عنه منظمة « أنصار الدين »، فإن الطرفين اتفقا على تشكيل « مجلس انتقالي للدولة الإسلامية في أزواد »،. لكن بعد هذا الإعلان، تراجعت « الحركة الوطنية لتحرير الأزواد »، وأكدت أنها لم تمض الاتفاق، وأن المباحثات اقتصرت على مشروع فقط، ولم يتوصل الطرفان إلى اتفاق لأن الخلافات كبيرة ولا يمكن تجاوزها.

هذا دون أن ننسى أن تنظيم « القاعدة في المغرب الإسلامي » مازال ينشط في تلك المنطقة التي جعل منها مقرا لقيادته. وفي هذا الخليط السياسي والعسكري والتنظيمي، تكثر الأسئلة: ما دور هذا الطرف وذاك؟ من هي هذه المنظمة التي تدعي أنها تنشط في فرب إفريقيا ولا تضرب إلا مصالح الجزائر؟ من هي هذه المنظمة التي تدعي أنها ديمقراطية علمانية وتفتح المجال لسيطرة تنظيم راديكالي على كل شمال مالي؟ من هي القوى التي عملت لإخراج الجزائر من الأزمة الليبية، وتعمل اليوم لنفس الغرض في أزمة مالي؟ من وراء هذه التنظيمات التي لا تتحرك إلى بعد أن تضمن عدم تدخل الجزائر؟ وفوق هذا كله، كيف تخرج الجزائر من السجن الدبلوماسي الذي توجد فيه، لاستعادة المبادرة، والتأثير من جديد على مجرى الأحداث، لتفرض حلولا تضمن الحفاظ على مصالحها؟

policiers et supporters

Et voilà, c’est officiel: la police ne va pas là où c’est nécessaire, mais là où elle veut. A Béchar, j’ai lu une info selon laquelle les policiers sont partis, obligeant les organisateurs d’un festival à mettre fin à la soirée. Et là, c’est le patron de la police qui affirme qu’il ne veut pas mettre ses hommes en danger en les voyant dans les stades!

En attendant le printemps des riches

Le printemps arabe a apporté un peu de liberté, et beaucoup d’instabilité. Et c’est désormais en Occident que le besoin de printemps se fait le plus sentir.

Par Abed Charef

Et si l’Occident faisait son propre printemps ? Le printemps, dit arabe, a été une révolte contre une situation absurde, faite d’humiliations, de privation de libertés, de mauvaise gouvernance, de gestion des pays en dehors de la loi et des institutions. Il fut l’expression d’une immense vague de colère qui a brisé les peurs, cassé les tabous, pour s’attaquer frontalement à des pouvoirs qui semblaient immuables.

Et le printemps n’a pas apporté que du jasmin, des fleurs et du beau temps. Il a aussi apporté, pour la Libye, une grêle d’obus et de bombes, un foisonnement d’armes, et des organisations armées qui poussent comme la mauvaise herbe après la pluie d’automne. Pour la Syrie, c’est une guerre civile, avec un massacre qui se poursuit, sous l’arbitrage des grandes puissances qui utilisent la Syrie comme terrain de confrontation, comme aux belles heures de la guerre froide.

En Tunisie, où un président minoritaire tente de maintenir à flots une barque à la dérive, le printemps a libéré, en premier, le pire. Le courant le plus visible, libéré par le départ de Ben Ali, est en effet celui qui rêve de tuer la liberté. Quant à l’Egypte, elle s’apprête à entrer, très démocratiquement, dans l’ère des Frères musulmans. Retour au temps des mameluks ou percée dans la modernité, à la manière de la Turquie ? On ne le sait encore.

Les Occidentaux, eux, méritent peut-être mieux comme printemps, car ils ont consacré les libertés et les Droits de l’Homme, dans les textes comme dans la pratique. Mais leur actualité montre qu’ils ont bel et bien besoin d’un printemps, eux aussi. Car si, chez eux, les gens vivent mieux, jouissent d’un certain confort matériel, et d’un épanouissement qu’on ne peut comparer à ce qu’il y a dans les pays du sud, les contrastes restent nombreux et, souvent, scandaleux.

Ces pays riches et prospères, détenant savoir et puissance, ne manquent pas d’absurdités. A commencer par ces banques, qui ont pris plus de pouvoir que les chefs d’Etats, qui mettent à genoux des pays entiers, et qui contraignent ces Etats à les sauver avant de s’attaquer à ces mêmes Etats pour les appauvrir! Il faudrait même plus qu’un printemps pour maitriser ces banques qui font des profits gigantesques, en prenant des risques incroyables, pour finalement réduire à la pauvreté des millions de gens, et pousser au chômage des millions d’autres.

Leur action débouche sur des situations qui ne répondent à aucune logique. Du jour au lendemain, l’Espagne s’est retrouvée avec deux millions de chômeurs supplémentaires, et deux millions de logements invendus et invendables. Pourquoi construit-on autant de logements là où personne ne peut les acheter, quand des dizaines de millions de personnes en Afrique et en Asie vivent dans des huttes ou dans des bidonvilles, quand ils ne sont pas dans la rue? Pourquoi, dans ce monde occidental où circulent autant d’argent de richesses, le mot qui revient le plus souvent dans le discours politique et chez les simples citoyens est « précarité » ?

A côté des banques, il y a aussi les dirigeants occidentaux eux-mêmes, qui semblent avoir besoin d’un printemps de la pensée. En effet, ces grands démocrates mènent de longues campagnes électorales pour prôner la transparence, la moralisation de la vie politique, la liberté du vote, mais dans le même temps, reçoivent, discrètement, dans l’arrière-boutique, de l’argent venu d’Afrique, par valises entières, pour financer leurs campagnes. Ils dénoncent, bien sûr, les dictateurs africains, soutiennent publiquement les militants de la démocratie, ils vont même jusqu’à faire la guerre à Maammar Kadhafi, dont ils cautionnent l’assassinat, avant qu’on ne découvre qu’ils recevaient de l’argent de ce même Kadhafi, sur qui ils comptaient énormément pour renflouer leurs entreprises par ses achats d’armes, de matériel militaire et d’équipements de tous genres.

Et ces discours de la haine, ne nécessitent-ils pas un printemps pour éliminer ces hommes politiques qui gèrent leur pays en s’en prenant aux plus faibles, aux plus démunis, aux immigrés, aux roms, à tous les autres, ceux qui portent une différence dans leur peau et leurs croyances ? Il faut, là encore, plus qu’un printemps pour mettre fin à un modèle politique supposé libre mais où, sous la pression des sondages, les plus hauts responsables d’un pays développent un discours raciste pour se faire élire, ou réélire.

Mais un printemps ne suffit pas. Il en faudrait bien plus pour que ce monde riche, égoïste, repu, atteint d’obésité et de cholestérol, n’accepte de sortir de son bunker, pour compatir avec les autres, ceux qui ont faim et froid. Et là, aucun signe d’amélioration à l’horizon. Rien, depuis que la première démocratie du monde a menti, accusant l’Irak de posséder des armes de destruction massive, juste pour trouver un prétexte en vue de détruire massivement ce pays, et créer une situation qui provoquera des morts massives d’Irakiens.

Ça bouge enfin au Sahara Occidental

Le Maroc veut récuser l’émissaire de l’ONU au Sahara Occidental, l’américain Christopher Ross. Avec un objectif : l’empêcher d’effectuer une visite qui risque de déraper au Sahara Occidental.

Par Abed Charef

Elections législatives en Algérie, élections présidentielles en France, troubles en Libye, crise au Mali, où des groupes islamistes font sécession et veulent installer une « khilafa » dans le nord du pays : l’actualité a été plutôt agitée depuis un mois, aussi bien en Algérie que dans son environnement immédiat, ce qui a laissé peu de place pour parler du Sahara Occidental, alors qu’un évènement d’importance est intervenu dans ce conflit.

En effet, alors que le conflit sahraoui semblait s’enliser, installant toute la région dans l’impasse, une brusque agitation a repris, après la décision du Maroc de récuser l’émissaire des nations-Unies, l’américain Christopher Ross. L’émissaire de Ban Ki-Moon est accusé par le Maroc de mener un travail « partial et déséquilibré », et d’adopter « des comportements, contrastés s’écartant des grandes lignes qui ont été tracées par les négociations au Conseil de sécurité ». Autrement dit, le Maroc estime que M. Ross prend des initiatives favorables au Front Polisario, ne relevant pas de sa mission.

Quelques rappels. M. Ross a été désigné émissaire spécial de l’ONU au Sahara Occidental pour maintenir les contacts établis entre le Maroc et le front Polisario, depuis que les deux parties ont accepté de confier leur sort aux Nations-Unies. L’émissaire de l’ONU veille ainsi à maintenir des discussions entre marocains et Sahraouis de manière cyclique à Manhassat, près de New-York, en présence d’observateurs de l’Algérie et de la Mauritanie. Il présente un rapport au Conseil de sécurité, un rapport qui sert de base au renouvellement du mandat des forces des Nations-Unies (Minusro), présentes au Sahara Occidental.

Les résultats des rencontres entre le Maroc et le Polisario, organisées par M. Ross, demeurent mitigés. Les discussions n’ont pas permis d’avancer dans la solution du conflit, chaque partie maintenant sa position : droit à l’autodétermination et indépendance pour le Polisario, autonomie pour le Maroc. Ces rencontres permettent toutefois de maintenir un minimum de dialogue, d’entretenir des contacts réguliers, au moins pour la gestion des affaires courantes, et d’encadrer le conflit dans un cadre onusien.

M. Ross a un rôle central dans ce dispositif. Il a un mandat dont les contours sont forcément élastiques, pour pousser les deux parties à une solution. Le contenu de sa mission lui donne une certaine marge, indispensable dans ce genre de situation. Il peut prendre des initiatives, et celles-ci peuvent réussir, ou échouer.

Avant lui, l’ancien secrétaire d’état américain James Baker avait déjà joué ce rôle, sans enregistrer d’avancée significative. Nombre d’analystes avaient cependant relevé qu’à la fin de sa mission, il avait fini par éprouver une certaine sympathie pour les sahraouis, alors que la position traditionnelle américaine est plutôt favorable au Maroc.

Cette fois-ci, M. Ross a fortement indisposé les Marocains sur deux points. Dans son rapport au conseil de sécurité, il a demandé à la partie marocaine « d’améliorer la situation des droits de l’homme » au Sahara Occidental. C’est un point qui fait d’autant plus mal que, depuis qu’il a accepté de mettre les armes de côté, le Polisario insiste fortement les Droits de l’Homme, un sujet particulièrement sensible auprès de l’opinion occidentale.

L’émissaire de l’ONU envisage également d’effectuer une visite au Sahara Occidental, ce qui irrite fortement le Maroc. Sur place, le Polisario peut en effet organiser des manifestations d’envergure, qui peuvent donner du conflit une image totalement nouvelle et changer le climat politique au Sahara Occidental. C’est ce que redoute le plus le Maroc, car une démonstration de force de la volonté d’indépendance des Sahraouis peut faire basculer le conflit.

Les dirigeants marocains ne s’y sont pas trompés. Ils ont déclenché un tir de barrage contre M. Ross, accusé de « dépasser ses prérogatives » et de « s’ingérer de façon flagrante dans un conflit où il est censé faire preuve de neutralité ». Un dirigeant marocain est allé plus loin, accusant M. Ross de « s’acharner contre le Maroc ». L’objectif est clair : déclencher un tir nourri contre l’émissaire de l’ONU, pour le discréditer, éventuellement le récuser, et tenter de le faire remplacer. Et entretemps, éviter, coûte que coûte, qu’il n’effectue une visite au Sahara Occidental, avec tous les risques de dérapage qu’elle comporte.

Ne serait-il pourtant pas légitime, pour un émissaire de l’ONU dans un territoire faisant l’objet d’un conflit, de se rendre sur les lieux librement, pour y rencontrer les populations locales ? Le secrétaire général de l’ONU , M. Ban Ki-Moon, ne s’est pas laissé faire. Il a réagi fermement à la décision marocaine, en renouvelant « toute sa confiance » à son émissaire. Mais M. Ban Ki-Moon n’est pas maître du jeu. Les Etats-Unis et la France sont les principaux acteurs qui peuvent influer sur une décision du conseil de sécurité, ou carrément l’imposer, pour orienter le conflit dans la direction souhaitée.

Or, les deux pays sont plutôt favorables à la thèse marocaine d’autonomie, affirmée notamment par la secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton, et par la patronne du parti socialiste français Martine Aubry. Mais le front Polisario a indéniablement marqué un pas dans cette affaire, car pour soutenir le Maroc, les Etats-Unis seront contraints de désavouer leur propre diplomate, en pleine période électorale. Ce qui présente certains risques.

Quant au président François Hollande, il devra bien mettre en cohérence les idées démocratiques qu’il prône, son discours sur la rupture avec la fameuse Françafrique, et la situation au Sahara Occidental. Une rupture avec la politique de son prédécesseur, qui séjourne au Maroc depuis qu’il a quitté la présidence française, pourrait au moins pousser François Hollande à prôner une solution démocratique au Sahara Occidental. Pourra-t-il le faire, ou bien les intérêts d’Etat, et la connivence traditionnelle avec le Maroc, finiront-ils par prendre le dessus ?

أسرار الحرب المغربية على مبعوث الأمم المتحدة في الصحراء الغربية

 

أطلق المغرب النار على المبعوث الأممي في الصحراء الغربي بعد أن أعلن عن نيته في زيارة الصحراء الغربية… ويخشى المغرب أن ينفلت الوضع منه إذا تظاهر الصحروين…

عابد شارف

بعد ركود دام سنوات طويلة، عرفت قضية الصحراء الغربية تحركا منذ شهر لم ينتبه له الكثير بسبب الأحداث التي وقعت في المنطقة. وكان الرأي العام يتابع الانتخابات الرئاسية في فرنسا والانتخابات التشريعية في الجزائر، إلى جانب عدم الاستقرار في ليبيا والأزمة التي أدت إلى محاولة لإقامة خلافة إسلامية في شمال مالي. كل هذه الأحداث لم تسمح بالاهتمام بما يحدث في الصحراء الغربية، رغم أبعاد هذه التطورات في الملف الصحراوي.

وعادت قضية الصحراء الغربية إلى الواجهة بعد قرار المغرب بسحب الثقة من مبعوث الأمم المتحدة، الأمريكي كريسطوفار روص Christopher Ross. ووجهت السلطات المغربية تهمة للمبعوث الأممي، على أساس أنه يتخذ مواقف منحازة لصالح جبهة البوليزاريو، وأن تصرفه غير متوازن وغير محايد، وأنه يخرج عن إطار المهمة التي كلفه بها مجلس الأمن.

لماذا ذهب المغرب إلى هذا الحد، مع العلم أن الدبلوماسية الأمريكية تتعاطف تقليديا مع المواقف المغربية في قضية الصحراء الغربية؟ يجب هنا أن نذكر أن مجلس الأمن قام بتعيين السيد روص، مثل سابقه، وزير الخارجية الأمريكي الأسبق جيمس بيكر James Baker، كمبعوث خاص في الصحراء الغربية بعد أن اختار الطرفان تجنب السلاح وتسليم القضية للأمم المتحدة. ويقوم المبعوث الأممي الربط بين الطرفين والحفاظ على حد أدنى من الاتصالات بينهما للحفاظ على وقف إطلاق النار وتسيير قوات الأمم المتحدة التي تسهر على ذلك.

وفي نفس الإطار، ينظم المبعوث الأممي دورات من المفاوضات بين المغرب وجبهة البوليزاريو في منهاسات، قرب نيو يورك، بحضور ملاحظين من الجزائر ومن موريتانيا. ولم تفلح تلك اللقاءات لحد الآن، حيث أنها لم تسمح بتقدم يذكر في حل قضية الصحراء الغربية. رغم ذلك، استطاع المبعوث الأممي أن يحافظ على حد أدنى من الحوار والاتصالات بين الطرفين، وأن يتجنب تدهور الوضع، رغم المأزق الذي توصل إليه ملف الصحراء الغربية. واستطاع كذلك أن يحصر الملف تحت مسؤولية الأمم المتحدة، رغم التباين الواضح في موقف الطرفين، حيث يطالب البوليزاريو دائما بالحق في تقرير المصير والاستقلال، بينما يكتفي المغرب بفكرة الاستقلال الذاتي في إطار مغربي.

ويعمل السيد كريسطوفار روص في إطار يحاول من خلاله أن يقوم بمبادرات لا تتناقض مع قرارات الأمم المتحدة. ولا بد له من اتخاذ مبادرات جديدة جريئة لتجاوز المأزق الحالي، وهذا من طبيعة عمل الوسيط. لكن هذه المرة، قام المبعوث الأممي بمبادرتين أدت إلى حرج كبير في المغرب رغم أنها لا تبدو خارجة عن مهمته الأصلية. فقد طالب السيد كريسطوفار روص من المغرب أن يحترم الحريات وحقوق الإنسان في الأراضي الصحراوية، وهي النقطة التي تركز عليها كثيرا جبهة البوليزاريا لأنها تعرف أن صداها كبير لدى الرأي العام الدولي.

أما المبادرة الثانية التي أزعجت المغرب، فإنها تتعلق بالزيارة التي ينوي أن يقوم بها السيد كريسطوفار روص إلى الصحراء الغربية. ويعرف القادة المغاربة جيدا أن هذه الزيارة تشكل خطرا، حيث من المحتمل أن ينتهز أهالي الصحراء الفرصة ليخرجوا في مظاهرات شعبية للتعبير عن تمسكهم بفكرة الاستقلال ومساندتهم لجبهة البوليزاريو. وتعتبر السلطات المغربية أن زيارة السيد كريسطوفار روص تشكل مغامرة لا يمكن تحملها لأنها قد تؤدي إلى وضع لا تستطيع قوات الأمن المغربية أن تتحكم فيه، بعد أن تمكنت جبهة البوليزاريا أن تفرض نفوذها في المدن الصحراوية.

ولهذه الأسباب، شن المسؤولون المغاربة حربا كلامية ضد السيد كريسطوفار روص، لتحطيم مصداقيته والطلب بتغييره. وقالوا أن المبعوث الأممي تجاوز صلاحياته، وتدخل في الشؤون الداخلية للمغرب بصفة غير مقبولة، في حين كان من المفروض أن يبقى محايدا. لكن أليس من الطبيعي لمبعوث خاص أممي في منطقة ما أن يزور تلك المنطقة ويلتقي أهاليها بكل حرية؟ ولعل هذا ما دفع الأمين العام للأمم المتحدة بان كي مون إلى رفض الانتقادات المغربية وتأكيد ثقته في مبعوثه الخاص.

ويبقى أن يبرز موقف الولايات المتحدة وفرنسا، وهما الدولتان ذات النفوذ في الملف الصحراوي. ومن المعروف أن باريس وواشنطن تميلان تقليديا للطرح المغربي. لكن المعطيات تغيرت نوعا ما، لأن السيد كريسطوفار روص دبلوماسي أمريكي، ولا تستطيع واشنطن أن تتخلى عنه وتضحي به بسهولة. أما فرنسا، فإن الرئيس الجديد فرانصوا هولاند سيجد نفسه مضطرا لاتخاذ مواقف تكون منسجمة مع خطابه السياسي. فماذا يقول الرئيس الفرنسي اليوم، هو الذي كان ينادي بالحرية والديمقراطية، كما ينادي بتغيير طبيعة العلاقات بين فرنسا وإفريقيا؟

Quand le FLN perd la tête

 

Le FLN fête une victoire obtenue avec dix pour cent des suffrages. Une attitude qui confirme que ce parti a perdu toute profondeur historique, et tout sens des responsabilités.

 

Par Abed Charef

Inusable FLN. Il a réussi une nouvelle prouesse en cette journée du 10 mai 2012, raflant près de la moitié des sièges à l’Assemblée Nationale, à l’issue d’un curieux scrutin. Il a relégué loin derrière lui son principal concurrent, le RND du premier ministre Ahmed Ouyahia, tout comme il a balayé les craintes d’une vague verte qui menaçait l’Algérie dans le sillage du printemps arabe. « L’Alliance verte », qui promettait une issue « tunisienne » ou « égyptienne » aux élections, a en effet fait piètre figure face à l’exploit du FLN.

Mais la victoire du vieux parti sonne comme une alerte très grave, pour lui et pour le pays. C’est un signal d’alarme qui, en d’autres temps, aurait poussé un parti portant l’héritage du FLN à se remettre totalement en cause et à réviser tous ses choix. Car au-delà de la victoire, très factice, obtenue aux législatives, ce sont les non-dits de ce vote qui portent le plus de signification.

Cette victoire est en effet un signal d’alarme, un coup de tonnerre dans le ciel d’Algérie. Tout montre que la digue est sur le point de lâcher, que le torrent menace de tout emporter. Les dirigeants du FLN sont conscients de cette situation ? Ont-ils gardé quelque lucidité pour mesurer le danger qui guette ? Rien ne le laisse supposer. Plus grave encore, tout semble indiquer que le parti reste enfermé dans ses certitudes et ses impasses, enfonçant davantage le pays dans ses dérives, alors que ses dirigeants restent préoccupés d’abord par leur pouvoir, leurs privilèges, leurs disputes interminables et l’échéance de 2014 qui les tétanise.

Certes, le simple militant peut fêter les 220 sièges obtenus par le FLN aux législatives, ainsi que la première place décrochée dans une compétition où la fraude, au sens traditionnel, n’a pas été très présente. Il peut même se vanter de posséder le meilleur appareil électoral du pays, ainsi que la meilleure implantation sociale et géographique.

Mais pour des dirigeants qui devraient penser au pays, aux menaces qui pèsent sur lui, à la faiblesse des institutions et des organisations politiques, les choses devraient être radicalement différentes. Le FLN n’a gagné ni par la force de son programme, ni grâce à la présence de ses militants. Il doit d’abord sa victoire au travail de sape engagé depuis deux décennies par le pouvoir, dont il fait partie, pour détruire tout ce qui peut constituer une alternative au régime actuel. Et, de fait, le FLN n’a en réalité pas de concurrent, la seule menace venant de son clone, le RND, et des islamistes du pouvoir menés par le MSP de Bouguerra Soltani.

Le FLN n’est plus capable de gérer le pays. Il n’a ni hommes, ni doctrine pour le faire. Miné par les divisions, vivant d’une rente historique et de sa proximité avec le vrai pouvoir, il en est arrivé à devenir un vrai repoussoir. Les nouvelles générations ne veulent même plus s’intéresser à l’histoire de leur pays car elle est reliée au FLN, et ils refusent de croire que ce parti ait pu mener cette épopée de la guerre de libération. Seul acte de sincérité du FLN : il reconnait qu’il n’a pas de programme. Comme ses alliés de l’alliance présidentielle, il affirme appliquer le programme du chef de l’Etat.

Cette dérive a amené le FLN vers un autre monde, totalement différent de ce qui avait motivé sa création et fait son épopée. Il fonctionne par les coups tordus, les opérations de redressement, les manipulations et le retournement de veste. Il arrive au pouvoir par la ruse et la tromperie, et l’exerce par la corruption, le clientélisme et la distribution de la rente.

Mais ce qui, plus que tout, devrait inquiéter le FLN, c’est le décalage entre la société algérienne et sa représentation politique. Car le système mis en place a complètement déformé les règles de la représentation. Selon les projections les plus crédibles, le FLN, qui détient la moitié des sièges au parlement, n’a obtenu que dix pour cent des voix. A Alger, malgré les fameux bureaux de vote spéciaux, il n’a obtenu que 80.000 voix sur 560.000 suffrages exprimés, ce qui constitue un chiffre très faible. Le chiffre devient encore plus cruel pour le FLN quand on sait que ses 80.000 voix portent sur plus de 1.800.000 inscrits. Ce qui signifie que seuls 4.5 pour cent des Algériens en âge de voter ont choisi le FLN.

Cette désinvolture, cette inconscience, affichées envers le sort du pays, auraient pu être sans importance s’il s’agissait d’un petit parti, ou d’une formation sans responsabilité particulière ni charge symbolique. Mais il s’agit en l’occurrence du parti supposé avoir le meilleur ancrage historique et le plus fort enracinement dans l’histoire du pays. Dans une conjoncture marquée par une fragilité des institutions et du lien social, face une société éparpillée, déstructurée, sans repères, dans un pays où l’émeute est une pratique quotidienne et une forme de gestion de la société, le FLN était supposé apporter un minimum de garanties, de sérénité, d’assise à un pays qui en a tant besoin. Il a fait preuve d’une légèreté incroyable, qui frise l’irresponsabilité, en criant à la victoire avec dix pour cent des suffrages, dans un désert politique.

روح المسؤولية تسقط في جبهة التحرير

حصدت جبهة التحرير نصف المقاعد بعشرة بالمائة من الأصوات فقط. وهذا علم لم تدرسه السيدة هيلاري كلينتون… لكن هل يمكن تسيير شؤون أي بلد بعشرة بالمائة من الأصوات؟

 

عابد شارف

حقق حزب جبهة التحرير الوطني معجزة في انتخابات 10 ماي 2012. ولم تأت المعجزة من قوى سماوية ولا حتى من الأمين العام للحزب رغم أنه أصبح يشبه رئيس زاوية، إنما جاءت المعجزة من أناس وضعوا نظاما انتخابيا لم يكن أحد ينتظر نتائجه. وبينما كان القوم يتنافسون للوصول إلى البرلمان ويلهثون وراء المناصب، وبينما كان « الغاشي » يتابع المنافسة بعناية كبرى، كان آخرون يدبرون خيوط اللعبة التي فاجأت الجميع، بما فيهم المستفيدون منها.

وحتى السيدة الأنيقة هيلاري كلينتون سقطت في الفخ، عبرت عن ارتياحها تجاه الانتخابات، وقالت أنها خطوة في طريق الإصلاحات. وأشارت وزيرة الخارجية الأمريكية بصفة خاصة إلى العدد الهائل للنساء في البرلمان، وقالت أن العملية الانتخابية سمحت للجزائريين بالتعبير عن إرادتهم. وأدلى الأمين العام للأمم المتحدة بان كي مون بتصريح في نفس الاتجاه، بينما رحبت كل من فرنسا وبريطانيا والعزيزة قطر بالعملية الانتخابية.

وجاءت هذه المباركة الأمريكية لتعطي نكهة خاصة لفوز جبهة التحرير. ونتساءل: كيف تم ذلك؟ كيف حصلت المعجزة؟ وللجواب عن هذا السؤال، يجب أن نعود إلى الوراء، قبل سنة، لما كانت كل المؤشرات في البلاد تقترب من الأحمر، حيث كان الشارع في غليان، وكان الربيع العربي يهدد، وكانت العاصفة على الأبواب. واضطر الرئيس عبد العزيز بوتفليقة إلى الإعلان عن إصلاحات لعله يستطيع من خلالها أن يتحكم في الوضع.

وكانت أمام السلطة الجزائرية يومها تحديات يمكن أن نلخصها في أربع نقاط أساسية: كيف يمكن تنظيم انتخابات مقبولة شكلا، وكيف يمكن ضمان مشاركة تعطي حدا أدنى من المصداقية للعملية الانتخابية، وكيف يمكن أن ترتفع المشاركة دون أن تؤدي إلى تهديد النظام القائم، وكيف يمكن إقناع الأجانب لمباركة العملية الانتخابية؟ ويبدو لأول وهلة أنه من المستحيل تحقيق كل هذه الأهداف، لكن السلطة الجزائرية وجدت صيغة لتحقيقها، بل ذهبت إلى أبعد من ذلك حيث تجاوزت الأهداف المسطرة.

وقد جرت الانتخابات فعلا في جو مقبول عموما، رغم بعض الأحداث التي تم تسجيلها هنا وهناك. وقد عبر الملاحظون الأوربيون عن ارتياحهم للجو العام الذي ساد الانتخابات رغم بعض النقاط التي أثارت تحفظ الأحزاب والمراقبين. أما نسبة المشاركة، فقد ارتفعت دون أن تؤثر على النتائج، بل أنها أثرت على النتائج في الاتجاه الذي يخدم مصلحة السلطة. كيف ذلك؟ بفضل قاعدة الإقصاء تجاه القوائم التي لم تبلغ خمسة بالمائة من الناخبين.

ونذكر هنا ما حدث في ولاية عين الدفلى، حيث شجعت الإدارة ترشح عدد هائل من المواطنين، وبلغت القوائم خمسين قائمة. وكانت وزارة الداخلية قد شجعت تأسيس الأحزاب وصادقت على تأسيس ثلاثين حزبا في شهر واحد، وهي الوزارة التي لم تقبل أي حزب جديد لمدة اثني عشر سنة. وكان الهدف من ذلك هو ترشح أكبر عدد ممكن من القوائم، مع العلم أن كل قائمة جديدة تأتي حتما بعدد جديد من الناخبين، وكلما ارتفع عدد القوائم، كلما يرتفع عدد الناخبين.

وفي نفس الوقت، من المفروض أن تحصل كل هذه القوائم على نسب ضعيفة، مما يؤدي حتما إلى إقصائها. أما الأحزاب القديمة مثل جبهة التحرير والأرندي وحمس، فإنها ستحصل في كل الأحوال على حد أدنى من الأصوات يسمح لها بتجاوز حاجز الخمسة بالمائة، مما يضمن لها الحصول على عدد من المقاعد. وهذا ما حصل فعلا في عين الدفلى مثلا حيث حصلت جبهة التحرير على عشرة بالمائة من الأصوات فقط، لكن بما أن هناك 47 قائمة تم إقصاؤها وإقصاء أكثر من 100 ألف صوت معها، فقد تقاسمت جبهة التحرير المقاعد مع قائمتين تمكنتا من تجاوز حاجز الخمسة بالمائة.

وفي نهاية المطاف، حصدت جبهة التحرير نصف المقاعد بعشرة بالمائة من الأصوات فقط. وهذا علم لم تدرسه السيدة هيلاري كلينتون… لكن هل يمكن تسيير شؤون أي بلد بعشرة بالمائة من الأصوات؟ هل يمكن لأصحاب مثل هذا الاحتيال أن يتولوا تسيير شؤون البلاد في مرحلة تتميز بضعف المؤسسات وانعدام أي بديل حقيقي؟

Miracle à Alger

Comment, avec dix pour cent des voix, réussit-on à rafler la mise au parlement ? C’est l’histoire du hold-up réalisé par le FLN lors des élections législatives du 10 mai 2012. Ce qui explique qu’au moment où vent de changement souffle sur le monde arabe, et même l’Europe, l’Algérie choisit « démocratiquement » de consolider ses impasses et ses échecs. Un miracle.

Par Abed Charef

Le miracle a eu lieu. Il n’a pas été accompli par une quelconque puissance supérieure, ni par un chef de zaouïa inspiré, même si le vainqueur des élections législatives, Abdelaziz Belkhadem, prend un look qui se rapproche plus du chef de zaouïa que du dirigeant politique. Le miracle est l’œuvre des hommes, des Algériens, qui ont discrètement mis en place un système électoral dont personne n’a anticipé les résultats. C’est donc un formidable tour de passe qui a été réalisé, avec un résultat limpide, tant l’illusion était parfaite. La foule, en transe, n’y a mis vu que du feu.

Même la très charmante Hilary Clinton s’est laissée séduire. La secrétaire d’Etat américaine s’est en effet félicitée de l’avancée démocratique enregistrée en Algérie lors de ces élections législatives du 10 mai 2012. C’est une « avancée sur la voie de l’Algérie vers des réformes démocratiques », a-t-elle dit, ajoutant que « ces élections –et le nombre élevé de femmes élues– sont une avancée bienvenue », d’autant plus que le scrutin  » a permis aux Algériens d’exprimer leur volonté ».

La bénédiction américaine ne donne que plus de relief au miracle algérien, réalisé à l’issue d’une opération géniale. Ou machiavélique. Pour y voir plus clair, il faut revenir quelques mois en arrière, et se replacer dans le contexte de 2011. A ce moment-là, le pouvoir algérien, bousculé par le printemps arabe, promettait quelques réformes pour désamorcer la crise. Mais il était contraint de faire face à quatre défis qui semblaient impossibles à atteindre: organiser des élections acceptables irréprochables, garantir une participation élevée, s’assurer le maintien du pouvoir traditionnel, et séduire les étrangers. Ce qui paraissait impossible il y a six mois a été atteint au-delà de tout espoir.

En reprenant point par point ces objectifs, on relève qu’à l’exception de certaines anomalies qui résultent plus de la déliquescence de l’état qu’une volonté de fraude, le vote s’est déroulé dans des conditions acceptables. Les observateurs de l’Union européenne n’y ont d’ailleurs vu que du feu. Et tous les commentaires émanant de l’étranger sont plutôt flatteurs.

La participation a été de 42 pour cent. Dans l’absolu, le chiffre signifier une certaine désaffection envers la politique. En Algérie, il prend un autre sens. Le chiffre est meilleur que celui de 2007. Il y a donc progrès. Le ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia a beaucoup insisté sur cet élément, et c’est ce que tout le monde aura retenu.

Accès à la télévision durant la campagne électorale, stricte neutralité affichée de l’administration, plaintes contre des ministres supposés avoir enfreint les règles électorales, une commission électorale qui multiplie les mises en garde, tout participait à séduire les observateurs à exprimer leur satisfaction. Certes, le ministère de l’intérieur a bien refusé de donner le fichier électoral, qui relève, selon lui, du secret d’état, certes, des débordements ont été enregistrés, mais rien de significatif n’est venu entacher le déroulement du scrutin.

Tout ceci a été obtenu grâce à des mesures prises en amont, bien avant le vote. Et c’est là que le pouvoir a fait preuve de machiavélisme. Il a réussi à inciter à une participation plus élevée que d’habitude en multipliant les candidatures. Cette décision a eu un effet mécanique : plus de listes, donc plus de clientèles, plus de participation, etc.

Autre exploit réussi par le pouvoir : empêcher que l’augmentation de la participation n’influe sur les résultats du vote, à un moment où la rue a tendance à exprimer son ras-le-bol et sa défiance envers le pouvoir. Mieux, l’augmentation de la participation doit, si possible, consolider le pouvoir en place, à travers les partis de l’Alliance présidentielle, FLN, RND et Hamas. Comment ? En faisant en sorte que les nouveaux votants, ceux risquent de voter pour des candidats autres que ceux du pouvoir, le fassent pour rien. C »est ce qui a été fait avec la règle des cinq pour cent.

Prenons le cas d’une wilaya précise, Aïn-Defla, où il y a 440.000 inscrits. Le nombre de votants s’est élevé à 190.000. Il y avait 50 listes au total. 47 d’entre elles ont obtenu entre quelques centaines et sept mille voix. Elles n’ont pas atteint le seuil des cinq pour cent, et elles ont donc été éliminées. Au final, ce sont donc plus de 100.000 voix, réparties entre 47 listes, qui ont été exclues. Il restait à distribuer les dix sièges entre trois partis qui, ensemble, ont obtenu moins de 40.000 voix !

Toujours à Aïn-Defla, le FLN a obtenu 18.000 voix, soit dix pour cent des suffrages exprimés. Avec ce résultat, il a raflé cinq sièges sur les dix mis en jeu. C’est le miracle FLN : comment remporter la moitié des sièges du parlement avec seulement dix pour cent des voix !

Le dispositif mis en place a donc pleinement rempli son rôle. Il ne reste plus qu’à en gérer quelques petits effets secondaires indésirables : comment gérer tous les nouveaux partis qui ont été agréés pour pousser la participation vers le haut ? Comment gérer les clientèles qui s’estiment flouées ? Comment transformer un conglomérat de députés en un vrai parlement ?

Mais ce sont là des questions qui seront abordées plus tard. Pour l’heure, il faut savourer la victoire, et apprécier le miracle réalisé par Daho Ould Kablia.

Voycotter ? la belle affaire !

 

C’est le scrutin des paradoxes. Alors que jamais pareilles conditions n’ont été réunies depuis deux décennies pour organiser des élections crédibles, l’Algérie s’apprête à vivre un scrutin inutile.

 

Par Abed Charef

Jeudi 10 mai 2012, a lieu en Algérie une des élections les plus ambiguës depuis la brèche démocratique de la fin des années 1980. C’est en effet une élection ouverte, avec un nombre incalculable de candidatures. A l’exception des anciens du FIS et des groupes armés, la compétition est ouverte à tous les courants politiques. Le ministère de l’Intérieur a même fait preuve d’une générosité exceptionnelle, permettant la légalisation d’une trentaine de partis en un mois, lui qui n’avait agrée aucun parti en treize ans de pouvoir de M. Abdelaziz Bouteflika.

Il très peu probable que l’opération donne lieu à un bourrage des urnes le jour du vote. Les choses sont organisées de manière telle que sur le plan technique, le vote aura lien sans anicroche, ni incident majeur. Durant la campagne électorale elle-même, la répartition des espaces d’affichage s’est faite selon une stricte égalité. Dans les médias publics, il y a eu un tel souci d’observer une vraie égalité que certains candidats n’ont pas été en mesure de réaliser les enregistrements audio ou vidéo qui leur étaient réservés.

Pour une fois, la présence d’observateurs internationaux parait superflue. Ceux de l’Union européenne vont témoigner de la régularité du scrutin, et ceux de la Ligue arabe et de l’Union Africaine joueront le rôle traditionnel de faux témoins, avant de faire un rapport à leur hiérarchie respective. Mais il est certain que personne ne trouvera à redire quant à la neutralité de l’administration et à l’impartialité des organisateurs du scrutin.

Autre fait majeur : pour la première fois depuis très longtemps, l’élection se déroulera sans le poids excessif de la violence et de l’islamisme radical. Le terrorisme est désormais contenu, et ne peut influer de manière décisive sur le résultat du vote. L’islamisme radical a reflué de manière significative, et ne pèse plus de manière étouffante plus sur la vie politique du pays. Ali Belhadj a été réduit au rang de petit agitateur sans influence particulière, et presque plus personne n’écoute ce que dit Abbassi Madani.

On peut encore citer d’autres aspects liés à l’élection, comme la suppression de ces commissions électorales qui avaient transformé les élections algériennes en une opération très lucrative. La multiplication du nombre de partis a également empêché certains « hommes politiques », qui disposaient d’un parti agréé, de monnayer l’étiquette de leur parti auprès des candidats. Autant de mesures qui ont finalement plaidé pour la participation d’un parti comme le FFS, pourtant beaucoup plus habitué au boycott.

Mais tout ceci, cité à l’actif du scrutin, ne peut effacer le reste, tout le reste. Et en premier lieu, le fait que ce scrutin consacre une décennie d’absence de vie politique, de non débat. Jusque-là, les partis, à l’exception de ceux de l’Alliance présidentielle, étaient interdits d’exister, de manifester, de passer à la radio ou à la télévision, d’organiser des marches ou des manifestations. Ce n’est pas en leur ouvrant les salles des fêtes pendant deux semaines que le pays pourra rattraper une décennie de désert politique.

Ce verrouillage du débat se paie cash. Il s’est d’ores et déjà traduit par une indigence inquiétante du discours politique et économique lors de la campagne électorale. Il se poursuivra lorsqu’on découvrira comment les futurs députés perçoivent l’Assemblée Nationale : nombre de candidats n’ont pas d’idée précise de ce qu’est un mandat national, et de ce qu’il est possible d’en faire.

Le contenu même de l’élection s’en trouve transformé. On n’est plus face au choix d’une Assemblée dont le rôle est de voter les lois qui doivent construire l’avenir du pays. On va simplement choisir des personnes qui vont faire de la représentation locale dans une grande ville. Car peu de candidats sont porteurs de projets politiques, la plupart étant de simples clients de l’administration locale qui souhaitent, d’une manière ou d’une autre, gravir un échelon.

Mais ce qui gêne le plus, c’est que cette élection est inutile ; elle est même régressive. Elle est inutile car l’Assemblée qui en sortira n’aura pas de pouvoir. Ni pour désigner le chef du gouvernement, ni pour éventuellement refuser son programme, ni pour débattre des grands enjeux auxquels le pays doit faire face. Ce sera une simple chambre d’enregistrement, alors que le pays a précisément besoin de construire des institutions fiables, capables de donner un contenu au pouvoir et aux contre-pouvoirs.

L’élection est régressive car elle consacre, et accentue un recul des pratiques démocratiques inquiétant. Cette tendance à tirer la vie politique vers le bas se confirme alors que les espaces de liberté sont apparemment plus nombreux, la violence moins présente, et les moyens de s’organiser nettement plus disponibles. Et c’est donc dans une conjoncture en théorie très favorable que se déroule une élection dont l’un des principaux résultats sera précisément de discréditer davantage l’action politique.

C’est tout le paradoxe du 10 mai. Aucune vedette de la musique, aucun star du football, aucun prêche excommuniant les non votants, ni aucun discours n’y chargera rien : aller aux élections donne l’impression qu’on avance pour cautionner le recul qui va suivre. Mais ne pas y aller, c’est prendre le risque de la stagnation, en sachant qu’il n’y a rien de pire que le statuquo et l’immobilisme.

François Hollande sur un terrain inutilement compliqué

 

L’élection de François Hollande a été accueillie avec soulagement par nombre d’Algériens, pour qui Nicolas Sarkozy était devenu insupportable. Mais ceci ne garantit pas pour autant des relations apaisées entre les deux pays.

 

Par Abed Charef

Au départ, l’Algérie officielle n’appréciait que modérément François Hollande. Vu d’Alger, le nouveau président français ressemblait trop à cette IVème république qu’il a fallu abattre pour ouvrir une voie vers la négociation puis l’indépendance de l’Algérie. L’homme apparaissait aussi comme un apparatchik indécis, toujours à la recherche d’improbables consensus, pendant que le monde avançait à un rythme effréné.

On lui préférait un Nicolas Sarkozy à la pensée rustre, primaire, mais simple et compréhensible. Sarkozy était vu comme un homme d’action, et pour un pays qui a toujours privilégié l’action sur la réflexion, on pensait qu’il était possible de s’entendre. Jusqu’au jour où Sarkozy a décidé de passer à l’action en Libye. C’est alors que les dirigeants algériens se rendirent compte qu’ils avaient affaire, non à un homme d’action, mais à un dangereux aventurier.

Il a fallu se résigner, et se rabattre sur François Hollande. Sans enthousiasme, avec un réalisme très mesuré. Puis on se mit à souligner les mérites du personnage: l’homme était prévisible, il avait une cohérence, on peut parler avec lui de projets et de politique. Ensuite, les choses ont évolué. François Hollande a commencé à se révéler, et les Algériens ont peu à peu découvert un dirigeant qui avait une véritable épaisseur politique, pas seulement un homme d’appareils tapi dans les sphères dirigeantes d’un parti de gauche.

On commença même à lui trouver des qualités. Avec lui, les Algériens résidant en France, les Français d’origine algérienne et les Maghrébins de manière générale, ne seraient plus maintenus sous pression, comme ils l’avaient été sous Sarkozy. On ne leur parlerait plus d’identité nationale.

Et puis, le bilan était si décevant avec Sarkozy et, avant lui, avec Chirac, qu’avec la gauche, ça ne pouvait être pire, se disait-on à Alger. Ce qui explique peut-être l’empressement du président Abdelaziz Bouteflika à féliciter François Hollande, et à lui affirmer sa « disponibilité à œuvrer en faveur d’une coopération algéro-française qui soit à la hauteur des potentialités des deux pays, et en adéquation avec la dimension humaine de nos relations ». Le chef de l’Etat a même renouvelé une offre pour bâtir un « partenariat d’exception ».

Sur un autre plan, la gauche française, traditionnellement pro-israélienne, a été doublée par la nouvelle droite, encore plus alignée sur Israël. Sur le Sahara Occidental aussi, la préférence va à la gauche. Quant à la situation au Sahel, elle est partiellement imputable à Nicolas Sarkozy. François Hollande a affirmé des dispositions nettement meilleures.

Mais les relations politiques entre deux pays comme l’Algérie et la France ne sont pas faites que de bonnes intentions. François Hollande devra, très vite, faire face à une réalité autrement plus difficile. A commencer par ce constat : le nouveau chef de l’Etat français est un président qui s’installe, le pouvoir algérien est finissant. Hollande veut gérer l’avenir, les dirigeants algériens restent braqués sur le passé. Symboliquement, une des premières actions publiques algériennes a été, dès l’élection de François Hollande, d’exiger de la France de reconnaitre les massacres du 8 mai 1945. Revendication légitime, qui met François Hollande sous pression, mais qui ne le met pas forcément dans les meilleures dispositions envers l’Algérie.

Sur la guerre d’Algérie, François Hollande n’a pas de blocages particuliers. Ses premiers engagements politiques ont été marqués par une opposition à un père qui était partisan de l’Algérie française. C’est dire si l’homme avait du caractère et des convictions. Mais cela n’offre pas de garanties que ça se passera bien avec l’Algérie, pour de multiples raisons. François Hollande avait pour thème de campagne « le changement, c’est maintenant ». Il n’est pas nécessaire des faire de grandes analyses pour comprendre que les dirigeants algériens ne sont pas très chauds pour de telles idées.

L’avènement de François Hollande va également imposer de nouvelles équipes et de nouvelles générations au pouvoir en France. Celles-ci n’ont pas leur équivalent en Algérie, ce qui risque de multiplier les incompréhensions. Que pourra dire un Emmanuel Valls, né en Espagne, naturalisé français, quand il sera ministre et s’adressera à Daho Ould Kablia, héritier du MALG et organisateur des élections législatives en Algérie?

Autre élément de divergence, la France a des priorités dans lesquelles ne figure pas l’Algérie. L’Europe, l’euro, la crise sont des urgences pour la France. L’Algérie, la Méditerranée, l’Afrique, ce sera pour plus tard, du point de vue François Hollande. Ce qui devrait le pousser à faire adopter, envers l’Algérie et la méditerranée en général, une politique sans relief dans un premier temps, en attendant l’avènement d’un nouveau pouvoir en Algérie, éventuellement en 2014. Viendra peut-être, à ce moment-là, le temps des bâtisseurs de grands projets communs.

Dans l’intervalle, il faudra gérer les affaires courantes. Sur ce terrain, l’économiste Mourad Goumiri estime que François Hollande « « François Hollande Ff<fFf Ffff « s’adressera au pouvoir algérien actuel comme à un partenaire faible, à durée limitée, et sans vision stratégique à moyen et long terme ». Ce qui donnera une « nouvelle phase tumultueuse » dans les relations bilatérales, avec « la mise en œuvre d’une politique à court terme, de marchés juteux pour des petites minorités des deux côtés de la Méditerranée en lieu et place d’une politique de co-développement à moyen et long terme ». On est loin, très loin, de l’émotion suscitée par l’élection de François Hollande, et du symbole de ces drapeaux algériens brandis place de la Bastille pour fêter la victoire du nouveau chef de l’état français.