Quand l’armée algérienne est courtisée

Cela n’arrive pas tous les jours, et les militaires algériens doivent se demander ce qui leur arrive : tout le monde se met à vanter leurs mérites et à flatter leur égo.

Par Abed Charef

Ah ! Qu’elle est belle, l’armée algérienne ! Puissante, bien équipée, bien entrainée, bien formée, et surfant sur une expérience inégalable dans la lutte antiterroriste. Une armée modèle. Ce ne sont pas seulement les dirigeants algériens qui le disent, mais le discours est désormais relayé par les visiteurs et commentateurs étrangers, qui s’extasient devant cette institution incontournable.

Les visiteurs étrangers, diplomates et hommes politiques, ont introduit cet « élément de langage » dans leurs déclarations publiques. Ça ne coûte rien et ça peut rapporter gros. Responsables américains et britanniques, par exemple, évoquent systématiquement l’expérience « inégalée » accumulée, selon eux, par l’armée algérienne dans la lutte antiterroriste. Nombre d’entre eux, y compris les meilleurs spécialistes du renseignement et les barbouzes les plus chevronnés, affirment qu’ils viennent en Algérie pour « apprendre », ce qui flatte l’égo de leurs interlocuteurs algériens, hommes politiques ou journalistes. Après sa révolution modèle, ses échecs économiques exemplaires, sa guerre civile unique, son expérience démocratique tout aussi unique dans le monde arabe, voici donc l’Algérie qui se retrouve érigée en modèle presque universel.

Mais depuis quelques semaines, un nouveau palier a été franchi. C’est, désormais, à l’armée algérienne que sont directement adressées les louanges. Au détour d’une analyse, un expert en a fait « la plus forte armée de la région, la mieux équipée d’Afrique et du monde arabe ». Les armées sud-africaine et égyptienne sont dépassées, celles du Nigéria et du Maroc ne méritent même pas d’être citées, et l’équipement de l’armée saoudienne est dérisoire. Avec ses Sukhoi, ses chars dernier modèle et ses récents équipements, obtenus grâce à un budget pharaonique, elle a fait son entrée dans le gotha des armées mondiales.

Pourquoi tant de sollicitude ? Tout simplement pour dire que l’armée algérienne doit absolument intervenir au Mali. Cette armée, qui « a combattu les terroristes avec le fer et le feu », et réussi à « endiguer la menace islamiste » en territoire algérien, « doit aller plus loin dans sa logique de lutte antiterroriste, en soutenant une intervention chez son voisin malien », écrit ainsi un éditorialiste. Du reste, l’Algérie pourrait-elle refuser « un devoir d’assistance à un peuple en danger », alors qu’elle a « un devoir d’implication active dans la résolution de la crise au Nord Mali » ?

Non. Il faut le dire simplement : « l’Algérie à un devoir d’intervention au Nord-Mali ». Parce qu’elle constitue la puissance régionale qui a, non seulement les hommes, mais aussi les moyens, pour réduire au silence » les terrorismes d’Al-Qaïda, d’Ansar Eddine et du MUJAO. Et si ces arguments ne suffisent pas, on fait appel à la virilité des Algériens, car leur refus de participer à une intervention militaire constituerait une « mollesse » que « rien ne justifie ».

Résumons-nous : « une intervention militaire au Mali ne peut se faire sans l’Algérie », nous assure-t-on. « La participation de l’Algérie est capitale » à toute opération militaire, mais celle-ci ne doit pas se limiter au volet logistique. Certes, « l’apport logistique promis par l’Algérie en cas d’intervention militaire n’est pas insignifiant. Mais en plus du matériel et de la technologie, il faut des hommes pour s’en servir et pour aller sur le front, et la contribution de l’Algérie, voisine stratégique du Mali, est attendue à ce niveau aussi ».

Un journaliste, s’adressant à M. Abdelkader Messahel, a clairement montré l’état d’esprit qui domine la question malienne. « L’Algérie est un acteur clé dans la sous-région. Peut-elle continuer à ne pas vouloir intervenir au Mali ? », lui a-t-il demandé. Entendre par là : une intervention militaire algérienne dans un pays voisin est une chose normale, naturelle. A l’inverse, une non intervention serait une erreur, anomalie, et même une horreur. D’ailleurs, comment peut-on ne pas intervenir quand ces fanatiques d’Ansar Eddine détruisent les mausolées de Tombouctou et appliquent la chariaa ? Et quand un dirigeant algérien s’est laissé à parler d’intervention militaire, un éditorialiste a écrit, plein d’enthousiasme, que « le dernier verrou qui bloquait une intervention militaire vient de sauter » dès lors que « l’hostilité de l’Algérie quant à la solution armée » s’était estompée.

Tout le monde tient le même discours. Sur le très influent site rue89.com, on considère que l’Algérie est « le leader incontesté de la zone », mais on déplore qu’elle « joue un rôle « ambigu ». Pour appuyer cette sentence, on fait appel à des experts, comme Pierre Boilley, responsable du Centre d’études du monde africain (Cemaf), pour lui dire: « l’Algérie est un acteur important dans la région ? ». « Oui, en effet, répond-il. Elle a le budget et les forces militaires suffisantes pour écraser Aqmi, surtout si elle coordonne son action avec des pays comme la France et les Etats-Unis qui disposent d’une bonne logistique ».

L’économiste Mourad Goumiri, président de l’Association pour la promotion des études de sécurité nationale, s’est demandé pourquoi cette campagne qui veut convaincre que « la puissante armée algérienne» ne fera de la rébellion au Mali qu’«une bouchée». Aujourd’hui, on reconnait à l’Algérie ce statut de puissance régionale courtisée. Mais quand les Occidentaux avaient décidé d’attaquer un autre pays voisin, la Libye, ils n’avaient ni informé ni consulté l’Algérie.

Peut-elle faut-il alors sortir de la politique, et revenir à la vieille tradition des fables, pour se demander pourquoi toutes ces flatteries, qui frisent la déclaration d’amour, à l’adresse de l’armée algérienne ?

Publicités
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. guendouz

     /  31 août 2012

    Monsieur Abed charef,

    Agréablement surprise de vous lire ce jour,comme par hasard
    est il possible de s’inscrire à votre newsletter ?

    Merci de votre réponse
    Cordiales salutations

    Réponse
  2. BERRAH

     /  27 septembre 2012

    l’algerie le peuple algerien l’armee algerienne est un fleuve tranquille qui peut devenir un veritable
    tsunami pour celui qui voudras s’y frotter je ne m’inquiete ni pour mon armee ni pour notre peuple
    restons tout simplement des hommes et le reste suivras son cour
    vive l’algerie

    Réponse
  3. bouzou

     /  22 octobre 2012

    analyse lucide

    Réponse
  4. Hichem

     /  1 novembre 2012

    Tres intéressant!
    Je suis tombe sur ce site par pure hasard…et je reste sur ma fain sur le passage suivant:

    « pourquoi cette campagne qui veut convaincre que « la puissante armée algérienne» ne fera de la rébellion au Mali qu’«une bouchée»: »……. »Mais quand les Occidentaux avaient décidé d’attaquer un autre pays voisin, la Libye, ils n’avaient ni informé ni consulté l’Algérie. »

    Réponse
  5. sam

     /  27 novembre 2012

    la vraie question derrière tout ca à mon sens c’est le coup de cette guerre elle va servir qui? Servira-t-elle l’Algérie? combien durera-t-elle? L’Algérie est si stable pour mener une guerre à moyen terme? Qui va en profite d’une guerre que l’Algérie mènera?

    Réponse
  6. henni

     /  1 décembre 2012

    Mon pays n’a rien à faire au mali. Elle ne ferait que servir les occidentaux. Le rôle de notre armée comme de chaque algérien est de protéger et de défendre la nation mais aussi ne l’oublions pas de défendre les causes justes.libérons le sahara du joug marocain serait plus honorable que d’attaquer des brigands au mali

    Réponse
  7. Fat Albert

     /  16 janvier 2013

    Les occidentaux ont garder ce vieux reflex d’envoyer les indigênes au front.

    Les questions à se poser :

    – qui a fabriquer ou qui est à l’origine de ces groupes de bandits et trafiquants qui n’ont rien à voir avec l’Islam et son message ?

    – qui a interet à une guerre indéfinie dans cette zone desertique?

    – peut-on éradiquer définitement le terrorisme lorsque celui-ci est soutenu par les mêmes à l’ONU?

    Pensons aux intérets algériens avant ceux de nos oppresseurs.

    Réponse
  8. azzouzi

     /  23 janvier 2013

    l’armée algerienne peut elle serieusement faire confiance aux services de renseignements us français, britaniques tous noyautés par israel ? puisque c’est par eux qu’une bataille est téléguidée ou encore mieux c’est pour mieux jauger les capacités d’une armée et tester ses performances et mieux la maitrises si besoin est.une bonne strategie c’est de faire le dos rond et attendre il n’ont qu’a faire appel au maroc qui fonfaronne en ecrasant les civils sahraouis avec la benediction des otaniens.

    Réponse
  9. mohamed

     /  5 octobre 2013

    l’armée algérienne méritent une reconnaissance pour travail accompli, il est vrai que cette dernière n’a pas ete toujours dans les éloges, ses détracteurs d’hier vouent ses mérites aujourd’hui, ceci n’est pas fortuit, bon nombre d’analyste (thinkstank du stratège militaire) sont d’accord sur un fait important, la sécurité du sahel relève de la volonté de l’Algérie, en d’autres termes, la préservation des intérêts des puissance dans la region depend de l’implication de l’Algérie, entant que acteur stabilisateur multirole, il est important de noter que ces puissance on lacher leur alliers d’hiers, apres l’avènement des printemps arabe, pour cause, une instabilité politique et securitaire flagrante, ce qui n’est pas le cas pour l’algerie, il est donc normale qu’elle devienne la Mecque des puissance.
    le défilement impressionnant de diplomates étrangers en Algérie n’est pas une forme de courtoisie, c’est le passage obligé des puissances étrangères afin garantir une présence stratégique dans la region, in extenso, sauvegarder leurs propres intérêts.
    l’Algérie a acquis une notoriété internationale, grace a une sagesse politique, et une bonne maitrise diplomatique envers les mutations internationales actuelles.

    Réponse
  10. L’armée algérienne , l’A.N.P est une armée organisée, moderne, professionnelle et défensive
    Elle posséde des militaires cadres compétents, disciplinés et stables

    Elle s’est investie énormement dans les formations des techniques appliquées de haut niveau,
    et les plus diverses, l’enseignement et les recherches appliquées de haut niveau et les plus divers

    Une industrie diversifiée, et intégrée,en cours de développement avec P.M.E sous-traitantes
    nationales publiques et privées

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s