Chadli Bendjedid, l’homme et son image

Qui était Chadli Bendjedid ? Pouvait-il être un homme résolu et ferme ? Difficile à croire, car son image était complètement brouillée. A se demander si on le connaissait.

 

Par Abed Charef

Chadli Bendjedid est parti, laissant derrière lui de nombreuses énigmes. Il ne s’agit pas de secrets extraordinaires à propos de complots entourant les évènements d’octobre 1988, ni de révélations fracassantes qui auraient changé le cours de l’histoire. Non, il s’agit de questions plus modestes, à la dimension de l’homme, des questions simples, qui concernent le personnage qui a présidé aux destinées du pays de 1979 à 1992 : pourquoi l’image de Chadli Bendjedid était-elle si décalée par rapport au personnage réel? Qui lui a fabriqué, puis entretenu, cette image tout au long de son règne et bien au-delà, une image qui l’a poursuivi jusqu’à la mort ?

L’image de Chadli Bendjedid était si différente de la réalité que ceux qui l’ont connu sont toujours étonnés de lire ce que dit de lui la presse, et ceux qui ne l’ont pas connu sont encore plus étonnés quand ses proches parlent de ce qu’il a été. Il ne s’agit pas de prétendre que Chadli Bendjedid était meilleur qu’on le présentait, mais simplement de constater que les Algériens ne connaissaient pas leur président. Comme si une force, je ne sais laquelle, s’est toujours interposée entre Chadli et les Algériens, pour fabriquer de lui une image peu fidèle à la réalité du personnage. Et après treize années de pouvoir, bon ou mauvais, les Algériens ne savaient toujours pas qui était réellement ce chef d’Etat qui avait succédé à Houari Boumediène.

Le premier couac est enregistré précisément dès la désignation de Chadli Bendjedid pour succéder à Boumediène. Une biographie de Chadli Bendjedid, dont personne ne connait l’origine, le présente alors comme un ancien de l’armée française. Un simple détail, mais qui aura son importance par la suite, car il sert d’élément central pour tracer l’itinéraire de Chadli Bendjedid. Tous les historiens admettent cette information, et la reprennent comme une vérité définitive. Plus tard, pendant de longues années, l’analyse de la situation politique en Algérie en sera faussée.

Chadli Bendjedid, comme son prédécesseur, s’est appuyé sur des anciens officiers de l’armée française pour encadrer l’armée de l’Algérie indépendante : Abdellah Belhouchet, Larbi Belheir, Khaled Nezzar, Mohamed Touati, Mohamed Lamari, prennent du galon, et occupent une place une importante, ce qui est interprété comme un choix délibéré de Chadli Bendjedid de promouvoir des hommes ayant le même parcours que lui. Tous les fantasmes se réveillent alors, à propos d’une « cinquième colonne » préparée par la France pour contrôler l’Algérie indépendante. Dans ce jeu, Chadli aurait sciemment agi ainsi parce qu’il aurait des sympathies françaises. A l’inverse, son hostilité envers les officiers de l’ALN expliquerait le sort fait à certains barons, comme Mostéfa Belloucif.

Mais voilà : Chadli Bendjedid n’a jamais été dans l’armée française. C’est un maquisard pur jus, formé à l’école de l’ALN, un vrai maquisard de la Wilaya II, qui a dirigé des unités combattantes sur le terrain. Ce qui détruit cette thèse de Chadli favorisant les officiers issus de l’armée française. Mieux, cela devrait donner une autre image, très positive, du personnage : lui-même officier, il a su dépasser des blocages primaires, éviter les visions sectaires, pour s’appuyer sur tous les officiers disponibles, ceux qui ont déserté l’armée française ou ceux formés par l’ALN.

Pourtant, pendant toutes les années de sa présidence, la plupart des hauts responsables croyaient à cette thèse selon laquelle Chadli Bendjedid avait été dans l’armée française, soit comme engagé volontaire, soit comme appelé. Un ancien ministre a avoué qu’il s’est laissé prendre. « J’étais mal à l’aise sur cette question, car en reconstituant l’itinéraire de Chadli, je ne trouvais pas place même pour une période de service national. Mais j’avoue que j’ai admis cette thèse, sans pour autant penser que ça pouvait prêter à conséquence», noud dit cet ancien ministre.

Quinze ans après avoir quitté le pouvoir, Chadli prend conscience de l’importance de ce « détail ». Il veut rétablir une vérité primaire. Des proches de Chadli prennent contact avec des historiens en vogue, pour leur signaler l’erreur et leur demander de la rectifier. Les historiens restent de marbre. L’un d’eux les prend de haut. Il pense que Chadli veut simplement réécrire l’histoire en sa faveur. « On ne peut pas falsifier des faits de cette nature. Chadli ne peut pas prendre un tel risque, car les documents de l’armée française peuvent le détruire », objecte un de ses proches. Mais le célèbre historien ne daigne pas descendre de son piédestal. Jusqu’à ce que Chadli lui-même, avec le concours d’un journal algérien de modeste tirage, tente maladroitement de rectifier.

J’ai connu Chadli Bendjedid de près à cette époque. J’ai alors pu confirmer ce décalage. Des témoignages de moudjahidine qui ont servi sous ses ordres, avec lui ou qui l’ont commandé, ont confirmé que c’était un homme de décision, résolu, parfois cassant, à l’opposé de l’image véhiculée jusque-là. J’ai découvert qu’il avait soutenu la révolution agraire, même quand lui-même reconnaissait que « c’est l’un des plus grands échecs de l’Algérie indépendante », alors qu’on l’a toujours présenté comme un homme de droite, hostile aux choix populaires. Il a déclaré, à un moment où il était de bon ton de prendre ses distances avec Boumediène, avoir contribué à mater la rébellion de Tahar Z’Biri. C’était un homme qui assumait pleinement son itinéraire.

Mais une question ne trouve toujours pas de réponse : quelle est cette force qui a réussi à imposer de Chadli Bendjedid une image aussi décalée pendant d’aussi longues années ?

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s