La gauche française s’en va-t’en guerre

François Hollande voulait intervenir militairement en Syrie. Il se retrouve hors-jeu.

 Abed Charef

 En voulant partir en guerre en Syrie, François Hollande s’est retrouvé dans une fâcheuse posture. Le chef de l’Etat français, entrainé par un lobby anti-arabe très présent dans les réseaux de la gauche institutionnelle française, a adopté une posture qu’il voulait mitterrandienne, et qui s’est révélée ruineuse pour son image et celle de son pays. Il voulait être à la pointe d’une croisade contre le régime de Damas. Il s’est retrouvé dans la peau d’un homme ne sachant guère lire l’actualité internationale, parlant encore de guerre quand les grands de ce monde négociaient déjà pour s’entendre. Sans même l’avertir.

Encouragé par son ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, lui aussi connu pour son peu de sympathie envers le monde arabe, François Hollande voulait jouer auprès de Barak Obama le rôle joué par Tony Blair avec George Bush. En y apportant panache, droits de l’homme et modernité.

Il y avait aussi beaucoup de calculs dans le choix de François Hollande. Une intervention en Syrie permettrait d’effacer le sentiment ambigu de l’intervention française au Mali. Paris pourrait notamment prouver, en bombardant Damas, qu’elle ne pourrait être accusé de pratiques coloniales, ni de mener des guerres anti-islam. De quoi réjouir les partisans des « guerres humanitaires », qui poussaient à l’intervention, et rassurer les groupes jihadistes, qui font traditionnellement de la France une des cibles favorites de leurs menaces.

Et puis, bombarder la Syrie, c’est une guerre sans risque. Pas de troupes au sol, pas de soldats envoyés en Syrie, pas de risque d’attentat ni d’embuscade. Juste des missiles envoyés de très loin, et des frappes aériennes réalisées par des avions que le système de défense anti-aérien de la Syrie ne pouvait contrer. Les avions israéliens, qui se baladent à peu près librement dans le ciel syrien, ont montré le chemin.

Pas de cercueils de soldats ramenés en France donc, pas de cérémonies funéraires en vue. Une guerre propre, sans risque, sans victime côté français et américain. Une guerre dont rêvent les communicateurs.

Mais François Hollande avait visiblement mal calculé son coup. Il a sous-estimé la parade soviétique. Après l’affaire libyenne, Moscou ne voulait pas d’une nouvelle aventure dont on connaitrait le début, mais pas la fin. Et puis, attaquer la Syrie, c’est un premier pas avant de passer à la pacification du Liban, avant l’ultime objectif, bombarder l’Iran. Une suite tellement évidente que Moscou a promis son véto aux Nations-Unies, et montré ses griffes sur le terrain : c’est Moscou qui a révélé que des missiles américains et israéliens avaient été testés dans l’est de la méditerranée. Presque en temps réel. Pour bien montrer que la Russie suivait minutieusement ce qui se passait, et ne se laisserait pas dribbler cette fois-ci.

François Hollande a aussi mal évalué la détermination américaine dans cette affaire. Il pensait qu’Obama était prêt à lancer l’attaque, et il a voulu se donner un beau rôle. L’abandon de l’option militaire a transformé l’offensive française en une sorte de farce. Et la diplomatie française est apparue ridicule. Elle contraste, en tous les cas, avec l’attitude de la France face à l’invasion de l’Irak. En ces temps-là, c’est une droite avec les dernières bribes gaullistes qui était au pouvoir. Pas celle de Sarkozy-Kouchner, qui s’est retrouvée à l’œuvre en Libye, et à laquelle François Hollande veut emboiter le pas.

Cette gauche belliqueuse et guerrière rappelle un passé très sombre. Et explique l’attitude des vétérans du mouvement national algérien, qui ont toujours affiché un certain mépris envers la gauche française. Indécise, peu courageuse, incapable d’être dans le sens de l’histoire, cette gauche a commis des crimes inouïs contre le peuple algérien. Au pouvoir au début de la guerre de libération, la gauche française avait répondu à l’appel du 1er novembre par la célèbre formule de François Mitterrand, selon laquelle la seule négociation, ce serait la guerre. Deux années plus tard, elle votait les pouvoirs spéciaux à l’armée française pour pacifier l’Algérie. On sait ce qu’il en fut, avec une répression féroce, l’exécution méthodique des condamnés à mort, la torture à grande échelle et les assassinats, pudiquement appelés « exécutions extra-judiciaires ». Les communicateurs ont bien travaillé : un demi-siècle plus tard, la guerre coloniale s’appelle devoir d’ingérence

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s