Un peu de langue de bois pour entamer la nouvelle année

Il est difficile de présenter ses vœux, chaque année, sans se répéter. Un peu de langue de bois pour changer…

Par Abed Charef  (Le Quotidien d’Oran, 2 janvier 2014)

Un discours, de plus en plus violent, se développe à l’encontre du président Abdelaziz Bouteflika. Une dérive lente, mais réelle, particulièrement visible à travers les réseaux sociaux, où le bilan du chef de l’Etat est commenté de manière acerbe, et où sa volonté supposée de briguer un quatrième mandat est systématiquement raillée. On ne s’attaque plus à l’homme politique, à son projet, à son bilan, à sa méthode de gouverner, à la faiblesse, supposée ou réelle, de son programme politique, et aux résultats contestables de ses trois mandats. On s’en prend désormais à son âge, à son incapacité physique, voire à sa famille et à son origine. On lui reproche de ne pas avoir été à l’université, en oubliant que pour toute une génération, le slogan en vogue était dire : « avec un diplôme en plus, on ne fera pas de meilleurs cadavres ».

Ce discours au-dessous de la ceinture constitue un mélange douteux, qui débouche forcément sur des conclusions hasardeuses. M. Bouteflika est né à Oujda ? On en conclut que ce sont des marocains qui nous gouvernent. Il a été moudjahid ? Donc, le pays ne se relèvera pas tant qu’il ne s’est pas débarrassé de cette génération qui a confisqué le pouvoir depuis l’indépendance. Il a été choisi par l’armée ? Vivement un pays débarrassé de l’armée, une espèce de Suède où l’armée servirait la soupe par les jours de grand froid et aiderait les personnes âgées durant les journées de canicule.

M. Bouteflika a mis en place, tant bien que mal, une politique de réconciliation nationale ? Il faut y mettre fin et reprendre la guerre là où elle était, avant sa prise de pouvoir. Il a tenté d’établir des relations apaisées avec la France ? Il faut tout remettre à plat. Il a voulu établir un partenariat stratégique avec les Etats-Unis ? Il faut en conclure qu’il a soumis le pays à la volonté américaine, pourvu que Washington l’appuie pour un nouveau mandat.

Cette vision primaire de la politique est encouragée, il est vrai, par un pouvoir qui a perdu toute crédibilité. Un pouvoir aphone, incapable de délivrer le moindre message, et qui sombre dans le ridicule, avec des personnages tellement « fakakir » sur le plan politique et intellectuel qu’ils n’ont pas besoin de contradicteur pour montrer leur indigence.

En ce début 2014, et à trois mois d’une échéance qui aura un impact majeur sur l’avenir politique du pays, il serait utile de revenir à des idées plus saines de la politique. Pour rappeler que M. Bouteflika n’est pas critiquable en raison de son âge. Nelson Mandela est devenu président à l’âge de 76 ans, et Bachar El-Assad avait à peine dépassé la trentaine quand il a accédé au pouvoir.

Le président Bouteflika n’est pas critiquable non plus parce qu’il est malade, mais parce que son état de santé ne lui permet d’exercer une fonction aussi lourde que celle de président de la république. Il a officiellement la charge de représenter l’Algérie et défendre ses intérêts dans les forums internationaux. Il n’en a plus la capacité physique. C’est suffisant comme argument. S’en prendre à lui en utilisant des termes blessants devient superflu. En plus, ce n’est ni moral, ni efficace. Bien au contraire. Cela le conforte, et cela permet, surtout, d’occulter les intérêts qui se cachent derrière sa candidature, et d’éviter tout débat politique sérieux sur l’avenir du pays.

De quoi a besoin l’Algérie aujourd’hui ? S’il fallait concentrer toutes les questions politiques et économiques en un seul point, on pourrait dire que l’Algérie a besoin de revenir aux normes. A des règles claires, connues, que tout le monde doit respecter. Le pays a besoin de revenir à un fonctionnement institutionnel, dans lequel le citoyen connaitrait ses droits et devoirs. Qu’il s’agisse d’accéder au travail, au logement, ou d’investir, de voyager et de s’exprimer, rien ne devrait se faire en dehors de la loi et des institutions. Toute décision politique ou économique doit être prise de manière publique, dans un cadre institutionnel, et assumée par celui qui en a la charge.

C’est un discours un peu langue de bois, certes. Difficile d’en faire des vœux. C’est pourtant ce que je souhaite aux Algériens pour 2014, étant convaincu que c’est la clé qui permettra d’ouvrir les portes de l’espoir et du changement.

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Achrati Chikh

     /  2 janvier 2014

    المشكلة ليست في التمديد لبوتفليقه أو مدّ البساط لمن يرتضيه « سي عبدالقا » بعْلاً للجزائر.
    المصيبة هي في عجزنا عن اجتثاث هذا النظام. النظام الذي استلم الهَراوة من الكولون، صيف62، و لا ينوي التخلي عنها
    https://www.facebook.com/chikh.achrati

    Réponse
  2. DAYEN KANN

     /  4 janvier 2014

    si vous suggérer que le peuple utilisent la langue de bois il faut ajouter que c’est la devise de celui sur lequel on l’applique. un homme digne et sage tire sa révérence dés qu’il sent l’incapacité de gouverner. car il ne s’agit pas de son entreprise il s »agit d’un pays et d’un peuple. vous citer Mandela mais tout le monde a vu sa capacité de gérer son pays ,et comment ? excuser du peu. Certes on utilisent tous la langue de bois ,mais boutef c’est la langue de bois de vipère et que sais-je d’autres. moi mêmes je participe en commentant ce sujet. ALLEZ BONNE ANNEE 2014. A TOUS.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s