L’Algérie revient à la théorie du crash

A défaut d’anticiper les changements, l’Algérie attend les crises pour prendre les grandes décisions. C’est le triomphe de la théorie du crash, la négation même de la politique.

Abed Charef (jeudi 12 février 2015 dans le Quotidien d’Oran)

Nabni a été battu à plate couture, écrasé. Le think-tank avait médiatisé l’image d’une Algérie ressemblant à un Titanic se dirigeant droit sur un iceberg, et appelé à changer de cap avant qu’il ne soit trop tard. Tel un mastodonte, le pays est difficile à manœuvrer. Il faut donc entamer les manœuvres bien avant d’aborder l’iceberg. Cinq années étaient nécessaires pour permettre au pays de mener les réformes nécessaires et accueillir en douceur une éventuelle baisse des recettes que procurent les hydrocarbures, selon les calculs de Nabni. Sinon, il ne sera pas possible de mener à bien les manœuvres pour éviter la collision.

Non seulement Nabni n’a pas été entendu, mais une nouvelle théorie, radicalement différente, vient de naitre. C’est la théorie du crash. Le concept a été lancé par le ministre des travaux publics Abdelkader Kadi. Mardi dernier, ce dernier a affirmé que seul un « crash insurmontable » pourrait contraindre le pays à changer de cap. Commentant les investissements dans le secteur des travaux publics, et l’éventualité de restrictions à cause de la baisse des revenus du pays en devises, M. Kadi a affirmé que tous les programmes sont maintenus. A en croire M. Kadi, le président Bouteflika a été « clair » concernant les investissements prévus dans le nouveau plan quinquennal. Le chef de l’Etat a décidé de « ne pas toucher le programme » en cours. « Les programmes sont maintenus, sauf crash insurmontable. Là, il faudra revoir nos cartes », a déclaré M Kadi, qui en a profité pour annoncer des investissements de plus de 50 milliards de dollars pour les seules routes durant le prochain quinquennat, soit l’équivalant au PIB d la Tunisie !

Changer ? Pourquoi faire ?

La formule de M. Kadi résume bien la manière dont le pouvoir conçoit la gestion du pays. Il n’est pas nécessaire de lancer des réformes, de changer les choses, de se préparer à prendre des virages délicats pour l’avenir. Il n’est même pas utile de vérifier la rentabilité des investissements consentis, de se demander où va l’argent, et si le dollar injecté a un minimum d’effet sur l’économie du pays. Les alertes lancées par les économistes, les mises en garde du FMI et de la Banque mondiale sur le faible impact des investissements, les révélations sur la corruption et les immenses gaspillages laissent le gouvernement de marbre. Pour lui, tout ceci est bien superflu.

Anticiper, prévoir les crises, les contourner, prendre des décisions, parfois douloureuses, pour se prémunir contre les aléas économiques ne fait pas partie non plus des plans du gouvernement, qui se contente de poursuivre sur la voie actuelle, du moins tant que cela est possible. Tant que l’argent est disponible, tant que le pétrole coule et que l’argent continue à se déverser. Seul un crash pourra remettre en cause cette ingénieuse stratégie.

Un crash auquel le pouvoir ne croit pas. On peut rencontrer, au sein du gouvernement ou dans les allées du pouvoir, des hauts responsables qui évoquent une telle éventualité. Mais dans son fonctionnement global, le gouvernement s’interdit une telle éventualité. Personne n’osera évoquer la question avec le président Bouteflika, si tant est que les ministres ont l’occasion de rencontrer et de débattre avec le président de la république.

Avancer par les crises

Du reste, même si le président Bouteflika a pu, dans un moment de rare lucidité, affirmer que la démarche économique du gouvernement a échoué, et que les changements successifs de constitution n’ont pu apporter la bonne formule politique, ceux qui officient au sein du pouvoir sont convaincus, dans l’ensemble, que ce qu’ils font est positif. Et puisque leur action débouche sur des résultats bénéfiques pour le pays, il est inutile de changer de méthode.

Face à une telle impasse, d’où pourrait venir la solution? De In-Salah ? De l’opposition ? Des stades de  foot ? De la rue ? Des casernes ? De partout, sauf du gouvernement, du parlement ou de ce qu’il faut bien appeler les grands partis, ceux qui remportent les élections. La solution attendue ne peut plus venir des institutions, qui se sont progressivement disqualifiées. Qui croit en une solution venant d’un parlement sans pouvoir, qui ne peut censurer le gouvernement, et dont les élus sont convoqués par SMS pour voter un projet de loi dont ils ne connaissent même pas le contenu?

Dans un pays « normal », les institutions apportent des solutions aux problèmes de la société. Elles organisent le débat, favorisent l’émergence des meilleurs choix, et offrent au pays plusieurs alternatives parmi lesquelles les électeurs peuvent choisir. En Algérie, les institutions sont devenues le problème. Leur fonctionnement, en dehors de la loi ou à côté de la loi, dépouille le pays de sa capacité de gérer. Ce qui explique l’impasse dans laquelle se trouve le pays. Et qui, paradoxalement, valide la théorie du crash : l’Algérie a toujours avancé par des crashs. Le 1er novembre a été une rébellion du CRUA contre l’appareil du PTLA, en 1962, une autre rébellion de l’état-major contre le GPRA, en 1965, un coup d’Etat en bonne et due forme, en octobre 1988, la rébellion de la rue contre l’Etat. Et 2015 ?

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. zyriab

     /  15 février 2015

    La question fondamentale que M Charef n’ose pas aborder est quels sont les principes fondateurs de ses questions .En économie il y a la Théorie keynésienne et la Théorie Marxiste Chez les capitalistes ont pose la question .Réaliser une école un hôpital ou une bibliothèque cela rapporte combien? en théorie Sociale la question des rapports capitalistiques est différentes Le monde moderne dans des pays comme le Japon la Chine tous les pays émergents investissent dans les infrastructures

    Réponse
  2. zyriab

     /  15 février 2015

    On veut nous faire croire qu’un pays peut se développer sans infrastructures de transport uniquement dans le commerce informel le sang du corps circule dans les artères veines et autres et une économie? si ce n’est pas les routes les chemins de fers et autres moyens de transport? On produit à Biskra la datte et on doit la consommer sur place pas besoin de la transporter à Tlemcen? Ce genre de théorie fumeuse nous a mené au chaos et c’est ce que recherche M Abed Charef .Quand à NABNI n’ayant pas une vision globale de la situation du pays (politique économique sociale etc..) ont tous les droits mais n’ont jamais osé imposer à l’état un point de vu autre que le développement de l’Algérie Depuis 1962 l’Algérie subit les coups de boutoir de ses ennemis et preuves à l’appui à ce jour ce sont bien ses points de vue qui se sont avérés JUSTES .Nous avons connu la crise du vin algérien comme la crise du pétrole rouge comme la crise de la décennie noire les prévisions de l’Algérie ont vu juste

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s