Le patriotisme économique s’installe à Kenitra

Le Maroc est en passe de devenir un acteur de premier plan dans l’industrie automobile. Pendant ce temps, l’Algérie continue de faire de beaux discours sur la stratégie industrielle.

Abed Charef (Le Quotidien d’Oran, mardi 23 juin 2015)

Le Maroc a remporté le jackpot. A la fin de la décennie en cours, ce pays se placera comme leader africain de l’automobile, doublant des pays qui semblaient mieux placés, comme l’Egypte, l’Algérie ou encore le Nigeria. Dans la foulée, le Maroc va se doter d’une base industrielle qui va confirmer une première phase de transformation de l’économie marocaine, et accélérer la prochaine étape. L’impact ne se limitera pas au développement d’un véritable tissu industriel. Il débouchera sur un bouleversement de l’économie du pays, avec un poids significatif de la production industrielle, une intégration de plus en plus poussée dans l’économie mondiale, et peut-être, à terme, l’émergence d’une « société industrielle » qui va générer de nouveaux comportements, une nouvelle culture et un nouveau pays.

La démarche, pragmatique, a été construite pas à pas. Ce fut d’abord un projet que le Maroc a réussi à vendre à ses partenaires, en premier lieu la France. Dans cette aventure, le Maroc n’a pas négocié. Il a étudié les besoins de ses partenaires industriels, et il a fait une offre. Des terrains, des facilités, des avantages innombrables ont permis de séduire les grands groupes industriels. Dans le même temps, le Maroc avait anticipé pour transformer son système bancaire, son administration, sa législation et même ses acteurs politiques, pour les adapter à la nouvelle donne. Le résultat est là : tous les partis marocains sont favorables à l’évolution en cours.

Le premier grand coup réussi a été celui de l’investissement de Renault à Tanger. Lancé en 2007, le projet a été inauguré en février 2012, pour produire 200.000 véhicules par an, avant de passer à 400.000 véhicules dans une seconde phase. La réussite du projet a incité Peugeot à lui emboiter le pas, pour s’engager dans un projet à Kénitra, près de Rabat. 200.000 véhicules y seront fabriqués chaque année. Bientôt, Ford, mais aussi de grandes compagnies opérant dans d’autres secteurs, comme le chinois Huawei, promettent de débarquer.

Efficacité

Comment le Maroc a obtenu ce résultat ? Grâce à une action concertée, bien conçue et parfaitement organisée, menée sur tous les fronts. Tous les acteurs politiques, économiques et sociaux ont travaillé dans la même direction. Le Roi du Maroc lui-même s’est transformé en ambassadeur de l’industrie marocaine en Afrique. Il a effectué plusieurs tournées, et mis en place un vaste réseau faits de banques, d’entreprises, et de représentations économiques. Le tout s’appuyait évidement sur une action diplomatique efficace et un lobbying très moderne. L’offensive était si bien menée que l’affront marocain à l’Afrique, à travers le refus d’abriter la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de football, a été rapidement oublié. Le Maroc le clame aujourd’hui haut et fort : il a mis en place une base industrielle pour exporter vers l’Afrique, et il compte réussir son pari.

L’entreprise ne pouvait cependant réussir sans la contribution des partenaires français. Et c’est là que se situait le premier succès marocain : offrir aux entreprises françaises ce qu’elles cherchaient. L’industrie automobile étant devenue trop coûteuse en France, les constructeurs français cherchaient à délocaliser, pour aller à la conquête de nouveaux marchés avec des marges compétitives. Le Maroc s’est incrusté dans cette niche, discrètement, avec des objectifs précis. Il a convaincu les partenaires français de l’accompagner dans cette démarche. Il a réussi son pari.

Patriotisme économique

Ces succès marocains renvoient inévitablement à la réflexion sur l’immense gâchis algérien. Car pendant qu’elles s’installaient au Maroc, les entreprises françaises, mais aussi américaines, chinoises, coréennes et autres, continuaient de distribuer des promesses en Algérie, et d’offrir des gadgets de compensation.

Ces grandes puissances économiques ont développé un discours rudimentaire sur l’Algérie, un discours fait sur mesure pour l’égo du président Bouteflika et du FLN, et répété à l’envie par le RND et la télévision algérienne. Un discours creux qui vante les mérites de l’Algérie, son expertise dans la lutte antiterroriste, sa situation stratégique qui en fait un acteur incontournable pour la préservation de la paix dans la région et pour le rétablissement de la sécurité et de la stabilité au Mali et en Libye. On vante même la liberté de sa presse, le dynamisme de sa société civile et son immense potentiel économique.

Mais sur le front économique, rien. Les investissements étrangers, qui n’ont jamais connu de développement significatif, se sont effondrés. Le pays n’a acquis aucun savoir-faire dans la manière de négocier et d’attirer les investisseurs. Sa législation comme son climat des affaires sont hors du temps. La bureaucratie chargée de ces dossiers est si incompétente qu’elle n’arrive jamais à faire aboutir un dossier dans des conditions acceptables. Un maquis juridique et administratif, s’appuyant sur une corruption d’une ampleur insoupçonnée, a été mis en place, empêchant toute velléité d’avancer.

Il y a eu même un discours sur le patriotisme économique, en vogue il y a quelques années, un discours qui a notamment servi à justifier la fameuse règle du 51/49. Mais aujourd’hui, les choses apparaissent pour ce qu’elles sont. Derrière ce discours creux campait une incompétence crasse, dont ont tiré profit les réseaux et lobbies pour continuer à aspirer la rente. Le patriotisme économique, lui, s’est installé à Tanger et Kénitra.

Publicités
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. mourad

     /  23 juin 2015

    je vous lis presque régulièrement , vous me surprenez par cet article
    la question est pour quoi les constructeurs ne vont pas aux Nigéria, Afsud, Egypte, et Algerie qui représentent l’essentiel du marché africains
    je vous prie de consulter les grilles d’investissements de ces pays et ajoutez y la Chine le CCG, la Corée, l’Indonésie etc
    on peut faire au Maroc ce qui interdit dans beaucoup de pays, c’est de l’offshorrig
    des zones franches, une législation du travail inexistante, c’est de la quasi extra territorialité
    pour le capital il y a les paradis fiscaux, et les cimetières sociaux
    je vous invite a consulter les contrat chinois pour le TGV, Airbus
    je vous invite a relire l’histoire de l’Amérique latine vis a vis des capitaux des multinationales us, c’est n’est un hasard si ce continent vire a gauche
    ne nous menez pas sur la voie de celle qui écartera le plus…….(‘ je ne vous ferai pas cette indélicatesse)pour séduire
    je ne jette pas la pierre au Maroc car c’est tout ce qu’il peut offrir et rien demander dans l’immédiat et il n’est pas maître de l’avenir car ce n’est pas son industrie
    le capital est inhumain, il n’est pas le bienfaiteur des faibles; nous ne le savons que trop
    allez a Sochaux, Boulogne Billancourt
    dites au marocains les investissements de avionneurs canadien Bombardier , combien d’avions merdique il a fourguer a la RAM, pour réduire ses activités une fois les cous cous vendus
    l’Algérie a les moyens que le Maroc n’a pas toute la différence est là!

    Réponse
  2. Excellent papier Mr Charef comme d’habitude, à expédier a toutes les administrations algériennes, à moins que nos fonctionnaires sont en plein sommeil ramadanesk. Mr Imadalou Nordine

    Réponse
  3. elberkani

     /  3 novembre 2015

    le maroc a de véritable savoir faire que l algérie n arrive méme pas a avoir avec tous ses capitaux
    les salaires sont 3 a 5 fois plus gros au maroc qu en algérie
    maroc algerie
    620 euros 250 euros salaire moyen fonctionnaire
    7000 euros 1300euros pilote ram ou air algérie
    3700euros 900 euros directeur commercial
    3000 euros 750 euros expert comptable
    850 euros 250euros medecin debutant hôpitaux publics
    1600 euros 350 euros ingenieur
    le maroc construit ses autouroutes ses ports ses ponts ses tunnels ses voies ferrés ses projets immobiliers ses industriels etc…..
    le maroc a de large compétence dans les nouvelles technologies l agriculture le secteur bancaire l agroalimentaire dans la grande distribution la pharmacologie dans la prothése(produit dentaire) la télécommunication le textile le tourisme l hotellerie le transport la logistiuque
    la nouvelle zeland vient de demander au maroc par exemple de mettre en place l a securité informatique des banques néozélandaises et ces entreprises marocaines le font aussi iau maroc au usa en afrique en France etc…
    je vais arreter la mais si l algérie avait la moitié des compétences du maroc alors on entendrait les youyous jusque Marseille
    le probléme du maroc a était pendant longtemps les finances mais pas les compétences car les marocains ont un vrai sens de la débrouille que n ont pas les algériens
    les marocains en europe vivent très largement mieux que les algériens pourtant les algériens sont arrivés a partir de 1900 et les marocains a ,partir 1950
    des entreprises marocaines dans les nouvelles technolies font acquisition de startup dans la silicon valley et l algérie en ait encore a supplier le maroc au salon agricole d alger de venir aider l algérie gratuitement
    la jalousie des algériens permettent aux marocains d étre remontés comme des pendules pour toujours faire mieux que l algérie qui fait tous sous traité et la loi 51 49 ne sert qu a
    permettre a l algérie d avoir quelques projets sinon comment l algérie pourrait elle faire alors quelle ne sait rien faire

    en sport les marocains sont champions du monde de billard ,de foot a5, de foot chez les 10 ,a12 ans de kickboxing de boxe thai
    l equipe du maroc paralympique a terminé 37 eme a londres avec 6 médailles alors que l algérie n existe méme pas
    le maroc est champion d afrique de boxe de kick boxing de boxe thai

    derniere rencontre entre le maroc et l algerie foot maroc algerie 4-0 volley marioc algerie 3-1 basket maroc algerie 80-64 hockey maroc algerie 9-5
    infrastructure
    maroc 55 eme algerie 106 eme
    hôpitaux maroc 6 hopitaux dans les 22 premiers en afrique
    algerie 0 hôpital dans les 43 premiers
    reseau ferroviaire
    maroc 1 er d afrique 34 eme mondial
    algerie 9 eme d afrique
    port en eau profonde
    maroc tanger et jorf lasfar casa 2018 et safi 2017 sont en travaux nador et Kenitra
    entameront les travaux lorsque ceux de safi et casa seront achevées car le maroc ne peut se permettre d avoir 4 grands ports a l arret si!multanement donc il les réalise 2 par 2

    l algerie a 25 ans de retard sur les ports marocains d ailleurs celui de safi est condstruit par une entreprise marocaine pour celui de casa je ne sais pas
    marsa maroc aurait du étre choisit par l algérie pour le port nde djendjen
    cela aurait de réaliser des ports complétentaires et dans la lutte qu a choisit djen djen contre tanger med elle a presque déjà perdu sans compter que nador vas empécher la développement de celui d oran car les couts de marsa sont 40 pour 100 moindre qu en algérie pourtant les ouvriers sont mieux payés au maroc tout en ayant une fluidité des transports qui fait palir d envie l algerie

    le maroc a 3 universités dans les 30 premiers l algérie n en a aucune
    caddi ayad de Marrakech est dans les 500 mondiales
    l université de rabat a signé des accords avec l universté du missisipi pour avoir les
    mémes cours et des programmes de recherches commun avec celle du missisipi
    ecole centrale de paris s implante au maroc avec les memes cours que ceux de paris
    ecole normale supérieur en fait de méme au maroc l universite euromed vient ouvrir a fes
    l inde vas ouvrir au maroc des ecoles dans les nouvelles technologie
    un investissement 1,6 milliards d euros est entrain d etre réaliser a Marrakech dans les biotechnologie
    l algerie a promit bon et merveille dans le secteur des biotechnologie voici quelques années et rien n a était fait a présent le maroc arrivre avec 10 ans de retard dans le blabla mais il se retrouve avec 20 ans d avance dans l a réalisation
    ce qui se déroule actuellement au maroc n est pas du tout du niveau de l algérie qui elle est toujours obligé d attendre les autres pour faire quoi,que ce soit alors que le maroc ne passe son temps comme en algérie qu on veuille bien lui donner ceci cela pour avancer

    Réponse
    • Les Marocains n’ont pas le one two trisme. le commentaire de M. Berkani, ci-dessous, va le lancer

      Réponse
      • serkhas

         /  4 novembre 2015

        monsieur Berkani dira ce qu’il veut, JE CONNAIS LES DEUX PAYS ET BIEN
        mais au lieu de dire les choses y des organises autrement plus sérieux et neutres
        renseignez vous, !!!
        http://hdr.undp.org/fr/content/indice-de-d%C3%A9veloppement-humain-idh
        -http://www.ipemed.coop/fr/publications-r17/etudes-analyses-c108/les-transports-ferroviaires-au-maghreb-a2393.html
        -https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/
        je m’arrête là

        N.B si c’est pour un mailing liste je me plaindrai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s