Comment le gouvernement empêche le développement des énergies renouvelables

Un grand classique en Algérie : le discours officiel dit une chose, la pratique favorise une démarche inverse. Les énergies renouvelables n’échappent à cette mode.

Abed Charef (Le Quotidien d’Oran, mardi 27 octobre 2015)

khebri

En inaugurant, hier à Oran, le salon des énergies renouvelables, le ministre de l’énergie a répété le discours classique sur la détermination du gouvernement à encourager l’émergence du renouvelable. Chez M. Salah Khebri comme chez ses prédécesseurs, le discours est bien rôdé. Il porte sur des programmes à moyen et long termes, avec l’ambition de parvenir à fournir un tiers de la consommation à l’horizon 2030.

Pour le ministère de l’énergie, atteindre cet objectif passe par des étapes, égrenées de manière routinière dans les salons et conférences. Un programme de développement des énergies renouvelables a même été validé par le gouvernement, en vue de parvenir en 2030 à produire 22.000 mégawatts d’énergie solaire. Ce choix devrait aussi permettre de préserver les ressources du pays en énergie fossile, en vue d’allonger la durée de vie des gisements et d’augmenter les volumes à exporter.

Ce programme est présenté avec des échéanciers précis, et des organismes dédiés sont chargés de le vulgariser, y compris dans le détail. Ils détaillent, avec beaucoup de soin, ce qui sera produit selon les filières. Le solaire se taille la part du lion, avec près du tiers de la production en énergie renouvelable envisagée, suivi de l’éolien. Dès 2020, il y aura 4.500 mégawatts d’énergie solaire. Grâce à cette effort, le pays pourrait économiser 300 milliards de mètres cube à l’horizon 2030, ce qui représenterait huit années de production de gaz ou encore quatre années de production.

Toute ceci reste cependant très hypothétique, et bute sur un obstacle : la gestion gouvernementale de l’énergie, qui constitue, en fait, le principal frein au développement du renouvelable. Ce handicap se traduit par un facteur essentiel : le prix de l’énergie. Les prix en vigueur sont très bas. L’énergie produite à partir du gaz subventionné est cédée à un prix si bas que cela décourage toute volonté d’investir dans de nouveaux créneaux.

Selon des chiffres de Sonelgaz, le kilowatt/h produit avec du gaz conventionnel coûterait autour de trois dinars. Selon les calculs d’une société qui commercialise les panneaux solaires,  le même kilowatt/h solaire coûterait aujourd’hui autour de dix dinars, malgré la baisse significative des prix durant la dernière décennie. Les panneaux solaires ont baissé de moitié entre 2010 et 2015, selon des informations fournies par la Banque Mondiale.

Au coût du solaire, il faut ajouter la lourdeur d’un système de gestion, qui décourage la transition vers les nouvelles énergies. Les démarches sont difficiles, et les partenaires offrent peu de facilités. Comme le marché est encore balbutiant, l’offre reste très limitée, avec des prix très élevés.

D’autres pays ont suivi des chemins différents. Inutile de parler du Costa-Rica, qui est sur le point de parvenir à une énergie 100% renouvelable. Selon une publication de la Banque Mondiale, le coût de l’énergie solaire se rapproche du seuil de compétition, et il est déjà plus avantageux dans certains pays qui ont su s’adapter. Cette évolution a été rendue possible grâce à une baisse sensible des coûts : en Inde, le coût du kilowatt/h est passé de 30 cents de dollars à 8 cents entre 2010 et 2015 (de 30 à 8 dinars). Du coup, cela rend l’énergie solaire compétitive pour certaines utilisations. Ainsi, toujours selon la Banque Mondiale, « le coût de revient d’une pompe d’irrigation électrique fonctionnant au diesel est de 30 cents, contre 8 à 14 cents pour une pompe solaire ». Résultat : « l’énergie solaire devient, lentement mais sûrement, une technologie rentable ».

A l’inverse, en Algérie, où le prix de l’énergie conventionnelle est très bas et une énergie solaire encore chère, le particulier, comme l’entreprise, n’a, sur un plan strictement économique, aucun intérêt à s’orienter vers le solaire. Ce qui débouche sur des situations absurdes : des organismes chargés de promouvoir les énergies renouvelables travaillent pour un ministère qui refuse d’utiliser le moyen le plus efficace à a disposition des pouvoirs publics, les prix.

Le gouvernement, qui s’est empêtré dans le dogme des subventions pour acheter la paix sociale, se trouve désarmé. Il est tétanisé dès qu’il est question de subvention. Il n’arrive même à envisager des formules simples : Sonelgaz achète du gaz au prix du marché international au moins pour connaitre ses vrais coûts de production. Elle le vent à un prix subventionné, et l’Etat paie la différence. Et si Sonelgaz se rend compte que le solaire  coûte moins cher, elle peut se lancer dans la filière, avec toutes les retombées industrielles.

Un seul obstacle empêche ce type de démarche : un pouvoir qui a imaginé le quatrième mandat ne peut pas envisager une gestion de cette nature.

Publicités
Poster un commentaire

3 Commentaires

  1. Youcef Tahar

     /  28 octobre 2015

    Merci Abed pour cet écrit tres documenté et tres travaillé. Ce genre d article fait cruellement defaut en Algerie. Je vais le relire avec plaisir et interêt !

    Réponse
  2. Benkaci

     /  29 octobre 2015

    Analyse très pertinente. 22 000 MW de « haf » juste pour rassurer et dire qu’il n’y aura pas de crise énergétique. Un peu comme comme la carte du gaz de schiste qui va polluer sans produire de la rente.
    Est-ce pour faire oublier la destruction programmée depuis 2000 de Sonatrach. Merci, cela avance très bien et l’echec de l’Agence des appels d’offres depuis 10ans?
    Où sont les mesures incitatives pour encourager le citoyen et les promoteurs à introduire le solaire domestique, l’efficacité et l’économie d’un peu de gaz. By the way, quelle technologie va-ton utiliser pour produire ces 22000 MW puisqu’il n’y en a aucune qui est avérée aujourd’hui?

    Réponse
  3. Biladi

     /  31 octobre 2015

    Votre constat est une réalité. J’en suis a ma 6eme participation au salon ERA,notre stand propose des prototypes,des brevets et des offres de partenariats pour accompagner les industriels,investisseurs en matière de savoir-faire mais en vain.Les officiels ne daignent même pas visiter notre stand. La visite du MEM est la dernière en date. L’énergie renouvelable en Algérie se limite aux discours,aux réunions et aux salons.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s