La diplomatie algérienne au secours du Maroc

La diplomatie algérienne au secours du Maroc

La charge du Ministre des affaires étrangères, Abdelkader Messahel, contre le Maroc, a constitué une aubaine pour Rabat.

Abed Charef

Maintenant que la tempête s’est un calmée, il est possible de revenir avec un peu de sérénité que la dernière crise algéro-marocaine. Et puisque tout -plutôt n’importe quoi- a été dit sur cette affaire, pourquoi ne pas l’aborder sous un angle différent, pour dire que, par ses propos, Abdelkader Messahel a donné un coup de pouce inattendu au Maroc? Alors que des commentaires rageurs, parfois proches de l’insulte, émanant aussi bien d’Algériens que de Marocains étaient adressés au ministre des affaires étrangères après ses déclarations controversées, d’autres se délectaient discrètement de cette sortie, qui a offert à Rabat une bouée de sauvetage inespérée, à un moment très délicat.

Les faits d’abord. M. Messahel était, comme nombre de membres du gouvernement algérien, invité à s’exprimer à l’université d’été du Forum des Chefs d’Entreprises, l’organisation qui résume le mieux la puissance acquise par les forces de l’argent en Algérie. Comme d’autres ministres, M. Messahel a tenu un discours supposé ultranationaliste, à la limite de l’arrogance, pour affirmer la supériorité de l’Algérie et de son économie dans la région. Il a inutilement égratigné la Tunisie et l’Egypte, passant rapidement sur le vide libyen, avant de sonner une charge d’une rare violence contre le Maroc. Deux formules ont particulièrement retenu l’attention : la compagnie aérienne marocaine, la RAM, très présente en Afrique, servirait à transporter le kif produit au Maroc, et les banques marocaines, également très implantées dans le continent, blanchissent l’argent de la drogue.

Encombrant Doing business

Les propos sont plutôt inhabituels chez un ministre des affaires étrangères. Du point de vue de M. Messahel, ces arguments étaient supposés contrer la rhétorique selon laquelle l’économie marocaine serait mieux gérée que l’économie algérienne. La référence en la matière est, en l’occurrence, le fameux classement du doing business, dans lequel le Maroc avance, alors que l’Algérie recule. Le nouveau classement 2018 est tombé quelques jours plus tard, confirmant la tendance: le Maroc continue d’améliorer ses positions, alors que l’Algérie perd dix places, rétrogradant de la 156ème à la 166ème place. Elle est désormais parmi les pays les moins attractifs au monde.

La messe était dite. Les adversaires de M. Messahel jubilaient. Manque de tact, manque de diplomatie, propos irresponsables, rien ne lui a été épargné. Il a été accusé de saper les efforts de construction du Maghreb, de freiner la marche de l’histoire. Des commentateurs aussi improbables que Hafidh Derradji et le chanteur Khaled l’ont violemment critiqué. Ceci sans oublier, évidemment, les commentateurs marocains qui se sont déchainés.

Rares étaient ceux qui l’ont défendu. Certains ont évoqué des paroles tenues sous le coup de la fatigue. Ou de la colère. D’autres ont dit qu’il parlait dans une rencontre non officielle. Comme s’il pouvait s’agir d’excuses recevables. Mais là encore, aucun argument ne tient: un homme qui assume cette fonction reste ministre des affaires même en slip de bain, et M. Messahel, qui navigue au cœur du pouvoir depuis plus de quarante ans ne peut se laisser aller à la colère.

Calendrier défavorable au Maroc

Pendant que la polémique enflait, la partie marocaine accueillait avec délice toute cette agitation. Car le Maroc était confronté à un calendrier très délicat. Rabat devait, coup sur coup, gérer le premier anniversaire de la contestation dans le Rif, préparer la tournée que devait effectuer dans la région l’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara Occidental, et trouver une parade à la participation de la RASD au sommet Europe-Afrique, qui pourrait constituer une consécration pour les Sahraouis.

En ébullition depuis une année, le Rif menaçait de basculer dans une nouvelle étape d’une contestation qui ne faiblissait pas. C’est d’autant plus évident que le Roi Mohamed VI a été contraint de limoger trois ministres, dont celui de l’intérieur.

En outre, le retour de la question sahraouie au premier plan de l’actualité onusienne a toujours constitué un moment de crispation dans les relations algéro-marocaines. La tournée de M. Horst Kohler à la mi-octobre, ne pouvait échapper à cette règle. Pour le Maroc, c’était d’autant plus inquiétant que le calendrier pouvait s’emballer, lors du sommet Afrique-Europe prévu à Abidjan. Les tentatives maladroites de la Côte d’Ivoire de ne pas inviter la RASD a ajouté un élément de tension supplémentaire.

Main de l’étranger

Sur ces entrefaites, intervient M. Messahel. Voulait-il, par des propos très durs, augmenter la pression sur le Maroc, en montrant ses muscles avant le sommet d’Abidjan, tout en faisant mine de défendre les choix économiques du gouvernement algérien? A-t-il envisagé l’éventualité que le Maroc récupère ses déclarations sortie à son profit ? Toujours est-il que le ministre des affaires étrangères a offert une porte de sortie inespérée au Maroc, qui a saisi ses déclarations comme une bouée de sauvetage.

C’est de bonne guerre, pourrait-on dire. Comme le nationalisme algérien est largement bâti sur un sentiment anti-français, le nationalisme marocain se nourrit abondamment de l’adversité algérienne. Rien n’est plus utile au Maroc, en temps de crise, qu’une initiative algérienne considérée comme hostile. Elle permet d’évacuer la pression, en essayant de ressouder l’unité nationale.

La main de l’étranger peut ainsi se révéler très utile. Celle de M. Messahel a été salutaire pour le Maroc ces dernières semaines. Mais comme pour l’Algérie, cela permet de se détourner momentanément des vrais problèmes, pas de les résoudre.
PS: y’a une erreur signalée par plusieurs lecteurs. Le ministre marocain de l’intérieur n’a pas été limogé

Publicités
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. malik benamar

     /  6 novembre 2017

    Malheureusement il n’y a pas que le Maroc qui nous a laissés derrière en économie. 2 exemples récents, vous pourrez toujours dire que ce sont « des valets de l’impérialisme » etc, etc….. Après 55 ans nous sommes seulement un pays qui exporte une matière première sans aucune transformation et dont nous ne fixons même pas le prix! Quel exploit!
    Bonne lecture:
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/03/au-maroc-l-aeronautique-joue-les-eleves-modeles_5209610_3234.html

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/31/l-industrie-textile-made-in-jordan-vise-l-europe_5208273_3234.html?xtmc=made_in_jordan&xtcr=1

    Réponse
  2. Ali SBIH

     /  6 novembre 2017

    Bien vu.
    Faut peut être pas trop demander à ce Monsieur.
    C’est à la grosseur des épluchures des pommes de terre (sans allusion perfide…) que l’on reconnait les grandes armées.
    C’est à l’efficacité des « stations » Consulaires que l’on reconnait une diplomatie qui « Gagne ».

    Ali SBIH

    Réponse
  3. Mr alan

     /  8 novembre 2017

    Mr abed charef je ne sais pas vraiment ce que vous cherchez avec cet article vous avez écrit un article long et large pour dire que les declarations de messahel servent le Maroc en fait c est pas depuis ain defla que vous pouvez commentez les affaires interieures du Maroc le rif c est pas comme vous croyez y a rien d’extraordinaire pas au point de croire que le Maroc a besoin de messahel pour detourner les rifin ou je ne sais quoi
    ce qui se passe au rif comme l’explique la presse n a rien a voir avec la réalité au sol
    aussi j aimerais vous corriger le roi a limogé l’actuel ministre de l’education nationale ex ministre de l’interieur a l’époque des dysfonctionnements le ministre actuel de l’interieur qui au passage est un rifin n a pas bougé d’un iota

    Réponse
  4. Khaled

     /  9 novembre 2017

    D’ou sortez vos que la nationalisme marocain se nourrit d’un sentiment anti-algérien ? c’est plutot l’Algérie qui entretient et alimente cette tension contre le Maroc pour servir les affaires intérieures de notre pays. Et lorsque les marocains réagissent et dénoncent les agissements de notre pouvoir ou lui quelques coups reçus cela devient à vos yeux une attaque contre l’Algérie tel que le répète la rhétorique et la propagande du pouvoir d’Alger ? Vous vous fourrez le doigt dans l’oeil Mr Charef.

    Réponse
    • Désolé, j’avais fumé un joint quand j’ai écrit ce texte…
      Je peux même vous dire d’où provenait la marchandise..

      Réponse
      • Khaled

         /  11 novembre 2017

        Ou un karkoubi .. et je peux vous dire aussi d’ou il vient.

  5. Ali SBIH

     /  9 novembre 2017

    On sait qu’au Maghreb les Super postes ne sont pas mérités mais donnés ,la patte blanche ou le baiser main sont les 02 mamelles qui fabriquent des Ministres dociles, taillables et corvéables qui durent une peu plus que les cleanex.

    Il faut reconnaitre que le Royaume a de sérieux problèmes avec la décolonisation, cette étrange ténacité à empêcher les Espagnols de reconquérir Gibraltar ,étrange également cette théorie des dominos mais….. à l’envers.

    Faire avancer l’Europe jusqu’en Afrique ( même si elle est du nord ?) est une bizarrerie qui déteint sur un excès de …..souveraineté très souvent ponctuel .

    Les Enfants du Grand Maghreb doivent ils se permettre de continuer à vivre au rythme de fables ,de sornettes et de demi vérités.

    Réponse
  6. Ali SBIH

     /  13 novembre 2017

    Pas de quoi être fier .

    Sociétés archaïques , fragiles et super émotives…………..,

    A force de traquer les mauvaises réponses ,on ne déterre que les mauvaises questions.

    Le grand Maghreb est un rêve qui part ,de jour en jour ,en « fumée ».

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s