Médecins résidents et gratuite de la médecine : sortir des débats au rabais

Les officiels algériens, ministre de la santé en tête, continuent de parler de gratuité de la santé.

Ce concept de la « médecine gratuite », né d’un autre temps, n’a plus aucun sens. Les dirigeants algériens, dans un mimétisme absurde, continuent pourtant de le brandir, pour s’affirmer proches du peuple. Comme si on pouvait à la fois gérer un pays en privilégiant l’argent sale et demeurer proches du peuple.

Le concept contient également un mensonge. Les Algériens qui se soignent dans le secteur privé paient. Même les assurés sociaux paient. Ils paient au moins la différence entre le coût réel des prestations et ce que qui est remboursé par la sécurité sociale.

Les privilégiés du système, eux, peuvent ne pas payer. Particulièrement quand ils sont pris en charge pour des soins à l’étranger, où ils bénéficient d’excellentes prestations, payées en devises.

Le mensonge ambiant décrit donc une autre réalité sociale : des prestations au rabais, fournies par des établissements publics dans des conditions parfois épouvantables.

Garantir l’accès aux soins, non la gratuité des soins

Ceci appelle deux commentaires. Le premier devrait pousser à un changement radical de discours. On ne parle plus de gratuité de la médecine, mais de garantie d’accès aux soins. Le travailleur déclaré, le retraité, l’entrepreneur travaillant dans la légalité paient des cotisations. Ceux qui travaillent dans l’informel doivent être poussés à cotiser : il est inacceptable et injuste que des millions de personnes travaillant dans l’informel puissent bénéficier de mêmes prestations que d’autres dont une partie du revenu est consacrée aux cotisations sociales.

Ensuite, intervient la solidarité nationale, pour prendre en charge les autres, ceux qui n’ont pas les moyens de contribuer à l’effort de solidarité nationale.

Comportement illégal et indigne

Le second commentaire concerne les résultats du comportement irresponsable des responsables du secteur, lequel débouche sur une situation intolérable, avec des conséquences en cascade.

L’une d’elle concerne la contestation engagée par les médecins résidents. Ceux-ci ont présenté une revendication relative à la suppression du service civil. Il est inutile de revenir sur le comportement indigne des autorités, qui, en plus de la répression, viennent d’inventer des pratiques totalement condamnables: arrêter les gens, les emmener au loin et les déposer en pleine nature, ou bien violer le droit des gens à se déplacer librement, les arrêter de manière préventive dans les bus, les trains, sur la route, etc.

Ne pas se laisser entrainer vers le bas

Faut-il aménager le service civil, le supprimer ? Les réponses divergent, mais indépendamment des attitudes des uns et des autres, on note que l’attitude indigne des autorités a poussé les résidents à se laisser entrainer vers des terrains dangereux. La décision de ne pas assurer les gardes est inacceptable. Celle de ne boycotter les gardes d’urgence est encore plus grave.

On ne peut pas lutter contre un gouvernement aussi incohérent en adoptant la même attitude que lui. Il faut absolument garder de la hauteur, s’accrocher aux grands idéaux de la profession, refuser de se laisser entrainer vers le bas par une bureaucratie incapable d’avoir une vision de l’avenir du pays.

L’exercice de ce métier est trop noble pour que ceux qui le pratiquent en soient amenés à adopter des attitudes contestables. Ne pas assurer les gardes, c’est faire payer aux citoyens les plus vulnérables, les malades, le prix de décisions prises par un gouvernement irresponsable.

Publicités
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Bien vu mais il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s