Vivre sans eux

Ils occupent tout l’espace, politique, sécuritaire et médiatique. Ils font tout. Mais pourquoi faire ?

Par Abed Charef

En cette matinée du 18 septembre, la tendance était au sourire moqueur. Un sourire entendu, appelant chacun à une sorte de complicité, pour dire : on le savait bien, on vous l’avait bien dit, « ils » sont malins, et forts, très forts ; « ils » l’ont encore fait, et « ils » ont réussi leur coup. Chez les dirigeants de partis comme chez les bureaucrates de la périphérie du pouvoir, dans les milieux de l’opposition comme au sein de la clientèle du régime, chez les analystes comme chez les faiseurs d’opinion, tout le monde semblait exprimer le même sentiment de connivence, mêlé de soulagement : la révolution virtuelle du 17 septembre n’a pas eu lieu.

Et comment pouvait-elle avoir lieu ? Encore un coup foireux comme seuls, « eux », savent les organiser, vous assure-t-on partout. « Ils » ont organisé le coup, « ils » ont fabriqué une révolution fictive pour bien démontrer au monde que l’Algérie n’est pas concernée par ce qui se passe dans le monde arabe, car l’Algérie, selon « eux », est déjà une démocratie qui, de plus, n’hésite pas à aller plus loin dans l’ouverture démocratique, comme l’atteste la panoplie de lois en instance d’être votées par le Parlement. Le scénario du 17 septembre serait donc un montage, de bout en bout, et il aurait parfaitement réussi.

Quel scénario? Selon ce qui se raconte dans les rédactions et dans les cafés, un appel a été lancé au début du mois pour organiser une grande journée de protestation le 17 septembre. Qui a lancé la rumeur ? « Eux », évidemment, disent les uns. Non, la rumeur a été lancée par de vraies protestataires, et « eux » ont pris le relais, pour la contrer et l’utiliser au profit du pouvoir, disent d’autres. Relayée sur le net et différents réseaux, la rumeur a pris d’autant plus d’envergure que des officiels ont joué le jeu pour lui donner du crédit. Tel le ministre de l’intérieur, Daho Ould Kablia, qui a mis en en garde contre les manœuvres de déstabilisation. Ou encore ces journaux publics (ils existent encore), et parapublics, qui ont participé à déjouer le complot.

La révolution du 17 septembre a même eu un porte-parole, un obscur membre d’une association de Djelfa, qui aurait pris attache avec le philosophe révolutionnaire Bernard Henry-Lévy, pour l’inviter à parrainer le grand jour en Algérie. Le correspondant d’un site internet basé à Londres était accusé d’avoir servi de relais, pour bien montrer la main de l’étranger dans ce complot ourdi. Et finalement, Al-Jazeera s’emparait à son tour de l’évènement, pour en assurer une forte médiatisation.

Bernard Henry-Lévy, anniversaire des massacres de Sabra et Chatila, choix de la journée de samedi (journée de repos des personnes de confession juive), la boucle était bouclée. On avait désormais la preuve de l’origine étrangère du complot, on avait démasqué ses initiateurs, et il ne restait plus qu’à les confondre. C’est la vigilance du peuple algérien qui s’en chargerait : pas un seul manifestant dans les rues d’Alger en ce samedi 17 septembre.

Le 18 au matin, on nous assurait que tout ceci n’était évidemment qu’un montage. « Ils » ont tout organisé pour prendre les devants, et discréditer à l’avance tout mouvement de foule. « Ils » ont décidé d’organiser une fausse révolution pour éviter la vraie révolution. N’ont-« ils » pas commandité les marches du samedi pendant tout le premier semestre pour éviter précisément que la rue n’organise de vraies marches de protestation ?

On était à peine sorti de cette paranoïa où « ils » font tout, absolument tout, qu’ « ils »revenaient, de nouveau, lundi soir, dans un documentaire diffusé par Canal Plus consacré aux moines de Tibhirine. Réalisé par Jean-Baptiste Rivoire, qui s’est spécialisé dans l’analyse du côté sombre de la tragédie algérienne, le documentaire nous assure qu’ « ils » ont tout planifié, tout organisé. Le GIA, Djamel Zitouni, Abderrezak El-Para, le terrorisme, c’est « eux ». Même le boulanger, ce serait « eux ».

« Ils » ont fait enlever les moines, « ils» les ont baladés dans la montagne, « ils » voulaient organiser une grande opération de communication pour lever l’embargo de fait qui avait été imposé à l’Algérie. « Ils » voulaient par la suite organiser une opération spectaculaire pour faire libérer les moines, mais les choses ont mal tourné. Alors, « ils » les sacrifiés.

Mais s’ils si sont puissants, si omniprésentes, pourquoi n’utiliseraient-ils pas une partie infime de leurs capacités pour tenter de sortir le pays de la crise ? Et tout ce qu’ils font, ces complots, ces manips, ça les mène où ? Et si « eux »sont connus, alors, nous,  qui sommes-nous ? Et pouvons-nous exister sans « eux » ?

العيب في الراعي أم في الغنم؟

الشروق- 16/06/205

عابد شارف

 

قال عبدالعزيز بوتفليقة منذ زمن طويل أن الدستور الجزائري لا يصلح، وأنه ينوي تغييره لما تسمح له الظروف. وثنا عليه عبدالعزيز بلخادم هذا الأسبوع حيث وقال أن الدستور الجزائري لا يصلح، ويجب تغييره من أجل تحديد صلاحيات كل هيئة بصفة أدق. وبين تصريحهما، تكلم الكثير من المحترفين الذين اكتشفوا أنهم  فقهاء في علم الدساتير، وانتقدوا نقاط الضعف التي يحملها القانون الأساسي للبلاد وأسهبوا في الموضوع.

لكن بين هذا وذاك، يبقى فرق أساسي. فالبعض يتكلم ويعرف ما يقول، والبعض الآخر يتكلم لأنه سمع المقربين من الرئيس يتكلمون فاعتبر أنه من الضروري أن يتكلم هو الآخر ويعلن عن تأييده للرئيس وفكره ومشاريعه حتى يضمن لنفسه أن يبقى في قائمة فائري المرحلة السياسية القادمة.

فالأمين العام لجبهة التحرير الوطني تكلم هذه المرة من منصب وزير دولة، بل تجاوز المنصب ليفتح الباب أمام مراجعة الدستور. وحدد موعد العملية قائلا أنها ستتم في بداية السنة المقبلة. وراح عبدالعزيز بلخادم يحلل الدستور الحالي ويشرح عجز السلطة والحكومة وأحزاب الأغلبية بعيوب الدستور. فلما سئل عن عدم تعيين رئيس الحكومة من صفوف جبهة التحرير رغم أن حزبه فاز بالأغلبية في البرلمان، قال أن ذلك يعود إلى الدستور. وأضاف أن منصب رئيس الحكومة يتميز بغموض في الصلاحيات التي يمارس ولا بد من توضيحها.

وما قاله عبدالعزيز بلخادم يثير الانتباه في ثلاث نقاط أساسية. أولها أنه عضو منذ مدة طويلة في حكومة تسير شؤون البلاد انطلاقا من الدستور الذي لا يعجبه. إضافة إلى ذلك فإنه مارس مهام رئيس المجلس الشعبي الوطني في إطار دستور 1989 الذي لا يختلف عن الدستور الحالي فيما يخص منصب رئيس الحكومة. وطيلة هذه المدة لم يشكو بلخادم من ضعف الدستور أو اختلال التوازن بين مؤسساته.

أما النقطة الثانية والتي لم يتكلم عنها أحد، ومن المحتمل ألا تأخذ قسطا كبيرا في النقاش و"الهدرة" التي ستثيرها مراجعة الدستور، فهي تتعلق بالهدف الأساسي والرئيسي من مراجعة الدستور، وهو فتح المجال للرئيس عبدالعزيز أمام عهدة ثالثة. فالدستور الذي جاء به اليمين زروال يحدد ممارسة الرئاسة بعهدتين فقط، وهي نقطة يجب الفصل فيها بسرعة حتى يتمكن عبدالعزيز بوتفليقة من البقاء في الحكم بعد سنة 2009 ويتحول يتحول بقاؤه في الرئاسة إلى مطلب شعبي تنادي به الجماهير، خاصة إذا كان رئيس الجمهورية قد حقق المصالحة الوطنية والعفو الشامل قبل ذلك.

وقبل بوتفليقة، توصل عدد من الرؤساء العرب إلى نفس النتيجة، منهم زين العابدين بن علي وإلياس هراوي. ولا يوجد في الجزائر مانع عن ذلك خاصة إن تمكن الرئيس أن يواصل المشوار ينفس تصرف الماضي، فهو يضمن المناعة للكثير من أهل السلطة ويسمح لكل ذي حق أن يأخذ حقه من الغنيمة ويمكن أن يقنع كل الأوساط الفاعلة أن أسعار البترول سترتفع أكثر فأكثر وأن حجم الغنيمة ستضاعف ولا حاجة للفتنة بين من وضعوا أنفسهم في مواقع القرار التي تسمح لهم بالمشاركة في اقتسام الغنيمة.

وبقاء بوتفليقة في السلطة يعيد قضية أخرى، وهي النقطة الثالثة التي تثير الاهتمام في مراجعة الدستور: متى احترمت الجزائر دستورها وقوانينها حتى يقول أحدهم، أيا كان، أن الدستور أصبح يشكل عائقا لتسيير البلاد؟ ويكفي أن نذكر بعدد من المحطات لندرك ما قيمة الدستور والقوانين في البلاد. فاختيار بوتفليقة سنة 1999 تم خارج الدستور، ولم تكن العملية الانتخابية إلا ديكورا لتجميل العروس.

ولما استولى علي بن فليس على جبهة التحرير، قيل أنه احترم القانون الأساسي للحزب ونظم المؤتمرات بصفة شرعية، خاصة أنه كان رئيسا للحكومة. ولما تقرر في مكان ما أنه يجب طرد علي بن فليس من السلطة، اكتشف نفس علماء القانون أن مؤتمرات بن فليس كانت غير قانونية وأن الرجل لا يصلح لا لرئاسة الحكومة ولا لرئاسة الجمهورية. ولما قررت السلطة أن تمنع أحزابا من الوجود، فإنها لم تبالي بالحق الدستوري في الممارسة السياسية ووضعت قانون الأحزاب جانبا وتعاملت مع الساسة بمنطق ميزان القوى. ولم يأت القانون إلا كغطاء نهائي لقرار سياسي وجد من يعطيه الشرعية.

وبنفس المنطق، لما قررت السلطة منع أحمد طالب الإبراهيمي ومحفوظ نحناح من الترشح للرئاسيات، استعملن طرقا لا علاقة لها بالقانون، وإلا كيف يترشح نحناح مرة سنة 1995 ثم يسحب منه هذا الحق خلال الاقتراع الذي يليه. وقد ظهر في القاموس السياسي الجزائري مصطلح جديد للكلام عن الانتخابات، حيث أصبحت الصحافة تتكلم عن "الاستحقاقات" بدل الانتخابات. ولعل هذا المصطلح ينطبق أكثر على الواقع الجزائري لأن الجزائريون لا "يستحقون" كلهم أن يرشحوا، مع الإشارة أن كلمة "يستحق" تأخذ هنا معناها باللغة العامية، أي أنهم "ما يستهلوش" أن يترشحوا أو يفوزوا بالانتخابات.

وفي هذه المحطة، لا يمكن أن نتجاهل الواقع الجزائري الذي يتميز أساسا بغياب قواعد لتسيير البلاد. ولما نتكلم عن القواعد، فإن الدستور لا يشكل إلا جانبا منها. فالقواعد تشمل الدستور والقانون كما تشمل ما هو أهم من ذلك: احترام هذه القواعد. مما يدفع إلى التذكيلا بهذه الملاحظة التي صدرت عن مسئول سابق، حيث أجاب عن سؤال حول تغيير الدستور: احترموا الدستور الحالي وطبقوه بعيوبه، وعندها سنرى هل أن العيب فيكم أم في الدستور، ونتأكد هل أن العيب في الراعي أم في الغنم. ونضيف إلى هذه الملاحظة: هل العيب في الدستور أم في أناس سافروا في أقطار العالم وحاولوا أن ينقلوا كل شيء من هذه البلدان باستثناء القيم والقواعد التي سمحت للبلدان القوية والغنية أن تصبح غنية وقوية؟

ع.ش

Partage de butin sur les décombres du FLN

Alger vit des lendemains de tempête. On ramasse le débris et on partage le butin. Le sort du navire est secondaire.

 

Par Abed Charef

 

Les lendemains de tempête sont des moments très particuliers. Les uns tentent d’inventorier les dégâts, pendant que d’autres évaluent le butin, et sont préoccupés par le partage de tout ce que le fleuve a charrié. Le tout se fait parfois dans la dignité, souvent dans la douleur et le déshonneur. Ceux qui se préparent à partager le butin travaillent méthodiquement, et dans la discrétion, alors que les autres, ceux qui changent de religion pour adopter celle du nouveau dieu, sont particulièrement bruyants.

Les lendemains du 8 avril n’ont pas échappé à la règle. Du côté des victimes, Ali Benflis ne se fait guère d’illusions. Il sait qu’il va être soumis à rude épreuve, et il a déjà fait un pas pour bien signifier qu’il se plie aux règles des nouveaux maîtres. Il a en effet convoqué le comité central issu du 7ème congrès, reconnaissant implicitement les décisions de l’appareil judiciaire invalidant les assises les plus récentes de son parti.

Il voit aussi le navire se vider autour de lui. Quelques fidèles, encore sous le choc, continuent de s’accrocher, liant leur sort à celui de celui qui apparaît comme un ex-patron du FLN. Mais sonnés par le choc du 8 avril, ce carré de fidèles risque à son tour d’être définitivement mis k.o devant le spectacle honteux du ralliement massif de leurs anciens compagnons aux nouveaux vainqueurs. Et même le spectacle est de tradition dans le pays, il est toujours surprenant d’y assister une nouvelle fois.

Benflis semble gêné par les bribes du FLN, dont il ne sait que faire. Il sent que l’assaut final est pour bientôt, et qu’il arrivera au pire des moments. Il sait tout aussi bien que ses anciens amis risquent d’être les plus féroces au moment de la mise à mort.

Peut-il survivre politiquement à l’épreuve ? Peut-être. Après tout, il a bien rebondi après quelques années de vaches maigres. Mais s’il est condamné, il peut se consoler dans quelques semaines, ou quelques mois, lorsque l’autre clan arrivera à son tour à aboutissement logique. Car les vainqueurs du jour, qui négocient aujourd’hui le partage du gouvernement, du FLN, du contrôle de l’administration, de la rente et de la rapine, finiront, probablement plus tôt qu’on ne le pense, par se rendre compte de deux évidences.

D’abord, ils ne sont que les sous-traitants d’une opération qu’ils ont exécutée, mais qu’ils n’ont pas conçue.  Ils ont été les maîtres d’œuvre, mais pas les commanditaires. Les véritables auteurs de la combine restent discrets, bien que leur ombre soit envahissante.

Ensuite, le statu quo reconduit à la faveur des présidentielles du 8 avril ne peut durer. C’est une alliance de conjoncture entre des partenaires liés par de puissants intérêts communs, mais qui finiront à leur tour par examiner une question de fond, occultée jusque là : qui a le droit d’étendre son hégémonie sur les autres ? Le pouvoir doit-il rester là où il est, et être sous-traité au profit de Liamine Zeroual hier, Abdelaziz Bouteflika aujourd’hui, ou doit-il changer de titulaire ?

A cette question, qui se limite à l’intérieur du système, se greffent évidemment d’autres sujets, plus importants, liés aux rapports du pouvoir à la société. Celle-ci est, jusqu’à l’heure actuelle, hors du coup. La décision, prise au sommet, est appliquée par la périphérie du pouvoir et l’administration, soutenues par les réseaux d’allégeance, mais elle reste sans effet sur la société, qui vit en marge de la politique.

Dans leur euphorie, les vainqueurs, guidés par le souci de se placer, oublient la réalité du pays. Chômage, déliquescence de l’état, absence de structures d’arbitrage, extension de la corruption et marginalisation de larges franges de la société constituent autant de bombes qui ne manqueront pas d’exploser, un jour ou l’autre.

Et si tout ceci ne devait pas suffire, il faudra bien que les vrais centres du pouvoir se posent, un jour ou l’autre, de nouvelles questions, pour se demander où ils mènent le pays. Absorbés jusque là par les manipulations à grande échelle dans le souci de préserver le système, ils seront forcés d’admettre que la machine est dépassée, et qu’elle ne peut mener le pays bien loin. Elle sait, certes, manipuler une élection, mais ne peut élaborer un projet politique viable dans un monde qui explose.

Cette machine se contentera, dans les mois qui viennent, à mener de nouvelles opérations ponctuelles, pour habiller la vie politique du pays. Elle mettra en scène la bataille du FLN, et passera ensuite aux élections législatives, qui pourront meubler un bon semestre. Ensuite, on parlera de la nouvelle constitution, puis d’une loi sur la fameuse concorde civile, à moins qu’on ne change l’ordre des échéances. On se retrouvera alors à la veille des élections locales, à partir desquelles on commencera à parler des présidentielles de 2009.

Ce sera largement suffisant pour occuper les esprits, et donner l’impression qu’il existe une véritable vie politique dans le pays. Mais sur le terrain, il n’existe guère de prémices laissant entendre que de vraies perspectives vont apparaître.

A moins que ceux qui ont vraiment la capacité en décident autrement. Ou que la rue ne fasse brutalement irruption dans la vie politique.

L’homme-torche de Djelfa

Un drame a eu lieu à la Maison de la Presse. C’est un scoop, mais un grand débat politique.

 

Il a parcouru plus de 300 kilomètres pour venir à Alger. Il n’avait pas de valise, pas de bagage. Juste un drame dans la tête. Il a longuement ruminé sa décision, pesé le pour et le contre, et plus le bus qui l’amenait de sa lointaine Djelfa se rapprochait d’Alger, plus sa conviction se renforçait: la vie l’a complètement lâché. Le désespoir s’installait en lui, définitivement. Il n’avait plus d’issue, plus d’alternative.

En ce mardi 18 mai 2004, cet homme, auquel la presse n’a même pas daigné donner un nom et un prénom, avait atteint l’abîme. On imagine facilement son long parcours désespéré avant qu’il ne débarque à Alger. Licenciement, sentiment d’être abandonné, hogra, impuissance à faire face à un engrenage terrible qui l’a éjecté de la vie normale. Il a frappé à des portes, toutes les portes. Il n’a trouvé aucun interlocuteur en mesure de le réconforter, de répondre à ses doléances, de lui rendre justice. Alors, il a entamé son pèlerinage vers cet espace mythique qu’est devenue la Maison de la Presse. Et, naïvement, comme ces milliers d’Algériens confrontés à ce mur de Berlin qui les sépare des institutions, il a pensé que la presse constituait son ultime salut. Il ne croyait plus rien en l’administration, ni en la justice, ni aux politiques. Le syndicat est, pour lui, une chose étrange et les recours devant les tribunaux, un moyen d’étouffer les injustices. Il ne connaît ni les partis de la coalition, ni ceux de l’opposition.

Il n’a pas lu le chapitre du programme du gouvernement Ouyahia consacré à la lutte contre le désespoir. Il est donc venu frapper à la porte des journaux. Il est convaincu, comme tous ces Algériens qui «traînent» une affaire, que son cas est unique, un modèle d’injustice, un cas d’école dans l’engrenage de la hogra. Il pensait que le simple fait d’exposer ce qu’il a enduré, la seule évocation de ses souffrances morales, seraient suffisants pour provoquer un sentiment de révolte chez tous ses interlocuteurs.

On saura peut-être un jour comment cet ultime espoir s’est envolé. Et c’est alors qu’il a décidé de s’immoler par le feu, consacrant, par un simple geste, l’échec de l’Algérie, de ses pouvoirs et de ses contre-pouvoirs, celui de l’administration comme celui des partis et de la presse. Car c’est un échec collectif, dans lequel chacun a une responsabilité évidente.

La première responsabilité est celle d’un pouvoir sourd aux doléances et aux pulsions de la société. Il a en face de lui, une réalité qui s’exprime au quotidien par des drames, des émeutes, des jacqueries, parfois par des crimes et des actes de violence, mais il refuse de la voir. C’est un pouvoir capable de réconcilier Abdelaziz Belkhadem et Karim Younès, de regrouper les légalistes et les dissidents du FLN, mais il est incapable de penser à se réconcilier avec la société algérienne, malgré les mots d’ordre sur la réconciliation nationale. C’est, surtout, un pouvoir qui ne peut, ou ne veut, se rendre compte que les institutions en place, dans leur composante, leur fonctionnement et leurs compétences, sont définitivement disqualifiées, incapables de répondre aux aspirations des Algériens. A différents niveaux du pouvoir, on ne trouve plus de structures ou de centres de décision en mesure de constituer un vrai recours. Seuls ceux qui ont un accès direct au wali ou au ministre peuvent trouver des solutions. Ce cercle, se limite au pouvoir et à sa périphérie immédiate. Le reste, tous ces Algériens vivant en dehors des réseaux, sont condamnés. Le désespoir guette chacun d’entre eux, dans un monde kafkaïen qui a abandonné tous ses repères.

La presse se trouve, elle aussi, sérieusement interpellée. Elle assume, désormais, une immense responsabilité morale qui dépasse visiblement ses capacités. Dans le long processus qui a détruit la plupart des contre-pouvoirs dans le pays, elle a joué un rôle, parfois important, en participant à discréditer un certain nombre d’alternatives. Avec le temps, elle s’est imposée comme une nouvelle source de pouvoir et de puissance, se substituant à d’autres parties, plus qualifiées et mieux outillées. Aujourd’hui, pour nombre d’Algériens, la presse apparaît comme le dernier, l’ultime recours. C’est dans ce lieu symbolique, la Maison de la Presse, que cet homme a terminé son long parcours, pour venir s’immoler par le feu devant les journalistes.

Voulait-il simplement les prendre à témoin? Ou bien son message va-t-il au-delà, pour dire à cette presse, qu’elle, non plus, n’est plus un recours, qu’elle est impuissante, incapable d’entretenir l’espoir, de changer le cours des choses, et qu’au bout du compte, elle constitue simplement une illusion de plus dans ce paysage de mystification démocratique?

Après le choc des présidentielles, et l’immense désaveu subi par la presse, les questions se multiplient. Elles s’imposent avec une insistance jamais égalée. Certains acteurs, comme le pouvoir, semblent définitivement inaptes à y répondre, ni même à les écouter. Par contre, d’autre acteurs, politiques, médiatiques et sociaux, apparaissent plus disponibles. Ils ont peu de moyens, certes, et ne recueillent pas l’écho souhaité. Mais toute la pression est, aujourd’hui, sur eux. Ils sont condamnés à prendre l’initiative à trouver des solutions et à imaginer de nouvelles démarches. A moins qu’ils ne se complaisent, eux aussi, dans cette situation facile du photographe de presse, heureux de voir le scoop venir à lui, au journal, sous la forme d’un homme-torche. Ce sera alors un pays en flammes, pas seulement un inconnu venu de Djelfa, qu’il faudra assumer.

Quotidien d’Oran, septembre 2004

La presse algérienne, côté cour

 

La « grande aventure intellectuelle » a commencé il y a près de quinze ans. Si on ne peut en faire un bilan complet, on peut relever quelques échecs.

 

 

Le 4 juin 1991, des personnes, non identifiées, ont tiré sur le Palais du Gouvernement, à Alger. A plusieurs reprises. Qui sont ces gens ? Quelle était leur motivation ? On ne le sait pas encore. Smaïl Gioumeziane, qui faisait alors partie du gouvernement, le révèle dans son dernier livre, « Fils de Novembre ».

Quelques années plus auparavant, Hicham Aboud, ancien officier des services spéciaux, ancien proche de Mohamed Betchine, et qui devait payer chèrement cette amitié, écrivait un autre livre, La Mafia des Généraux, dans lequel il portait de graves accusations contre Khaled Nezzar.

Plus près de nous, la mort de Massinissa Guermah a provoqué le déclenchement d’évènements dramatiques en Kabylie. Pourtant, le jeune Guermah n’a pas été « assassiné », comme continue à l’écrire la presse. Tous les témoignages et les faits concordent pour confirmer qu’il s’agissait d’un accident, auquel se sont greffés d’autres faits troublants. Cela n’empêche pas la presse d’écrire, encore aujourd’hui, qu’il s’agissait d’un assassinat.

Ces trois faits, avec leurs implications, suffiraient pour montrer à quel point le rêve d’une presse algérienne libre, né dans l’euphorie démocratique de l’après-1988, n’aura été qu’une chimère. Ils révèlent en tous les cas que « l’aventure intellectuelle », sur laquelle devait déboucher la création de la presse indépendante, a subi une sérieuse altération, précisément parce que la presse a failli dans une des missions qui en étaient attendus : enquêter, insister sur les faits, refuser de se laisser entraîner dans les vérités faciles et dans les certitudes confortables et rassurantes.

Pour l’affaire Guermah, les dégâts sont immenses. Des dizaines de morts, toute une région du pays en situation de non gestion, et des fractures psychologiques terribles. Dans tout ce parcours, pourtant, il y avait possibilité de renouer avec les faits. La commission d’enquête sur la situation en Kabylie a rendu ses conclusions, qui sont publiques. La vérité est donc là, connue. Mais pour la presse, il était difficile d’aller à contre-courant. Elle n’a donc pas réussi à rétablir une situation, pour ne pas dire plus, alors qu’elle en avait les moyens.

Dans l’affaire Nezzar, l’enjeu est tout aussi évident. Tous les directeurs de journaux connaissent à la fois Hicham Aboud et Khaled Nezzar. Beaucoup connaissent personnellement les deux hommes. Pourtant, un black-out total a été observé sur le livre de Hicham Aboud, alors que ses révélations concernent celui qui a été considéré comme l’homme fort du pays pendant les années les plus difficiles. Là encore, ces informations sont publiques, disponibles dans un livre accessibles sur Internet.

Les révélations relatives au 4 juin 1991 sont plus délicates à analyser. Celles rapportées par Smaïl Goumeziane permettent de lire de manière totalement différente ce qui s’est passé cette nuit là. Il faut rappeler qu’il s’agit d’une période marquée par la grève générale du FIS, et que pendant que les militants du parti dissous occupaient les places publiques, d’autres hommes  tiraient sur le palais du Gouvernement. Et c’est ce coir là que la démission du gouvernement Hamrouche a été rendue publique. La presse venait de perdre, ce jour là, le gouvernement qui a fait le plus pour sa liberté depuis l’indépendance. Quatorze ans plus tard, peu de choses ont été écrites sur cette fameuse nuit, durant laquelle tout a basculé. C’était le début du compte à rebours pour la démocratie et les libertés.

Ces silences, ces oublis, ces « trous » sont nombreux. Ils témoignent de la défaillance d’une presse née dans l’euphorie et l’enthousiasme, mais qui n’a pas être le témoin de certains moments essentiels de la vie du pays.

On peut aussi, à contrario, s’étaler sur les prouesses de la presse, sur ses « victoires » et les affaires qu’elle a révélées. On peut également s’étaler sur un terrain encore plus facile, celui de la répression exercée par le pouvoir contre la liberté de la presse. Ce sont les méthodes classiques pour commémorer un anniversaire.

Il semble cependant plus intéressant de relever les défaillances de la presse, et d’insister sur l’immense gâchis qu’a connu le pays sur ce terrain, ainsi que sur le manque à gagner engendré par la régression des années 1990. En rappelant, par exemple, que lorsque la télévision algérienne était libre, lorsque des cassettes vidéo des émissions de débat politique en Algérie se vendaient sous le manteau dans les pays voisins, El-Djazira n’était pas encore née ! Quinze ans plus tard, la télévision algérienne ressemble plus à celle de la Corée du Nord qu’à celle d’un pays qui humé la liberté, tant il est difficile de savoir, parfois, si on regarde une chaîne algérienne ou une chaîne libyenne.

C’est le côté cour d’une presse qui a peut-être ses lettres de gloire, mais dont les ratés sont nombreux, très nombreux. Ils sont d’autant plus pesants que face à l’absence de contre-pouvoirs et de recours, la presse est devenue, par la force de choses, le recours, ultime et impuissant, pour tout un peuple.

ABC

Le Quotidien d’Oran, Décembre 2004