Histoires algéro-françaises

Fractures politiques, fractures sociales, exclusions : la France et l’Algérie se ressemblent. Pourtant, un océan les sépare.

Par Abed Charef

Le président de la République a de moins en moins d’influence sur la vie politique du pays. Il a annoncé des projets pour se faire réélire, mais ne les a pas tenus. Il s’est adressé aux citoyens les plus défavorisés pour leur promettre dignité et respect, mais le fonctionnement du système politique l’empêche de trouver le moindre levier pour orienter, selon ses choix, le cours des choses. Comble de malchance, il s’est trouvé affaibli par la maladie, ce qui installe une atmosphère de fin de règne dans le pays.
Le pays en question n’est pas l’Algérie. Il s’agit de la France. Ce thème a occupé une place centrale dans le débat politique français cette semaine. Mais le parallèle est frappant entre le parcours de deux chefs d’état arrivés au crépuscule de leur carrière, hospitalisés tous les deux au même endroit, l’hôpital des armées françaises. Là où un illustre militant, Yasser Arafat, terminait ses jours il y’a tout juste un an.
Jacques Chirac avait promis de réduire la « fracture sociale » et promis la dignité à « la France d’en bas ». Abdelaziz Bouteflika avait promis dignité et fierté, avait demandé aux Algériens de relever la tête (arfaa rassek yabba), et promis la réconciliation entre Algériens. A quelques nuances près, c’est le même programme. Mais au bout du compte, Chirac a eux les banlieues pour lui signifier son échec. Quanr à Bouteflika, en plus des émeutes quotidiennes de la périphérie, il s’est empêtré dans les clans et la bureaucratie, pour se noyer dans des scandales financiers sur lesquels il n’a pas d’emprise.
Le chef de l’état français est soumis à une rude pression, dominée d’abord par les appétits de ses successeurs potentiels, qui se livrent bataille sous ses yeux, alors que lui-même essaie de sauver les meubles en se frayant une sortie dans la dignité. Entraînés dans une surenchère, les aspirants à sa succession mènent la France de plus en plus droite, pour espérer être au bon endroit, au bon moment, lorsqu’il sera temps de gravir les marches de l’Elysée en vainqueur.
Abdelaziz Bouteflika subit, lui aussi, le poids des ambitions liées au pouvoir. Même si elles ne sont pas aussi aigues que celles imposés à Chirac, elles risquent de connaître une sérieuse accélération avec sa maladie. Il doit également tenir compte d’autres appétits, plus destructeurs, ceux liés à la rapine et à la rente de manière plus générale.
Les appareils politiques auxquelles doit faire face Bouteflika poussent eux aussi encore plus à droite. La libéralisation à outrance prônée dans tous ses cercles ne tient guère compte d’une large frange de la société, laissée sur le bord de la route, et qui ne trouve que l’émeute comme exutoire et forme d’expression.
On peut encore avancer d’autres similitudes, mais ce sont pourtant les différences qui sont les plus frappantes. La France est un pays structuré, organisé, capable de faire face et sortir mieux armé d’une crise. L’économie française a peu souffert des émeutes, et la classe politique tente de comprendre et d’apporter des problèmes à une situation qu’elle n’a pas anticipée.
A l’inverse, l’Algérie est un pays déstructuré, avec une société en lambeaux et des institutions en miettes. La réflexion y est pratiquement absente. Non à cause d’une quelconque incapacité génétique ou de la pauvreté, mais parce le système politique en place interdit le débat. Il ne suffit pas d’organiser quelques colloques entre bureaucrates, en y invitant des personnalités étrangères, ou de quelques tribunes dans les journaux, pour prétendre au débat. Celui-ci nécessité un organisation de fond, pour le structurer et en faire un moteur de l’action politique.
C’est pour cette raison peut-être qu’une partie de la France, celle qui est la plus rétrograde, la plus réactionnaire, la plus abjecte, continue de narguer l’Algérie. Cette France qui glorifie le colonialisme ne se limite pas à l’extrême droite. Elle s’étend bien au-delà, pour englober des personnalités reçues avec faste à Alger. Plus grave encore, elle recrute. Et pas n’importe qui. Des « philosophes » lui font allégeance, comme Alain Finkielkraut, pour s’en prendre aux noirs et aux arabes, des hommes de lettres et des personnages naguère considérés comme représentatifs du « français moyens ».
Cette France là est, certes, puissante. Mais elle est également puissante par la faiblesse de ses partenaires. Après tout, depuis dix ans, dans les élections présidentielles françaises, l’Algérie affirmé sa préférence pour les candidats de droite, historiquement liés aux partisans de l’Algérie française, aux détriments de ceux de gauche, en général plus favorables à l’indépendance. Plus tard, elle a fait du traité d’amitié entre les deux pays un thème de politique majeur, alors qu’une question centrale, celle de savoir si la colonisation est un crime contre l’humanité ou une œuvre « positive », ne fait pas encore l’objet d’un consensus.
Mardi dernier, la France a tranché cette question. Elle persiste et signe. Son instance la plus représentative, l’Assemblée Nationale, a refusé de changer la loi du 23 février 2005 qui fait l’éloge de la colonisation. La veille de ce vote, j’ai relu quelques passages sur les exploits réalisés par les généraux Pélissier et Saint-Arnaud dans le Dhahra, cette lointaine contrée qui m’est si proche : c’est là que se trouve mon douar. J’ai essayé d’imaginer ce qu’y fut « l’œuvre positive » de la France, sachant que l’acte français le plus célèbre dans cette région se résume en un mot : enfûmades.
abc@wissal.dz

Publicités

البترول، الديمقراطية والاحتلال

ثروة العراق النفطية تنهب لأن العراف محتل. وثروة الجزائر النفطية ستنهب…
عابد شارف

قالت منظمة بريطانية غير حكومية في تقرير نشرته بداية الأسبوع أن الشركات البترولية التي دخلت العراق ستحصل على مبالغ خيالية بفضل الاتفاقات التي يتم حاليا التفاوض حولها مع السلطات العراقية. وأكدت منظمة "بلاتفورم" plateform أن هذه الشركات ستحصل على مبالغ تتراوح بين 74 و 195 مليار دولار خلال السنوات القادمة بفضل اللجوء إلى عقود تقضي بتقاسم الإنتاج في الحقول النفطية التي يتم التنقيب عنها.
وأكدت المنظمة أن الشركات البترولية "تستغل عدم الاستقرار في العراق لتضغط عليه وتحصل على شروط مواتية جدا وتفرض هذه الشروط على العراق لمدة عشريات طويلة". ولاحظت المنظمة أن "مجموعة من السياسيين والتقنقراطيين العراقيين ذوي النفوذ يضغطون لفرض صيغة من العقود طويلة الأمد، وهي العقود التي لا يمكن للقضاء العراقي أن يعيد النظر فيها". ولا تخضع هذه العقود "لأية رقابة ديمقراطية".
وتؤكد المنظمة أن مثل هذه العقود هي "الأكثر تكلفة والأقل ديمقراطية". وتضيف أنه من المفترض أن يكون "الشعب العراقي هو المستفيد من ثروته النفطية لا الشركات البترولية، لكن التجربة أكدت في بلدان عديدة أن الشركات البترولية تتمكن من فرض وجهة نظرها على حساب الحكومات".
ودون التطرق إلى الخلاصة السياسية التي توصلت إليها منظمة "بلاتفورم"، وأهمها أن حرب العراق كانت بالدرجة الأولى حرب بترول، فإنه من الممكن أن نقارن بما وقع في العراق بما يقع في الجزائر مع القانون الجديد للمحروقات الذي تم فرضه في الربيع الماضي. ونلاحظ أن الجهات التي ضغطت من أجل فرض هذا القانون هي نفسها التي تفرض نفسها اليوم في العراق من تلك الفئة التي اعتدنا أن نسميها تقنوقراطيين. ومحتوى قانون المحروقات الجزائري الجديد مبني على نفس المنطق حيث يفتح الباب أمام صيغة الشراكة المتمثلة في اقتسام الإنتاج.
وقال خبير جزائري أن تطبيق القانون في الجزائر سيؤدي إلى ضياع مبالغ هائلة من مداخيل البلاد. ورفض هذا الخبير أن يعطي تقييما مدققا للخسارة المنتظرة، بسبب عدم استقرار أسعار النفط وحجم البترول الذي سيتم اكتشافه بهذه الصيغة الجديدة. لكنه قال أنه لا يستبعد أن تفوق الخسارة مائة مليار دولار خلال العشرين سنة القادمة. وفي حالة اكتشاف حقول جديدة كبيرة وبقاء أسعار البترول في المستوى الحالي أو ارتفاعه ، فإن الجزائر ستضيع ما يقارب 200 مليار دولار خلال عشرين سنة القادمة، حسب هذا الخبير.
ولا يمكن للجزائر أن تعيد اختراع السياسة أو الاقتصاد. فنفس الظروف التي دفعت العراق إلى هذا الطريق في تبذير ثروتها النفطية نجدها متوفرة في الجزائر، خاصة فيما يتعلق بغياب الديمقراطية. والكل يعرف أن قانون المحروقات الجديد كان مرفوضا من أغلب التيارات السياسية قبل انتخابات 2004، وقد قام الرئيس عبدالعزيز بوتفليقة بإصدار أمر لتتم المصادقة على القانون دون نقاش من طرف المجلس الشعبي الوطني، رغم أن المجلس لا يعرف بمعارضته لمشاريع رئيس الجمهورية. وأشارت منظمة "بلاتفورم" إلى هذه النقطة في العراق، ويمكن أن نقول أن الجزائر لا تختلف في هذه النقطة بالذات، حيث أن غياب الديمقراطية وانعدام النقاش حول قضايا أساسية مثل قانون المحروقات يؤدي حتما إلى خيارات خطيرة. وعكس ذلك، فإن بروز منظمة بريطانية تندد بهذا الوضع يؤكد أن الديمقراطية تحترم حتى حقوق الخصم حتى ولو كانت قائمة حرب ضده.
والملاحظ هو أن البلدان المنتجة للنفط المقربة من أمريكا لم تتجرأ على اتخاذ قرارات مثل التي اتخذتها الجزائر والعراق في التخلي عن التحكم في نفطها. وحتى إن لم تكن هذه البلدان الحليفة لأمريكا تتميز بنظام ديمقراطي، فإنها تأخذ بعين الاعتبار حدا أدنى من المصلحة الوطنية وترفض أن ترهن نهائيا بترولها.
ويصعب القول أن الجزائر والعراق اتخذا نفس الطريق لأنهما في نفس الحالة. فالعراق بلد محتل يوجد في حالة حرب، والظرف السياسي صعب جدا في بغداد، مما يسهل النهب والاستيلاء على ثروات البلاد. أما الجزائر التي تعرف فضائح يومية ونهبا شاملا وسياسة تدفع إلى التخلي عن المصلحة الوطنية العليا، فإنها ليست محتلة من طرف قوى أجنبية. اللهم إلا أن يكون الاحتلال قد تم، والبلاد تعمل بأوامر المحتل، ونحن لا نعلم ذلك.
ع.ش

فشل نابليون وعنترة أمام روراوة وقيدوم

 

تعددت الحروب، وتعددت نظريات الحرب… لكنها فشلت في دراسة حرب من نوع خاص ظهرت في الجزائر.

 

عابد شارف

 

إنها حرب طاحنة، حرب لن تنتهي إلا يوم القيامة. حرب لا تهدف إلى احتلال بلد أو الاستيلاء على ثروته النفطية، كما أنها لا تشبه الحرب الباردة ولا الحرب ضد الإرهاب. إنها حرب لم يدرسها الخبراء والعلماء لأن علمهم ليس كافيا ليسمح لهم أن يتفقهوا مراحلها وطرقها. حرب لم يخوضها قيصر ولا خالد بن الوليد، ولا يحسن فنها نابليون ولا عنترة. حرب لا يتم من خلالها احتلال قلاع وتنظيم عمليات عسكرية وكمائن. إنها حرب تدفعنا إلى اعتبار الداحس والغبراء مجرد  »لعب ذراري ».

إنها الحرب الجزائرية التي اندلعت منذ مدة بين عملاقين، السيدان محمد روراوة، رئيس الفدرالية  الجزائرية لكرة القدم، ويحيى قيدوم، وزير الرياضة. حرب تشرح لنا ظاهرتين غريبتين انتشرتا في الجزائر، أولها انيهار القيم، وثانيها التمسك بمصالح شخصية ثانوية حتى لو أدت إلى انهيار البلاد والعالم معه.

فالسيد محمد روراوة قد برهن على قدراته. إنه رجل تمكن من دفع كرة القدم الجزائرية إلى نقطة الصفر، بل إلى ما هو أدنى من الصفر. إنه تمكن من عدم تأهل الفريق الوطني للدورة النهائية لكأس إفريقيا للأمم، وذلك للمرة الأولى منذ أكثر من ربع قرن. إنه اجتهد وتمكن أن يصل إلى طريقة تسمح له من عدم استعمال أموال أهدتها له الفيدرالية الدولية لكرة القدم بهدف إقامة مقر جديد ولائق لصالح الفدرالية، فأعاد تلك الأموال لأهلها. إنه استطاع أن يصل إلى رأس "الفاف"، ويبقى في منصبه رغم انتشار العنف في الملاعب والرشوة بين اللاعبين والمسيرين. وأكثر من هذا كله، فإنه استطاع أن يقصي الآخرين ويقضي عليهم، سواء كانوا مسئولي الفرق الوطنية أو إطارات مختلف الهياكل، ويتهمهم بكل التهم، ويبقى هو في المنصب. وفي نهاية المطاف، عاد الأستاذ روراوة، أعطي تقييما لعمله، واعتبر أن واجبه الوطني يفرض عليه أن يترشح مرة أخرى، لعله يجد شيء ما لم يقضي عليه في الماضي فيقضي عليه في العهدة القادمة.

وقال محمد روراوة أنه يتحمل مسئوليته كاملة ولوحده. لكنه استخلص نتيجة غريبة من هذا الموقف. فبينما كان المتتبعون للساحة الرياضية ينتظرون منه أن يستقيل، ويطلب العفو من الجزائريين عامة والرياضيين خاصة، اختار أن يترشح لعهدة ثانية. وشرع في تجنيد أنصاره من رؤساء الفرق والرابطات الرياضية في انتظار القرار الذي سيأتي من أهل الحل والربط.

وفي الجهة المعادية، قرر البروفيسور يحيى قيدوم أن يقضي على محمد روراوة. ولما رأى أن القانون لا يسمح له من عزل رئيس فدرالية كرة القدم، قرر أن يغير القانون ليمنع روراوة من الحصول على عهدة الثانية. ومن المعهود في الجزائر أن تقوم السلطة بتغيير القانون إن لم يرضها، كما تؤكد ذلك المحاولات التي يقوم بها أنصار الرئيس عبد العزيز بوتفليقة لتغيير الدستور لفتح الباب أمامه لعهدة ثالثة. ويظهر روراوة وكأنه مسكين حيث أنه لا يريد إلا عهدة ثانية فجاء قيدوم ليحسده عنها.

ولم يكتف قيدوم بذلك بل ذهب إلى القول: "إما أنا، إما هوما". ورغم غضب الأطراف الأخرى، ورغم تحفظ الفدرالية الدولية لكرة القدم التي لا تقبل تدخل السياسية في الرياضة، ورغم الرياح والإعصار، بقي قيدوم مصمما متمسكا بموقفه وكأنه طارق بن زياد عشية فتح الأندلس.

والحقيقة أن قيدوم لم يجد مساندة كبيرة، باستثناء حاشيته والدوائر البيروقراطية المقربة منه وبعض الجهات التي كانت في مواجهة مع روراوة من قبل. فالوزير لا ينتمي إلى الشبكات التي تتحكم في الرياضة، ولا يمكنه أن يجند لأن الكثير يعتبرون أنه جاء إلى الميدان لمدة محددة ثم سيرحل بينما روراوة سيبقى في المكان إلى يوم الدين. إضافة إلى ذلك، فقد اشتهر الوزير بقراراته العشوائية، خاصة تلك المتعلقة بعزل الإطارات، مما دفع إلى ظهور تضامن أهل الرياضة ضده.

ولا يمكن أن نتهم الوزير أو رئيس الفدرالية أنه درس الوضع، واستخلص العبرة، وأنه وضع مخططا لرفع مستوى الرياضة. فقد برهن محمد روراوة أن فشله أعظم من فشل الجيش الفرنسي سنة 1940. ومن جهته، فإن يحيى قيدوم يظهر مثل ذلك "الكاو بوي" cow-boy " الذي يشهر مسدسه في الشارع و"يقرص" على كل من تحرك، إلى يقضي عليه من هو أقوى منه.

ولما تندلع حرب بين شخصيتين من هذا النمط، فلا بد أن تكون الحرب من نوع خاص، وتكون النتيجة كذلك من طراز لم يعرف له مثيل. فالحرب هذه ستكون لها نتيجة واحدة ممكنة: سينتصر الطرفان، سواء بالبلقاء في المنصب، أو بتحويل أحدهما ليحتل وزارة أخرى أو يصبح سفيرا، بينما تنهزم القضية التي يتصارعان من أجلها. وكورزويتس Clauzewitz نفسه لم يدرس مثل هذه الحرب، لأنه يعرف الحروب التي يموت فيها الناس لتنتصر القضية، لكنه لا يعرف الحروب التي ينتصر فيها الناس وتموت القضية.

ع.ش

abc@wissal.dz

Ces succès arabes qui font peur

Le nationalisme refleurit. Et les succès n’ont pas toujours la même signification.

 

Par Abed Charef

 

La fierté nationale est bafouée. Les éditorialistes s’offusquent et le nationalisme chatouilleux se révèle. Tout le monde crie à l’ingérence étrangère, et dénonce ces déclarations qui portent gravement atteinte à la souveraineté du pays. De la droite éradicatrice à la gauche populiste, bureaucratique ou ouvriériste, les positions se retrouvent : le FMI a dépassé les bornes, il s’est gravement ingéré dans les affaires intérieures de l’Algérie. Il faut donc mettre fin à ces dérives inacceptables

On se répète ? Tant pis. Après tout, le, pays tourne en rond, avec une actualité faite toujours des mêmes ingrédients : impossible décollage économique, émeutes jusqu’aux portes d’Alger, scandales financiers et élections sans portée visible sur l’avenir du pays, et discours politique creux. Abdelmadjid Sidi Saïd menace les fonctionnaires du FMI, après avoir docilement accompagné le démantèlement d’une grande partie du tissu industriel, et d’autres dénoncent les institutions de Bretton Woods après en avoir longtemps fait les principaux juges de la gestion économique du pays.

Mais à côté de ces discours, la réalité est plus dure, plus amère. Dans les faits, le FMI est devenu un acteur central de la gestion économique du pays depuis une décennie. Dans les faits, c’est lui dictait les grands choix économiques du pays depuis le rééchelonnement de la dette extérieure en 1994. Michel Camdessus était d’ailleurs devenu un personnage familier de la vie politique algérienne.

Allons jusqu’au bout de la cruauté pour rappeler un fait d’histoire : le chef du gouvernement de l’époque, lorsque le rééchelonnement a été décidé, était M. Rédha Malek. Or, celui-ci a avoué plus tard qu’il ne savait pas quelles étaient les implications du rééchelonnement sur l’économie du pays ! A contrario, les responsables du FMI le savaient parfaitement.

Depuis cette époque, on ne compte plus les diplomates et interlocuteurs étrangers qui ont commenté la situation économique du pays. L’ambassadeur de la communauté européenne a déclaré que l’administration algérienne n’est pas en mesure de gérer l’argent du pays. Les dirigeants du FMI ont donné publiquement leur avis sur des questions de plus en plus précises, comme le niveau des salaires. Mais leur priorité reste axée sur les grandes orientations du pays. Ainsi, le directeur général du FMI, Rodrigo de Rato, a littéralement sommé les pays maghrébins d’ouvrir leurs frontières, affirmant que la situation actuelle constitue un handicap majeur au développement économique de la région.

Nouvelle ingérence ? Peut-être. Mais le problème n’est pas là. Il est dans cet autre constat : le président du FMI a raison.

 

 D’autres, avant lui, avaient exprimé cette conviction, et relevé l’absurdité de cette situation qui voit des pays chanter les louanges de la coopération tout en s’enfermant sur eux-mêmes. Mais ils étaient algériens. Donc inaudibles.

Cette fois-ci, c’est le FMI qui le dit. Et qui donne un chiffre. Le commerce intermaghrébin représente moins de deux pour cent du commerce des pays concernés. Un chiffre ridicule. Et c’est le FMI qui veut y remédier, en les poussant, en les forçant peut-être à devenir plus réalistes.

Il est évident que le FMI, dans cette démarche, ne travaille pas pour le seul profit des pays maghrébins. Son action est dictée au moins par deux considérations. D’abord, favoriser l’émergence d’un marche maghrébin de près de 80 millions d’habitants à l’horizon 2010, ce qui devrait booster la demande et favoriser l’écoulement de davantage de produits des pays riches, ceux qui définissent la conduite du FMI. Ensuite, et c’est probablement l’objectif le plus important, pousser à l’émergence d’un espace maghrébin de relative prospérité, qui pourrait, à long terme, constituer un « marais » dans lequel viendrait s’embourber la formidable migration africaine, dont la destination principale jusque était l’Europe. Car il ne faut pas s’y tromper : l’émigration africaine va connaître une formidable progression dans les vingt prochaines années. Seul un Maghreb dynamique pourrait contenir ce flot, et l’empêcher se déverser en Europe. C’est d’ailleurs dans cette même logique qu’a été décidée l’annulation de la dette des pays les plus pauvres, avec pour objectif de fixer les populations africaines concernées, en vue d’atténuer la pression migratoire vers le nord.

George Bush et Tony Blair ne sont pas spécialement connus pour leurs œuvres de charité. Le FMI, qui reflète les choix des pays les plus riches, n’est pas non plus un centre de charité. Il met en œuvre des politiques qui profitent, en dernier ressort, aux maîtres du monde. Mais dans ce cas précis, il se trouve que ces intérêts peuvent momentanément converger avec ceux des pays maghrébins. Faut-il dès lors refuser l’intégration maghrébine sous prétexte que le principal bénéficiaire en sera finalement l’Europe ?

La question mérite au moins un débat. Même si c’est le FMI qui nous somme d’y réfléchir. Mais rien n’assure que ce débat aura lieu. Il suffit de rappeler un précédent, fâcheux, pour expliquer ces doutes. Quand George Bush a annoncé son projet pour la réforme du Grand Moyen Orient, tous les pays arabes ont protesté. Ils ont fait bloc pour s’y opposer. Ils n’ont pas utilisé ce projet, ou détourné, au profit de leurs sociétés. Ils en ont fait un prétexte pour refuser toute ouverture. Aujourd’hui, ils crient victoire : ils ont réussi à contrer le « complot ». Les Etats-Unis, de leur côté, estiment qu’ils ont échoué à démocratiser le monde arabe.

De là, apparaît une nouvelle crainte, celle de voir le Maghreb réussir à contrer les vœux d’intégration du FMI, tout en devenant une immense prison pour réfugiés africains.

La guerre du football

 

Entre Yahia Guidoum et Mohamed Raouraoua, la guerre est déclarée. Une guerre atroce, avec un seul objectif concret : détruite ce qui reste du football.

 

Par Abed Charef

 

Mohamed Raouraou est un homme qui a de l’aplomb. Lors de l’assemblée générale de la fédération Algérienne de Footbal, il a publiquement déclaré qu’il assumait seul la responsabilité de l’échec du football algérien, ramené au niveau de compétitions entre douars après avoir ambitionné de se frotter au gratin mondial.

Il a aussi montré des velléités de légalisme et de légitimité, en s’opposant aux tentatives du ministre des sports, Yahia Guidoum, qui veut imposer sa méthode, sa vision et ses hommes à toutes les fédérations sportives. S’accrochant à ses prérogatives, rejetant les ingérences de l’administration, Mohamed Raouraoua a mis en avant la loi, la nécessité de se conformer à la législation internationale, ainsi que la toute relative autonomie des associations sportives par rapport à l’exécutif, pour refuser les récents arrêtés ministériels modifiant le fonctionnement des fédérations.

Mais le président de la FAF a beau jeu dans sa confronttation avec Yahia Guidoum, tant le ministre des sports a montré une tendance à prendre des dcisions à l’emporte pièces, sur des sautes d’humeur et des impressions, plutôt que sur une analyse et un plan de travail. N’a-t-il pas pris l’initiative de « virer », par le biais de méthodes cavalières, nombre de cadres, même s’ils s’agissait souvent de bureaucrates inefficaces ? Ses tournées à l’intérieur du pays étaient d’ailleurs devenues le cauchemar des responsables locaux, donnant lieu à une véritable loterie. La principale question qu’on se posait lors de ses tournées ne concernait ni les projets, ni les ambitions des uns et des autres, mais se rapportait à un seul point : qui sera viré lors de la visite ?

Les dérives du ministre des sports ont amené nombre d’acteurs du sport à cette conclusion : l’arrêté de Yahia Guidoum n’avait pas pour but de mettre en place une nouvelle politique sportive, mais d’éviter aux présidents de fédérations actuellement en poste de briguer un nouveau mandat. Et le premier d’entre eux est évidemment Mohamed Raouraoua, qui se trouve à la tête de la plus puissante fédération sportive. Autrement dit, pour virer Raouraoua, on change les statuts des fédérations. On limite le nombre de mandats de président de fédération sportive à un seul, alorsd qu’en politique, la tendance est inverse : on veut offrir au président de la république la possibilité d’un troisième mandat…

Dans cette confrontation, l’issue semblait evidente. Raouraoua se disait fatigué, usé, et Guidoum voulait s’installer, par le biais d’une nouvelle équipe. Mais voilà le président de la FAF qui se découvre un nouveau défi : tenir face au ministre. En faisant prévoloir textes et statuts et, au besoin, les dangers qui pèsent sur le sport algérien si le ministère arrive à imposer ses nouveaux textes. Car la FIFA risque de suspendre la fédération algérienne, comme elle l’a fait pour d’autres pays.

Malgré ces menaces, Guidoum ne lâche pas. « Cest moi ou eux », dit-il dans un défi don quichottetsque. Il persiste, et mène campagne. Il veut convaincre, parfois, menace, et sévit quand il le peut. Plus pragmatique, Raouraou agite les réseaux, mobilise ses troupes, et collecte les motions de soutien. Pour l’heure, c’est suffisant pour montrer sa force, et se maintenir, face à l’autre groupe qui n’hésite pas à recourir à des méthodes asurdes, comme de sceller les bureaux d’une ligue de football.

Quel est l’enjeu de cette bataille ? Nul ne le sait. Car Raouraoua a fait ses preuves. Sous son règne, le football algérien a tellement regressé qu’il est difficile d’imaginer un bilan plus sombre. Il a réussi à ne pas qualifier l’équipe nationale de football à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations, ce qui ne s’était pas produit depuis un quart de siècle. Ceci sans parler de la violence, du truquage des matches, et la déliquescence des structures du sport. Le footballa algérien est supposé être devenu professinnel, mais sa gestion n’est même au niveau des ligues d’amateurs d’autres pays.

Raouraoua a pris acte de cette régression, dit-on. Il assume la responsabilité. Sous d’autres cieux, assumer ses responsabilités dans de pareilles situations signifie qu’on démissionne, qu’on essaie de préparer une succession pas trop humiliante, et on se fait oublier.

Mais Raouraoua est un homme d’une autre trempe. Il ne s’avoue pas battu. Il affirme qu’il n’exclut pas de se représenter. Il a choisi la résistance. Rien que pour défier Guidoum, ça en vaut la peine. Si le président de la FAF avançait publiquement cette explication, en affirmant qu’il veut simplement défier le ministre, il aurait probablement la sympathie de l’opinion.

Par contre, il est difficile pour lui d’affirmer qu’il a un plan pour relancer le sport, qu’il a des projets ou une quelconque politique. Sur ce terrain, il n’a plus aucun argument à avancer. Yahia Guidoum non plus, d’ailleurs. Ce qui donne à leur confrontation un aspect curieux : ils donnent en effet l’impression d’être dans une compétition dont le vainqueur sera celui qui aura le plus d’aptitude à faire descendre le football encore plus bas. Et, sur ce terrain, il faut peut-être leur reconnaître qu’ils sont de vrais compétiteurs, avec de vraies qualités, et une aptitude à aller loin, très vite, et très fort.

abc@wissal.dz

Choix américain pour les pays arabes

entre déshonneur et suicide

 

Par Abed Charef

 

Les Etats-Unis affirment leur volonté de démocratiser le monde arabe. En fait, ils n’offrent qu’une alternative: le déshonneur ou le suicide.

C’est une «attitude d’un autre temps», a-t-on écrit à propos de la réaction de la Syrie, lorsqu’elle a été mise sous pression, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri. C’est une attitude qui mène le régime syrien à se replier sur lui-même, à verrouiller encore ce qui peut l’être, pour enfermer davantage le pays, si possible, et faire bloc autour d’une petite minorité, une équipe qui ressemble de plus en plus à une secte. Quitte à livrer certains de ses hauts responsables, y compris des parents du président Bachar El-Assad, à des enquêteurs occidentaux, soigneusement habillés de l’uniforme de l’ONU: seule importe pour Damas aujourd’hui la survie du régime.

 Attitude suicidaire, avait-on écrit auparavant à propos de l’Irak, lorsque Baghdad avait fait mine de résister à l’empire américain. Soumis à un affreux boycott, surveillé, son espace aérien totalement contrôlé par les Etats-Unis, placé sous perfusion alimentaire, le régime de Saddam Hussein avait cédé sur tout. Les inspecteurs de l’ONU avaient pourtant fouillé le pays en long et en large, sans trouver d’armes de destruction massive. Alors, la destruction massive s’est abattue sur l’Irak tout entier. Le pays est en passe d’être réduit en ruines. Toutes les compromissions de l’ancien régime n’auront donc pas suffi pour le sauver.

 Ces deux exemples montrent le choix que les Etats-Unis laissent aux pays arabes qui tentent de se frayer un chemin. Un choix entre le déshonneur et le suicide collectif. Un choix entre l’indignité, la compromission et la soumission totale, ou la guerre, la destruction et la désolation.

 Mais si Damas et Baghdad constituent des exemples poussés jusqu’à la caricature de ce qui peut déboucher d’une pression extérieure forte sur un régime non démocratique, d’autres pays arabes ont connu des cheminements analogues, peut-être moins spectaculaires, mais tout aussi avilissants. La Libye en fait partie. Reniant son passé «révolutionnaire», oubliant ses discours enflammés et ses prétentions grotesques, Mammar Kadhafi essaie, depuis quelques années, de «normaliser» son pays. Il est allé si loin dans l’obéissance qu’il est devenu fréquentable. Le peu fréquentable Sylvio Berlusconi lui a rendu visite, mais Américains, Français et Anglais ne veulent pas se laisser distancer. Eux aussi trouvent qu’après tout, Kadhafi n’est pas pire qu’un autre. Ils ont pris langue avec lui et négocient, très sérieusement, certains dossiers délicats, très gênants pour la bonne morale des maîtres du monde.

 D’un côté, la Libye, comme les autres pays du Maghreb, semble avoir accepté de jouer le rôle de première frontière face aux émigrants africains en route pour l’Europe. En contrepartie d’une honorabilité qui lui est désormais octroyée, Kadhafi s’occupe lui-même d’empêcher ces migrants de la misère d’atteindre la rive nord de la Méditerranée, où leur présence constitue une tare dans la blancheur écarlate de l’Europe.

 D’un autre côté, révèle la presse américaine, des avions américains utilisés par la CIA pour transférer des détenus dans les fameuses prisons «délocalisées» avaient auparavant transité en Libye. Selon le journal espagnol El Pais, un de ces avions aurait transféré des prisonniers de Libye vers la prison de la base navale américaine de Guantanamo. Toujours selon le même journal, un autre avion, parti d’Algérie, s’est rendu en Macédoine, pour atterrir finalement en Afghanistan, avec à son bord un Allemand d’origine libanaise, Khaled Al-Masri, qui affirme avoir été capturé en Macédoine, puis transféré illégalement en Afghanistan pour y être torturé.

 Est-il nécessaire d’évoquer encore le comportement scandaleux du Maroc envers les ressortissants d’Afrique subsaharienne ? Est-il nécessaire d’évoquer l’attitude de la Tunisie, cette dictature si lisse, qui réprime si bien ses citoyens mais qui s’apprêtait à accueillir Ariel Sharon, ce qui est preuve que c’est un pays ouvert et moderne ? Une modernité avec un label certifié par le président français Jacques Chirac lui-même.

 Mais si la France est satisfaite de l’attitude de la Tunisie, les Etats-Unis ne le sont pas. Du moins affichent-ils leur mécontentement. Car pour Washington, il ne suffit pas de faire un pas, ou deux, dans la «bonne direction». Il faut entrer dans un engrenage de la compromission, un engrenage dont on ne sort jamais. C’est en ce sens qu’ils ont critiqué la Tunisie, cette semaine, lui reprochant de ne pas aller suffisamment loin dans le sens de l’ouverture. «Ouverture» signifie, ici, accueillir Ariel Sharon en grande pompe, normaliser les relations avec Israël, en attendant la suite de la feuille de route. Et dire que c’est Tunis que Yasser Arafat avait choisie pour établir son quartier général à sa sortie de Beyrouth en 1982 !

 Ce sont là les schémas dans lesquels les pays arabes sont enfermés. Entre la position absurde de Saddam et d’El-Assad, et celle, honteuse, de la Libye, de la Tunisie et tous les autres pays qui choisissent de baisser la tête, il n’y a guère d’autre possibilité. Ou plutôt, si. Il y en a une. C’est celle d’une démocratisation interne, pacifique, réfléchie. Mais elle est totalement exclue, car interdite. D’abord, par les Américains et les Occidentaux.

 Il est vrai que les données internes, les fameux «équilibres» ne permettent guère d’envisager une ouverture démocratique dans la plupart des pays arabes. Mais ce handicap est aggravé par le veto opposé par les pays occidentaux à toute tentative de démocratisation. Même si le discours américain prétend l’inverse !

 Les Etats-Unis ne manquent, certes, aucune occasion pour affirmer leur volonté de continuer à pousser le monde musulman vers la démocratisation. Ils lancent des programmes, promettent de l’argent, et mènent un battage médiatique suffisamment habile pour donner de la crédibilité à leur démarche. Ils mettent le camp arabo-musulman en accusation, dénoncent les blocages et n’hésitent pas à tancer leurs partenaires dans cette partie du monde.

 Mais dans les faits, ils s’offrent seulement le beau rôle. Car concrètement, leur action sur le terrain pousse à renforcer les blocages, à maintenir des régimes despotiques, qui deviennent fragiles, sensibles à toutes les pressions, et aptes à accepter toutes les compromissions. Si le régime en place ne se montre pas suffisamment docile, il est condamné à être démoli. Comme l’Irak, et peut-être la Syrie. A contrario, les Etats-Unis n’ont jamais soutenu une expérience de démocratisation menée par un pays arabe de sa propre initiative.

 Une petite question pour terminer: quel choix a fait l’Algérie ?

الديمقراطية، الإهانة والانتحار

مواجهة أمريكا خيار صعب يدفع إلى الانتحار. والخضوع لشروط أمريكا يؤدي إلى الإهانة. فهل من خيار ثالث؟

عابد شارف

نشب جدال بين مصر والولايات المتحدة حول المساعي الأمريكية الرامية إلى دفع البلدان العربية نحو الديمقراطية. ولم تتردد واشنطن في اتهام القاهرة بتدمير منتدى دولي حول الديمقراطية في الشرق الأوسط لأن مصر منعت الندوة من الموافقة على تصريح نهائي. وكانت الوزيرة الأمريكية للخارجية قد شاركت في هذا اللقاء الذي تم تنظيمه في المنامة تحت الرعاية الأمريكية، مما أعطاه طابعا مميزا. ورد وزير الخارجية المصري أحمد أبو الغيث أن هذه الاتهامات باطلة، وأكد أن مصر لم تشارك في صياغة البيان النهائي، مما يبرئها من أية تهمة، خاصة فيما يتعلق بنقطة اعتبرها الأمريكيون أساسية وهي التي تتعلق بتمويل المنظمات الحكومية. ويوحي هذا الجدال من جهة أن أمريكا تعمل بجد لدفع البلدان العربية والإسلامية التي يسودها الظلام الفكري إلى دخول عالم الحريات، خاصة بعد أن أعلنت واشنطن عن مشروع شامل تبناه الرئيس جورج بوش نفسه من أجل الإصلاحات في الشرق الأوسط وشمال إفريقيا. كما يوحي من جهة أخرى أن مصر والبلدان العربية الأخرى تعمل بدورها من أجل التفتح على العالم ودفع الحريات وتكريس الديمقراطية. ولا مجال هنا للحديث عن واقع الأنظمة العربية، لأن تعاملها تجاه الديمقراطية معروف، وتصرفها في ميدان الحريات واضح. إنها تكاد ترفض الديمقراطية "جملة وتفصيلا"، بل، كما قال أحد المفكرين، "لا تكتفي برفضها بل تحاربها بجد". لكن ما يلفت الانتباه هو موقف أمريكا. فهي تعمل وراء واجهة ديمقراطية إلى فرض سياسية تدفع البلدان العربية إما إلى الخضوع والإهانة، أو إلى الانتحار الجماعي. وسنذكر سلسلة من الأمثلة لهذا السلوك الذي وضع البلدان العربية في مأزق مطلق. أول مثل هو العراق. فموطن الجاحظ وهارون الرشيد دخل بمساعدة أمريكية في حرب مدمرة ضد إيران، ثم ارتكب خطأ تاريخيا تمثل في احتلال الكويت. بعد ذلك، فرضت عليه أمريكا احتلالا مدمرا وحصارا بشعا، واتهمته بكل التهم، منها أنه يكسب أسلحة دمار شامل. وفي البداية، حاول نظام صدام حسين المواجهة ففشل. ثم حاول أن يتصرف مثل الآخرين، ويقدم كل التنازلات، ويقبل كل شروط أمريكا، ويدمر بنفسه كل أسلحته. لكن رغم كل ذلك، فإن أمريكا لم ترض عنه، وحطمته واحتلت العراق. ومهما تغير تصرف العراق، فإن النتيجة لم تتغير، لأنها كانت مسطرة منذ البداية بالنسبة لأمريكا التي كانت تبحث عن ديناميكية تدفع العراق إلى الانتحار. ولعل نفس المصير ينتظر سوريا، سواء تعاملت مع الأمم المتحدة في إطار التحقيق حول اغتيال الوزير الأول اللبناني الأسبق رفيق الحريري أم لا. فإذا رفضت دمشق أن تركع، فإنها ستجد نفسها أمام ضغط أمريكي متزايد لا يستثني فكرة الاحتلال وتدمير البلاد. وإذ خضعت للضغوط الأمريكية، فإنها ستجد نفسها أمام مطالب جديدة تفرض عليها تنازلات أخرى، إلى أن تقبل كل الشروط الأمريكية بما فيها الاعتراف بإسرائيل دون مقابل. هذا ما وقع بالنسبة للعديد من البلدان مثل مصر وليبيا وغيرها. فليبيا مثلا قد نسيت الخطب الثورية لزعيمها معمر القذافي، وطوت صفحة الثورة، وسكتت عما كانت تندد في الماضي. بالمقابل، حصلت على تزكية غربية جعلت طرابلس عاصمة يزورها القادة الغربيون الموقرون، من طوني بلار إلى أعلى مسئول أمريكي. وسواء بالنسبة لمصر أو ليبيا أو غيرها، لم تقم واشنطن بأية مبادرة يمكن أن تساعد عمليا إلى توسيع مجال الحريات. فأمريكا تفضل بقاء أنظمة مستبدة تستطيع أن تضغط عليها لضمان حماية المصالح الأمريكية، كما تفرض عليها الخيارات التي تريدها واشنطن. وكلما زاد استبداد النظام القائم في بلد ما، كلما زاد خضوعه لأمريكا إذا أراد أن يتجنب المصير العراقي. ولا تبالي البلدان الغربية أبدا بالوضع الحقيقي للحريات والديمقراطية، فهي تكتفي بالخطاب لتبرئ ذمتها أمام الرأي العام الغربي. ففضيحة المهاجرين المغربة لم تتحول إلى فضيحة إلا بعد أن تبناها الرأي العام الأوربي بواسطة المنظمات غير الحكومية. وفي نفس الوقت فإن أوربا تدفع بلدان شمال إفريقيا إلى إهانة أكبر حيث تطلب منها عدم السماح لهؤلاء الأفارقة بالاقتراب من أووربا مقابل مساعدات مالية ومساندة سياسية. ولا تتطرق تلك البلدان إلى انتهاكات حقوق الإنسان إلا مضطرة. فالكل يعرف مثلا أن تونس أصبحت تشكل سجنا كبيرا لا مجال فيه للحريات. لكن ذلك لم يدفع الأمم المتحدة –أو الولايات المتحدة، لا نعرف بالضبط من صاحب القرار- إلى تنظيم ندوة حول الانترنت في تونس. ولم تنتقد أية حكومة انتهاك الحريات في بلد الحبيب بورقيبة إلا بعد الاعتداء على صحافيين غربيين مما اضطر فرنسا إلى الخروج من صمتها والاحتجاج باحتشام. أما أمريكا فإنها اختارت أسلوبا آخر حيث انتقدت تونس بهدف دفع نظام زين العابدين بن علي إلى تقديم تنازلات جديدة مثل إقامة علاقات دبلوماسية مع إسرائيل. ونبقى نبحث في الكتب والجرائد عن مساعدة أمريكية تم تقديمها يوما لبلد عربي إسلامي كان في طريق الإصلاح والتفتح، فلا نجد لها أثرا. ومازلنا نبحث لنزيل الشك. وكلما أكلنا البحث فإننا نجد أن أمريكا دولة قوية تمكنت من وضع البلدان العربية أمام أحد الخيارين، الخضوع أو الانتحار. وسيبقى هذا المنطق منتصرا إلى أن نفهم أن لنا خيار آخر، خيار يبقى اليوم ممنوعا من طرف تحالف بين أمريكا والأنظمة القائمة، لكن خيار لا مفر منه لمن أراد أن يحافظ على شرفه دون أن يحكم بلاده: إنه الخيار الديمقراطي الذي تتبناه قوى سياسية من البلدان العربية. ع.ش

abc@wissal.dz

La grippe aviaire, cette menace qui fait oublier le SIDA

La mondialisation et l’inégalité des rapports nord-sud ont tout déréglé. Même devant la peur, on n’est pas égaux.

 

Par Abed Charef

 

Une terrible menace plane sur le monde entier. Elle est là, qui nous guette à chaque coin de rue. On surveille tout, les élevages comme les oiseaux migrateurs, dont on suit avec inquiétude les longs voyages qui obéissent pourtant aux mêmes rituels depuis des milliers d’années. On n’arrive plus à admirer l’allure gracieuse ni le vol majestueux de tel migrateur. On pense plutôt qu’il faut l’abattre, peut-être l’empêcher de passer, car il transporte avec lui le virus d’une terrible maladie, la grippe aviaire, devenue la maladie à la mode du moment.

Y a-t-il pour autant un risque réel de pandémie de grippe aviaire ? Cette maladie est-elle réellement une menace pour l’humanité ? Nécessite-t-elle ce suivi, qui frôle le voyeurisme, de chaque cas qui se déclare dans le monde ? Au stade actuel, et au vu des informations disponibles, il est difficile de se prononcer. La menace est, peut-être, réelle. Peut-être seulement. Car rien ne prouve qu’elle est fondée. Le risque reste largement maîtrisé, et les cas signalés, quelques dizaines, essentiellement en Asie, ne permettent pas d’affirmer que la propagation de la maladie constitue une hypothèse plausible. Même si la Banque Mondiale a décidé de s’en mêler à son tour et de fournir trois milliards de dollars sur trois ans pour combattre la maladie.

Curieusement, l’OMS a elle-même participé à dramatiser la situation. C’est peut-être son rôle, mais dans les milieux spécialisés, on pointe du doigt les grandes firmes pharmaceutiques. Ce sont elles qui ont intérêt à cette émise en scène », disait un spécialiste algérien, qui avait peu de chances d’être entendu dans le monde. Mais quelques semaines plus tard, des voix, enfin audibles et reconnues, se sont faits entendre. Comme le directeur général de l’Office international des épizooties (OIE), Bernard Vallat, qui s’est vertement pris à l’OMS pour sa gestion de la crise de la grippe aviaire, "La théorie de l’arrivée cyclique de pandémies n’a aucune base scientifique", a dit ce spécialiste mondialement reconnu. Sa thèse, simplifiée, revient à ceci : les virus ont toujours existé, ils ont toujours muté, il y a eu des pandémies cycliques dans l’histoire. Mais ce n’est pas une raison pour affirmer qu’une nouvelle pandémie est imminente. Elle peut aussi bi survenir à la fin de ce siècle, qu’elle peut ne jamais survenir.

Mais si la grippe aviaire est une menace possible, voire probable, la peur, elle, est bien réelle. C’est une peur quotidienne, permanente, sans laquelle le monde occidental, notamment l’Amérique, parait incapable de fonctionner. Cette peur est devenue son essence, son énergie. C’est sa principale motivation, comme l’a montré le réalisateur Michael Moore. Elle donne un sens à la vie à la vie américaine. Elle a aussi besoin d’être constamment alimentée. Si Ben Laden et Saddam sont neutralisés, ou sont incapables d’agir, il faut inventer un nouvel ennemi. Chavez le latino, l’Arabe, le Noir africain déferlant sur l’Europe, le dictateur sud-coréen qui menace de jouer au fou. Et si la liste est épuisée, ce sera un virus, venant de la lointaine et mystérieuse Asie.

Dans ce scénario de la peur imposé au monde entier, à tort ou à raison, on relève une première curiosité : le pauvre et le riche n’ont pas les mêmes peurs, mais le riche réussit toujours à faire partager sa peur au pauvre. Il finit par le convaincre que ce qui menace le riche finira, tôt ou tard, par s’attaquer au pauvre. Ainsi, un pauvre a peu de chances de mourir au volant d’une Mercedes. Pourtant, à force d’entendre parler de vitesse, de voitures neuves et de bolides de luxe, il finit par adopter les hantises du riche, oubliant ses propres déboires.

Qu’en on en juge. Le SIDA tue deux millions et demi de personnes par an en Afrique. La grippe aviaire n’a encore tué personne sur le continent. La pandémie de grippe aviaire est hypothétique. Celle du SIDA est là, bien réelle, avec ses conséquences dramatiques. Pourtant, en Afrique, on a plus parlé de grippe aviaire que de SIDA cette année.

Un adulte sur cinq est porteur du virus du SIDA dans certains pays d’Afrique Australe, et ce chiffre atteint une personne sur trois dans les plus touchés. Ce qui annonce une catastrophe démographique sans précédent, avec des pays qui risquent de se dépeupler dangereusement.

Avec 4,2 millions de personnes infectées, l’Afrique du Sud est devenue le pays qui compte le plus grand nombre de malades du SIDA. Déjà, en 1999, 250.000 décès étaient dus au SIDA dans ce pays. Ce chiffre a été stabilisé, mais personne n’échappe à la maladie. Ainsi, Nelson Mandela a lui-même annoncé, début 2005, que son propre fils était mort du SIDA, et que trois ministres de la région avaient succombé à, la même maladie.

Au Zimbabwe, une jeune fille de 15 ans a quatre chances sur dix de mourir du SIDA avant de donner naissance à un premier enfant. En outre, la pandémie « produit des orphelins à une échelle sans pareil dans l’Histoire", selon  un rapport officiel américain : à cause du SIDA, l’Afrique comptera 28 millions d’orphelins dans dix ans.

Dans le monde, le SIDA fait déjà 8.000 morts par jour, et on enregistre quotidiennement 14.000 nouveaux cas. Chaque minute, six à sept jeunes de moins de 25 ans sont contaminés. Au total, l’équivalent d’une fois et demi la population algérienne est porteuse du virus du SIDA, une maladie qui a d’ores et déjà tué l’équivalent de la moitié de la population de la France.

Parle-t-on de SIDA en Afrique ? Pas suffisamment, malgré les efforts de personnalités de l’envergure de Nelson Mandela. En parle-t-on en Algérie ? Très peu. Trop peu. C’est une maladie « honteuse », qui manque de classe. Et puis, dit-on, elle est peu répandue en Algérie, et ne constitue pas une menace. De plus, elle est démodée : ce n’est plus une préoccupation pour les riches. Place donc à la grippe aviaire, plus « branchée ».

Pourtant, un enfant africain qui attrapera la grippe aviaire est presque un chanceux. Cela signifiera qu’il aura échappé à la malnutrition, aux maladies transmises par l’eau ou par le manque d’eau. 30 millions de personnes meurent chaque années en raison de l’insuffisance de l’eau potable. Il est chanceux parce qu’il aura échappé auparavant au paludisme, qui fait deux millions de victimes par an.

Faut-il avoir peur de la grippe aviaire, en fin de compte ? Peut-être pas. Car si la grippe aviaire débarque sur le continent africain, cela signifiera peut-être que les Africains auront  survécu aux autres maladies. Mais le plus probable est que la grippe aviaire viendra, dans cette hypothèse dramatique, s’ajouter aux autres fléaux de l’Afrique, que les séropositifs mourront par millions car leurs organismes ne seront plus en mesure de se défendre à cause du SIDA, et que, plus terrible que tout, ils ne seront pas en mesure de payer l’euro que coûtera le médicament nécessaire à leur survie.

 

Machine à fabriquer les scandales

 

Nouveau scandale dans les banques. Des sommes faramineuses sont détournées, et pas un seul ministre des finances n’a jamais démissionné.

 

Par Abed Charef

 

A quarante huit heures d’intervalle, le ministre des Finances et le Gouverneur de la Banque d’Algérie ont donné, en octobre dernier, des chiffres sur les réserves de change du pays avec un écart de plus de deux milliards de dollars. Pour Mourad Medelci, ministre des finances, dont on ne sait s’il faut lui coller le qualificatif de grand argentier du pays, ces réserves avaient atteint 49 milliards de dollars. Mais aussitôt, Mohamed Laksassi, gouvernement de la Banque d’Algérie, précisait que les réserves s’étaient élevées à 51,7 milliards de dollars à fin septembre 2005.

L’écart est de 2,7 milliards de dollars. La somme paraît énorme, d’autant plus que ceux qui parlent sont supposés être des spécialistes de la finance. Mais il faut admettre que dans les milieux bancaires algériens, il s’agit d’une somme négligeable. Si peu importante qu’on peut l’oublier, ne pas en tenir cas. Elle est si dérisoire que si, accessoirement, elle venait à disparaître des caisses de l’état, personne ne s’en apercevrait. C’est ce qui explique peut-être cette nouvelle affaire de la BNA, dans laquelle on parle de détournements qui auraient atteint des milliers de milliards de dinars. Oui, il s’agit bien de milliers de milliards de dinars. Combien exactement ? On ne sait pas encore. Personne n’est encore en mesure de donner des chiffres, même approximatifs. On sait seulement que cela déposer tout ce qu’on peut imaginer.

Déjà, l’affaire Khalifa avait provoqué un « trou » de 2,5 milliards de dollars, pour la seule partie en devises. C’était la plus grande escroquerie de l’histoire de l’Algérie. Le casse du siècle. Mais, après tout, disaient certains, le système bancaire algérien ne connaissait pas les banques privées, et il lui faudrait du temps pour s’adapter et imposer des règles de fonctionnement strictes.

Mais après l’affaire Khalifa, il y en a eu d’autres, et comme celle de la BCIA, de l’Union Bank, etc. Ces scandales avaient gravement entaché le crédit du pays et, surtout, permis à des mains malveillantes de puiser massivement dans les poches des Algériens, ruinant au passage des entreprises et des particuliers.

Comment, après l’affaire Khalifa, est-il encore possible de réaliser des détournements de l’ampleur de ceux réalisés à la BNA ? Comment est-ce possible ? C’est la question qui revient le plus dans les commentaires. « Je voudrais seulement savoir comment ils ont opéré, techniquement, sans éveiller les soupçons. C’est tout ce qui m’intrigue», nous a dit un expert-comptable.

Certes, on savait que les banques algériennes sont devenues un lieu de corruption à grande échelle. On sait que pour obtenir un crédit, il faut souvent, soit avoir un appui haut placé, soit associer le banquier, d’une manière ou d’une autre. On sait tout aussi bien que les banques ne fonctionnent pas selon les règles économiques et financières connues. Ce sont même les responsables officiels qui dénoncent le plus cette situation.

Mais de là à transformer une banque publique en une sorte de dépôt, dans lesquels des gens viennent tranquillement puiser des sommes faramineuses pour aller s’installer tranquillement à l’étranger, il y a un pas à priori difficile, voire impossible à franchir. Et pourtant, il a été franchi. Ce qui pousse logiquement à tirer les conclusions qui s’imposent, et se demander par exemple si les choses ne sont pas délibérément organisées ainsi, pour faire en sorte que le vol, la corruption, le détournement, deviennent les règles de base de la vie économique.

Il est difficile d’admettre que le pays se trouve entre les mains d’un système qui pousse délibérément, et en connaissance de cause, à la délinquance officielle. Il est tout aussi difficile d’envisager qu’un système régime l’immoralité en guide de la vie et l’amoralité en principe respectable. Pourtant, il faut bien envisager cette hypothèse. D’autant plus que les faits sont là.

Ainsi, pour parler toujours des banques, soit le ministre des finances, quel que soit son nom, est un incompétent, incapable de prévoir les coups, et il n’est donc pas en mesure de mettre en place le dispositif nécessaire pour éviter le pillage des banques algériennes. Soit c’est un homme compétent, et dans ce cas, il faut bien trouver une explication à son attitude. La moins compromettante pour lui serait de dire qu’il n’a pas les pouvoirs nécessaires pour agir. Mais que fait-il alors dans un gouvernement où il cautionne la dilapidation de l’argent du peuple ?

Mais au-delà, c’est cette mutation qui fait du vol et de la corruption des règles de base de la vie économique qui inquiète le plus. Un économiste avance une explication. Pour lui, « ceux qui ont acquis des biens de manière illégitime ont intérêt à ce que la corruption se répande. Ainsi, plus il y aura de voleurs et de corrompus, plus il sera difficile de leurs demander des comptes », dit-il, ajoutant que c’est là « une excellente machine à fabriquer des scandales ».

نظام الفضائح المتكررة

نظام يفتح الباب أمام سرقة ألف مليار دينار… نظام جعل من السرقة والرشوة قاعدتين من أهم قواعد التعامل الاقتصادي…

 

 عابد شارف

 

من يستطيع أن يحدد بالضبط المبالغ التي ضاعت على إثر آخر فضيحة في البلاد؟ هل يتعلق الأمر بمليار دينار، أو ألف مليار دينار، أو أكثر؟ هل يستطيع وزير المالية أو محافظ البنك المركزي أو حتى المدير العام للبنك الوطني الجزائري أن يعرف بالتدقيق قيمة الأموال التي تبخرت من خزينة المؤسسة في القضية الأخيرة التي أعلن عنها في هياكل البنك الوطني الجزائري؟

إنها أموال لا تحصى ولا تعد. أموال خيالية، من تلك الثروات التي لا يمكن التعامل معها إلا بالأرقام. لكنها ضاعت، مثلما ضاعت أموال الدولة، أي أموال الشعب، في قضية خليفة. وقد قيل آنذاك أن قضية خليفة كلفت البلاد 2.5 مليار دولار ومبالغ بالدينار لم يتمكن أحد أن يحدد قيمتها. وجاء دور بنك آخر، BCIA، بفضيحة أخرى لم تستطع السلطات الجزائرية أن تحدد حجم الخسارة التي سجلت فيها.

وبعدها يبدو أن الجزائر أرادت أن تؤكد أن الفساد لا يقتصر على القطاع الخاص، بل يشمل القطاع العام، كما تؤكد أن المؤسسات المصرفية التي عجزت عن التغيير لتشارك في تمويل الاقتصاد الوطني أصبحت تشكل عائقا أمام النمو الاقتصادي. فهده البنوك التي لا تقوم بدورها الأصلي أصبحت تشكل عدوا للمتعاملين الاقتصاديين، بعد أن تحولت إلى وكر معروف للرشوة والفساد.

والكل يعرف ذلك. كل جزائري يعرف أن الحصول على قرض يتطلب في أغلب الأحيان أحد الشرطين: إما أن يكون طالب القرض محميا من طرف شخصية قوية في النظام، إما أن يقبل أن يدخل معه أحد إطارات البنط كشريك بطريقة أو أخرى. والشارع الجزائري يعرف ذلك، والقضاة يعرفون ذلك، والوزراء يعرفون ذلك، والله يعرف ذلك. ورغم كل هذا، فمازال من الممكن في جزائر 2005 السطو على مبالغ خيالية من أموال الشعب.

ورغم فشاد النظام وانتشار الرشوة، يمكن أن نعتبر أن قضية خليفة كانت خطأ لا يمكن أن تتجنبه البلاد لأن تجربتها في هذا الميدان ضعيفة. لكن كان من المفروض أن تأخذ البلاد العبرة من قضية خليفة وتحدد قواعد جديدة تضمن عدم إعادة مثل هذه الفضيحة. وكان منتظرا من الحكومة الجزائرية أن تتخذ تدابير جديدة لتضبط التعامل داخل المؤسسات المصرفية من جهة، وبين هذه المؤسسات والمحيط الاقتصادي من جهة أخرى.

ولما يتردد نفس السيناريو مرة ثانية، مع قضية BCIA، لا يمكن أن نكتفي بالكلام عن خطأ، بل تتحول القضية إلى جريمة، لأن الذي يتكفل بأموال الشعب لا يلذع من جحر مرتين، ولا يمكن أن يقع في نفس الخطأ مرتين.

ولما يتكرر الخطأ مرة ثالثة، لا يمكن أن نندد أو نستغرب أو نتحير. فتكرار نفس العملية ثلاث مرات يعني أن هذه سياسية رسمية وخيار تعمل به المؤسسات الرسمية في البلاد، مثلما كتبه المرحوم خيرالدين عمير قبل سنوات. و مهما كانت التأويلات، لا يمكن اليوم أن نتجاهل هدا الواقع: إن الخيار الحقيقي للنظام الجزائري يتمثل في تشجيع السرقة والرشوة والسطو على أموال الشعب. فالسلطة تعرف جيدا حالة البنوك، وتعرف كيف يتم السطو على أموالها، وكل المسئولون يعتبرون أن إصلاح النظام النقدي يبقى من الأولويات الاقتصادية للبلاد. والكل تابع قضية خليفة وغيرها، لكن الحكومة لم تقم بأية مبادرة لمعالجة الوضع، بل أنها عملت على إبقاء الوضع على ما هو، وكأنها تريد صراحة أن تحافظ على إمكانية للاستيلاء على أموال الشعب.

ولا بد من التساؤل هنا: من المسئول عن هذه الاختلاسات؟ هل هو مدير البنك، أم هل هو المسئول السياسي الذي يعرف الوضع ولا يقوم بما هو ضروري لتصحيحه؟ هل المسئول عن هذه الفضائح من يستغل فراغا في قواعد التعامل البنكية ليستولي على أموال الغير، أم أن المسئول ذلك السياسي الذي سلط نفسه على الشعب ليبقى وزيرا أو رئيسا وهو غير قادر على صيانة أموال الشعب؟

ولا يمكن استثناء أحد من هؤلاء. لا النائب الذي يرقص في البرلمان ويساءل الوزير وهو الذي لم يحرك ساكنا لما كانت الحكومة تدوس قانون القرض والنقد، ولا الوزير الذي يلقي خطابا أمام النواب ليشرح لهم فن الاقتصاد وتمويل المؤسسات وهو يعرف جيدا أن كلامه ’’خرطي’’. ولا يمكن استثناء المسئول الكبير الذي درس في أكبر الجامعات ليستعمل علمه من أجل محاربة الحريات، ولا الخبير الدولي الذين يستعمل خبرته للاستيلاء على أموال غيره. إن هؤلاء تحالفوا علنا أو ضمنيا للعمل على بقاء نظام أنتج قضية خليفة وكل هذه الفضائح المتكررة التي أصبحت رمز الجزائر اليوم. فضائح made in algeria، تحمل سماتنا وتوقيعنا ولا يشاركنا فيها أحد

ع.ش